Espace Expert

Rechercher une question

Poser une question Répondez à une question

système aureus ( préparation des piluliers)

10 réponses

bonjour , la pharmacie de mon prépare les piluliers avec le dispositif "aureus", les médicaments sont mis déconditionnés dans les piluliers , il est bien évident qu'il est impossible de reconnaitre tous les comprimés!on nous demande juste de vérifier le nombre de comprimés distribués;où se situe notre responsabilité en cas d'erreur de la pharmacienne ?

Signaler un abus Répondre à cette question

Réponse n°1

Réponse postée par : Christian

Plus 16 Moins 1

Ce système est complètement inadapté à la législation en vigueur qui nous oblige à vérifier les traitements avant leur dispensation au malade. Comment faire sans blister, d'autant qu'avec la généralisation des génériques, la taille, couleur et forme des comprimés changent sans arrêt pour une même molécule ?
Simplement vérifier le nombre de comprimés, non mais je rêve !! Et le jour où la pharmacie, n'ayant plus d'Aldactone 50 par exemple, en met deux à 25 ?? Le compte y est ? Et en cas d'erreur grave de la pharmacie (et que l'on ne me dise pas que cela n'arrive jamais !!), on se défend à la barre en invoquant que le compte était bon ? Il vont bien rire, au tribunal !!!
Et puis M.... ! C'est quoi ce mépris affiché envers notre profession ? On devient quoi ? Des distributeurs de cacahouètes ? Bon, je m'énerve et je vais encore faire des ESV !!! Vous aurez compris que je suis contre ce système !! Perso, je refuserais de distribuer des bonbons impossibles à identifier, quitte à postuler ailleurs

Réponse n°2

Réponse postée par : sabrina_2013

Plus 10 Moins 1

au niveau de la loi, on ne doit pas distribuer de médicaments lorsqu'ils sont décapsulés.
je me demande si la pharmacie à le droit de faire ce qu'elle fait, je serait vous je reverait ça avec eux car vous engagez autant votres responsabilités en cas d'erreurs de leurs parts car vous les donner.
bon courage à vous

Réponse n°3

Réponse postée par : will

Plus 8 Moins 1

C'est une aberration, content de ne pas y être confronté.
Je n'ose pas imaginer le sac de nœuds si( quand) il y a un problème.

Réponse n°4

Réponse postée par : Alex-lux

Plus 6 Moins 1

Je ne me prononcerai pas parce que je n'ai pas l'expertise juridique nécessaire.

Mais le principe me terrifie...

L'IDE est quand même censé être autre chose qu'un distributeur de médocs !

J'ai fait 3 ans d'études pour ne pas donner le Loxen prescrit de ma patiente qui ce matin a 10/6 de pression artérielle...

On fait comment avec ce système à la con ?

Réponse n°5

Réponse postée par : jounet

Plus 6 Moins 1

Etant donné que la responsabilité est celle de la personne qui administre, je pense que c'est l'entière responsabilité de l'IDE. Et si la pharmacie fait une erreur, on dira à l'IDE qu'il n'a pas à administrer un médicament dont il n'a vérifié ni mollécule, ni dosage, ni date de peremption...

Réponse n°6

Réponse postée par : julien_2013

Plus 3 Moins 0

Bonjour, en effet ce système est perfectible car comme écrit Alex Lux, l'IDE agit au plus près du patient. Pas la pharmacie.
Pour ma part, les prescriptions sont informatisées et ce sont les préparateurs en pharmacie qui montent dans les services pour préparer les piluliers tous les jours (sf weekends mais ils mettent assez de médocs pour ces 2 jours). Tous les cp, gél,etc ... restent emballés. L'IDE valident en fonction de la prescription et donnent les ttt adéquats en fonction de la situation.

Réponse n°7

Réponse postée par : Mathieu65

Plus 2 Moins 0

Bonjour,
Nous travaillons actuellement avec Oréus...
Je rebondis sur tout ce qui a été dit car nous avons opté pour le système MULTI qui permet une identification de chaque comprimés puisque qu'ils sont tous séparés l'un de l'autre!!
Nous en sommes vraiment très content car nous gardons la sécurisation du déconditionnement du fait des compartiments dans l'alveole mais aussi la traçabilité via les numéros de lots et expiration mais aussi la validation informatisé qui nous permet de tracer le médicalement!

Réponse n°8

Réponse postée par : sandrillon

Plus 0 Moins 0

C'est une abbération, tout à fait illégal.Dans l'hopital où je travaillais, on avait une pharmacie d'étage, on préparait nous même les médicaments qu'on laissait dans leur conditionnement puis stockés dans un grand charriot avec les numéros de chambres.Certe c'est fastidieux à faire tous les jours et ça avait permis à la pharmacie de diminuer le nombre de préparateurs, mais pour la sécurité, je trouve que c'est qd même l'idéal.par contre, en ville, on fait des piluliers en déconditionnant les médicamants, faute de place dans les piluliers, donc il faut être toujours vigilants.

Réponse n°9

Réponse postée par : sabrina

Plus 0 Moins 0

dans notre etablissement on a recours egalement a ce systeme c a dire que les medicaments son mis sous pillulier mais deblisterise, on arrive avec experience a reconnaitre certains comprime mais pas tous d'autant plus qu'avec la mise sur le marche des generiques cela devient assez complique.
Moi je pense que la responsabilite engage reviens au deux a la phrmacie qui a prepare les comprimes et a l'infirmiere qui a administre les comprimes et qui est cense maitriser ce qu'elle donne. personnellement je n'adhere pas a cette methode, d'autant plus que je me suis apercu a plusieurs reprises d'erreurs survenues dans le pillulier

Réponse n°10

Réponse postée par : vidal_2013

Plus 0 Moins 0

Bonjour,
Je travaille depuis le mois de janvier avec le système oréus pour la mise sous piluliers des traitements de résidents d'un ehpad de 90 lits.le système oréus adopté permet une excellente traçabilité car à chaque mise en compartiment je scanne le code datamatrix qui permet d'identifier le nom le dosage le numéro de lot ainsi que la date de péremption du médicament.
Le pharmacien controle uniquement si je n'ai pas oublié de mettre un comprimé,ce qui n'est pas compliqué puisque le nombre de formes per os apparait en gros pour chacune des prises (matin midi soir coucher).

Pas encore membre ?

Vous devez être connecté pour répondre à cette question.

S'inscrire S'identifier

retour haut de page
857 rq / 2,493 sec