Infirmiers en ophtalmologie : « nous cherchons à perfectionner notre pratique »

Depuis un peu plus de 30 ans, la Société des infirmières françaises en ophtalmologie (SIFO) œuvre à une meilleure formation des infirmiers du secteur. Le point avec Marie-Hélène Kirscher, trésorière de la SIFO depuis 2019.

Chaque mois, ActuSoins présente une organisation infirmière (voir encadré).

Dans quel contexte la SIFO a-t-elle été créée ?

Marie-Hélène Kirscher, trésorière de la SIFO

Marie-Hélène Kirscher, trésorière de la SIFO. © DR.

Créée en juin 1991, la SIFO a un lien direct avec la Société française d’ophtalmologie (SFO).

C’est lors d’un congrès de la SFO en 1990, qu’un chef de service, venu avec sa cadre, a émis l’idée d’associer les infirmiers au congrès. L’année suivante, la SIFO était née.

A l’époque, l’objectif était principalement d’échanger autour de thématiques concernant les infirmières, de s’informer et de partager des idées.

Ces objectifs ont-ils évolué ?

Nous les avons davantage précisés avec le nouveau bureau. Et c’est normal. Il n’est jamais simple, au lancement d’une association, de définir d’emblée les objectifs à atteindre.

Aujourd’hui, notre dessein est de confronter des méthodes de travail, d’organiser le perfectionnement théorique et pratique des infirmières membres, de s’informer sur les réunions scientifiques, techniques et sur les nouvelles méthodes thérapeutiques.

Nous souhaitons développer une expertise infirmière en ophtalmologie et établir une communication entre les services hospitaliers d’ophtalmologie français, et étrangers. Pendant la formation infirmière, la spécificité de l’exercice au sein des services d’ophtalmologie est survolée.

Certaines infirmières arrivent en exercice dans les services avec une forme d’appréhension. Bien sûr qu’elles parviennent toujours à s’en sortir, mais notre action vise aussi à proposer un renforcement et un approfondissement des connaissances et des nouvelles techniques.

Comment se traduisent concrètement ces objectifs ?

Notre action se met en œuvre exclusivement lors de notre journée annuelle, qui a généralement lieu en mai, dans le cadre du congrès de la SFO.

Notre bureau se réunit trois fois par an, pour définir, en lien avec la thématique du congrès de la SFO, les différents sujets qui vont être abordés lors de notre journée.

Nous cherchons ensuite quatre à cinq intervenants bénévoles, principalement des médecins, puis des infirmières afin d’offrir une vision concrète de l’exercice du métier dans les services d’ophtalmologie.

Nous pouvons effectuer des focus sur les examens complémentaires en ophtalmologie tels que les IRM, les angiographies afin de permettre aux infirmières d’avoir une vision globale de la prise en charge des patients, et de comprendre dans quel but ces examens sont effectués.

Nous pouvons aborder le champ visuel, les nucléations, la greffe de cornée, les examens d’exploration visuelle, des spécificités liées à certaines pathologies. Et généralement, nous avons toujours une thématique en lien avec l’hygiène et une autre avec le juridique.

Qui peut participer à vos journées ?

Outre les infirmières et les médecins, les aides-soignants, les orthoptistes ou encore les secrétaires médicales sont les bienvenues. Ils peuvent venir de la France, mais aussi de l’étranger.

Tous les ans, nous recevons des professionnels de Belgique, du Canada ou encore des pays du Maghreb. 

A l’origine, cette journée n’était pas reconnue comme formation continue. Les participants devaient donc se la financer. Mais depuis cinq ans environ, elle est considérée comme telle. De fait, l’employeur peut prendre en charge les frais.

Propos recueillis par Laure Martin

Je m'abonne à la newsletter

Lire aussi, sur ActuSoins.com : 

Association française des infirmiers de chirurgie vasculaire : « Notre congrès permet des partages à l’international » (octobre 2022)

AFET : « Notre objectif est de promouvoir la stomathérapie » (septembre 2022)

SIDERAL, un vivier de stimulations à la montée en compétences des infirmiers (juillet 2022)

IDEAL : « Créer des liens permet de favoriser l’entraide entre infirmiers libéraux » (juin 2022)

UNAIBODE : « Nous voulons une vraie reconnaissance de la spécialité Ibode » (avril 2022)

AILBA : « Nous avons souhaité solidariser les infirmiers libéraux de notre territoire » (mars 2022)

SoRIP : « La recherche peut faire partie du quotidien des puéricultrices » (février 2022)

Collège des infirmièr(es) puéricultrices(eurs) : « notre rôle est de faire évoluer les pratiques professionnelles » (janvier 2022)

SOFERIBO : « Nous étudions les situations de terrain vécues par les Ibode » (décembre 2021)

ANISP : « Nous cherchons à promouvoir et harmoniser les pratiques des infirmiers de sapeurs-pompiers » (novembre 2021)

Conseil national professionnel infirmier : « Nous avons besoin de moyens pour produire des avis argumentés » (octobre 2021)

AEEIBO : « Les Ibode doivent devenir autonomes dans le cadre de leurs actes exclusifs » (septembre 2021)

ACICC : « La consultation infirmière est encore peu connue » (août 2021)

AFIDTN : « Une réflexion est à mener sur la réforme des actes infirmiers » (juillet 2021)

CEEPAME : « Les infirmières puéricultrices doivent être reconnues comme des référentes santé » (juin 2021)

 RIEEST : « Les infirmiers de santé au travail doivent tous bénéficier d’une formation identique » (mai 2021)

Comité d’entente des écoles IADE : « Nous aimerions que notre autonomie soit actée d’un point de vue législatif » (avril 2021)

ANEIA : « Nous aimerions être davantage considérés comme des acteurs de notre formation » (mars 2021)

Conseil international des infirmières : « Il faut plus que jamais déployer le leadership des infirmiers »(février 2021)

Association des infirmiers en rééducation et réadaptation : porter la réflexion sur le handicap (janvier 2021)

UNIDEL : « La profession doit prendre en main son avenir » (décembre 2020)

Tabacologie (Afit&a) : « Les infirmiers doivent se saisir de leurs compétences » (novembre 2020)

AFIC : l’association qui fédère les infirmiers de cancérologie (octobre 2020)

Hélène Salette, directrice générale du SIDIIEF : « Les infirmiers doivent apprendre à valoriser par eux-mêmes leur expertise » (septembre 2020)

Association pour l’innovation en santé : « la rencontre humaine est le moteur de notre association »(août 2020)

Avec la FNIR, les infirmiers de réanimation se fédèrent (août 2020)

Association française des infirmier(e)s de thérapie cellulaire hématologie, oncologie et radiothérapie : « Notre objectif est d’alimenter la réflexion » (juillet 2020)

Association francophone des infirmiers du diabète : « Les compétences des infirmiers sont sous exploitées » (juin 2020)

ANPDE : « Les enfants ont des besoins spécifiques qui requièrent une formation dédiée » (mars 2020)

ANFIPA : « Aujourd’hui, nous nous mettons en ordre de marche » (février 2020)

Association de recherche en soins infirmiers : « Notre objectif est de sensibiliser les infirmiers à développer la recherche » (janvier 2020)

Infirmiers de santé au travail : « Notre montée en compétence requiert une formation dédiée »(décembre 2019)

Brigitte Lecointre, présidente de l’ANFIIDE : « Nous devons créer un leadership infirmier » (novembre 2019)

Instituts de formation paramédicaux : "Nous voulons faire évoluer le rôle de directeur". Entretien avec Florence Girard, présidente de l’Association nationale des directeurs d’école paramédicale (ANdEP). (Sept 2019)

CEFIEC : "Notre finalité est de promouvoir la formation en sciences infirmières" (Octobre 2019)

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réagir à cet article

retour haut de page
375 rq / 4,120 sec