« Nous appréhendons la santé dans une dimension collective »

« Vieille dame de la santé publique », la Société française de santé publique (SFSP) a été créée en 1877. Aujourd’hui, même si le prisme de la santé reste prégnant dans les réflexions et travaux portés par ses membres, ces derniers, issus de domaines variés, agissent dans des spectres beaucoup plus larges. Le point avec François Berdougo, délégué général de l’association.

Chaque mois, ActuSoins présente une organisation en lien avec les infirmiers (voir encadré). 

François Berdougo, délégué général de la SFSP

François Berdougo, délégué général de la SFSP. © DR

Comment est née la SFSP ?

La connaissance de l’histoire de cette organisation est faible, nous ne disposons pas beaucoup d’archives. Cependant, nous savons qu’elle a été créée par un pharmacien, Apollinaire Bouchardat, qui a joué un rôle important dans la prise en charge du diabète, et s’intéressait aux questions d’hygiène publique. La SFSP est donc née au cours d’un siècle où, pendant la première moitié, les questions de santé publique ont émergé, en lien avec les logements insalubres, l’assainissement en eau, l’urbanisation, la révolution industrielle. Tandis que la seconde moitié du 19esiècle a davantage été consacrée à l’élaboration et à la structuration des connaissances.

Depuis sa création, la SFSP est composée d’un collectif d’individus issus de corps de métiers très différents : ingénieurs, architectes, professionnels de santé. L’objectif est d’avoir une appréhension de la santé dans une dimension collective. D’emblée, elle a donc affiché une ambition pluriprofessionnelle et pluridisciplinaire. C’est d’ailleurs ce qui la distingue des autres sociétés savantes.

Quelles sont ses missions ?

Cette grande richesse, qui constitue aussi sa force, ne simplifie pas notre action car forcément, les sujets d’intérêt sont très vastes : la planification urbaine, les transports, l’éducation, le logement, l’alimentation ou encore la vaccination. Nous remplissons des missions transversales. Nous sommes une plateforme d’échange entre savants et professionnels. Nous sommes aussi un lieu de débats et de production d’expertise. Enfin, la SFSP est un acteur de diffusion, de partage de connaissances et d’influence dans la santé publique.

Comment travaillez-vous ?

Nous avons tout d’abord des activités socles, structurantes. Nous sommes par exemple éditeur d’une revue scientifique francophone à comité de lecture depuis 1988. Nous sortons six numéros par an.

Nous organisons également un congrès tous les deux ans. Cette année, nous avons réuni environ 1 000 personnes, sur une thématique qui portait sur la santé publique et les territoires.

En parallèle, nous développons des outils d’information en continue, sur internet, à savoir des dossiers documentaires pour partager des connaissances actualisées sur des thématiques ainsi qu’une lettre d’information bi-mensuelle.

Enfin, nous avons des projets spécifiques transversaux à savoir la mise en œuvre d’interventions d’actions en population pour la promotion et la prévention de la santé. Dans ce cadre, nous animons des collectifs de travail en interne, sur les savoirs développés par les acteurs intervenants auprès de tout public.

Nous produisons des recommandations dans le cadre de ces interventions. Ces demandes peuvent venir de nos adhérents mais aussi d’acteurs extérieurs. Nous pouvons par exemple être sollicités par des parlementaires, par le Haut conseil de santé publique (HCSP). Nous avons été démarchés par le Réseau Action Climat, une coalition d’associations qui développe une action sur l’alimentation. Nous pouvons donc être amenés à produire de l’expertise ou à rassembler des connaissances. Dans ce cadre, nous nous intéressons aux pratiques des acteurs de santé publique.

Nous sommes convaincus que les savoirs ne sont pas seulement universitaires ou issus de la recherche. Des savoirs pertinents sont aussi issus de l’expérience des acteurs, à commencer par les habitants et citoyens.

Quelle est la place des infirmiers au sein de la SFSP ?

Leur place est prégnante. La diversification incarnée par les infirmiers dans le système de santé et leur fonction confortent leur rôle dans une prise en charge populationnelle. Le développement de la coordination, de la médiation, de l’accompagnement des personnes malades chroniques, de la pratique avancée : toutes ces fonctions ou exercices d’une part, et la montée aux compétences des infirmiers vers des enjeux de santé publique d’autre part, transforment le métier et lui accordent un rôle de plus en plus marquant dans la préservation de la santé à l’échelle de la population.

La place de ce métier dans les questions de santé publique est importante. La revue de la SFSP et le congrès en sont une bonne illustration car un certain nombre d’articles ou de communications sont portés par des infirmiers. Notre clef de lecture repose sur un prisme populationnel et collectif. De fait, toute personne détenant une expertise ancrée dans une dimension collective, est la bienvenue. Nous avons conscience de la contribution de chacun à l’amélioration de la santé collective.

Propos recueillis par Laure Martin

Je m'abonne gratuitement à la newsletter

Abonnez-vous au magazine Actusoins pour 14€90/an

Lire aussi, sur ActuSoins.com : 

Société française de soins palliatifs (SFAP) : « La réflexion sur les soins palliatifs relève d’un travail collaboratif pluridisciplinaire » (octobre 2023)

Société française d’étude et de traitement de la douleur : « Nous promouvons l’expertise infirmière dans le champ de la douleur chronique » (septembre 2023)

Société française de l’escarre (SFE) :« La sensibilisation des soignants aux risques d’escarres est un réel enjeu de santé publique » (août 2023)

« La Fabrique des soignants » invite à penser l’avenir du système de santé (juillet 2023)

SFMU Société française de médecine d’urgence : une place de premier rang accordée aux soignants(juin 2023)

Société française de gériatrie et gérontologie : « nous construisons une vision globale du parcours des personnes âgées » (mai 2023)

ADRpsy : « il faut promouvoir la recherche infirmière en psychiatrie » (avril 2023)

 AFDS : « nous cherchons à promouvoir le métier de directeur des soins » (mars 2023) 

SFAR : Des infirmiers au sein de la Société française d’anesthésie et de réanimation (février 2023)

AFSOS : « les infirmiers tiennent une place majeure au sein de l’Afsos » (janvier 2023)

SFSD : « nous prônons un exercice humaniste de la télésanté » (décembre 2022)

Société des infirmières françaises en ophtalmologie (SIFO) : « nous cherchons à perfectionner notre pratique » (novembre 2022)

Association française des infirmiers de chirurgie vasculaire : « notre congrès permet des partages à l’international » (octobre 2022)

AFET : « notre objectif est de promouvoir la stomathérapie » (septembre 2022)

SIDERAL, un vivier de stimulations à la montée en compétences des infirmiers (juillet 2022)

IDEAL : « créer des liens permet de favoriser l’entraide entre infirmiers libéraux » (juin 2022)

UNAIBODE : « nous voulons une vraie reconnaissance de la spécialité Ibode » (avril 2022)

AILBA : « nous avons souhaité solidariser les infirmiers libéraux de notre territoire » (mars 2022)

SoRIP : « la recherche peut faire partie du quotidien des puéricultrices » (février 2022)

Collège des infirmièr(es) puéricultrices(eurs) : « notre rôle est de faire évoluer les pratiques professionnelles » (janvier 2022)

SOFERIBO : « nous étudions les situations de terrain vécues par les Ibode » (décembre 2021)

ANISP : « nous cherchons à promouvoir et harmoniser les pratiques des infirmiers de sapeurs-pompiers » (novembre 2021)

Conseil national professionnel infirmier : « nous avons besoin de moyens pour produire des avis argumentés » (octobre 2021)

AEEIBO : « les Ibode doivent devenir autonomes dans le cadre de leurs actes exclusifs » (septembre 2021)

ACICC : « la consultation infirmière est encore peu connue » (août 2021)

AFIDTN : « une réflexion est à mener sur la réforme des actes infirmiers » (juillet 2021)

CEEPAME : « les infirmières puéricultrices doivent être reconnues comme des référentes santé » (juin 2021)

 RIEEST : « les infirmiers de santé au travail doivent tous bénéficier d’une formation identique » (mai 2021)

Comité d’entente des écoles IADE : « nous aimerions que notre autonomie soit actée d’un point de vue législatif » (avril 2021)

ANEIA : « nous aimerions être davantage considérés comme des acteurs de notre formation » (mars 2021)

Conseil international des infirmières : « il faut plus que jamais déployer le leadership des infirmiers »(février 2021)

Association des infirmiers en rééducation et réadaptation : porter la réflexion sur le handicap (janvier 2021)

UNIDEL : « la profession doit prendre en main son avenir » (décembre 2020)

Tabacologie (Afit&a) : « Les infirmiers doivent se saisir de leurs compétences » (novembre 2020)

AFIC : l’association qui fédère les infirmiers de cancérologie (octobre 2020)

 SIDIIEF : « les infirmiers doivent apprendre à valoriser par eux-mêmes leur expertise » (septembre 2020)

Association pour l’innovation en santé : « la rencontre humaine est le moteur de notre association »(août 2020)

Avec la FNIR, les infirmiers de réanimation se fédèrent (août 2020)

Association française des infirmier(e)s de thérapie cellulaire hématologie, oncologie et radiothérapie : « notre objectif est d’alimenter la réflexion » (juillet 2020)

Association francophone des infirmiers du diabète : « les compétences des infirmiers sont sous exploitées » (juin 2020)

ANPDE : « les enfants ont des besoins spécifiques qui requièrent une formation dédiée » (mars 2020)

ANFIPA : « aujourd’hui, nous nous mettons en ordre de marche » (février 2020)

Association de recherche en soins infirmiers : « notre objectif est de sensibiliser les infirmiers à développer la recherche » (janvier 2020)

Infirmiers de santé au travail : « notre montée en compétence requiert une formation dédiée »(décembre 2019)

ANFIIDE : « nous devons créer un leadership infirmier » (novembre 2019)

ANdEP : "nous voulons faire évoluer le rôle de directeur". (Sept 2019)

CEFIEC : "notre finalité est de promouvoir la formation en sciences infirmières" (Octobre 2019)

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réagir à cet article

retour haut de page
357 rq / 4,886 sec