Société française de médecine d’urgence : une place de premier rang accordée aux soignants

Initialement créée en 1985, la Société française de médecine d’urgence (SFMU) attribue une place non négligeable aux soignants. Le point avec Nicolas Termoz-Masson, président de la Commission des soignants.

Chaque mois, ActuSoins présente une organisation en lien avec la profession infirmière (voir encadré). 

Nicolas Termoz-Masson, président de la Commission des soignants de la SFMU. © DR

Dans quel but la SFMU a-t-elle été fondée ?

La SFMU existe sous sa forme actuelle depuis 2006. Cependant, dans son antériorité, les médecins urgentistes ont créé une première association en 1985, afin de disposer d’une structure représentative de leur exercice exclusif en médecine d’urgence. Elle s’est progressivement développée et a été reconnue comme organisme de formation. Depuis 1988, les infirmiers y sont intégrés. Ils ont été réunis au sein d’une commission Soins et Urgences, rebaptisée en 2022, commission des soignants.

L’objectif de la SFMU est de rassembler tous les acteurs de la médecine d’urgence afin de promouvoir et de développer l’enseignement des connaissances scientifiques et professionnelles dans tous les domaines d’exercice de cette médecine.

Cette association scientifique éclaire des questionnements et émet des recommandations à appliquer dans les services dédiés. Nous pouvons, dans ce cadre, faire appel à d’autres sociétés savantes, telle que la Société française d’anesthésie et réanimation (SFAR), pour rédiger des recommandations communes.

Comment s’organise la SFMU ?

L’association s’organise autour d’un conseil d’administration. Depuis trois ans, un poste est réservé à un soignant.

La SFMU est ensuite composée de plusieurs commissions. La commission scientifique a pour mission d’élaborer les programmes médicaux des événements scientifiques portés par la SFMU, comme notre congrès annuel ou les journées thématiques interactives. Elle est composée de médecins, et d’un poste soignant.

La commission ″recherche″ s’organise sur le même modèle, et se concentre sur la recherche en médecine d’urgence.

La commission d’organisation des congrès et des manifestations scientifiques, composée de médecins et soignants, assure l’interface pour l’organisation du congrès, des webinaires mensuels, etc.

La commission des référentiels travaille sur les références et les recommandations avec des médecins et des soignants.

La SFMU est aussi composée de la commission "jeunes" ou encore de la commission dédiée aux situations sanitaires exceptionnelles (SSE).

Qu’en est-il de la commission des soignants ?

Elle est composée de 15 membres : infirmiers de soins généraux, infirmiers anesthésistes, étudiants en pratique avancée mention médecine d’urgence, aides-soignants, ambulanciers, assistants de régulation médicale, assistantes sociales, psychologues et cadres de santé. Chaque année, nous lançons un appel à candidature pour renouveler les membres de la commission. Les mandats durent trois ans. Pour candidater, il faut notamment justifier d’un exercice dans un service d’urgence, et expliquer ses motivations.

Les membres de la commission ont à charge de réaliser le programme soignant du congrès et des journées thématiques interactives. Aux urgences, les soignants prennent en charge les patients dans toutes leurs problématiques aiguës et sociales. De fait, au congrès, nous abordons ces thématiques variées, autour de l’aspect psychologique de la personne, de la précarité sociale ou encore de la régulation. Comme les professions interagissent, nous voulions une commission qui représente, au sens large, les acteurs non médicaux exerçant en médecine d’urgence. Un service d’urgence ne peut pas fonctionner sans la transdisciplinarité des professionnels qui la composent.

Pouvez-vous préciser les travaux de la commission ?

Les membres de la commission se réunissent entre six à huit fois par an, dont une fois sur deux en présentiel. Le mot d’ordre du Conseil d’administration est d’assurer une convergence médico-soignante lors du congrès. De fait, nous travaillons les thématiques en ce sens. Une partie des conférences du congrès sont médicales, mais accessibles aux soignants, et inversement. Cette année, nous avons toutefois innové en organisant une journée pré-congrès pour les infirmiers et pour les assistants de régulation médicale.

Notre programme est vaste, car nous cherchons à toucher toutes les professions exerçant aux urgences. Des conférences sont dédiées aux aspects organisationnels, d’autres aux innovations.

Les journées thématiques interactives sont quant à elles organisées tous les ans, dans une région différente, en présentiel, sur des thématiques variées : l’analgésie et la prise en charge de la douleur, l’organisation et le réseau, l’exercice de la médecine d’urgence de demain avec les nouvelles technologies, l’infectiologie. Il s’agit d’ateliers et de conférences auxquels participent médecins et soignants. Enfin, nous pouvons répondre à différentes sollicitations de commissions ou de partenaires, en tant qu’experts paramédicaux.

Propos recueillis par Laure Martin

Je m'abonne gratuitement à la newsletter

Lire aussi, sur ActuSoins.com : 

Société française de gériatrie et gérontologie : « nous construisons une vision globale du parcours des personnes âgées » (mai 2023)

ADRpsy : « il faut promouvoir la recherche infirmière en psychiatrie » (avril 2023)

 AFDS : « nous cherchons à promouvoir le métier de directeur des soins » (mars 2023) 

SFAR : Des infirmiers au sein de la Société française d’anesthésie et de réanimation (février 2023)

AFSOS : « les infirmiers tiennent une place majeure au sein de l’Afsos » (janvier 2023)

SFSD : « nous prônons un exercice humaniste de la télésanté » (décembre 2022)

Société des infirmières françaises en ophtalmologie (SIFO) : « nous cherchons à perfectionner notre pratique » (novembre 2022)

Association française des infirmiers de chirurgie vasculaire : « notre congrès permet des partages à l’international » (octobre 2022)

AFET : « notre objectif est de promouvoir la stomathérapie » (septembre 2022)

SIDERAL, un vivier de stimulations à la montée en compétences des infirmiers (juillet 2022)

IDEAL : « créer des liens permet de favoriser l’entraide entre infirmiers libéraux » (juin 2022)

UNAIBODE : « nous voulons une vraie reconnaissance de la spécialité Ibode » (avril 2022)

AILBA : « nous avons souhaité solidariser les infirmiers libéraux de notre territoire » (mars 2022)

SoRIP : « la recherche peut faire partie du quotidien des puéricultrices » (février 2022)

Collège des infirmièr(es) puéricultrices(eurs) : « notre rôle est de faire évoluer les pratiques professionnelles » (janvier 2022)

SOFERIBO : « nous étudions les situations de terrain vécues par les Ibode » (décembre 2021)

ANISP : « nous cherchons à promouvoir et harmoniser les pratiques des infirmiers de sapeurs-pompiers » (novembre 2021)

Conseil national professionnel infirmier : « nous avons besoin de moyens pour produire des avis argumentés » (octobre 2021)

AEEIBO : « les Ibode doivent devenir autonomes dans le cadre de leurs actes exclusifs » (septembre 2021)

ACICC : « la consultation infirmière est encore peu connue » (août 2021)

AFIDTN : « une réflexion est à mener sur la réforme des actes infirmiers » (juillet 2021)

CEEPAME : « les infirmières puéricultrices doivent être reconnues comme des référentes santé » (juin 2021)

 RIEEST : « les infirmiers de santé au travail doivent tous bénéficier d’une formation identique » (mai 2021)

Comité d’entente des écoles IADE : « nous aimerions que notre autonomie soit actée d’un point de vue législatif » (avril 2021)

ANEIA : « nous aimerions être davantage considérés comme des acteurs de notre formation » (mars 2021)

Conseil international des infirmières : « il faut plus que jamais déployer le leadership des infirmiers »(février 2021)

Association des infirmiers en rééducation et réadaptation : porter la réflexion sur le handicap (janvier 2021)

UNIDEL : « la profession doit prendre en main son avenir » (décembre 2020)

Tabacologie (Afit&a) : « Les infirmiers doivent se saisir de leurs compétences » (novembre 2020)

AFIC : l’association qui fédère les infirmiers de cancérologie (octobre 2020)

 SIDIIEF : « les infirmiers doivent apprendre à valoriser par eux-mêmes leur expertise » (septembre 2020)

Association pour l’innovation en santé : « la rencontre humaine est le moteur de notre association »(août 2020)

Avec la FNIR, les infirmiers de réanimation se fédèrent (août 2020)

Association française des infirmier(e)s de thérapie cellulaire hématologie, oncologie et radiothérapie : « notre objectif est d’alimenter la réflexion » (juillet 2020)

Association francophone des infirmiers du diabète : « les compétences des infirmiers sont sous exploitées » (juin 2020)

ANPDE : « les enfants ont des besoins spécifiques qui requièrent une formation dédiée » (mars 2020)

ANFIPA : « aujourd’hui, nous nous mettons en ordre de marche » (février 2020)

Association de recherche en soins infirmiers : « notre objectif est de sensibiliser les infirmiers à développer la recherche » (janvier 2020)

Infirmiers de santé au travail : « notre montée en compétence requiert une formation dédiée »(décembre 2019)

ANFIIDE : « nous devons créer un leadership infirmier » (novembre 2019)

ANdEP : "nous voulons faire évoluer le rôle de directeur". (Sept 2019)

CEFIEC : "notre finalité est de promouvoir la formation en sciences infirmières" (Octobre 2019)

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réagir à cet article

retour haut de page
7347 rq / 11,441 sec