La légion d’honneur pour Isabelle Fromantin, infirmière spécialisée en plaies tumorales

Si les spécialisations infirmières sont souvent mal reconnues et encore peu valorisées sur le terrain, la reconnaissance, pour Isabelle Fromantin, infirmière et spécialiste des plaies tumorales à l'Institut Curie, est désormais publique et nationale. Cette infirmière, après 22 ans d'exercice et une thèse passée en 2012, a reçu ce 3 février ses insignes de chevalier de la Légion d'honneur. Elle faisait partie de la promotion du 31 décembre 2014. 

Isabelle Fromantin Infirmière © Alexandre Lescure / Institut Curie

Isabelle Fromantin
© Alexandre Lescure / Institut Curie

Nous publions ci-dessous un article paru dans ActuSoins n° 11 (décembre 2013):

Infirmières spécialisées : une plus-value en manque de reconnaissance

De plus en plus d’infirmières se spécialisent par passion comme Isabelle Fromantin, spécialiste des plaies tumorales à l’Institut Curie. Reconnues sur le terrain, elles attendent encore une reconnaissance et un statut.

« Je ne voulais pas faire de thèse, mais de la recherche », se souvient Isabelle Fromantin. Cette autodidacte a finalement soutenu en 2012 une thèse de sciences, vingt ans après avoir décroché son diplôme d’infirmière. C’est la « révolte » qu’elle ressent face à une femme atteinte d’une plaie tumorale du sein qui donne l’impulsion à son parcours.

La passion du métier et son engagement auprès des patients la conduisent à développer une véritable spécialisation dans le traitement des plaies et cicatrisations, et plus particulièrement celles du cancer du sein. En 2000, forte de cette expertise, elle tient à Curie l’une des premières consultations infirmières mises en place en France.

« J’ai commencé par des sujets de recherche simples à partir de mes observations en consultation, à partir de l’échange avec les professionnels du service. Le fait que la recherche fasse partie du quotidien de l’institut Curie a certainement facilité les choses », admet-elle.

Car ni les médecins, ni les chercheurs, ni les autres infirmières n’ont mal vécu ou critiqué cet engagement. C’est même un praticien et un directeur de l’établissement qui lui suggèreront de pousser jusqu’à la thèse. « Cela m’a demandé beaucoup de volonté pendant trois ans car j’ai dû faire un master 2 puis concilier la recherche avec mon activité de soins », ajoute Isabelle Fromantin.

Infirmières spécialisées : Quelle reconnaissance sur le terrain ?

Isabelle Fromantin n’est pas un cas isolé. « On voit une vraie émergence de la spécialisation des infirmières », reconnaît Chantal Aymard, infirmière et maître de conférences en sciences de l’éducation à l’université Aix Marseille. Pour beaucoup, l’expertise s’acquiert sur le tas à partir de l’expérience, même si les diplômes universitaires, thèses, masters,… sont des alternatives de plus en plus prisées.

Mais ces expertes doivent ensuite gagner leurs galons sur le terrain. « Cela dépend beaucoup des personnes et des établissements. Si de plus en plus d’hôpitaux reconnaissent cette plus-value, c’est loin d’être généralisé et dans certaines équipes, le clivage est réel entre médecins et infirmières autour d’expertises partagées », regrette l’enseignante.

« A titre personnel, j’ai fait évoluer mon approche de la recherche et mon expertise reste reconnue en interne », souligne Isabelle Fromantin qui ne tire aucune fierté particulière de son parcours, si ce n’est celle d’être investie au plus près des patientes. Il n’existe en effet pas de reconnaissance statutaire ou pécuniaire pour des profils comme le sien.

Si cette thésarde a passé le pas, c’est par passion pour son métier et par souci d’apporter des réponses aux impasses rencontrées par certains de ses patients : « je ne suis pas une super infirmière, je suis juste une infirmière hyperspécialisée. Nous sommes de plus en plus dans ce cas, et j’espère que ce mouvement va se poursuivre ».

" C’est un changement de mentalité qui fait passer l’infirmière d’une position où elle applique la consigne d’un médecin à celle où chacun occupe une place complémentaire "

Infirmières spécialisées : Des freins persistent

Pour Irène Kriegel, anesthésiste réanimateur qui côtoie Isabelle Fromantin à l’institut Curie, « l’expertise acquise au côté de l’équipe médicale s’intègre sans doute plus facilement dans le quotidien qu’une expertise portée par un diplôme. La légitimité des infirmières expertes se fera sur le terrain. Mais il faudrait l’accélérer, par exemple en mettant en place des bonifications ou des postes pour celles qui ont des expertises spécifiques », estime-t-elle.

Plus largement, « c’est un changement de mentalité qui fait passer l’infirmière d’une position où elle applique la consigne d’un médecin à celle où chacun occupe une place complémentaire », ajoute Irène Kriegel. La révolution des mentalités n’est pas encore faite.

La France est, sur ce point, un peu en retard par rapport à des pays comme le Canada ou la Suisse. « Notre principal handicap, ajoute-t-elle, est l’absence d’universitarisation de la profession. Cela dit, la France a fait un grand pas vers la reconnaissance de l’expertise infirmière ces dernières années ». Des rapports récents – comme le rapport Berland – ont mis en lumière la nécessité de passer à des modèles de transferts de tâche et de coopération interprofessionnelle.

L’élan porté par les programmes hospitaliers de recherche infirmière ou encore la masterisation ont déjà permis l’émergence de l’infirmière de pratiques avancées (IPA).

Si l’expertise infirmière est généralement reconnue dans l’environnement où elle est née, elle manque encore d’une reconnaissance officielle : « nous avons un système rigidifié rigidifié par une législation coercitive qui permet difficilement de faciliter des évolutions de pratiques et de mentalités », regrette Irène Kriegel.

Au niveau juridique, l’absence de statut spécifique entraîne des interrogations sur les responsabilités effectives dans le cadre de tâches déléguées à une infirmière experte.

Pour Chantal Aymard, « tant que l’incertitude liée à ce statut persistera, les choses n’évolueront probablement pas suffisamment ».

Carole Guignot

isabelle_fromantin_legion_honneur

Isabelle Fromantin, Pr Didier Sicard

 

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

43 réponses pour “La légion d’honneur pour Isabelle Fromantin, infirmière spécialisée en plaies tumorales”

  1. nic dit :

    bravo à une Grande Dame que j’admire depuis de nombreuses années pour son courage, son côté “grande bosseuse “mais qui garde une humilité qui n’est pas à mon sens, assez fréquente surtout dans les milieux hospitaliers. Merci beaucoup pour la belle personne que vous êtes.

  2. Floflo Lb dit :

    Bravo à l’excellence, n’en déplaise à certains …
    Quant à l’orthographe, cela concerne toutes les professions !
    Quand la jalousie nous tient …

    Félicitation madame !
    Cette profession est bien mal connue et reconnue !

  3. Juste bravo . Félicitations fière de votre travail

  4. Bravo, ça fait plaisir de voir des personnes qui le mérite recevoir cette distinction.

  5. Enfin, une reconnaissance bien acquise, une lueur d’espoir, comme quoi, tout arrive,…………..:)

  6. Félicitation, je me souviens encore des pansements fait ensemble : ta disponibilité pour le patient et le professionnel, ton écoute,tes astuces et ton expérience que tu n’hésitais pas à faire partager, tes encouragements à la toute fraîche infirmière qe j’étais. Ca a été une grande chance de te rencontrer et de travailler avec toi en début de carrière. Je garde ton ingéniosité pour faire au mieux avec le patient comme “principe” (même si tu vas détester ce mot;) à toujours renouveler auprès des personnes en soin rencontrées … Bravo

  7. Félicitations Isabelle! Tu étais déjà exceptionnelle quand on travaillait ensemble il y a dix ans, tu mérites largement! Alors profite!

  8. Oui un grand bravo. Tout ca est bien mérité, bcp de savoir et de savoir faire et encore merci pour les formations auxquelles j ai pu participer 🙂

  9. Un grand bravo Isabelle Fromantin. Aujourd’hui ton enseignement me sert énormément en tant qu’infirmière libérale et je t’en remercie.

  10. Une legion d honneur..ouahh une medaille sans aucune signification juste la pour faire croire au peuple que la “republique” est reconnaissante. L’ensemble des travailleurs de ce pays, quels qu’ils soient et de toutes origines devraient en prendre conscience.

  11. Elle le mérite amplement ! Bravo ! Une belle reconnaissance pour notre discipline 🙂

  12. Cyril A-r dit :

    enfin donne à quelqu’un qui le mérite

  13. il semble évident que certaines personnes ne connaissent pas notre travail en général et le tien en particulier. Oui, les français vont profiter de tes travaux, personne n’est épargné par le cancer. tenter de restaurer la dignité et le confort des malades, c’est travailler pour TOUS les français et TOUS les malades. Mais comme beaucoup d’IDE, tu travailles dans l’ombre … Sauf aujourd’hui ! Merci pour toute la profession.

  14. Félicitations Isabelle , merci pour ce cours passionnant au DU de Bordeaux , bravo pour tes conférences au CPC , et encore félicitations pour ton livre, que beaucoup d’infirmières devraient lire.

  15. Waouhhhh!! En tant qu’ESI 2ème année moi ça me fait plaisir car ça veut dire que notre métier n’est pas mis de côté!
    Sincères félicitations!!

  16. Mais oui bravo, ça relève le niveau de cette décoration. Merci pour nous, merci de mettre la profession infirmière avec une distinction. Arrêtons de tout critiquer et félicitons ceux qui se dépassent. Je suis à 1/100 ieme de ce travail alors que nous avons le même diplôme

  17. Félicitations !! Tu est toujours aussi pationnante à chacune de tes interventions

  18. Et Isabelle Fromantin représente bien la profession! J’ai les pieds ds le DU PBC un peu à cause d’elle! 😉

  19. Diane Gfroid dit :

    Félicitations Isabelle!!! Et merci pour tout ce que tu m’as appris… J’essaie d’en faire bon usage tous les jours!

  20. Il y a 2 promotions pour la légion d’honneur: 1 pour les civils et une pour les militaires. Je ne suis bien sur pas sur la promotion des militaires …. Je ne suis d’ailleurs pas la 1ère infirmière à recevoir cette distinction. Je suis tout a fait d’accord que d’autres la mérite sans doute autant que moi – on est d’ailleurs souvent décoré pour ceux qu’on représente, et non seulement pour soit même.

  21. c’est bien !! pour une fois qu’on récompense une infirmière , on ne va quand même pas se plaindre …la légion d’honneur c’est un peu cul cul la praline mais bon …j’espère ma chère Brigitte que je ne vous ai pas heurté avec mes fautes d’orthographe 🙂

  22. elle je l’ai vu au congres de paris, elle déchire serieux!!!!!!

  23. on préfère la donner à MIMIE MATIE!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  24. une intervenante à la saisie19ème conférence de plaies et cicat à Paris..admirable et passionnante…suis fan !!!

  25. Bravo Isabelle ! Félicitations pour votre parcours remarquable.

  26. Je ne comprends pas pourquoi les infirmiers font autant de fautes de français…

  27. Cela doit rester aux militaires!!! Une autre reconnaissance aurai été plus judicieuse a mon sens ! Comme les sportifs ou autres….

  28. Une à l’ honneur pour combien d “ignorer ?

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
262 rq / 1,587 sec