Les #InfirmiersVaccinés font le buzz

Un groupe d’infirmiers a lancé hier le hashtag «  #InfirmierVacciné » sur les réseaux sociaux. Relayé par ceux qui veulent rassurer et œuvrer à l’incitation, il a aussi pour objectif de rappeler que les soignants, dans leur majorité, sont favorables à la vaccination.

Les #InfirmiersVaccinés font le buzz

Capture d'écran d'un infirmier relayant le #InfirmierVacciné sur Twitter.

« On voulait montrer qu’on était plus nombreux que ceux qui diffusent des informations erronées sur la vaccination et qui affirment, à tort aussi, que les soignants ne veulent pas se faire vacciner », explique Vincent Lautard, infirmier, juriste, membre du groupe de soignants à l’initiative du Hashtag #InfirmierVacciné [et auteur de papiers juridiques pour ActuSoins.com, ndlr]. 

Car si les professionnels de santé non vaccinés - parce qu'ils hésitent simplement ou refusent catégoriquement la vaccination - sont pointés du doigt en ce moment, ils ne sont pourtant pas majoritaires dans leur communauté.

Les derniers chiffres, publiés le 2 juillet dans le bulletin épidémiologique de Santé Publique France, l’attestent d’ailleurs : à titre d'exemple, les professionnels de santé libéraux (tous métiers confondus) sont vaccinés à 79,7% (73,4% pour les schémas vaccinaux complet) et les professionnels des Ehpad à 59% (46,9% pour les schémas vaccinaux complets).

D’autres chiffres, publiés mi-juin, précisent les catégories de professionnels concernées. Parmi eux et à ce moment-là, on retrouvait d’abord les médecins (91%), les pharmaciens d’officine (89%), les sages-femmes (85%), les masseurs-kinésithérapeutes (84%) puis les infirmiers (76%).

Double objectif

Avec ce hashtag, « notre intention est surtout de rassurer et d’encourager les hésitants à se faire vacciner, qu’ils soient soignants ou pas », précise Julien Martinez, le premier infirmier du groupe à avoir lancé le hashtag.

C’est, de son point de vue, une question d’exemplarité. « En tant que soignant, se vacciner permet de convaincre le grand public. Nous atteindrons la couverture vaccinale si nous jouons le jeu collectivement. »

Le hashtag relaie des témoignages écrits, mais aussi des vidéos personnelles, qui attestent de parcours Covid difficiles ou qui donnent des éléments factuels de réponse aux interrogations des hésitants. « Nous incitons ceux qui ont des idées reçues, des croyances ou des peurs à aller chercher les infos auprès de personnes qui ont le savoir scientifique », indique de son côté Laurent Salsac, infirmier en pratique avancée, membre du groupe fondateur du hashtag et président du conseil interdépartemental 37-41 de l’Ordre infirmier.

Pour ce soignant, lui-même touché par la Covid en mars 2020, il n’y a aucun doute à avoir et il tient à le faire savoir. « J’étais en bonne santé. J'ai été infecté dans le cadre de mon travail puis j’ai vécu 15 jours d’enfer.  Un an et demi après, je n’ai toujours pas d’odorat et j’ai des séquelles respiratoires », décrit-il . « En janvier 2021, quand le vaccin est sorti, je n’ai pas hésité une seule seconde. On sait que les effets du Covid sont 10000 fois pires que de possibles effets indésirables du vaccin ».  

C’est une question de déontologie aussi. Avec l’augmentation de la circulation du variant Delta en France, « le système va être mis à mal si on n’arrive pas à convaincre plus de monde », ajoute Laurent Salsac, inquiet. « Les soignants vont être contaminés sur leur lieu de travail et seront contaminants à leur tour. Or, le principe même de la médecine et du soin, c’est de ne pas nuire », rappelle-t-il.

Succès sur les réseaux

24 heures après son lancement, le hashtag rencontre un grand succès. A l’heure de la rédaction de cet article, il a provoqué plus de 5200 interactions sur Twitter et a été repartagé plus de 1200 fois. Il figure ainsi dans les « tendances » mises en avant par le réseau social.

Il a aussi été repris sur Facebook, Instagram et Linkedin par des centaines d’infirmiers, et autres professionnels de santé, à l’image des aides-soignants qui ont, à leur tour, lancé un  hashtag, #AideSoignantVacciné.

« C’est un acte fort. C’est très bien que d’autres s’approprient le message », commente Julien Martinez.   

Les critiques parfois cruelles des opposants ? Il n’en a que faire. « Cela ne me touche pas. J’ai pris de la distance. Il y a des gens que l’on pourra convaincre, d’autres pas. Mais plus il y a de personnes qui relaient ce message, plus on sera un groupe, une entité, à même d’encourager les gens à se renseigner et à se faire vacciner », conclut-il.

M.S

Je m'abonne à la newsletter

Lire aussi, sur ActuSoins.com : 

Vaccination : des infirmiers se prennent en photo pour l’exemplarité (février 2021)

Obligation vaccinale des soignants : le gouvernement prépare un projet de loi (juillet 2021)

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réagir à cet article

retour haut de page
348 rq / 2,877 sec