« Notre objectif est de promouvoir la stomathérapie »

L’Association française d’entérostoma-thérapeutes (AFET), fondée en 1978, rassemble 150 adhérents, uniquement des infirmières formées à cette spécificité, et promeut la particularité de l’exercice des stomathérapeutes. Le point avec sa présidente, Danièle Chaumier. 

Chaque mois, ActuSoins présente une organisation infirmière (voir encadré).

Danièle Chaumier, présidente de l'AFET

Danièle Chaumier, présidente de l'AFET © DR

Dans quel contexte l’AFET a-t-elle été fondée ?

L’association existe depuis 1978. Elle a été fondée par une infirmière, Suzanne Montandon, surveillante dans le service du Pr Guillemin, chirurgien à l’Hôtel-Dieu de Lyon.

Elle était précurseure de la stomathérapie en France. Avant 1976, il n’existait pas beaucoup de références dans le domaine dans l’Hexagone.

Puis, Suzanne Montandon est partie se former aux Etats-Unis. C’était une gageure à l’époque. Elle était très visionnaire. Elle est revenue avec le titre et la compétence d’infirmière entérostoma-thérapeute, et a souhaité valoriser sa formation et son expertise.

Soutenue par le Pr Guillemin, elle a ouvert en 1978 à Lyon, la première consultation puis la première école de stomathérapie. Avec les infirmières de la première promotion, elles ont décidé de fonder l’AFET.

La stomathérapie est donc une spécificité de la profession ?

Tout à fait. Il existe quatre écoles en France : une privée avec deux sites à Paris et Lyon, une dépendant du CHU de Bordeaux et l’autre du CHU de Nîmes.

Les formations sont d’une durée moyenne de 45 jours, alternant pratiques et théories. Dans la majorité des cas, les infirmières intègrent une école pour se former à la suite d’un projet de service ou d’établissement.

Il peut s’agir également plus rarement, mais comme dans mon cas, d’une démarche personnelle. Ne peuvent prétendre au titre de stomathérapeute, que les infirmières ayant suivi la formation au sein de l’une de ces quatre écoles.

Notre spécificité nous permet d’apporter notre expertise pour la prise en charge des stomies et fistules mais aussi pour les patients porteurs de plaies complexes, pour ceux souffrant d’incontinence annale ou urinaire et pour les patientes mastectomisées. En fonction des hôpitaux, nous développons tout ou partie des quatre axes.

Quelles sont les missions de l’AFET ?

Notre objectif est de promouvoir la stomathérapie et d’améliorer la qualité de vie des patients stomisés. Nous échangeons beaucoup avec les associations de patients sur le sujet afin notamment d’aider les stomisés à surmonter leur handicap. 

Nous diffusons également des informations sur cette spécificité. Nous sommes d’ailleurs reconnus comme organisme de formation et proposons chaque année une formation de remise à jour des connaissances.

Nous détenons par ailleurs un agrément du World council of enterostomal therapist (WCET) – une organisation américaine définissant les normes mondiales de cette activité – afin de contrôler les formations dispensées au sein des quatre écoles françaises de stomathérapie, et nous assurer qu’elles répondent au cahier des charges.

Enfin, nous cherchons aussi à développer les échanges avec les groupes professionnels, avec les instances telles que la Haute autorité de santé (HAS) et avec les fabricants de dispositifs médicaux, notamment pour améliorer le matériel à destination des stomisés.

Souhaiteriez-vous une reconnaissance de votre spécialité ?

Oui bien entendu, comme de nombreuses infirmières exerçant des spécificités. Mais nous nous heurtons à plusieurs problèmes. Tout d’abord, qui dit reconnaissance, dit hausse des salaires. Certes, nous ne sommes pas nombreuses à exercer cette spécificité, mais pour les tutelles, ce serait une porte ouverte aux revendications de toutes les spécificités infirmières.

Le second obstacle est notre absence de formation universitaire. Nous ne détenons pas un Diplôme universitaire puisque nous sommes formées au sein d’écoles. Il faudrait que nous réformions la formation pour la rendre plus longue et universitaire.  

L’AFET propose-t-elle une actualité particulière ces prochains mois ?

Nous organisons nos journées de formation en octobre à Nîmes. Il est encore possible de s’y inscrire mais elles sont uniquement ouvertes aux stomathérapeutes. Nous aborderons des thématiques en lien avec l’urologie, la cicatrisation ou encore la spécialité digestive ainsi qu’une nouveauté ou une spécificité régionale.  

Nous travaillons par ailleurs avec l’Union d’associations françaises de stomisés – ex Union stomisés Grand Sud – à la labellisation de la formation des patients experts. Nous élaborons un cahier des charges afin que la formation réponde à des exigences sur les minimums requis pour endosser ce rôle.

Propos recueillis par Laure Martin

Je m'abonne à la newsletter

Site Internet de l’association : http://www.afet.asso.fr/

Lire aussi, sur ActuSoins.com : 

SIDERAL, un vivier de stimulations à la montée en compétences des infirmiers (juillet 2022)

IDEAL : « Créer des liens permet de favoriser l’entraide entre infirmiers libéraux » (juin 2022)

UNAIBODE : « Nous voulons une vraie reconnaissance de la spécialité Ibode » (avril 2022)

AILBA : « Nous avons souhaité solidariser les infirmiers libéraux de notre territoire » (mars 2022)

SoRIP : « La recherche peut faire partie du quotidien des puéricultrices » (février 2022)

Collège des infirmièr(es) puéricultrices(eurs) : « notre rôle est de faire évoluer les pratiques professionnelles » (janvier 2022)

SOFERIBO : « Nous étudions les situations de terrain vécues par les Ibode » (décembre 2021)

ANISP : « Nous cherchons à promouvoir et harmoniser les pratiques des infirmiers de sapeurs-pompiers » (novembre 2021)

Conseil national professionnel infirmier : « Nous avons besoin de moyens pour produire des avis argumentés » (octobre 2021)

AEEIBO : « Les Ibode doivent devenir autonomes dans le cadre de leurs actes exclusifs » (septembre 2021)

ACICC : « La consultation infirmière est encore peu connue » (août 2021)

AFIDTN : « Une réflexion est à mener sur la réforme des actes infirmiers » (juillet 2021)

CEEPAME : « Les infirmières puéricultrices doivent être reconnues comme des référentes santé » (juin 2021)

 RIEEST : « Les infirmiers de santé au travail doivent tous bénéficier d’une formation identique » (mai 2021)

Comité d’entente des écoles IADE : « Nous aimerions que notre autonomie soit actée d’un point de vue législatif » (avril 2021)

ANEIA : « Nous aimerions être davantage considérés comme des acteurs de notre formation » (mars 2021)

Conseil international des infirmières : « Il faut plus que jamais déployer le leadership des infirmiers »(février 2021)

Association des infirmiers en rééducation et réadaptation : porter la réflexion sur le handicap (janvier 2021)

UNIDEL : « La profession doit prendre en main son avenir » (décembre 2020)

Tabacologie (Afit&a) : « Les infirmiers doivent se saisir de leurs compétences » (novembre 2020)

AFIC : l’association qui fédère les infirmiers de cancérologie (octobre 2020)

Hélène Salette, directrice générale du SIDIIEF : « Les infirmiers doivent apprendre à valoriser par eux-mêmes leur expertise » (septembre 2020)

Association pour l’innovation en santé : « la rencontre humaine est le moteur de notre association »(août 2020)

Avec la FNIR, les infirmiers de réanimation se fédèrent (août 2020)

Association française des infirmier(e)s de thérapie cellulaire hématologie, oncologie et radiothérapie : « Notre objectif est d’alimenter la réflexion » (juillet 2020)

Association francophone des infirmiers du diabète : « Les compétences des infirmiers sont sous exploitées » (juin 2020)

ANPDE : « Les enfants ont des besoins spécifiques qui requièrent une formation dédiée » (mars 2020)

ANFIPA : « Aujourd’hui, nous nous mettons en ordre de marche » (février 2020)

Association de recherche en soins infirmiers : « Notre objectif est de sensibiliser les infirmiers à développer la recherche » (janvier 2020)

Infirmiers de santé au travail : « Notre montée en compétence requiert une formation dédiée »(décembre 2019)

Brigitte Lecointre, présidente de l’ANFIIDE : « Nous devons créer un leadership infirmier » (novembre 2019)

Instituts de formation paramédicaux : "Nous voulons faire évoluer le rôle de directeur". Entretien avec Florence Girard, présidente de l’Association nationale des directeurs d’école paramédicale (ANdEP). (Sept 2019)

CEFIEC : "Notre finalité est de promouvoir la formation en sciences infirmières" (Octobre 2019)

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réagir à cet article

retour haut de page
384 rq / 3,877 sec