Sciences infirmières : « Pour effectuer de l’enseignement et de la recherche, il faut être au cœur de la pratique infirmière »

Officiellement créé en septembre 2023, le Collège français des enseignants-chercheurs universitaires en sciences infirmières (CoFECSI) entend prendre part aux différentes réformes en cours concernant la formation et le métier d’infirmier. Le point avec le Pr Sébastien Colson, son président.

Chaque mois, ActuSoins présente une organisation infirmière (voir encadré).

Sébastien Colson, Professeur des universités en sciences infirmières, président du CoFECSI

Sébastien Colson, Professeur des universités en sciences infirmières, président du CoFECSI. © DR

Dans quel contexte le CoFECSI a-t-il été créé ?

La création du CoFECSI est liée à celle de la section Sciences infirmières au sein du Conseil national des universités (CNU 92) en 2019.

Cette officialisation de l’existence de la discipline a permis de créer une nouvelle carrière, celle de l’enseignant-chercheur universitaire en sciences infirmières. Pour autant, nous sommes encore peu nombreux, environ une douzaine d’enseignants-chercheurs en sciences infirmières statutaires en France, répartis au sein de diverses universités du territoire.

Et nous ne sommes que quatre à être titulaires d’une Habilitation à diriger les recherches (HDR). Etant donné que les postes s’ouvrent progressivement dans les universités, nous avons souhaité créer le CoFECSI pour nous regrouper, nous soutenir, partager nos expériences afin qu’elles nous servent aux uns et aux autres.

Nous réfléchissons ainsi à une structuration d’entraide entre universités. Nous entendons aussi répondre aux demandes des personnes souhaitant embrasser une carrière universitaire sans nécessairement connaître les démarches, pour les renseigner, de vive voix et par l’intermédiaire de nos systèmes de communication (réseaux sociaux, site internet en construction…).

Vous entendez également porter la voix du CoFECSI dans le cadre des travaux sur la refonte de la formation et des compétences métiers…

C’est en effet l’un de nos objectifs prioritaires. Nous voudrions porter la voix universitaire dans toutes les réflexions menées sur l’évolution de la profession. Les instances parlent de l’universitarisation des professions paramédicales, mais oublient souvent d’interroger les universitaires. Cela conduit au vote de textes parfois difficiles à mettre en œuvre sur le terrain, justement parce qu’ils ne s’appuient pas suffisamment sur les acteurs des terrains universitaires. Aujourd’hui, les différents membres du CoFECSI sont sollicités dans ces différents travaux en raison de leurs engagements au sein d’autres instances. 

Nous sommes également en train d’effectuer les démarches nécessaires pour intégrer les différents Conseils nationaux professionnels (CNP) infirmiers, infirmiers spécialisés et infirmier en pratique avancée, afin de participer aux discussions portant sur le volet professionnel du métier. Souvent, les universitaires ne sont sollicités que sur l’axe formation. Or, en tant qu’enseignant-chercheur, nous sommes aussi sur le terrain, nous avons des liens avec la clinique. Il ressort d’ailleurs des 18e assises nationales hospitalo-universitaires, qui se sont déroulées mi-décembre à Versailles, que nos postes pourraient évoluer vers une bi-appartenance.

Actuellement, contrairement aux médecins qui disposent d’un statut spécifique, les infirmiers ne peuvent pas être rattachés à la fonction publique hospitalière et à la fonction publique d’État. Cette réalité pourrait être amenée à changer. Cependant, la volonté du CoFECSI serait de permettre aux enseignants-chercheurs en sciences infirmières d’exercer la profession infirmière, pas forcément qu’à l’hôpital.

Nous souhaitons pouvoir le faire dans tous les secteurs d’exercice infirmier. Nous ne voulons pas nous fermer la porte à la création d’un nouveau fonctionnement innovant, car il est important, pour effectuer de l’enseignement et de la recherche, d’être au cœur de la pratique infirmière.

Quelles sont les conditions d’adhésion au CoFECSI ?

Seuls les professeurs d’université et les maîtres de conférences en sciences infirmières peuvent adhérer au Collège. Nous autorisons également certains contractuels en CDI ou CDD tels que les enseignants associés, les attachés temporaires d’enseignement et de recherche, les contractuels LRU à en être membres. Nous étions 16 membres individuels fondateurs lors de l’assemblée générale constitutive.

Propos recueillis par Laure Martin

Je m'abonne gratuitement à la newsletter

Abonnez-vous au magazine Actusoins pour 14€90/an

Lire aussi, sur ActuSoins.com : 

« COSIPA entend promouvoir la pratique avancée en France » (décembre 2023)

Société française de santé publique (SFSP) : « Nous appréhendons la santé dans une dimension collective » (novembre 2023)

Société française de soins palliatifs (SFAP) : « La réflexion sur les soins palliatifs relève d’un travail collaboratif pluridisciplinaire » (octobre 2023)

Société française d’étude et de traitement de la douleur : « Nous promouvons l’expertise infirmière dans le champ de la douleur chronique » (septembre 2023)

Société française de l’escarre (SFE) :« La sensibilisation des soignants aux risques d’escarres est un réel enjeu de santé publique » (août 2023)

« La Fabrique des soignants » invite à penser l’avenir du système de santé (juillet 2023)

SFMU Société française de médecine d’urgence : une place de premier rang accordée aux soignants(juin 2023)

Société française de gériatrie et gérontologie : « nous construisons une vision globale du parcours des personnes âgées » (mai 2023)

ADRpsy : « il faut promouvoir la recherche infirmière en psychiatrie » (avril 2023)

 AFDS : « nous cherchons à promouvoir le métier de directeur des soins » (mars 2023) 

SFAR : Des infirmiers au sein de la Société française d’anesthésie et de réanimation (février 2023)

AFSOS : « les infirmiers tiennent une place majeure au sein de l’Afsos » (janvier 2023)

SFSD : « nous prônons un exercice humaniste de la télésanté » (décembre 2022)

Société des infirmières françaises en ophtalmologie (SIFO) : « nous cherchons à perfectionner notre pratique » (novembre 2022)

Association française des infirmiers de chirurgie vasculaire : « notre congrès permet des partages à l’international » (octobre 2022)

AFET : « notre objectif est de promouvoir la stomathérapie » (septembre 2022)

SIDERAL, un vivier de stimulations à la montée en compétences des infirmiers (juillet 2022)

IDEAL : « créer des liens permet de favoriser l’entraide entre infirmiers libéraux » (juin 2022)

UNAIBODE : « nous voulons une vraie reconnaissance de la spécialité Ibode » (avril 2022)

AILBA : « nous avons souhaité solidariser les infirmiers libéraux de notre territoire » (mars 2022)

SoRIP : « la recherche peut faire partie du quotidien des puéricultrices » (février 2022)

Collège des infirmièr(es) puéricultrices(eurs) : « notre rôle est de faire évoluer les pratiques professionnelles » (janvier 2022)

SOFERIBO : « nous étudions les situations de terrain vécues par les Ibode » (décembre 2021)

ANISP : « nous cherchons à promouvoir et harmoniser les pratiques des infirmiers de sapeurs-pompiers » (novembre 2021)

Conseil national professionnel infirmier : « nous avons besoin de moyens pour produire des avis argumentés » (octobre 2021)

AEEIBO : « les Ibode doivent devenir autonomes dans le cadre de leurs actes exclusifs » (septembre 2021)

ACICC : « la consultation infirmière est encore peu connue » (août 2021)

AFIDTN : « une réflexion est à mener sur la réforme des actes infirmiers » (juillet 2021)

CEEPAME : « les infirmières puéricultrices doivent être reconnues comme des référentes santé » (juin 2021)

 RIEEST : « les infirmiers de santé au travail doivent tous bénéficier d’une formation identique » (mai 2021)

Comité d’entente des écoles IADE : « nous aimerions que notre autonomie soit actée d’un point de vue législatif » (avril 2021)

ANEIA : « nous aimerions être davantage considérés comme des acteurs de notre formation » (mars 2021)

Conseil international des infirmières : « il faut plus que jamais déployer le leadership des infirmiers »(février 2021)

Association des infirmiers en rééducation et réadaptation : porter la réflexion sur le handicap (janvier 2021)

UNIDEL : « la profession doit prendre en main son avenir » (décembre 2020)

Tabacologie (Afit&a) : « Les infirmiers doivent se saisir de leurs compétences » (novembre 2020)

AFIC : l’association qui fédère les infirmiers de cancérologie (octobre 2020)

 SIDIIEF : « les infirmiers doivent apprendre à valoriser par eux-mêmes leur expertise » (septembre 2020)

Association pour l’innovation en santé : « la rencontre humaine est le moteur de notre association »(août 2020)

Avec la FNIR, les infirmiers de réanimation se fédèrent (août 2020)

Association française des infirmier(e)s de thérapie cellulaire hématologie, oncologie et radiothérapie : « notre objectif est d’alimenter la réflexion » (juillet 2020)

Association francophone des infirmiers du diabète : « les compétences des infirmiers sont sous exploitées » (juin 2020)

ANPDE : « les enfants ont des besoins spécifiques qui requièrent une formation dédiée » (mars 2020)

ANFIPA : « aujourd’hui, nous nous mettons en ordre de marche » (février 2020)

Association de recherche en soins infirmiers : « notre objectif est de sensibiliser les infirmiers à développer la recherche » (janvier 2020)

Infirmiers de santé au travail : « notre montée en compétence requiert une formation dédiée »(décembre 2019)

ANFIIDE : « nous devons créer un leadership infirmier » (novembre 2019)

ANdEP : "nous voulons faire évoluer le rôle de directeur". (Sept 2019)

CEFIEC : "notre finalité est de promouvoir la formation en sciences infirmières" (Octobre 2019)

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réagir à cet article

retour haut de page
375 rq / 3,320 sec