Des infirmiers au sein de la SFAR Société française d’anesthésie et de réanimation

Née en 1982 de la fusion de la Société française d'anesthésie d'analgésie et de réanimation (SFAAR) et de l'Association des anesthésistes français (AAF), la Société française d’anesthésie et de réanimation (SFAR) a créé en 2002 un Comité "infirmiers de réanimation". Le point avec Claire Fazilleau, la présidente de ce comité, également Cadre supérieure de santé au département Réanimation Anesthésie Médecine péri-opératoire à la Pitié-Salpêtrière.

Chaque mois, ActuSoins présente une organisation infirmière ou en lien avec les infirmiers (voir encadré).

Claire Fazilleau, présidente du comité Infirmiers de réanimation de la SFAR

Claire Fazilleau, présidente du comité "Infirmiers de réanimation" de la SFAR. © DR

Qu’est-ce que la SFAR Société française d'anesthésie et de réanimation ?

Cette société savante a pour but l’étude et l’avancement de la recherche dans le domaine de l’anesthésie et de la réanimation pour la sécurisation des gestes, et assure également un soutien à l’enseignement dans ce domaine.

Il existe en France deux sociétés savantes portant la réanimation, mais la SFAR est la seule concernant l’anesthésie.

Quelle est la place des infirmiers au sein de cette société savante la SFAR ?

A l’origine, les infirmiers n’étaient pas représentés au sein de la SFAR. Nous avons été intégrés en 2002. Jusqu’à l’année dernière, des médecins présidaient le comité infirmier. Notre profession a été très soutenue lorsqu’il a été question qu’un infirmier en prenne la présidence.

Deux médecins en restent toutefois membres, ce que nous défendons, car sur le terrain, nous travaillons en équipe et en coordination, il est donc nécessaire que ce soit également le cas pour nos réflexions. Le soutien des médecins envers les infirmiers est réel. Ils nous ont d’ailleurs encouragés à augmenter notre participation lors du congrès annuel.

Quelles actions concrètes sont déployées ? 

La SFAR organise un congrès annuel et un e-congrès, à six mois d’intervalle, pour ses adhérents. Nous publions également des revues scientifiques, l’une en français, Anesthésie & Réanimation (ANREA), et l’autre en anglais, Anaesthesia Critical Care & Pain Medicine (ACCPM).

Nous publions aussi des recommandations pour la pratique quotidienne des professionnels de santé dans le domaine de l’anesthésie et de la réanimation. Enfin, nous attribuons des bourses et des prix, notamment pour les infirmiers.

Qu’en est-il du rôle du comité "infirmiers" ?

Nous sommes 14 infirmiers bénévoles à travailler au sein du comité. Notre action porte strictement sur l’axe « réanimation ».

Il existe d’ailleurs un comité des infirmiers anesthésistes (Iade) et une vingtaine d’autres travaillant sur l’éthique, la douleur, la vie professionnelle/santé au travail, la douleur et l’anesthésie loco-régionale ou encore le développement durable. Nous travaillons en collaboration avec chacun d’eux dès lors que les thématiques concernant les infirmiers de réanimation sont évoquées.

Pour l’organisation du congrès par exemple, nous élaborons le programme pour les infirmiers et les aides-soignants de réanimation. Nous avons également des sessions communes avec les Iade.  

Nous menons aussi des enquêtes et organisons l’attribution d’une bourse de recherche pour les infirmiers de réanimation. 

Intervenez-vous également dans le domaine de la formation ?

Tout à fait ! Nous organisons des formations, sous forme de webinaires, en accès libre à tous, le jour de la diffusion, ensuite uniquement aux adhérents. Nous abordons toujours les quatre mêmes thématiques : la ventilation, l’hémodynamique, l’épuration extrarénale, ainsi que l’éthique et la recherche.

Ces formations sont validantes, dans le cadre du Développement professionnel continu (DPC). Nous proposons en outre des formations dédiées aux infirmiers exerçant au sein des salles de surveillance post-interventionnelle (SSPI). Ces infirmiers, peu nombreux en France, exercent des activités particulières. A titre d’exemple, ils n’ont le droit d’extuber les patients que s’ils y ont été formés. Cependant, la quasi-totalité des établissements ne respectent pas l’obligation de formation dans ce domaine. C’est pour cette raison que nous avons décidé de leur proposer des modules.

Enfin, nous avons développé une plateforme de formation, Galaxie, au sein de laquelle nous proposons des parcours de formation avec de la théorie, de la bibliographie et des tutoriels. Cependant, les formations dispensées dans ce cadre ne sont pas encore validantes.

Propos recueillis par Laure Martin

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter Actusoins

Lire aussi, sur ActuSoins.com : 

AFSOS : « Les infirmiers tiennent une place majeure au sein de l’Afsos » (janvier 2023)

SFSD : « Nous prônons un exercice humaniste de la télésanté » (décembre 2022)

Société des infirmières françaises en ophtalmologie (SIFO) : « nous cherchons à perfectionner notre pratique » (novembre 2022)

Association française des infirmiers de chirurgie vasculaire : « Notre congrès permet des partages à l’international » (octobre 2022)

AFET : « Notre objectif est de promouvoir la stomathérapie » (septembre 2022)

SIDERAL, un vivier de stimulations à la montée en compétences des infirmiers (juillet 2022)

IDEAL : « Créer des liens permet de favoriser l’entraide entre infirmiers libéraux » (juin 2022)

UNAIBODE : « Nous voulons une vraie reconnaissance de la spécialité Ibode » (avril 2022)

AILBA : « Nous avons souhaité solidariser les infirmiers libéraux de notre territoire » (mars 2022)

SoRIP : « La recherche peut faire partie du quotidien des puéricultrices » (février 2022)

Collège des infirmièr(es) puéricultrices(eurs) : « notre rôle est de faire évoluer les pratiques professionnelles » (janvier 2022)

SOFERIBO : « Nous étudions les situations de terrain vécues par les Ibode » (décembre 2021)

ANISP : « Nous cherchons à promouvoir et harmoniser les pratiques des infirmiers de sapeurs-pompiers » (novembre 2021)

Conseil national professionnel infirmier : « Nous avons besoin de moyens pour produire des avis argumentés » (octobre 2021)

AEEIBO : « Les Ibode doivent devenir autonomes dans le cadre de leurs actes exclusifs » (septembre 2021)

ACICC : « La consultation infirmière est encore peu connue » (août 2021)

AFIDTN : « Une réflexion est à mener sur la réforme des actes infirmiers » (juillet 2021)

CEEPAME : « Les infirmières puéricultrices doivent être reconnues comme des référentes santé » (juin 2021)

 RIEEST : « Les infirmiers de santé au travail doivent tous bénéficier d’une formation identique » (mai 2021)

Comité d’entente des écoles IADE : « Nous aimerions que notre autonomie soit actée d’un point de vue législatif » (avril 2021)

ANEIA : « Nous aimerions être davantage considérés comme des acteurs de notre formation » (mars 2021)

Conseil international des infirmières : « Il faut plus que jamais déployer le leadership des infirmiers »(février 2021)

Association des infirmiers en rééducation et réadaptation : porter la réflexion sur le handicap (janvier 2021)

UNIDEL : « La profession doit prendre en main son avenir » (décembre 2020)

Tabacologie (Afit&a) : « Les infirmiers doivent se saisir de leurs compétences » (novembre 2020)

AFIC : l’association qui fédère les infirmiers de cancérologie (octobre 2020)

Hélène Salette, directrice générale du SIDIIEF : « Les infirmiers doivent apprendre à valoriser par eux-mêmes leur expertise » (septembre 2020)

Association pour l’innovation en santé : « la rencontre humaine est le moteur de notre association »(août 2020)

Avec la FNIR, les infirmiers de réanimation se fédèrent (août 2020)

Association française des infirmier(e)s de thérapie cellulaire hématologie, oncologie et radiothérapie : « Notre objectif est d’alimenter la réflexion » (juillet 2020)

Association francophone des infirmiers du diabète : « Les compétences des infirmiers sont sous exploitées » (juin 2020)

ANPDE : « Les enfants ont des besoins spécifiques qui requièrent une formation dédiée » (mars 2020)

ANFIPA : « Aujourd’hui, nous nous mettons en ordre de marche » (février 2020)

Association de recherche en soins infirmiers : « Notre objectif est de sensibiliser les infirmiers à développer la recherche » (janvier 2020)

Infirmiers de santé au travail : « Notre montée en compétence requiert une formation dédiée »(décembre 2019)

Brigitte Lecointre, présidente de l’ANFIIDE : « Nous devons créer un leadership infirmier » (novembre 2019)

Instituts de formation paramédicaux : "Nous voulons faire évoluer le rôle de directeur". Entretien avec Florence Girard, présidente de l’Association nationale des directeurs d’école paramédicale (ANdEP). (Sept 2019)

CEFIEC : "Notre finalité est de promouvoir la formation en sciences infirmières" (Octobre 2019)

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

1 réponse pour “Des infirmiers au sein de la SFAR Société française d’anesthésie et de réanimation”

  1. CRNA05 dit :

    Bonjour,
    Cela fait longtemps que les IADE’s travaillent, échangent et participent aux travaux de la SFAR; de plus beaucoup de réanimations ( en CHU) bénéficient de l’expertise d’IADE dans leurs pratiques quotidiennes.
    J’espère juste que cette arrivée et reconnaissance des IDE en réanimations ne participera pas d’une compétition et rivalité entre ces deux corps infirmiers; pour une fois espérons qu’ils sauront travailler de concert et avec les réanimateurs, notamment en ce qui concerne la formation permanente en intra-service et sous forme de journées départementales et régionales. Cela participe à la cohésion d’équipe et surtout à la connaissance de notre environnement professionnel, il faut sortir des murs!!!

Réagir à cet article

retour haut de page
372 rq / 4,671 sec