« COSIPA entend promouvoir la pratique avancée en France »

Créé en avril 2023, le Conseil scientifique des infirmiers de pratique avancée (COSIPA) est né de la volonté d’IPA de valoriser la pratique avancée en France. Le point avec Dalila Hemaidi, IPA Infirmière en pratique avancée en libéral au sein d’une Maison de santé pluriprofessionnelle (MSP), co-présidente de l’association.

Chaque mois, ActuSoins présente une organisation en lien avec les infirmiers (voir encadré). 

Dalila Hemaidi, IPA Infirmière en pratique avancée, co-présidente du COSIPA

Dalila Hemaidi, IPA, co-présidente du COSIPA © DR

Dans quel contexte le COSIPA a-t-il été créé ?

L’association est née d’un collectif d’IPA. Étant encore peu nombreux en France, nous réussissons à garder le lien. En échangeant sur nos pratiques professionnelles et scientifiques, nous avons souhaité créer une société savante afin de promouvoir la pratique avancée, la valoriser, mener des études et réfléchir ensemble à ce que nous pouvons développer en France dans notre domaine de compétences.  

Notre profession dispose déjà d’une association et d’un syndicat. Nous n’avons donc pas vocation à intervenir dans ce champ. Nous sommes tous complémentaires et notre objectif est bien de travailler tous ensemble. L’action du COSIPA s’oriente ainsi autour de la recherche et du développement des bonnes pratiques cliniques. Nous sommes aussi très impliqués dans le domaine de l’enseignement. De nombreux IPA du collectif sont déjà inscrits dans l’accompagnement et l’enseignement des IPA. Certains sont responsables pédagogiques, d’autres interviennent régulièrement dans la formation. L’engagement est réel.

Quelles sont les missions du COSIPA ?

Nous nous sommes fixés trois missions. Tout d’abord, la promotion et le développement des bonnes pratiques cliniques et l’enseignement des connaissances scientifiques.

Puis, la diffusion de données probantes. Actuellement, nous produisons des outils pour les pratiques cliniques des IPA, à savoir des infographies, en nous basant sur les recommandations des autres sociétés savantes et de la Haute Autorité de santé (HAS). Cependant, notre objectif est de produire nos propres données probantes à travers les recherches et les études produites par les adhérents et les membres de l’association afin d’élaborer nos propres recommandations de bonnes pratiques.

Enfin, nous assurons la promotion et le soutien à la recherche des IPA. Notre objectif est de détenir un groupe support pour les IPA. Ainsi, lorsqu’ils souhaitent s’inscrire dans un processus doctoral, ils peuvent s’appuyer sur des pairs, experts ou investis dans la recherche, tels que des docteurs ou des doctorants. 

Nous envisageons d’organiser notre premier congrès en 2024, mais ce type d’événement requiert du temps et de l’organisation, et nous sommes encore jeunes. Pour le moment, nous collaborons avec d’autres associations. Nous allons par exemple participer au Congrès francophone de la pratique avancée (COFPA) en mars 2024.

Qui compose le COSIPA ?

Nous sommes composés d’une cinquantaine de membres actifs à savoir des IPA, qui peuvent voter, entrer au conseil d’administration et être décisionnaires. Toutes les mentions sont représentées.

Les autres membres honoraires, ne sont pas forcément IPA. Ils sont issus du monde de la santé publique, engagés dans la recherche, intéressés par la pratique avancée et peuvent donc participer aux travaux du COSIPA sans être au conseil d’administration.

Nous sommes agréablement surpris par l’intérêt et l’enthousiasme que suscite le COSIPA auprès des IPA, notamment. Nous le constatons dans les messages que nous recevons et par le relai apporté aux infographies que nous produisons.

Le plus difficile pour nous aujourd’hui est de nous dégager du temps pour nous consacrer à cette activité. Nous avons tous en parallèle une pratique clinique et nous sommes investis dans d’autres associations également. Mais nous mesurons l’importance de cette activité, essentielle pour le développement de la pratique avancée et pour que le modèle français fasse ses preuves. Le métier est jeune et plus nous pourrons produire des données probantes plus nous pourrons améliorer nos pratiques.

Propos recueillis par Laure Martin

Je m'abonne gratuitement à la newsletter

Abonnez-vous au magazine Actusoins pour 14€90/an

Lire aussi, sur ActuSoins.com : 

Société française de santé publique (SFSP) : « Nous appréhendons la santé dans une dimension collective » (novembre 2023)

Société française de soins palliatifs (SFAP) : « La réflexion sur les soins palliatifs relève d’un travail collaboratif pluridisciplinaire » (octobre 2023)

Société française d’étude et de traitement de la douleur : « Nous promouvons l’expertise infirmière dans le champ de la douleur chronique » (septembre 2023)

Société française de l’escarre (SFE) :« La sensibilisation des soignants aux risques d’escarres est un réel enjeu de santé publique » (août 2023)

« La Fabrique des soignants » invite à penser l’avenir du système de santé (juillet 2023)

SFMU Société française de médecine d’urgence : une place de premier rang accordée aux soignants(juin 2023)

Société française de gériatrie et gérontologie : « nous construisons une vision globale du parcours des personnes âgées » (mai 2023)

ADRpsy : « il faut promouvoir la recherche infirmière en psychiatrie » (avril 2023)

 AFDS : « nous cherchons à promouvoir le métier de directeur des soins » (mars 2023) 

SFAR : Des infirmiers au sein de la Société française d’anesthésie et de réanimation (février 2023)

AFSOS : « les infirmiers tiennent une place majeure au sein de l’Afsos » (janvier 2023)

SFSD : « nous prônons un exercice humaniste de la télésanté » (décembre 2022)

Société des infirmières françaises en ophtalmologie (SIFO) : « nous cherchons à perfectionner notre pratique » (novembre 2022)

Association française des infirmiers de chirurgie vasculaire : « notre congrès permet des partages à l’international » (octobre 2022)

AFET : « notre objectif est de promouvoir la stomathérapie » (septembre 2022)

SIDERAL, un vivier de stimulations à la montée en compétences des infirmiers (juillet 2022)

IDEAL : « créer des liens permet de favoriser l’entraide entre infirmiers libéraux » (juin 2022)

UNAIBODE : « nous voulons une vraie reconnaissance de la spécialité Ibode » (avril 2022)

AILBA : « nous avons souhaité solidariser les infirmiers libéraux de notre territoire » (mars 2022)

SoRIP : « la recherche peut faire partie du quotidien des puéricultrices » (février 2022)

Collège des infirmièr(es) puéricultrices(eurs) : « notre rôle est de faire évoluer les pratiques professionnelles » (janvier 2022)

SOFERIBO : « nous étudions les situations de terrain vécues par les Ibode » (décembre 2021)

ANISP : « nous cherchons à promouvoir et harmoniser les pratiques des infirmiers de sapeurs-pompiers » (novembre 2021)

Conseil national professionnel infirmier : « nous avons besoin de moyens pour produire des avis argumentés » (octobre 2021)

AEEIBO : « les Ibode doivent devenir autonomes dans le cadre de leurs actes exclusifs » (septembre 2021)

ACICC : « la consultation infirmière est encore peu connue » (août 2021)

AFIDTN : « une réflexion est à mener sur la réforme des actes infirmiers » (juillet 2021)

CEEPAME : « les infirmières puéricultrices doivent être reconnues comme des référentes santé » (juin 2021)

 RIEEST : « les infirmiers de santé au travail doivent tous bénéficier d’une formation identique » (mai 2021)

Comité d’entente des écoles IADE : « nous aimerions que notre autonomie soit actée d’un point de vue législatif » (avril 2021)

ANEIA : « nous aimerions être davantage considérés comme des acteurs de notre formation » (mars 2021)

Conseil international des infirmières : « il faut plus que jamais déployer le leadership des infirmiers »(février 2021)

Association des infirmiers en rééducation et réadaptation : porter la réflexion sur le handicap (janvier 2021)

UNIDEL : « la profession doit prendre en main son avenir » (décembre 2020)

Tabacologie (Afit&a) : « Les infirmiers doivent se saisir de leurs compétences » (novembre 2020)

AFIC : l’association qui fédère les infirmiers de cancérologie (octobre 2020)

 SIDIIEF : « les infirmiers doivent apprendre à valoriser par eux-mêmes leur expertise » (septembre 2020)

Association pour l’innovation en santé : « la rencontre humaine est le moteur de notre association »(août 2020)

Avec la FNIR, les infirmiers de réanimation se fédèrent (août 2020)

Association française des infirmier(e)s de thérapie cellulaire hématologie, oncologie et radiothérapie : « notre objectif est d’alimenter la réflexion » (juillet 2020)

Association francophone des infirmiers du diabète : « les compétences des infirmiers sont sous exploitées » (juin 2020)

ANPDE : « les enfants ont des besoins spécifiques qui requièrent une formation dédiée » (mars 2020)

ANFIPA : « aujourd’hui, nous nous mettons en ordre de marche » (février 2020)

Association de recherche en soins infirmiers : « notre objectif est de sensibiliser les infirmiers à développer la recherche » (janvier 2020)

Infirmiers de santé au travail : « notre montée en compétence requiert une formation dédiée »(décembre 2019)

ANFIIDE : « nous devons créer un leadership infirmier » (novembre 2019)

ANdEP : "nous voulons faire évoluer le rôle de directeur". (Sept 2019)

CEFIEC : "notre finalité est de promouvoir la formation en sciences infirmières" (Octobre 2019)

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réagir à cet article

retour haut de page
366 rq / 3,485 sec