« La Fabrique des soignants » invite à penser l’avenir du système de santé

Face aux difficultés que traverse le système de santé, quatre jeunes soignants et un producteur, ont créé "la Fabrique des soignants", un collectif qui propose des émissions et des talk-shows, diffusés en direct sur Twitch. L'idée : débattre et réfléchir à une autre organisation pour ce système. Le point avec Emylie Lentzner, interne en psychiatrie, et co-fondatrice de ce collectif.

Emylie Lentzner, interne en psychiatrie, et co-fondatrice de la Fabrique des soignants

Emylie Lentzner, interne en psychiatrie, et co-fondatrice de la Fabrique des soignants. © DR

Comment est né ce projet de créer le collectif ?

A l’origine nous étions quatre et rapidement cinq jeunes, à savoir une directrice des opérations dans un hôpital, deux internes en médecine, un pharmacien ainsi qu’un réalisateur et directeur de production, à porter l’idée que finalement, peu importe nos métiers, nous sommes tous des soignants au sens large.

Selon nous, ce terme doit s’appliquer à tous les professionnels de santé en tant qu’équipe soignante, et pas uniquement aux paramédicaux. Nous souhaitons adopter une vision plus large des soins et défendre cette idée dans le cadre de notre collectif, au sein duquel nous aspirons à penser le système de santé de demain.

L’identité de la Fabrique des soignants, notre logo, représente l’esprit du collectif à savoir des escaliers pour la construction et l’innovation ; une fenêtre, pour l’ouverture sur le monde ; et un pont, pour faire le lien entre les professions, les générations, les patients et les soignants.

Quelles sont vos volontés à travers ce collectif ?

Nous en avons plusieurs. Au sein de notre collectif, nous avons tous entre 25 et 30 ans, et nous partageons tous, sans surprise, le constat que le système de santé est en grande difficulté. Quelles sont les solutions à déployer pour améliorer la situation ?

Il est essentiel d’y penser car nous allons travailler toute notre vie dans ce système de santé. Outre réfléchir à cette question, nous souhaitons valoriser des porteurs de projets, des personnes rencontrées lors de nos stages et rarement mises en avant. Nous entendons toujours parler des médecins, des chefs de service, des PU-PH, mais la réalité des soignants du terrain est plus diverse.

Par ailleurs, dans le système de santé, le corporatisme est très présent. Nous le voyons à l’hôpital avec d’un côté les médecins, de l’autre les paramédicaux. La situation est certes en train d’évoluer mais pas encore suffisamment.

De même qu’il n’y a pas, ou peu, d’espaces interprofessionnels dans lesquels s’exprimer de façon collégiale et égale. Bien sûr, il y a les staffs, mais cela concerne uniquement la prise en charge des patients.

Nous souhaitions créer un lieu pour parler de nos projets, de nos aspirations, de façon interprofessionnelle et intergénérationnelle. D’autant plus qu’aujourd’hui, nous le voyons bien, les soignants n’ont plus envie de travailler de la même manière qu’avant, et cela vaut pour tous les corps de métiers.

La question de l’équilibre entre la vie professionnelle et la vie personnelle est centrale. Mais les générations qui nous précèdent portent une vision différente du travail, ce qui entraîne un clivage entre les générations qui se côtoient. Aussi, nous souhaitons retrouver du compagnonnage, du lien, entre professionnels, et entre soignants et patients.

Cet espace de parole doit aussi nous permettre de penser notre espace de travail, notre épanouissement, notre temps de travail. Cette réflexion doit être menée en collaboration avec ceux qui organisent la politique de soins dans un service, un pôle ou sur un territoire.  

Pourquoi avoir mis en place des émissions et talk-shows pour partager vos messages ?

Pour parler de la santé, une thématique large et transversale, il n’y avait pas, jusqu’à présent, d’espace pour notre catégorie d’âge. Aujourd’hui, les jeunes ne regardent plus la télévision.

D’où cette envie de créer un talk-show. Pour le moment, nous en avons organisé trois accessibles aujourd’hui en replay.

La première émission, « se découvrir soignant », a permis de parler de la construction de la vocation et du chemin professionnel. Nous en avons discuté avec un médecin et Jérémy, infirmier urgentiste, créateur de « Les minutes de Jérémy ».

La deuxième émission portait sur la restauration du dialogue et la troisième sur l’innovation au quotidien dans les territoires. Au cours de chaque émission, nous avons également laissé la parole aux patients. En parallèle, nous produisons et tournons des reportages et des interviews de personnalités du monde de la santé, d’acteurs de terrain, que nous souhaitons mettre en valeur.

Pour la deuxième saison, nous avons de nombreux projets pour créer davantage de contenus, nous faire connaître. Nous voulons être davantage dans la vulgarisation, et proposer une émission mensuelle. Notre objectif est d’être proches des gens qui nous suivent et de fédérer autour des métiers, des pratiques, afin de diffuser notre vision du soin.

Propos recueillis par Laure Martin

Je m'abonne gratuitement à la newsletter

Aller plus loin : 

La Fabrique des soignants : https://m.twitch.tv/fabdessoignants

 

Lire aussi, sur ActuSoins.com : 

Société française de médecine d’urgence : une place de premier rang accordée aux soignants (juin 2023)

Société française de gériatrie et gérontologie : « nous construisons une vision globale du parcours des personnes âgées » (mai 2023)

ADRpsy : « il faut promouvoir la recherche infirmière en psychiatrie » (avril 2023)

 AFDS : « nous cherchons à promouvoir le métier de directeur des soins » (mars 2023) 

SFAR : Des infirmiers au sein de la Société française d’anesthésie et de réanimation (février 2023)

AFSOS : « les infirmiers tiennent une place majeure au sein de l’Afsos » (janvier 2023)

SFSD : « nous prônons un exercice humaniste de la télésanté » (décembre 2022)

Société des infirmières françaises en ophtalmologie (SIFO) : « nous cherchons à perfectionner notre pratique » (novembre 2022)

Association française des infirmiers de chirurgie vasculaire : « notre congrès permet des partages à l’international » (octobre 2022)

AFET : « notre objectif est de promouvoir la stomathérapie » (septembre 2022)

SIDERAL, un vivier de stimulations à la montée en compétences des infirmiers (juillet 2022)

IDEAL : « créer des liens permet de favoriser l’entraide entre infirmiers libéraux » (juin 2022)

UNAIBODE : « nous voulons une vraie reconnaissance de la spécialité Ibode » (avril 2022)

AILBA : « nous avons souhaité solidariser les infirmiers libéraux de notre territoire » (mars 2022)

SoRIP : « la recherche peut faire partie du quotidien des puéricultrices » (février 2022)

Collège des infirmièr(es) puéricultrices(eurs) : « notre rôle est de faire évoluer les pratiques professionnelles » (janvier 2022)

SOFERIBO : « nous étudions les situations de terrain vécues par les Ibode » (décembre 2021)

ANISP : « nous cherchons à promouvoir et harmoniser les pratiques des infirmiers de sapeurs-pompiers » (novembre 2021)

Conseil national professionnel infirmier : « nous avons besoin de moyens pour produire des avis argumentés » (octobre 2021)

AEEIBO : « les Ibode doivent devenir autonomes dans le cadre de leurs actes exclusifs » (septembre 2021)

ACICC : « la consultation infirmière est encore peu connue » (août 2021)

AFIDTN : « une réflexion est à mener sur la réforme des actes infirmiers » (juillet 2021)

CEEPAME : « les infirmières puéricultrices doivent être reconnues comme des référentes santé » (juin 2021)

 RIEEST : « les infirmiers de santé au travail doivent tous bénéficier d’une formation identique » (mai 2021)

Comité d’entente des écoles IADE : « nous aimerions que notre autonomie soit actée d’un point de vue législatif » (avril 2021)

ANEIA : « nous aimerions être davantage considérés comme des acteurs de notre formation » (mars 2021)

Conseil international des infirmières : « il faut plus que jamais déployer le leadership des infirmiers »(février 2021)

Association des infirmiers en rééducation et réadaptation : porter la réflexion sur le handicap (janvier 2021)

UNIDEL : « la profession doit prendre en main son avenir » (décembre 2020)

Tabacologie (Afit&a) : « Les infirmiers doivent se saisir de leurs compétences » (novembre 2020)

AFIC : l’association qui fédère les infirmiers de cancérologie (octobre 2020)

 SIDIIEF : « les infirmiers doivent apprendre à valoriser par eux-mêmes leur expertise » (septembre 2020)

Association pour l’innovation en santé : « la rencontre humaine est le moteur de notre association »(août 2020)

Avec la FNIR, les infirmiers de réanimation se fédèrent (août 2020)

Association française des infirmier(e)s de thérapie cellulaire hématologie, oncologie et radiothérapie : « notre objectif est d’alimenter la réflexion » (juillet 2020)

Association francophone des infirmiers du diabète : « les compétences des infirmiers sont sous exploitées » (juin 2020)

ANPDE : « les enfants ont des besoins spécifiques qui requièrent une formation dédiée » (mars 2020)

ANFIPA : « aujourd’hui, nous nous mettons en ordre de marche » (février 2020)

Association de recherche en soins infirmiers : « notre objectif est de sensibiliser les infirmiers à développer la recherche » (janvier 2020)

Infirmiers de santé au travail : « notre montée en compétence requiert une formation dédiée »(décembre 2019)

ANFIIDE : « nous devons créer un leadership infirmier » (novembre 2019)

ANdEP : "nous voulons faire évoluer le rôle de directeur". (Sept 2019)

CEFIEC : "notre finalité est de promouvoir la formation en sciences infirmières" (Octobre 2019)

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réagir à cet article

retour haut de page
363 rq / 5,298 sec