Espace Expert – julien

Profil de julien

Fonction : Infirmier Infirmière en soins généraux

Expérience – Compétences : Service de Médecine générale / Neurologie puis neurologie uniquement et UNV

Sa contribution à ActuSoins Experts

Nombre de questions posées : 1

Nombre de réponses données : 21

Bonjour, je bosse en USINV et suis amené à réaliser des thrombolyses pour les patients souffrant d'AVC.
Je voudrais savoir comment votre hôpital s'organise pour la procédure de thrombolyse. Merci.

Signaler un abus

Réponse postée par : julien_2013

Plus 9 Moins 5

Bonjour, je ne suis pas d'accord avec ces réponses. Une urgence extrême peut nécessiter une ou deux vvp pour effectuer remplissage et transfusion. Mais est ce vraiment le cas tous les jours, 24h/24. Non ! Il arrive une ou deux urgences majeures.
Pour les autres, c'est juste une poil dans la main. Pensez aussi à l'économie et au confort du patient. A chaque patient qui a une cci, je l'utilise d'office et je pose l'aiguille en moins de 5 min. Question d'organisation.

Réponse postée par : julien_2013

Plus 3 Moins 8

Bonjour, il est toujours difficile de poser une SNG même chez un patient coopérant.
Le fait est qu'un patient dans le coma ou dément posera un souci plus important. Ma technique est de "titiller" le pharynx avec le bout de la sonde ce qui va provoquer un réflexe de toux (sauf coma artificiel) et ensuite une déglutition pour avaler les expectorations ou la salive. Il faut être très attentif dès que la déglutition se fait pour enfiler très vite la sonde. Sinon, tout est à refaire. Cela paraît peut être un peu barbare mais avec de l'eau, s'il y a fausse route, cela va engendrer une pneumopathie d'inhalation. Chez un patient dément ou souffrant de troubles neuro, la toux est souvent inefficace d'où la complication de l'état de santé du patient : déshydratation à cause de la fièvre qui entraîne une flambée rénale avec la syndrome inflammatoire qui va avec. Donc O2, aérosol, kiné respi, ATB IV, ...
Ensuite, si le soin se passe bien, il faut anticiper tout retrait de la SNG par le patient : il faut bien fixer la SNG et la mettre hors de portée (derrière l'oreiller ou dans le col du pyjama) et au pire, contentionner la personne (malheureusement).

Réponse postée par : julien_2013

Plus 14 Moins 1

Bonjour, pour ma part, je prends la mesure en partant de l'oreille jusqu'au nez puis du nez jusqu'à l'appendice xyphoïde (extrémité inférieure du sternum)là où se situe l'estomac. En général, pour un adulte, la longueur à insérer est de 50 à 60 cm environ.
Ensuite, avec une radio du thorax, on vérifie la position de la SNG (procédure médicolégale) et on commence à alimenter dès validation par le doc.

Réponse postée par : julien_2013

Plus 3 Moins 9

Bonjour, je suis diplômé depuis 2004 et je me rappelle le cours qu'un IDE de salle de réveil nous avait donné sur les accès centraux : le territoire fémoral fait partie des accès vasculaires centraux au même titre que la carotide , la jugulaire interne et les sous clavières.
Voila ce que ce cours disait. Les choses ont peut être évoluées depuis mais de ma propre expérience pro, seul un médecin a ponctionné l'art fémorale que ce soit pour un gaz du sang ou pour y introduire un cathéter central.

Réponse postée par : julien_2013

Plus 3 Moins 0

Bonjour, en effet ce système est perfectible car comme écrit Alex Lux, l'IDE agit au plus près du patient. Pas la pharmacie.
Pour ma part, les prescriptions sont informatisées et ce sont les préparateurs en pharmacie qui montent dans les services pour préparer les piluliers tous les jours (sf weekends mais ils mettent assez de médocs pour ces 2 jours). Tous les cp, gél,etc ... restent emballés. L'IDE valident en fonction de la prescription et donnent les ttt adéquats en fonction de la situation.

Réponse postée par : julien_2013

Plus 7 Moins 0

Bonjour Rose083, oui le binôme AS/IDE existe vraiment. Je travaille quotidiennement avec un AS que ce soit dans mon service de neurologie ou en soins intensifs neurovasculaires (où il n'y a qu'un binôme d'ailleurs).
Ensuite, tout est question de respect, si tu leur demandes de ne faire que leur travail (change, toilette, et bien d'autres choses) mais que tu ne participes pas avec elles, je comprends qu'elles t'envoient "bouler". Bien sûr, elles sont limitées par leur champ de compétence et ne vont pas faire ton boulot à ta place mais elle peuvent faire pas mal de choses pour t'aider.
Par contre, si c'est l'inverse, que ce sont les AS qui ne font rien et qui ne participent pas à ton boulot (aide technique lors d'un sondage urin, par exemple, ou prendre les constantes, ...), là c'est un pb d'équipe et c'est à la cadre d'intervenir et de résoudre ce pb d'organisation.

Réponse postée par : julien_2013

Plus 13 Moins 0

Bonjour, c'est une différence compliquée à distinguer pour qui n'est pas "habitué" à en voir.
Décérébration (cotation 2 pour le Glasgow): on dit que le patient "enroule" c'est à dire qu'à la stimulation douloureuse (appui sur le sternum par exemple), les bras du patient - préalablement posés sur son abdomen - vont partir en extension et vont "s'enrouler" vers l'extérieur (paumes des mains vers les barrières du lit et pouce vers le matelas. Une éventuelle extension des jambes peut être observée.
Décortication (cotation 3 pour le Glasgow) : c'est le contraire, le patient aura tendance à ramener ses avants bras vers le thorax (flexion) et les jambes vont s'étendre. Voilà, j'espère que cela va t'aider.

Réponse postée par : julien_2013

Plus 5 Moins 1

Bonjour, on peut diluer l'AUGMENTIN IV dans du salé ou de l'EPPI et injecter le tout sur 20-30 minutes.
Tu parles d'EPPI, je voudrais savoir pourquoi car je ne crois pas qu'il existe des perfusettes d'EPPI. Ou alors c'est mon hôpital qui n'en fournit pas.

Réponse postée par : julien_2013

Plus 2 Moins 1

Bonjour, dans mon service, il nous faut 4 IDE de nuit. 2 collègues ne font que des nuits et tournent ensemble. Pour l'autre roulement de nuit, toute l'équipe tourne en fonction des désirs de chacun : soit au mois, soit à la quinzaine.
On alterne une petite semaine (merc et jeudi) et une grande semaine (lun, mar puis vend, sam et dim).
Quand je suis de nuit, je petit déjeune qd je rentre chez moi (il est entre 6h45 et 7h), ensuite dodo jusqu'à environ 13h30-15h00 (tout dépend si je suis fort fatigué ou non). Au lever, je mange un encas (yaourt, fruit, ...) et ensuite je dîne vers 18h30. Enfin départ pour le boulot vers 20h15 et je mange la nuit vers minuit-1h du matin (repas fourni par l'hôpital).
Qd je suis au repos, j'essaie de garder le même rythme sauf à la veille de reprendre le jour. Je me cale sur des horaires plus conventionnels.

Réponse postée par : julien_2013

Plus 4 Moins 0

Bonjour, tu peux demander que cette formation se fasse dans la cadre de la formation continue qui doit surement déjà avoir des adresses où faire cette formation. Dans mon hôpital, il suffit d'envoyer un courrier suffisamment motivé (sans que ce soit une vraie lettre de motivation)à la personne responsable de la formation continue.
Ensuite, il n'y plus qu'à attendre la réponse de la direction car cette formation est souvent faite en alternance (qq jours par mois) et impose que tu es un planning adéquat.
Normalement, c'est une formation qui devrait compter sur ton temps de travail.
Pour ce qui est du changement de service, je ne crois pas qu'il aura lieu sauf si tu as un projet bien particulier et que tu le demandes (consultation IDE plaie chronique par exemple) : une de mes collègues a fait sa demande, elle a reçu une réponse positive et elle commence en janvier prochain si tout va bien sans être remplacée.

Réponse postée par : julien_2013

Plus 2 Moins 0

J'ai déjà vu des chambre à cathéter implantable avec lesquelles on ne peut pas prélever. On peut uniquement injecter les médicaments et perfusions. Sur les CCI non "équipées", il vaut mieux rajouté une valve anti retour surtout en cas d'utilisation prolongée de la CCI.
En ce qui concerne les KTC, il n'y en a pas à ma connaissance avec système anti retour mais je ne travaille dans un service qui pose de KTC (on récupère de temps en temps des patients de réa qui ont 1 KTC).

Réponse postée par : julien_2013

Plus 8 Moins 1

Bonjour, les sous cut ont 1 aiguille très courtes et on fait un pli cutané avant de piquer sur la cuisse ce qui éloigne l'aiguille de la prothèse. Et en général, on pique plus bas que le gd trochanter là où se situe la tête fémorale, donc pas de risque.
Cas particulier chez les patients fort amaigris ou cachexiques, il vaut mieux en effet éviter de piquer sur la cuisse.
Pour les IM, c'est en effet interdit.

Réponse postée par : julien_2013

Plus 12 Moins 4

Bonjour, il n'y a pas de réponses claires à ce pb mais sache que le sang contient de l'air en quantité infime (sous forme de CO2 et d'O2 combiné à l'hémoglobine - dosage des GDS).
Donc, une petite bulle de 2cm n'est vraiment pas dangereuse. Au delà, mieux vaut purger la tubulure avant de la connecter ou remplacer la tubulure si la bulle est trop proche du patient.
Mais dans ce cas, c'est qu'il y a eu malveillance soit du patient qui a fait mumuse avec le robinet soit, c'est un collègue qui n'a pas fait attention. Il se peut également que ce soit un défaut de fabrication de la tubulure au niveau de la prise d'air (s'il y en a 1) ou au niveau des soudures. Si les bulles d'air sont fréquentes sur ton matériel, vérifie bien la tubulure pour chercher un défaut et fait une déclaration de matério-vigilance.

Réponse postée par : julien_2013

Plus 1 Moins 0

Bonjour, il ne faut pas oublier non plus le TCA pour la surveillance de l'héparine car souvent l'héparinémie est "sous dosée" alors que le TCA est dans la bonne fourchette (souvent environ 2 fois le TCA témoin).

Réponse postée par : julien_2013

Plus 1 Moins 0

Bonjour, c'est vrai que l'opportunité de passer IDE est une option mais il y a d'autres voies sans changer de métier comme de devenir conseillère sociale et familiale dans un service de gynéco- mater (pb de couple, maltraitance, ...), sophrologue dans un réseau de soins palliatifs ou pour tes collègues (cela existe dans mon CH : on peut se faire masser qq min par une sophro et ça fait du bien), kiné, orthophoniste en neurologie auprès des patients aphasiques,...
Et pourquoi pas même médecin si tu n'as que 24 ans !!

Réponse postée par : julien_2013

Plus 1 Moins 0

Bonjour, ta situation est assez complexe en effet, le seul conseil que je puisse te donner, c'est de prendre contact avec un syndicat de la fonction publique hospitalière qui pourra peut être éclaircir la situation.
Sinon, je n'ai pas tous les détails de cette anecdote mais il y a environ un an, 1 IDE d'une mdr a voulu postuler dans mon hôpital faute de titularisation : je crois que son transfert se faisait sur mutation (c'était dans le même département). Finalement, il est resté sur son poste car il a été titularisé comme "par magie". Je reprends le travail ce samedi, je demanderai à mes collègues s'ils se rappellent de cette histoire et je reviendrai vers toi ensuite.

Réponse postée par : julien_2013

Plus 0 Moins 0

Comme dit dans ma réponse, l'IDE qui devait venir dans mon service faute de titularisation était bien muté de sa mdr. Par contre, en ce qui concerne les aides en cas d'inactivité, je n'ai pas d'infos là dessus. Désolé.

Réponse postée par : julien_2013

Plus 1 Moins 0

Bonjour, je crois que dans certains cas, des dérogations peuvent être accordées dans le cadre d'un poste de la fonction publique à partir du moment où ton employeur est d'accord et que ton 2nd job n'entrave pas le fonctionnement de ton service : en gros tu dois rester dispo pour ton unité malgré ta 2nde activité.
Malheureusement, ce n'est pas de l'intérim. Tu peux aller voir sur le site service public.fr et cherche : "Fonction publique : cumul d'activités des agents à temps complet"
Là tout est détaillé mais encore une fois, ce n'est pas de l'intérim.

Réponse postée par : julien_2013

Plus 4 Moins 0

Bonjour, en effet, itsuki a raison, tout ce qui provient du soin d'un patient, en gros tout ce qui est entré dans sa chambre et surtout ce qui a pu être en contact avec les liquides biologiques vont dans les sacs DASRI ou dans des containers spéciaux.
Pour ce qui est des flacons en verre de médicaments type AUGMENTIN IV ou autre produit, dans mon hôpital, ces flacons sont éliminés dans les sacs DAOM (ordures ménagères) car ils ne sont pas recyclables et n'ont pas été en contact du patient.
Pour tous les autres verres type bouteille de sirop fraise ou menthe ou les pots de yaourt en verre, ... ils sont recyclés et triés à part.

Réponse postée par : julien_2013

Plus 6 Moins 12

Bonjour, que d'écriture pour ce sujet très controversé. Il est vrai que l'ordre a été très mal géré dès le début : ils ont eu les yeux plus gros que le ventre et c'est bien dommage.
Le fait que l'ordre ait été "sauvé" par le Ministère en demandant à la banque d'être tolérante m'a clairement déplu car je ne crois plus en cet ordre et en ses dirigeants actuels ou passés.
Je pense que la liquidation judiciaire aurait due aller jusqu'au bout en remettant en route un nouvel ordre sans crédit à rembourser, sans dette pour que les cotisations se servent pas à rembourser les créanciers.
Là, je pense que je me serais inscrit et que j'aurais cotisé. Mais tant que l'ordre infirmier actuel sera en place, il ne verra pas mon chèque de sitôt.

249 rq / 1,210 sec