« La sensibilisation des soignants aux risques d’escarres est un réel enjeu de santé publique »

Paramédicaux, médecins, chirurgiens, pharmaciens, aides-soignants ou encore chercheurs : la Société française de l’escarre (SFE) rassemble une pluralité de professionnels élaborant et diffusant, entre autres, des recommandations de bonnes pratiques pour agir en prévention à la survenue d’escarres. Le point avec Lomig Le Bihan et Myriam Laftess, infirmiers, respectivement secrétaire et secrétaire adjointe de la SFE.

Chaque mois, ActuSoins présente une organisation infirmière ou en lien avec les infirmiers (voir encadré). 

Myriam Laftess, secrétaire adjointe de la SFE. © DR

Quelles sont les missions que se fixe la SFE ?

Lomig Le Bihan - La SFE existe dans sa forme actuelle depuis 2019. À l’origine, il s’agissait de l’association Prévention, éducation, recherche, soins, escarres (PERSE), qui avait pour objectif la promotion de la prise en charge de l’escarre et des règles de bonnes pratiques.

Elle a évolué en société savante en 2019 pour une montée en puissance et une plus grande structuration du travail mené en interne. Nous cherchons avant tout à améliorer la prévention des escarres par la pratique clinique et le recours aux outils innovants. D’où ce lien avec le volet ″recherche″, pour améliorer et optimiser la prise en charge des patients.

Myriam Laftess - La SFE s’adresse à tous les soignants, au sens large, prenant en charge des patients porteurs d’escarres ou susceptibles d’en développer, à savoir les infirmiers, les médecins, les aides-soignants, les kinésithérapeutes ou encore les ergothérapeutes.

Lomig Le Bihan, secrétaire de la SFE. © DR

Comment êtes-vous organisés en interne ?

Lomig Le Bihan – Nous travaillons de manière pluriprofessionnelle entre professionnels de la santé et avec des chercheurs. Nous menons des recherches et effectuons des enquêtes épidémiologiques pour orienter nos recommandations.

Nous proposons aussi des journées de formation comme notre journée nationale, qui se déroule une fois par an [cette année à Nîmes les 5 et 6 octobre, NDLR].

 Nous organisons aussi une Journée des experts avec des spécialistes de l’escarre.

Toutes nos informations sont disponibles gratuitement sur notre site Internet.

Cependant, une partie est exclusivement dédiée aux membres de la SFE afin de leur permettre d’approfondir des thématiques.

La place des infirmiers au sein de la SFE a-t-elle toujours été prégnante ?

Lomig Le Bihan – C’est en effet un vrai choix de la part de la direction de la SFE, de travailler en pluriprofessionnalité et de faire une place aux paramédicaux au sein des instances décisionnaires. Nous avons chacun notre vision des soins et de la prise en charge, nous sommes donc tous complémentaires. Notre organisation est vraiment globale, toute profession confondue.

Quel est l’intérêt pour les infirmiers d’adhérer à la SFE ?

Myriam Laftess – Nous travaillons sur les dernières recommandations de bonnes pratiques, que nous mettons à jour régulièrement en fonction des avancées dans le domaine, ce dont les infirmiers peuvent se saisir dans leur pratique. Ces règles de bonnes pratiques sont élaborées par des groupes de travail internes, avec des experts reconnus dans le domaine, à partir de sujets historiques et des demandes de terrain. Certains services hospitaliers sont très sensibilisés à la prévention et d’autres moins, ne serait-ce pour l’évaluation du risque d’escarre avec l’échelle de Braden à l’inclusion d’un patient. Nous cherchons à promouvoir cette évaluation par tous.

Lomig Le Bihan – Nos travaux participent à la montée en compétences des infirmiers, qui peuvent ainsi les mettre à jour, et les appliquer dans le cadre de leur pratique clinique quotidienne, afin de limiter les risques d’escarres. Nous cherchons vraiment à communiquer au maximum sur les escarres, surtout dans un contexte d’hyperspécialisation de la médecine.

Ce sont principalement les soignants des services de gérontologie, de chirurgie, de médecine physique et réadaptation, qui participent à nos journées nationales. Les autres spécialités se sentent moins concernées alors que finalement, les patients à risque sont présents dans tous les services. Nous cherchons donc à construire des ponts avec toutes les spécialités. Notre objectif est d’ailleurs de nous entourer d’autres sociétés savantes, afin de produire et diffuser des travaux communs sur les escarres.  

Parvenez-vous aussi à toucher les libéraux ?

Lomig Le Bihan – C’est plus difficile, mais en fonction des territoires, nous disposons de relais. En Bretagne par exemple, les Unions régionales des professionnels de santé (URPS) se sont saisies de cette problématique et assurent l’information des libéraux.

C’est le cas aussi dans certains territoires avec les Communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS). En revanche, il n’y a pas de politique nationale de prévention du risque d’escarres.

Nous devons donc mener un lobbying quotidien et constant car l’enjeu de santé publique est réel autour de la mobilisation et la sensibilisation de l’ensemble des soignants.

Propos recueillis par Laure Martin

Je m'abonne gratuitement à la newsletter  

Abonnez-vous au magazine Actusoins pour 14€90/an

Lire aussi, sur ActuSoins.com : 

« La Fabrique des soignants » invite à penser l’avenir du système de santé (juillet 2023)

Société française de médecine d’urgence : une place de premier rang accordée aux soignants (juin 2023)

Société française de gériatrie et gérontologie : « nous construisons une vision globale du parcours des personnes âgées » (mai 2023)

ADRpsy : « il faut promouvoir la recherche infirmière en psychiatrie » (avril 2023)

 AFDS : « nous cherchons à promouvoir le métier de directeur des soins » (mars 2023) 

SFAR : Des infirmiers au sein de la Société française d’anesthésie et de réanimation (février 2023)

AFSOS : « les infirmiers tiennent une place majeure au sein de l’Afsos » (janvier 2023)

SFSD : « nous prônons un exercice humaniste de la télésanté » (décembre 2022)

Société des infirmières françaises en ophtalmologie (SIFO) : « nous cherchons à perfectionner notre pratique » (novembre 2022)

Association française des infirmiers de chirurgie vasculaire : « notre congrès permet des partages à l’international » (octobre 2022)

AFET : « notre objectif est de promouvoir la stomathérapie » (septembre 2022)

SIDERAL, un vivier de stimulations à la montée en compétences des infirmiers (juillet 2022)

IDEAL : « créer des liens permet de favoriser l’entraide entre infirmiers libéraux » (juin 2022)

UNAIBODE : « nous voulons une vraie reconnaissance de la spécialité Ibode » (avril 2022)

AILBA : « nous avons souhaité solidariser les infirmiers libéraux de notre territoire » (mars 2022)

SoRIP : « la recherche peut faire partie du quotidien des puéricultrices » (février 2022)

Collège des infirmièr(es) puéricultrices(eurs) : « notre rôle est de faire évoluer les pratiques professionnelles » (janvier 2022)

SOFERIBO : « nous étudions les situations de terrain vécues par les Ibode » (décembre 2021)

ANISP : « nous cherchons à promouvoir et harmoniser les pratiques des infirmiers de sapeurs-pompiers » (novembre 2021)

Conseil national professionnel infirmier : « nous avons besoin de moyens pour produire des avis argumentés » (octobre 2021)

AEEIBO : « les Ibode doivent devenir autonomes dans le cadre de leurs actes exclusifs » (septembre 2021)

ACICC : « la consultation infirmière est encore peu connue » (août 2021)

AFIDTN : « une réflexion est à mener sur la réforme des actes infirmiers » (juillet 2021)

CEEPAME : « les infirmières puéricultrices doivent être reconnues comme des référentes santé » (juin 2021)

 RIEEST : « les infirmiers de santé au travail doivent tous bénéficier d’une formation identique » (mai 2021)

Comité d’entente des écoles IADE : « nous aimerions que notre autonomie soit actée d’un point de vue législatif » (avril 2021)

ANEIA : « nous aimerions être davantage considérés comme des acteurs de notre formation » (mars 2021)

Conseil international des infirmières : « il faut plus que jamais déployer le leadership des infirmiers »(février 2021)

Association des infirmiers en rééducation et réadaptation : porter la réflexion sur le handicap (janvier 2021)

UNIDEL : « la profession doit prendre en main son avenir » (décembre 2020)

Tabacologie (Afit&a) : « Les infirmiers doivent se saisir de leurs compétences » (novembre 2020)

AFIC : l’association qui fédère les infirmiers de cancérologie (octobre 2020)

 SIDIIEF : « les infirmiers doivent apprendre à valoriser par eux-mêmes leur expertise » (septembre 2020)

Association pour l’innovation en santé : « la rencontre humaine est le moteur de notre association »(août 2020)

Avec la FNIR, les infirmiers de réanimation se fédèrent (août 2020)

Association française des infirmier(e)s de thérapie cellulaire hématologie, oncologie et radiothérapie : « notre objectif est d’alimenter la réflexion » (juillet 2020)

Association francophone des infirmiers du diabète : « les compétences des infirmiers sont sous exploitées » (juin 2020)

ANPDE : « les enfants ont des besoins spécifiques qui requièrent une formation dédiée » (mars 2020)

ANFIPA : « aujourd’hui, nous nous mettons en ordre de marche » (février 2020)

Association de recherche en soins infirmiers : « notre objectif est de sensibiliser les infirmiers à développer la recherche » (janvier 2020)

Infirmiers de santé au travail : « notre montée en compétence requiert une formation dédiée »(décembre 2019)

ANFIIDE : « nous devons créer un leadership infirmier » (novembre 2019)

ANdEP : "nous voulons faire évoluer le rôle de directeur". (Sept 2019)

CEFIEC : "notre finalité est de promouvoir la formation en sciences infirmières" (Octobre 2019)

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réagir à cet article

retour haut de page
388 rq / 3,550 sec