« Nous devons parler du prélèvement forcé d’organes pour mettre un terme à la persécution »

L’association Les infirmières contre les prélèvements forcés d’organes vise à informer la communauté soignante, défendre la déontologie et promouvoir l’éthique contre cette pratique exercée en Chine. Le point avec Géraldine Monti, infirmière, responsable de la filière européenne.

Chaque mois, ActuSoins présente une organisation infirmière (voir encadré). 

Géraldine Monti, infirmière, responsable de la filière européenne de l'association NAFOH

Géraldine Monti, infirmière, responsable de la filière européenne de l'association NAFOH. ©DR.

Comment est née cette association ?

Nurse against forced organ harvesting (NAFOH) est une branche de DAFOH (pour doctors), une association créée en 2006 à Washington par des médecins exerçant à travers le monde.

À cette période, les premières allégations de prélèvements forcés d’organes en Chine ont commencé à être rendues publiques. Ces médecins se sont rassemblés après avoir réalisé la gravité de ces crimes pour la médecine, l’éthique et l’humanité.

66 % des patients qui se rendent à l’étranger pour une greffe vont en Chine. Il est reconnu internationalement qu’ils payent pour des organes obtenus à la suite de l’exécution d’une personne.

Face à cette réalité, avec des consœurs infirmières, nous avons décidé de créer la branche européenne de NAFOH, afin d’informer la profession et agir.

Les condamnés à mort, principale source des organes transplantés en Chine

Quelle est la différence entre les prélèvements forcés d’organes et le trafic d’organes ?  

Le prélèvement forcé d’organes consiste à prélever des organes vitaux chez des personnes tuées explicitement dans cet objectif.

La Chine a commencé en 1980 chez les prisonniers condamnés à mort. Car à l’époque, il n’existait pas de politique de don d’organes, car d’après leurs croyances, les Chinois doivent se faire enterrer avec l’ensemble de leurs organes. De fait, face aux besoins, le milieu médical a commencé à prendre des organes chez des condamnés à mort. Par ailleurs, en 1999, la Chine a commencé à persécuter le groupe de pratiquants de Falun Gong, devenus de plus en plus nombreux (environ 80 millions).

Dans un pays totalitaire, les personnes libres de penser ne plaisent pas. L’État a voulu les exterminer. Ils ont été emprisonnés, torturés, beaucoup sont morts mais sans renoncer à leur croyance. En novembre 1999, un cap a été passé avec le prélèvement forcé d’organes. Lorsque les pratiquants du Falun Gong sont arrêtés, ils font l’objet d’un check up avec un bilan sanguin et dès lors que les hôpitaux ont besoin d’un organe qui correspond, ils sont tués à la demande. Généralement, ce sont des chirurgiens chinois qui procèdent à l’exécution afin de préserver les organes. Nous nous sommes d’ailleurs questionnés sur l’implication éventuelle des infirmières chinoises dans les prélèvements forcés d’organes. En 2017, la pratique s’est poursuivie avec les Ouïghours.

Le trafic d’organes consiste, quant à lui, en un commerce illégal d’un élément du corps, mais le donneur peut être consentant ou non, tout comme il peut rester vivant. L’argent rapporte à une mafia internationale.

En Chine, les demandes d’organes ne sont-elles pas payantes ?

Elles le sont, et il s’agit d’une source indéniable d’argent pour les hôpitaux. D’ailleurs, habituellement, les courbes concernant les prélèvements d’organes sont les mêmes dans tous les pays. Or, entre 2000 et 2004, la Chine a affiché une hausse de 250 %.

Les temps d’attente sont très courts pour obtenir un organe : entre 15 jours et 1 mois. Il est possible de le réserver en ligne, sur les sites des hôpitaux. Et en cas de rejet d’une greffe, il est possible d’obtenir un autre organe sous 24 heures.

La Chine a, par ailleurs, considérablement développé ses infrastructures. Entre 1999 et 2006, le nombre de centres de transplantation a augmenté de 400 % passant de 150 à 600 établissements.

Face à cette réalité, le gouvernement veut réduire cette pratique au silence. De notre côté, nous souhaitons en parler, donner des outils pour que le message circule et ainsi faire entendre la gravité de la situation. En maintenant le silence, la situation perdure. Le briser permet d’agir pour mettre un terme à cette persécution. Car pour toute personne qui se rend en Chine pour acheter un organe, une personne innocente est tuée. En France aussi des personnes disparaissent des listes d’attentes des demandeurs d’organes…

Pour autant, nous pensons que tout le monde est victime de la situation. Même les infirmiers et les chirurgiens qui participent aux exécutions des prisonniers car finalement, c’est l’État qui utilise la médecine pour commettre ces actes.

Quel rôle peuvent jouer les infirmiers dans ce domaine ?

Notre profession représente 50 % des soignants dans le monde. Nous sommes les premiers à être en contact avec les patients, dont certains peuvent être en attente de greffe. Nous jouons un rôle de prévention, de sensibilisation et d’éducation vis-à-vis d’eux ; un rôle d’autant plus important qu’aujourd’hui, le tourisme médical est en développement. La communauté doit être informée de ces pratiques.

Les infirmières peuvent retrouver de nombreuses informations sur notre site Internet et nous contacter si elles ont la moindre question.

Propos recueillis par Laure Martin

Je m'abonne gratuitement à la newsletter

Abonnez-vous au magazine Actusoins pour 14€90/an

Site internet : https://dafoh-france.org/nafoh-homepage

Lire aussi, sur ActuSoins.com : 

AILA : « Nous souhaitons créer du lien entre les infirmiers libéraux » (juin 2024)

AFEDI : « Nous cherchons à valoriser le diagnostic infirmier » (mai 2024)

Société française de cardiologie (SFC) : « Nous souhaitons promouvoir le rôle infirmier en cardiologie » (avril 2024)

CIPAC : « Nous souhaitons partager nos connaissances pour une montée en compétences » (mars 2024)

GIFE : « Infirmier d’endoscopie ne s’improvise pas » (février 2024)

CoFECSI : « Pour effectuer de l’enseignement et de la recherche, il faut être au cœur de la pratique infirmière » (janvier 2024)

« COSIPA entend promouvoir la pratique avancée en France » (décembre 2023)

Société française de santé publique (SFSP) : « Nous appréhendons la santé dans une dimension collective » (novembre 2023)

Société française de soins palliatifs (SFAP) : « La réflexion sur les soins palliatifs relève d’un travail collaboratif pluridisciplinaire » (octobre 2023)

Société française d’étude et de traitement de la douleur : « Nous promouvons l’expertise infirmière dans le champ de la douleur chronique » (septembre 2023)

Société française de l’escarre (SFE) :« La sensibilisation des soignants aux risques d’escarres est un réel enjeu de santé publique » (août 2023)

« La Fabrique des soignants » invite à penser l’avenir du système de santé (juillet 2023)

SFMU Société française de médecine d’urgence : une place de premier rang accordée aux soignants(juin 2023)

Société française de gériatrie et gérontologie : « nous construisons une vision globale du parcours des personnes âgées » (mai 2023)

ADRpsy : « il faut promouvoir la recherche infirmière en psychiatrie » (avril 2023)

 AFDS : « nous cherchons à promouvoir le métier de directeur des soins » (mars 2023) 

SFAR : Des infirmiers au sein de la Société française d’anesthésie et de réanimation (février 2023)

AFSOS : « les infirmiers tiennent une place majeure au sein de l’Afsos » (janvier 2023)

SFSD : « nous prônons un exercice humaniste de la télésanté » (décembre 2022)

Société des infirmières françaises en ophtalmologie (SIFO) : « nous cherchons à perfectionner notre pratique » (novembre 2022)

Association française des infirmiers de chirurgie vasculaire : « notre congrès permet des partages à l’international » (octobre 2022)

AFET : « notre objectif est de promouvoir la stomathérapie » (septembre 2022)

SIDERAL, un vivier de stimulations à la montée en compétences des infirmiers (juillet 2022)

IDEAL : « créer des liens permet de favoriser l’entraide entre infirmiers libéraux » (juin 2022)

UNAIBODE : « nous voulons une vraie reconnaissance de la spécialité Ibode » (avril 2022)

AILBA : « nous avons souhaité solidariser les infirmiers libéraux de notre territoire » (mars 2022)

SoRIP : « la recherche peut faire partie du quotidien des puéricultrices » (février 2022)

Collège des infirmièr(es) puéricultrices(eurs) : « notre rôle est de faire évoluer les pratiques professionnelles » (janvier 2022)

SOFERIBO : « nous étudions les situations de terrain vécues par les Ibode » (décembre 2021)

ANISP : « nous cherchons à promouvoir et harmoniser les pratiques des infirmiers de sapeurs-pompiers » (novembre 2021)

Conseil national professionnel infirmier : « nous avons besoin de moyens pour produire des avis argumentés » (octobre 2021)

AEEIBO : « les Ibode doivent devenir autonomes dans le cadre de leurs actes exclusifs » (septembre 2021)

ACICC : « la consultation infirmière est encore peu connue » (août 2021)

AFIDTN : « une réflexion est à mener sur la réforme des actes infirmiers » (juillet 2021)

CEEPAME : « les infirmières puéricultrices doivent être reconnues comme des référentes santé » (juin 2021)

 RIEEST : « les infirmiers de santé au travail doivent tous bénéficier d’une formation identique » (mai 2021)

Comité d’entente des écoles IADE : « nous aimerions que notre autonomie soit actée d’un point de vue législatif » (avril 2021)

ANEIA : « nous aimerions être davantage considérés comme des acteurs de notre formation » (mars 2021)

Conseil international des infirmières : « il faut plus que jamais déployer le leadership des infirmiers »(février 2021)

Association des infirmiers en rééducation et réadaptation : porter la réflexion sur le handicap (janvier 2021)

UNIDEL : « la profession doit prendre en main son avenir » (décembre 2020)

Tabacologie (Afit&a) : « Les infirmiers doivent se saisir de leurs compétences » (novembre 2020)

AFIC : l’association qui fédère les infirmiers de cancérologie (octobre 2020)

 SIDIIEF : « les infirmiers doivent apprendre à valoriser par eux-mêmes leur expertise » (septembre 2020)

Association pour l’innovation en santé : « la rencontre humaine est le moteur de notre association »(août 2020)

Avec la FNIR, les infirmiers de réanimation se fédèrent (août 2020)

Association française des infirmier(e)s de thérapie cellulaire hématologie, oncologie et radiothérapie : « notre objectif est d’alimenter la réflexion » (juillet 2020)

Association francophone des infirmiers du diabète : « les compétences des infirmiers sont sous exploitées » (juin 2020)

ANPDE : « les enfants ont des besoins spécifiques qui requièrent une formation dédiée » (mars 2020)

ANFIPA : « aujourd’hui, nous nous mettons en ordre de marche » (février 2020)

Association de recherche en soins infirmiers : « notre objectif est de sensibiliser les infirmiers à développer la recherche » (janvier 2020)

Infirmiers de santé au travail : « notre montée en compétence requiert une formation dédiée »(décembre 2019)

ANFIIDE : « nous devons créer un leadership infirmier » (novembre 2019)

ANdEP : "nous voulons faire évoluer le rôle de directeur". (Sept 2019)

CEFIEC : "notre finalité est de promouvoir la formation en sciences infirmières" (Octobre 2019)

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réagir à cet article

retour haut de page
356 rq / 3,595 sec