« Nous cherchons à valoriser le diagnostic infirmier » – AFEDI

Créée il y a 33 ans, l’Association francophone européenne des diagnostics, interventions et résultats infirmiers (AFEDI), composée d’infirmiers francophones français, belges, suisses et luxembourgeois, plaide pour la valorisation du diagnostic infirmier et du langage standardisé. Le point avec Isabelle De Geest, responsable du secteur Nord France-Belgique de l’AFEDI.

Chaque mois, ActuSoins présente une organisation infirmière (voir encadré). 

Isabelle De Geest, responsable du secteur Nord France-Belgique de l’AFEDI

Isabelle De Geest, responsable du secteur Nord France-Belgique de l’AFEDI. © DR

Dans quel contexte est née l’AFEDI ?

C’est en janvier 1991, sous l’égide de l’Association de la recherche en soins infirmiers (ARSI), qu’une centaine d’infirmiers se sont réunis pour discuter de l’intérêt de fonder une association visant à promouvoir les diagnostics infirmiers dans les pays francophones.

La volonté de départ repose sur une initiative américaine avec la création en 1982 de la North American Nursing Diagnosis Association (NANDA) [Association Nord-Américaine des/pour les Diagnostics Infirmiers (ANADI), NDLR]. À l’époque, elle défend le rôle autonome des infirmiers au travers des diagnostics. La démarche arrive alors progressivement en Europe avec des infirmiers français et belges, qui ont, eux-aussi, souhaité valoriser ce savoir unique du diagnostic infirmier, ce rôle autonome, ainsi qu’un langage standardisé pour tous les infirmiers.

Ils ont pris conscience d’un tournant dans les soins infirmiers et ont estimé que cela passait par une recherche plus rigoureuse et scientifique.

Quel est l’objectif de votre association ?

Nous souhaitons promouvoir et enrichir les diagnostics infirmiers, car ils ne sont pas figés.

D’ailleurs, tous les trois ans, en tant que membre de la NANDA, l’une de nos missions est de traduire en français l’ouvrage américain Diagnostics infirmiers – Définitions et classifications. Nous en sommes à la 14e édition. Ce type d’ouvrage permet justement à tous les infirmiers de disposer d’un langage standardisé sur les interventions infirmières et les résultats. À titre d’exemple, la difficulté à la marche repose sur un diagnostic infirmier, avec une définition bien précise, un contexte, des caractéristiques, des facteurs favorisants, etc. Dans l’ouvrage, pour chaque diagnostic, des populations à risque sont identifiées, avec une partie théorique, qui explique l’usage du livre, des concepts et les axes du jugement.

Nous participons également à la recherche internationale au niveau des diagnostics, des interventions et des résultats. Nous développons des réseaux d’échanges, même si sur cet axe, nous sommes perfectibles, car nous sommes tous bénévoles.

Pourquoi vouloir renforcer cette valorisation du rôle autonome infirmier ?

Ce rôle a été plus ou moins acquis entre 2000 et 2010. Mais depuis quelque temps, ce n’est plus le cas en raison de nombreux facteurs : le contexte de pénurie infirmière, les temps de séjour hospitalier de plus en plus courts, une surcharge administrative. Or, pour poser un diagnostic infirmier, il faut avoir le temps de connaître le patient.

De plus, aujourd’hui, les infirmiers se voient de plus en plus dans l’obligation de déléguer des actes, ce qui complexifie les tâches. En termes d’identité professionnelle, nous ne savons plus très bien qui fait quoi. Le rôle autonome est dilué et nous avons tendance à le perdre. Par ailleurs, les générations changent et la valeur du travail aussi, ce qui a peut-être un impact sur la manière dont on s’identifie en tant qu’infirmier et sur la façon dont on réalise son activité dans le cadre d’un rôle autonome.

Nous voudrions que les infirmiers se saisissent de ce rôle, promeuvent l’utilisation du langage standardisé. Car il faut comprendre le juste concept pour dispenser le juste soin. 

Nous travaillons aussi sur la promotion de la santé, par exemple l’éducation thérapeutique du patient, ainsi que sur des actualités sociétales, par exemple sur la mouvance des genres. Elle est intégrée dans le diagnostic infirmier afin de prendre en compte la spécificité de chaque personne.

Quelle est votre actualité ?

Tous les deux ans, nous organisons un congrès, et en fonction de nos trois secteurs géographiques, nous proposons également en parallèle, des journées ou des activités avec des ateliers de raisonnement clinique, des conférences. Ce sera notamment le cas le 18 mars 2025 à Lille et en 2026 à Nantes, où se déroulera notre journée européenne, avec certainement pour thématique, les compétences technologiques dans le raisonnement clinique.

Propos recueillis par Laure Martin

Je m'abonne gratuitement à la newsletter

Abonnez-vous au magazine Actusoins pour 14€90/an

Lire aussi, sur ActuSoins.com : 

Société française de cardiologie (SFC) : « Nous souhaitons promouvoir le rôle infirmier en cardiologie » (avril 2024)

CIPAC : « Nous souhaitons partager nos connaissances pour une montée en compétences » (mars 2024)

GIFE : « Infirmier d’endoscopie ne s’improvise pas » (février 2024)

CoFECSI : « Pour effectuer de l’enseignement et de la recherche, il faut être au cœur de la pratique infirmière » (janvier 2024)

« COSIPA entend promouvoir la pratique avancée en France » (décembre 2023)

Société française de santé publique (SFSP) : « Nous appréhendons la santé dans une dimension collective » (novembre 2023)

Société française de soins palliatifs (SFAP) : « La réflexion sur les soins palliatifs relève d’un travail collaboratif pluridisciplinaire » (octobre 2023)

Société française d’étude et de traitement de la douleur : « Nous promouvons l’expertise infirmière dans le champ de la douleur chronique » (septembre 2023)

Société française de l’escarre (SFE) :« La sensibilisation des soignants aux risques d’escarres est un réel enjeu de santé publique » (août 2023)

« La Fabrique des soignants » invite à penser l’avenir du système de santé (juillet 2023)

SFMU Société française de médecine d’urgence : une place de premier rang accordée aux soignants(juin 2023)

Société française de gériatrie et gérontologie : « nous construisons une vision globale du parcours des personnes âgées » (mai 2023)

ADRpsy : « il faut promouvoir la recherche infirmière en psychiatrie » (avril 2023)

 AFDS : « nous cherchons à promouvoir le métier de directeur des soins » (mars 2023) 

SFAR : Des infirmiers au sein de la Société française d’anesthésie et de réanimation (février 2023)

AFSOS : « les infirmiers tiennent une place majeure au sein de l’Afsos » (janvier 2023)

SFSD : « nous prônons un exercice humaniste de la télésanté » (décembre 2022)

Société des infirmières françaises en ophtalmologie (SIFO) : « nous cherchons à perfectionner notre pratique » (novembre 2022)

Association française des infirmiers de chirurgie vasculaire : « notre congrès permet des partages à l’international » (octobre 2022)

AFET : « notre objectif est de promouvoir la stomathérapie » (septembre 2022)

SIDERAL, un vivier de stimulations à la montée en compétences des infirmiers (juillet 2022)

IDEAL : « créer des liens permet de favoriser l’entraide entre infirmiers libéraux » (juin 2022)

UNAIBODE : « nous voulons une vraie reconnaissance de la spécialité Ibode » (avril 2022)

AILBA : « nous avons souhaité solidariser les infirmiers libéraux de notre territoire » (mars 2022)

SoRIP : « la recherche peut faire partie du quotidien des puéricultrices » (février 2022)

Collège des infirmièr(es) puéricultrices(eurs) : « notre rôle est de faire évoluer les pratiques professionnelles » (janvier 2022)

SOFERIBO : « nous étudions les situations de terrain vécues par les Ibode » (décembre 2021)

ANISP : « nous cherchons à promouvoir et harmoniser les pratiques des infirmiers de sapeurs-pompiers » (novembre 2021)

Conseil national professionnel infirmier : « nous avons besoin de moyens pour produire des avis argumentés » (octobre 2021)

AEEIBO : « les Ibode doivent devenir autonomes dans le cadre de leurs actes exclusifs » (septembre 2021)

ACICC : « la consultation infirmière est encore peu connue » (août 2021)

AFIDTN : « une réflexion est à mener sur la réforme des actes infirmiers » (juillet 2021)

CEEPAME : « les infirmières puéricultrices doivent être reconnues comme des référentes santé » (juin 2021)

 RIEEST : « les infirmiers de santé au travail doivent tous bénéficier d’une formation identique » (mai 2021)

Comité d’entente des écoles IADE : « nous aimerions que notre autonomie soit actée d’un point de vue législatif » (avril 2021)

ANEIA : « nous aimerions être davantage considérés comme des acteurs de notre formation » (mars 2021)

Conseil international des infirmières : « il faut plus que jamais déployer le leadership des infirmiers »(février 2021)

Association des infirmiers en rééducation et réadaptation : porter la réflexion sur le handicap (janvier 2021)

UNIDEL : « la profession doit prendre en main son avenir » (décembre 2020)

Tabacologie (Afit&a) : « Les infirmiers doivent se saisir de leurs compétences » (novembre 2020)

AFIC : l’association qui fédère les infirmiers de cancérologie (octobre 2020)

 SIDIIEF : « les infirmiers doivent apprendre à valoriser par eux-mêmes leur expertise » (septembre 2020)

Association pour l’innovation en santé : « la rencontre humaine est le moteur de notre association »(août 2020)

Avec la FNIR, les infirmiers de réanimation se fédèrent (août 2020)

Association française des infirmier(e)s de thérapie cellulaire hématologie, oncologie et radiothérapie : « notre objectif est d’alimenter la réflexion » (juillet 2020)

Association francophone des infirmiers du diabète : « les compétences des infirmiers sont sous exploitées » (juin 2020)

ANPDE : « les enfants ont des besoins spécifiques qui requièrent une formation dédiée » (mars 2020)

ANFIPA : « aujourd’hui, nous nous mettons en ordre de marche » (février 2020)

Association de recherche en soins infirmiers : « notre objectif est de sensibiliser les infirmiers à développer la recherche » (janvier 2020)

Infirmiers de santé au travail : « notre montée en compétence requiert une formation dédiée »(décembre 2019)

ANFIIDE : « nous devons créer un leadership infirmier » (novembre 2019)

ANdEP : "nous voulons faire évoluer le rôle de directeur". (Sept 2019)

CEFIEC : "notre finalité est de promouvoir la formation en sciences infirmières" (Octobre 2019)

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réagir à cet article

retour haut de page
332 rq / 4,300 sec