Suppression de l’Ordre national des infirmiers : Les POUR

Pour ou contre la suppression de l'Ordre Infirmier? Alors que dans un article précédent, ActuSoins a donné la parole aux opposants à la suppression de l'ONI, voici les réactions de ceux qui approuvent le vote de l'Assemblée Nationale. 

L'amendement voté, doit encore passer au Sénat.

Suppression de l'Ordre infirmier : Les POURL’intersyndicale CFTC-CFDT-CGT-SNICS-FSU-SUD Santé-UNSA Santé Sociaux

se félicite de la suppression de l'Ordre par les députés

"Tous ensemble et plus que jamais, nous le répétons : les ordres même gratuits, on n’en veut pas !" se réjouit l'intersyndicale.

Se félicitant de la décision prise à l'Assemblée Nationale, en faveur de la suppression de l'Ordre Infirmier, le groupement estime que "les parlementaires ont été à l’écoute des femmes et des hommes qui travaillent quotidiennement pour assurer des soins de qualité à la population, malgré des moyens insuffisants octroyés par les politiques de santé".

Elle s’offusque néanmoins de la position du gouvernement - Marisol Touraine n'approuve pas la suppression de l'Ordre - alors que lors du salon infirmier en novembre 2013, la Ministre avait confirmé son intention de rendre facultative pour les salariés l’adhésion à l’ordre infirmier dans la loi santé.

"L’écoute de la Ministre reste notoirement insuffisante compte tenu de son intervention à l’Assemblée Nationale  au sujet de l’ONI . L’intersyndicale dénonce l’ONI mais soutient une proposition de régulation qui était assurée antérieurement par des structures publiques et qui pourrait être confiée au Haut conseil des professions paramédicales. Cette proposition pourrait faire l’objet d’une loi spécifique.

"Que les élus ordinaux ayant recueilli moins de 15 % de vote des 617 000 infirmiers fassent preuve de modération et ne communiquent pas trop vite sur la possibilité que l’amendement visant à la suppression de l’ONI soit rejeté par le Sénat. Nous demandons que le gouvernement et les assemblées tant Sénat qu’Assemblée Nationale soutiennent et respectent le vote exprimé en faveur de la suppression de l’ordre voire des ordres" . 

Le syndicat Résilience adresse une lettre aux sénateurs

Le syndicat Résilience est depuis sa création, farouchement opposé à l'Ordre. Suite à la suppression de l'ONI par les députés, Hugues Dechilly, son secrétaire général, se satisfait du vote exprimé.

Il a adressé une lettre aux sénateurs, les priant de "respecter" la décision de l'Assemblée Nationale, qui selon lui, représente la volonté d'une "trés grande majorité d'infirmiers".

"Ce sont plus de 450 000 infirmières sur 600 000 en activité qui, au quotidien, soignent la population dans une précarité juridique permanente liée à un exercice illégal - versus ordinal - de la profession infirmière. Les chiffres annoncés sont ceux diffusés par l’ordre mais ils n’ont jamais fait l’objet d’un contrôle et/ou d’une certification et sont donc, par principe soumis à contestation, la ministre Marisol Touraine les ayant publiquement mis en doute en septembre 2013 lors d’interviews données à la presse infirmière" écrit Hugues Dechilly.

"Pourtant, mesdames et messieurs les Sénateurs, ces professionnelles diplômées d’Etat ne sont pas devenues incapables, délinquantes ou je ne sais quoi encore du jour au lendemain de la publication de cette loi au Journal Officiel du 27 décembre 2006". 

"Reconnues parmi les meilleures au monde, très appréciées des français qui les portent haut dans leur cœur, certaines d’entre elles se sont retrouvées - après avoir été lâchement dénoncées par l’ordre infirmier du Haut Rhin auprès du Procureur de la République, convoquées comme de vulgaires voleuses à grands renfort de publicité médiatique à la gendarmerie du coin. D’autres ont été sauvagement et abusivement déconventionnées dans le Rhône suite, là encore, à la dénonciation de l’ordre infirmier départemental auprès de la CPAM. Certains sapeurs-pompiers volontaires infirmiers ont été empêchés de sortir en mission de secours et d’assistance à la population dans plusieurs départements au toujours même motif de l’illégalité d’un exercice professionnel pourtant pratiqué par beaucoup depuis des décennies, dans une exemplarité non contestable et non contestée !"

La FNI (Fédération Nationale des Infirmiers), s'est aussi dite satisfaite de cette suppression, "applaudissant" l’adoption par les députés contre l’avis du gouvernement de l’amendement visant à supprimer l’Ordre national des infirmiers et dénoncant "les arguments perfides de la ministre".

Sur les réseaux sociaux, une page Facebook "Pour la Suppression de l'ONI" a vu le jour il y a quelques heures, en opposition à la page "Contre la suppression de l'ONI".

Rédaction ActuSoins


Loi Santé - Amendement 517 - A. Le Houérou par annielehouerou

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

43 réponses pour “Suppression de l’Ordre national des infirmiers : Les POUR”

  1. solange granier dit :

    A tous ceux qui écrivent – ici et ailleurs – pour motiver leur refus de se soumettre à un ordre infirmier manifestement rejeté, il ne faut pas oublier de faire un copié collé de vos arguments très pertinents aux sénateurs qui vont devoir statuer après les députés.
    Autrement, les blogs et les interventions sur les forums des pro ordre sont toujours aussi faibles dans leur motivation et deviennent rébarbatives. Pour la petite histoire, j’ai lu hier que la présidente du CII qui a écrit aux sénateurs français (de quoi je me mêle !) pour se plaindre du vote des députés a omis de dire dans sa lettre que l’ordre infirmier contribue actuellement à hauteur de 300000 euros par an au financement de ce même CII. Ceci explique certainement cela. Les infirmières qui cotisent sous la contrainte, en France, seront ravies d’apprendre qu’elles participent au financement des bureaux du CII dans la très confortable ville de Genève.

  2. solange granier dit :

    19 contre 10 : la majorité a dit NON à un ordre infirmier.
    20% des professionnelles sont inscrites et donc 80% ne le sont pas et disent NON à un ordre infirmier !
    Pourquoi vos amis de la droite parlementaire étaient ils si peu nombreux cette nuit là, comme toutes les nuits, au Palais Bourbon ? Trop occupés à ronfler peut être plutôt que de venir voter le moment venu en séance ?
    Il est vrai que la cantine est très bonne chez les députés et que la digestion est difficile : on le voit aux questions au Gouvernement les mardi et mercredi à 15 heures, y en a qui dorment en pleine journée en direct à la télé. Alors, leur demander de venir voter la nuit ? Vous rêver !!!

  3. Motarde de DIJON dit :

    Remarques aux intégristes ordinaux: Si les députés votent des lois ou des amendements qui ne vous conviennent pas, présentez-vous aux élections législatives!

    Apprenez également que de nombreuses lois ou amendements sont votés en scéance nocturne avec une minorité de députés présents.

    • ordinal dit :

      Pour supprimer un Ordre c’est bien la première fois.
      Quand c’est pour imposer une taxe supplémentaire, je veux bien, mais supprimer une institution qui a 8 ans d’histoire ça fait léger 19 voix pour et 10 voix contre.

      • Little_asa dit :

        Pour passer un 49.3, ajouter une taxe, sur toute la population française, ça vous pose pas de soucis qu’il n’y ait que 3 pelés, mais pour virer un organisme qui fait polémique ET doublon avec d’autres structures, qui ne va faire pleurer que 20% de la profession ça vous gêne? Je comprends vraiment pas.

  4. Sansebastien dit :

    Le printemps vous réussit chez Résilience je vois!
    Le pauvre Hugues, le metalo qui veut “dézinguer” l’Ordre des infirmiers et tous les Ordre en a même des boutons d’ados en crise de puberté, il n’y a qu’à lire sa lettre au Président de la République, que son idéologie politique déteste furieusement d’ailleurs. Lisons: “Monsieur le Président, je suis personnellement atterré de connaître un peu plus chaque fois, la montée des extrêmes dans notre pays. Trois générations, la quatrième est en culture, de la famille Le Pen sont ainsi installées durablement dans notre paysage politique.”
    Quel rapport Hugues? tu as trop picolé ces derniers jours, à moins que l’on ne t’ai roulé une cigarette d’un mauvais tabac; Enfin continue comme cela tu es trop drôle;
    Bises
    PS: la démocratie, ce n’est pas 19 députés sur 29 (pour un total de 577) qui votent l’avenir de la profession infirmière, surtout quand aucun d’eux n’est professionnel de santé à part une sage femme retraitée. Les autres? agriculteurs, enseignants retraités, cadre de banque, etc.. Que des gens parfaitement qualifiés pour connaître ce qui est bon ou pas pour l’avenir des infirmières. Ils doivent se gondoler du bon tour qu’ils ont joué au gouvernement, à 2 heure du mat’

  5. solange granier dit :

    Le cumul des “professionnels de la profession” :
    OrdreInfirmiers=CIF=SNPI=COLLEGEINFIRMIER=ACADEMIEDESSCIENCES=ANFIIDE = Thierry Amouroux.

  6. eusebe dit :

    Les patients, malades, résidents, etc… ne sont pas tous infirmiers : l’ordre prétend les défendre en essayant de contrôler la profession d’infirmier ; peut-être veulent-ils donner leur sentiment sur les actions ordinales effectuées en leur faveur (c’est sûr, ils n’ont pas vu grand chose) ? Les associations et autres regroupements étrangers d’intellectuels du soin viennent bien donner leur avis sur cette histoire hexagonale, personne ne leur a demandé de la ramener, et pourtant, c’est chialeries dans toute la francophonie…

  7. lisettegourcuff dit :

    La preuve que les centrales syndicales savent qu’elles ne représentent pas les infirmiers vient d’être apportée par la secrétaire fédérale CFDT santé sociaux dans un mail qu’elle a diffusé à tout son réseau CFDT.
    Morceau de choix : “Le texte relatif à l’abrogation de l’ordre infirmier a été voté, contre le gouvernement dans la nuit du 9 au 10 avril. Il va passer au sénat d’où un besoin d’envois et de contacts massifs avec les sénateurs.
    Alors je demande à tous de s’y mettre et de relayer.
    AS, ES, formateur, jardinier, cadre, cuisinier, IDE, MK, AVS, directeur … aujourd’hui et pour ces envois merci à tous d’être infirmiers ou d’expliquer que vous soutenez leur démarche. Exemple j’ai même fait envoyer par ma voisine qui à écrit qu’en qualité d’usager de la santé elle soutient la demande d’abrogation de l’ordre des infirmiers.”

    Jardiniers, cuisiniers faites vous passer pour des IDE !!! voilà l’opinion qu’a la CFDT de notre profession. Voilà ce que cache les anti-ordres. Ils jouent sur le fait que les infirmiers ne savent pas se mobiliser et prétendent qu’ils sont contre leur ordre alors qu’on sait pertinemment que les infirmiers travaillent, n’ont pas d’engagement syndical et ne sont donc ni contre ni pour : ils n’ont pas eu le temps de s’y intéresser !

    C’est une insulte à la profession. Ne laissons pas d’autres décider de notre avenir !

    • Little_asa dit :

      “ON sait pertinemment”. c’est qui ce ‘on’?

      Vous fulminez contre les détracteurs de l’ordre qui parlent tous “au nom des autres”, et vous faites de même, c’est assez contradictoire.

      Et ce n’est pas parce qu’un IDE n’a pas d’engagement syndical qu’il est “ni pour ni contre”, un non syndiqué, peut avoir de la réflexion vous savez, se documenter, chercher à s’informer.

      “ils n’ont pas eu le temps de s’y intéresser !” Qu’est-ce que vous en savez? A l’instar des syndicalistes, vous pensez savoir ce que tous les IDE pensent?

      Je ne suis pas syndicaliste, et je ne suis pas pour l’ordre non plus, pas dans les conditions actuelles en tout cas. Fédérer la profession oui, mais faire du forcing comme ça a été fait, je trouve ça plus que limite.

    • moutarde dit :

      J’imagine que la CFDT va exercer son droit de réponse ?

      • ordinal dit :

        J’espère bien qu’elle s’expliquera sur ce mail dans lequel elle demande aux jardiniers cuisiniers, éducateurs, aide-soignants (à la limite) kinés, etc d’écrire qu’ils ne veulent pas de l’ordre des infirmiers en se faisant passer pour des infirmiers :
        ” AS, ES, formateur, jardinier, cadre, cuisinier, IDE, MK, AVS, directeur aujourd’hui et pour ces envois merci à tous d’être infirmiers ou d’expliquer que vous soutenez leur démarche”..
        Et en sous-entendant que les parlementaires sont de menteurs.. Ils apprécieront..

      • solange granier dit :

        J’ose espérer que la CFDT va exercer son droit de réponse ! Il faut impérativement en connaître les tenants et les aboutissants !

  8. oni-non-merci dit :

    Laissons mourir tranquillement cet ordre inutile et agonisant. Certes, les plus hauts salaires de l’Ordre vont souffrir ….

  9. Pitoyable !!! Ce ne sont pour la majorité même pas des syndicats infirmiers !!!! Les salariés se font rouler dans la farine !!! Pourvu qu ils aient raison

  10. Pitoyable !!! Ce ne sont pour la majorité même pas des syndicats infirmiers !!!! Les salariés se font rouler dans la farine !!! Pourvu qu ils aient raison

  11. moutarde dit :

    Il faut arrêter de prendre les gens et en particulier les IDE pour des cons.
    Infirmiers.com est pro-ordre sous la plume de sa rédactrice en chef et probablement d’une grande partie de la rédaction.
    Sont ils seulement (encore) IDE en service ? A domicile ? Partageant au quotidien les problématiques des patients, de leurs collègues tous plongés dans des difficultés de + en + insurmontables du fait du marasme socio-économique ?

    A quand une ligne éditoriale plus neutre et plus objective ?

    L’ordre infirmier a été imposé à la profession et aux IDE par la ruse et la contrainte.
    La profession n’a pas été concertée.
    Année après année, les IDE en apportent la preuve en ne s’inscrivant pas malgré les menaces et/ou en ne payant plus malgré les relances.

    Il faut encore arrêter de prendre les gens et en particulier les IDE pour des cons avec cette juxtaposition de pseudo syndicats et associations aux acronymes pompeux, représentatifs que d’eux même où gravitent toujours les mêmes personnes issues à l’origine en France pour beaucoup du même groupuscle : le groupe Saint-Anne

    SNIIL
    CNI
    SNPI
    ANFIIDE
    ASI – Académie des Sciences Infirmière
    FNESI
    ANPDE
    CIF – Collège infirmier français dernier né d’une longue série…
    ANDEP
    ONI
    SIDIIEF
    CII
    …/…

    Tous ont une tribune et ou trustent la presse professionnelle, les médias de la presse écrite, radio télévisée et numérique. Parce que beaucoup ne font (plus) que ça.

    On les retrouve aussi dans le secteur juteux de la formation professionnelle…

    L’immense majorité des infirmiers et infirmières dit CA SUFFIT !

    Des Députés les ont enfin entendus !

    Reste à savoir comment les grandes centrales syndicales et syndicats IDEL opposés à l’ordre vont s’approprier enfin du sujet car c’est maintenant ou jamais.

    http://www.academie-sciences-infirmieres.fr/index.php/presentation/le-mot-de-la-presidente

    http://www.syndicat-infirmier.com/Creation-du-College-Infirmier.html

  12. Compliqué de faire pire je pense… Pitoyable…

  13. Alors là on touche le fond!! C est le haut niveau de la démagogie!! J hésitais à en rire ou à en pleurer! Arriver à placer le FN dans ce débat, là, chapeau bas!
    Je reprends ce passage tellement improbable :
    “Monsieur le Président, je suis personnellement atterré de connaître un peu plus chaque fois, la montée des extrêmes dans notre pays. Trois générations, la quatrième est en culture, de la famille Le Pen sont ainsi installées durablement dans notre paysage politique.”

    • cedr1c dit :

      Pourtant le FN est le seul parti à prendre officiellement la défense des ordres, un relent du maréchal au niveau idéologique.
      Dans le 69, une élue ordinale s’est d’ailleurs présenté sur les listes d’extrême droite.

    • solange granier dit :

      Oui le FHain eets le seul parti à avoir inscrit les ordres dans son programme.

      • Little_asa dit :

        Oui – – et – – alors? ce que je ne comprends pas, c’est ce que vient faire ce paragraphe parachuté dans cette “missive”.
        A moins que ce ne soit un coller de plusieurs autres paragraphes pour donner un truc “stylé” (sic), ce paragraphe au milieu du reste donne à la lecture une impression de pur n’importe quoi. C’est ça qu’on relève. Perso je m’en tape royal que le FN (ou “FHain” pour faire genre) soit pour, contre, à côté ou au milieu des ordres. Je dis juste qu’en lisant cette lettre, je trouve que c’est décousu, et avec ce paragraphe encore plus.

  14. solange granier dit :

    Comme prévu, l’Assemblée Nationale vient de voter la loi Santé et a donc supprimé cet ordre infirmier honni ! La guerre de tranchées continue de plus belle au Sénat ! Avant de revenir à l’Assemblée Nationale.

  15. Motarde de DIJON dit :

    Ce que je pense de toute cette polémique.

    Brigitte LUDWIG, Présidente de l’UNAIBODE, déclare : « Depuis sa création en décembre 2006, l’UNAIBODE a toujours soutenu l’Ordre qu’elle considère comme un véritable garant de la sécurité des patients, notamment grâce à son action contre l’exercice illégal dans les blocs opératoires » explique l’UNAIBODE

    Réponse : L’exercice illégal dans les blocs pouvait être combattu par L’UNAIBODE au moyen de recours auprès des tribunaux de droit commun. Nul n’est censé exercer la profession d’infirmier (e) s’il n’est titulaire d’un diplôme d’Etat (Article L.4311-1 du CSP).

    L’ANFIIDE déclare : « Il faut du temps pour asseoir une gouvernance. L’Ordre Infirmier a tout juste 8 ans !

    Réponse : Certes, mais la gouvernance hasardeuse du début de l’Ordre n’est pas le fait d’une seule personne. Cette gouvernance plus que contestable, relevait de la responsabilité collective de l’ensemble des élus du Conseil National de l’Ordre des Infirmiers qui l’ont approuvée par leur vote. Le Vice-Président de l’époque (aujourd’hui Président) n’y trouvait rien à redire. Et l’ANFIIDE, n’y trouvait rien à redire non plus.

    Le COLLEGE INFIRMIER FRANCAIS dénonce : « A travers le vote de l’abrogation de l’Ordre National des Infirmiers, c’est à nouveau la qualité des prises en soins qui est remise en question et par là même la profession infirmière ».

    Réponse : Cet argument est fallacieux. La grande majorité des 600 000 infirmiers (e) est soucieuse de proposer des soins de qualité. La qualité des soins est l’une des préoccupations majeures des infirmiers (e) ordinés ou non !

    La FNESI s’exprime : « S’il est vrai que les débuts de l’instance ont été regrettables en terme de gestion, notamment financière, force est de reconnaître qu’elle a su évoluer ».

    Réponse : Tout de même ! Rappelons que le Président et le Secrétaire Général actuels, ainsi que d’autres membres toujours aux affaires aujourd’hui, avalisaient toutes les décisions sous la présidence de Madame LEBOEUF. Ces élus avaient le pouvoir de dire non. On ne peut pas dire, je n’y suis pour rien, je n’y étais pas !

    En conclusion :

    La première gouvernance n’est pas très différente de l’actuelle. Madame D. LEBOEUF, malgré sa forte personnalité et son caractère autoritaire, avait peut-être sincèrement l’ambition de faire évoluer la profession d’infirmier (e). De l’inscrire dans une vision progressiste.

    Rien n’a changé. Aujourd’hui ce qui prévaut, c’est toujours l’autoritarisme du Conseil National. Cette prétention à affirmer que sans lui rien ne va, sans lui point de salut !

    Je ne dis pas que l’Ordre des Infirmiers est nuisible aux infirmiers. Je dis que son sectarisme, sa propension à donner des leçons, l’a conduit à se faire rejeter par une majorité d’infirmiers pourtant consciencieux dans leur travail quotidien.

    En ce sens, la première gouvernance ressemble étrangement à la seconde.

  16. solange granier dit :

    Lettre à monsieur le Président de la République – ordre infirmier –
    Respect de la Démocratie et du travail parlementaire.

    Strasbourg, le 11 avril 2015.

    Monsieur le Président de la République,

    dans la nuit du 09 au 10 avril 2015, les députés ont voté en séance publique la suppression de l’ordre infirmier en adoptant l’amendement 517 dans le cadre de l’examen de la Loi Santé.

    Heureuse surprise le matin, en rentrant d’une nuit de travail passée à soigner les patients. Heureuse surprise le matin pour plus de 80% des 600 000 infirmières qui soignent la population dans une illégalité ordinale et une précarité juridique permanente. Parmi les 20% revendiqués par cet ordre infirmier que nous ne reconnaîtrons jamais, plus de la moitié des adhérentes l’ont été sous la contrainte et la menace. Ces chiffres diffusés – urbi et orbi – par l’ordre infirmier n’ont jamais fait l’objet d’une quelconque certification, ne serait-ce que par les services de l’Etat.

    Madame la Ministre Touraine ayant vivement étonné de par son nouveau positionnement sur le sujet en s’opposant à cet amendement, elle qui il y a quelques mois encore disait publiquement à l’Assemblée Nationale en répondant à un député que “l’avenir de l’ordre était clairement menacé, que l’ordre n’avait pas de légitimité”. La même ministre qui déclarait en septembre 2013 au salon infirmier que les chiffres diffusés par l’ordre n’étaient pas ceux dont elle disposait !

    Madame Catherine Lemorton, présidente de la Commission des Affaires Sociales a eu un raisonnement juste en soutenant cet amendement défendu par madame Annie Le Houerou qui avait présidé une mission socialiste parlementaire et avait produit un rapport jamais publié, sur ce sujet. Comme n’a d’ailleurs jamais été publié, non plus, le rapport de l’IGAS sur la gouvernance et les dysfonctionnements de l’ordre kiné. Qu’ont-ils donc de si secret à cacher, monsieur le Président ?

    Bien évidemment, les pro ordre sont déchaînés et vous ont déjà demandé audience pour essayer de vous faire intervenir dans un débat parlementaire, prouvant une fois de plus le peu de considération de ces ayatollahs envers le fonctionnement normal de la démocratie et de la séparation des pouvoirs que nous a donné notre Constitution, rappelant par la même les pouvoirs concentrés et disproportionnés, hors de contrôle de telles institutions ayant le droit de vie et de mort sur les professionnels de la Santé.

    Monsieur le Président, je suis personnellement atterré de connaître un peu plus chaque fois, la montée des extrêmes dans notre pays. Trois générations, la quatrième est en culture, de la famille Le Pen sont ainsi installées durablement dans notre paysage politique.
    Au-delà des considérations politiciennes écœurantes, nous soignants, qui écoutons les français entendons leurs doléances pour ne pas écrire leurs condoléances sur la conduite des affaires de notre pays. Les français souffrent, les soignants aussi. Les infirmières en première ligne, beaucoup !

    Le respect de la parole donnée, de la tenue des engagements est une donnée fondamentale qui manque au débat dans notre pays. Madame Touraine, sur le sujet ordinal, en est malheureusement un très bon exemple. Quel crédit moral accorder à un personnage public qui fait l’inverse de ce pourquoi il a été élu ou nommé ? Ce discrédit se retrouve dans les urnes, à chaque consultation électorale.

    Pour ces raisons, monsieur le Président de la République, je vous demande – au nom des plus de 450 000 infirmières non inscrites et des inscrites sous la menace et le chantage, de ne pas céder aux pressions des lobbyistes de “tous ordres” et de faire en sorte que les infirmières et les français, retrouvent quelques espoirs dans l’action publique de pouvoirs manifestement en manque de considération.

    Avec mes salutations infirmières et citoyennes respectueuses.

    Hugues Dechilly,
    infirmier diplômé d’Etat,
    secrétaire général du syndicat Résilience.

    RESILIENCE – 20 rue de Molsheim – 67000 Strasbourg.

    • Little_asa dit :

      J’aime pas qu’on parle “en mon nom” sans m’avoir rien demandé. Que ce monsieur écrive une lettre, tant mieux pour lui, mais je ne supporte pas ceux qui s’estime parler pour tout le monde… (et que vient faire la famille Le Pen là dedans sérieux?)

    • solange granier dit :

      Il me semble que c’est assez clair, non ? Vous ne voulez voir et lire que ce qui vous intéresse. Cette lettre adressée au président de la République met en avant des valeurs citoyennes que vous ignorez dans votre conduite des affaires ordinales. Normal donc que vous ne les perceviez pas comme telles. Et puis si le fait de nommer la famille Lepen dans un débat vous dérange, ma foi je trouve cela plutôt bien !!! Comme écrit Cedri1, les Lepen sont les seuls à avoir mis le maintien des ordres dans leurs programme : au moins avec eux c’est clair. Pas comme vos amis de la droite qui n’ont pas le courage de leurs idées ordinales pour des raisons électoralistes. Les mêmes de vos amis qui ont prolongé l’ordre infirmier de deux ans par décret en novembre 2011 et qui ont sauvé ce même ordre de la banqueroute dans la nuit du 29 juillet 2011 en envoyant un fax à … l’Elysée. Cela ne vous rappelle rien sans doute ???

      • Little_asa dit :

        Alors:

        – MOI PAS ETRE DE L’ORDRE, donc vos phrases type “dans votre conduite des affaires ordinales”, merci de vous les garder.
        – Nommer les Le Pen dans un débat: euh, c’est une lettre, pas un débat, et ensuite, le coup de “c’est eux qui veulent le maintien des ordres”, ce n’est écrit nulle part dans cette fameuse lettre, faut en plus qu’on se mette à faire des devinettes?
        – Enfin, c’est vous qui qui ne voyez et lisez que ce que vous voulez: je parle du fait que ce monsieur parle au nom de tous les IDE, et non, je ne lui permets pas de parler en mon nom, c’est encore mon droit ou ça aussi les syndicats ont la main mise dessus???
        Et vous, vous partez dans une diatribe sans queue ni tête… c’est sûr, vous avez la palme de la réponse à coté de la plaque 🙂

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
274 rq / 1,465 sec