Hypnose médicale : la réalité virtuelle pour faciliter les soins

Infirmier libéral installé à Lattes, Stephan Valy a ouvert un cabinet dédié aux consultations d'hypnose médicale. Il a développé une application qui utilise la réalité virtuelle pour faciliter la prise en charge des patients.


Hypnose médicale : la réalité virtuelle pour faciliter les soins

photo d'illustration. © AdobeStock

S'immerger dans un paysage à 360° pour suivre l'évolution d'un aigle survolant une mer de glace, pendant qu'une infirmière fait une injection, ou une tortue nageant au milieu des coraux et gratouillant des fonds marins tandis qu'elle refait un pansement complexe... Le casque d'hypnose en réalité virtuelle (Realitycare) dans lequel défilent ces images, Stéphan Valy l'a imaginé pour améliorer le confort des patients en réduisant leur stress pendant les soins, et pour permettre aussi aux soignants de les réaliser dans les meilleures conditions.

Détersion d'une plaie, pose d'une chambre implantable percutanée... « Lorsqu'il y a un soin un peu trop technique sur un patient angoissé ou stressé qui pose des questions sur ce qu'on va lui faire et qu'il faut distraire, on peut rencontrer des difficultés, avoir nous mêmes du mal à rester concentrés sur ce que l'on fait », explique l'infirmier.

Principe de cette appli : proposer au patient d'utiliser un visiocasque dans lequel différents scénarios  permettent la même induction ou discours de défocalisation que dans une séance d'hypnose. « L'immersion à 360° dans le paysage se fait de manière très rapide », précise Stéphan Valy. Outre la sensation visuelle, l'audition aussi est sollicitée par un propos rassurant sur le soin technique en cours ou par de la musique de méditation. « Dans notre métier d'infirmier nous faisons tous de la distraction pour détourner l'attention du patient, », rappelle Stéphan Valy. « Certaines situations sont plus délicates que d'autres », rappelle-t-il.

Un outil complémentaire 

Hypnothérapeute, et formé en tant que tel, ce dernier sait accentuer davantage le “Vagok” (Visuel, auditif, kinesthésique, olfactif, gustatif), une technique utilisée par les TCC (thérapies cognitivo-comportementale) qui permet de communiquer en utilisant au moins un des cinq sens, en ajoutant des petites connotations, des suggestions hypnotiques... pour amener le patient à ressentir ou penser à des sensations plus agréables, voire à accéder à l'état modifié de conscience induit par l'hypnose. «  L'hypnose médicale est un outil complémentaire à la pratique professionnelle de base », évoque cet infirmier qui ne se définit toutefois pas comme « geek ». Installé en libéral depuis 19 ans, il s'est passionné, en premier lieu, pour les bienfaits de l'hypnoanalgésie avant de la mettre en pratique dans d'autres situations médicales....

L'idée de cette appli ergonomique et nomade, pensée pour les infirmiers libéraux, lui est venue dans le cabinet dédié à l'hypnose où il pratique deux jours par semaine avec des patients sujets à des addictions (arrêt du tabac par exemple), ou à des phobies notamment. « J'utilisais déjà la réalité virtuelle avec un pour mettre mes patients en présence de l'élément phobique et les amener à dépasser leur peur en faisant monter progressivement les seuils d'inconforts. » Ces bienfaits sur la phobie l'ont amené à développer un outil qui propose différentes sessions : injection, pansement, brûlure de radiothérapie et bientôt accompagnement en soins palliatifs, et pour le soignant aussi, une session relaxation et une session d'autohypnose pour dorsalgie... Un outil qu'il utilise aussi dans les centres de formation où il anime des sessions de sensibilisation à l'hypnose pour ses confrères.

Myriem Lahidely

Je m'abonne à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
282 rq / 1,894 sec