Farid Benyettou, un étudiant en soins infirmiers rattrapé par son passé ?

"Scolarité sans problèmes", "entrée légale en IFSI"... Le directeur général de l'AP-HP, Martin Hirsch, et la directrice de l'IFSI de la Pitié-Salpêtrière ont expliqué qu'aucunes mesures particulières, au vu du cursus scolaire de Farid Benyettou, n'avaient été nécessaires jusqu'à ces derniers jours. La situation de cet étudiant infirmier va cependant amener l'AP-HP et les ministères respectifs à se poser un certain nombre de questions, à y répondre, au vu de nombreuses contradictions.

Martin Hirsch, directeur général de l'AP-HP, et Véronique Marin La Meslée, directrice de l'IFSI de la Pitié-Salpêtrière, ce lundi 12 janvier

Martin Hirsch, directeur général de l'AP-HP, et Véronique Marin La Meslée, directrice de l'IFSI de la Pitié-Salpêtrière, ce lundi 12 janvier

Actualisation : Interviewé par iTELE, Farid Benyettou condamne les attentats : "Ma démarche n’est pas de clamer mon innocence, a-t-il aussi dit. Mon innocence, elle ne fait pas de doute. Ma démarche, c’est de condamner ce qui a été fait (...) Certains pensent que la France opprime les musulmans. Je suis la preuve du contraire. J’ai un casier judiciaire difficile à assumer. J’ai été condamné pour terrorisme, c’est le pire des casiers. Malgré ça on ne m’a jamais discriminé. Bien au contraire on m’a aidé. Des gens continuent à croire en moi".

"Cet élève a passé son bac S et a été reçu en février 2011 63ème sur 800 au concours de l'IFSI", indique Véronique Marin-La Meslée, directrice de l'IFSI et directrice des soins, qui a par ailleurs souligné que Farid Benyettou "ne posait pas de questions différentes que les autres élèves au cours de sa scolarité".

"Il s'est bien comporté pendant son stage", renchérit le Pr Riou, responsable du service des urgences de la Pitié-Salpêtrière où Farid Benyettou effectuait son dernier stage, validant son cursus.

De son côté Martin Hirsch, directeur général de l'AP-HP souligne que "c'est uniquement par principe de précaution" que cet étudiant "n'a pas été maintenu" dans ce service, du fait des derniers évènements, alors qu'aucun fait nouveau concernant cet élève "ne rendait nécessaire cette décision".


Les évènements de ces derniers jours "ne remettent pas en cause la validité de ses stages. Il lui reste à se présenter aux épreuves de fin d'études et à soutenir son TFE. Au vu de son comportement au cours de sa scolarité, je ne peux me soustraire à mon obligation de le présenter au diplôme d'infirmier", ajoute la directrice de l'IFSI.

Au coeur de la polémique : la réinsertion

Cette dernière ajoute "que les lois de la République prévoient que des personnes qui ont été jugées, ont effectué leurs peines, puissent se réinsérer, se réhabiliter".

Concernant le comportement de Farid Benyettou, ce dernier "a affirmé qu'il n'a plus de contacts" avec les anciens membres du réseau des Buttes-Chaumont auquel appartenait les frères Kouachi, responsables de l'attentat contre Charlie Hebdo. "Il n'a eu aucune attitude prosélytique à l'IFSI et a manifesté une volonté de se rendre utile et de se rattraper", précise-t-elle.

Au cours des derniers jours, "il s'est associé à la peine ressentie par tous les concitoyens et a participé à la minute de silence jeudi", ajoute Véronique Marin-La Meslée qui s'est entretenue avec Farid Benyettou dès le vendredi 9 janvier. "Il est actuellement inquiet du fait de la pression médiatique", souligne-t-elle.

De fait, c'est la directrice de l'IFSI qui a découvert le passé de Farid Benyettou, au hasard d'un reportage d'Envoyé spécial sur le djihad, en mars 2012, soit un mois après son entrée en IFSI, ou il apparaissait. "J'ai alors contacté les autorités de police qui m'ont affirmé qu'il était suivi et ne posait pas de problèmes particuliers".

Ces dernières auraient-elles dues prévenir au préalable l'IFSI ? Les évènements récents ont en effet posé la question de l'efficacité de la surveillance policière à l'égard des anciens réseaux d'islamistes radicaux.

Casier judiciaire et entrée en IFSI 

"Cela fait de nombreuses années que l'extrait de casier judiciaire n'est plus demandé lors de l'entrée en IFSI", rappelle Martin Hirsch, directeur général de l'AP-HP qui distingue "les modalités d'entrée en IFSI et celles nécessaires pour être recruté à l'hôpital, dans la fonction publique hospitalière. Il savait très certainement en entrant qu'il ne pourrait ensuite prétendre à travailler dans un hôpital".

Quelles ont alors été les motivations de Farid Benyettou pour entamer ces études ? La question reste entière. A-t-il l'intention de partir à l'étranger, en Syrie, comme l'affirment certains ? Avait-il l'objectif de travailler dans le privé, porte qui lui est bien-sûr fermée dorénavant ?

Les autorités de santé devront nécessairement résoudre une contradiction flagrante entre une entrée possible dans un IFSI public et l'impossibilité d'exercer ensuite son métier dans la même filière. "Doit-on interdire l'entrée en IFSI dès lors qu'un casier judiciaire n'est pas vierge, même s'il s'agit de faits passés et qui peuvent être mineurs ?", s'interroge Martin Hirsch en élargissant le débat.

D'autres questions se posent sur la possibilité pour l'Ordre infirmier de vérifier la moralité - selon quels critères ? - des infirmiers en exercice, alors que la majorité des salariés n'adhèrent pas à l'ONI ? Quelles sont les règles pour entrer dans le privé ? Sont-elles suffisantes ?

A suivre...

Cyrienne Clerc

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=akNba1NAjZ0]

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

47 réponses pour “Farid Benyettou, un étudiant en soins infirmiers rattrapé par son passé ?”

  1. patrice dit :

    Il est inadmissible de le maintenir en tant qu’étudiant infirmier. De plus, nous avons vraiment la preuve que la sélection est plus que mal faite. D’ailleurs, la directrice de l’IFSI devrait être virée pour ne pas connaître suffisamment ses élèves. J’ai honte pour la profession d’avoir dans nos rangs un individu pareil.

  2. sancho dit :

    Bonjour,
    les propos de Martin Hirsch sont pour moi inacceptables.
    Comment accepter de former quelqu’un dans une école publique, lui laisser faire des stages dans un établissement public et après le récuser pour un poste dans la fonction publique ?
    Par contre dans le privé ou en libéral, faite vous plaisirs … Merci M. Hirsch…

    Un peu de logique et de decence !

    Avec un casier judiciaire stipulant des faits de terrorisme direct ou en association, la formation, les stages (publics ou privés) et les emplois (publique, privé ou libéraux) doivent être interdits.
    S’il y a des failles, (à priori, il y en a) nous devons les corriger, avec l’aide de l’ordre national des infirmiers, du ministère, des associations et, s’ils souhaitent travailler sur le sujet, des syndicats.
    Il y a du boulot.
    Cordialement

  3. Amox Silline dit :

    Il faut un casier vierge pour entrer en formation. Pourquoi ne pas interroger MR Martin HIRSH ? Sur son Face book ?

  4. 316114271 dit :

    Ceci est touchant et très perturbant!!!
    Comment pouvons nous alors que nous sommes tous blessés par tout ce qui vient de se passer accepter que notre profession soit salie par des individus aussi nuisibles?!?!
    Infirmière depuis plus de 24 ans, je n’accepte pas que cet individu soit diplômé d’état dans un état qu’il ne respecte pas.
    Si nous acceptons cela notre profession sera salie encore plus et encore moins reconnue.
    Marie

  5. j’assume , pas de tolerance pour ce mec !

  6. individuspasisole dit :

    Bonjour à vous,

    Tout d’abord je tiens à dire que je ne tenais à partager mes expériences lors du concours d’entrée en IFSI. Voilà deux ans que je cherche à me reconvertir dans cette belle profession.
    L’année 2014 j’ai passé 8 concours d’entrée.
    Sur les huit concours j’ai été admissible à 2 oraux.
    Ou j’ai échouer en grande partie à cause du stress.
    Pourtant j’ai par le passé travailler avec du public et j’ai donc acquis un sens du relationnel convenable je pense.
    Seulement les concours sont des machines à engraisser le système.
    Je m’explique. Nous payons pour chaque concours des frais d’inscriptions d’environs 100 euros en moyenne. Ce qui est très cher pour beaucoup notamment pour moi ancien employé à mi-temps.
    Par la suite nous passons deux épreuves écrites:
    -une épreuve de culture générale sous la forme d’une dissertation et de question de texte digne du CAPES .Pour preuves vous jetterez un œil aux question du CAPES documentation ou l’on demande la problématique , un résumé indicatif (ce qui correspond aux idée principales d’un texte) et un résumé informatif. Pour ce qui est de la dissertation sa notation est arbitraire et dépend essentiellement du correcteur souvent employé en CDD précaire pour effectuer ces corrections et ne disposant souvent que de 5 minutes par copie (http://www.ladepeche.fr/article/2013/05/07/1621272-concours-infirmiers-les-examens-corriges-par-des-interimaires.html).
    -une épreuve de test psychotechnique additionné de calcul mathématique digne du concours d’entée à météo france.

    Puis, une épreuve orale composé de deux partie. Un exposé de vos motivations et une question sur un terme sanitaire. Ceci devant un jury de trois personne dont un professionnel de santé extérieur à l’IFSI, un formateur de l’IFSI et une psychologue.Avec des critères de notation inconnus ce qui est d’ailleurs parfaitement illégal en France. Pour preuve essayer de trouver un rapport de jury!

    Ces concours d’entrée sont quelques peu opaques car il n’existe en effet aucunes corrections publiées nulles part ce qui n’est pas légal du tout. Tous les autres concours aux grandes écoles et administratif publie leur rapports de jury et leurs corrections.
    Mais pour ce qui est juste de l’oral, il faut dire plusieurs chose.
    D’étrange pseudo-science rentre en jeu comme la synergologie qui alimente de nombreux débat universitaire (Voir Pascal Lardellier professeur en Science de l’information et de la communication).
    Car oui il ne faut pas être malade le jour de l’oral ou pire avoir mal au dos. Ceci va se traduire sur votre posture et être interprété négativement par le pratiquant de la pseudo-science qu’est la synergologie. Donc Ostéopathe Kinésithérapeute avant votre oral.
    Le jury est souvent épuisé après plusieurs heures et son jugement se dégrade.
    Et si le candidat est un bon menteur (ce qui est loin d’être mon cas) et qu’il a additionné myorelaxant (ce qui permet d’effacer vos micro-expression du visage) et mensonge en béton alors il réussira son oral.
    Des candidats lauréats qui ne méritaient pas de l’être j’en ai rencontré et côtoyé lors d’une année de préparation. Des lauréats que j’ai entendus dire qu’il étaient impensable pour eux de soigner certaines catégories de populations (notamment les roms et les toxicomanes) , mentir sur leurs motivations de façon à réussir à tous prix et faire preuve d’ostracisme envers les autres.
    Car être honnête et humaniste ne permet pas de réussir les concours d’entrée aujourd’hui. Il faudrait que cela change et que les futurs élèves le soit!

    Pierre

  7. syndicat RESILIENCE dit :

    CHARLIE : les manipulations honteuses de l’Ordre infirmier !

    http://syndico.exprimetoi.net/t10679-charlie-les-manipulations-honteuses-de-l-ordre-infirmier

    Les valeurs de l’ordre infirmier ne sont pas celles de la profession infirmière !?

  8. capluc dit :

    le risque qu’un “émir” fasse sauter à l’explosif un hôpital avec ses patients et ses soignants est-il un risque acceptable ?

  9. sauf qu’il faut donner son casier judiciaire pour les études d’infirmier !!!

  10. Ils savaient tres bien qu il n etait pas si calmé que ça,puisqu’ils l on retiré du tableau des le debut des evenements.En fait,il se formait pour servir les combattants.La salpé manipulée,l’état imcompétent une fois de plus ou bien il y a autre chose?

  11. ça suffit,nous ne sommes dans le monde des bisounours.On offre pas aux delinquants des places strategiques ou auprès de personnes vulnérable.Pourquoi pas un pedophile dans une maternelle.Si on veut reinserer,il y a d autres moyens.Le scandale est de l’avoir accepté avec un casier ,tres lourd ,alors que l’etudiant moyen doit montrer patte blanche.Non content d avoir laissé rentrer des milliers de combattants djihadistes,ils leur permettent de s ‘infiltrer dans les administrations ,hopitaux.Un frere Kouachi etait embauché a la mairie de Paris.C est pas beau ça?Il y a plein de francais ,bon citoyens d origine arabe qui auraient aimé l’avoir cette place!

  12. Amox Silline dit :

    C est scandaleux . Et s il est si bien que ça pourquoi on ne lui a pas laissé finir son stage ? La question de la confiance ? De la peur ? Ne sont ce pas des questions ethiques de notre métier ? Ou mettez vous cette éthique Mr Hirsch pour avoir stoppé son stage ?

  13. Marie Barbe dit :

    on nous confie des vies , nous avons des responsabilités , on travaille pour l’état ,comment pourrait on faire ce métier avec un casier , quand j’ai fait l’école d’inf , j’ai fourni un extrait de casier et j’ai trouvé cela normal !!!
    J’aime · 1 min

  14. Wendy Mars dit :

    Dans quel but a t’il choisi cette formation ?! Question à se poser !!!!

  15. si la situation de l’étudiant est licite, conformément aux textes qui régissent l’entrée dans les IFSI, s’il possède les critères nécessaires pour exercer la profession dans le privé (l’inscription à l’ordre infirmier est obligatoire pour tous les infirmiers : privés, publics et libéraux), puisque “les lois de la République prévoient que des personnes qui ont été jugées, ont effectué leurs peines, puissent se réinsérer, se réhabiliter”. pourquoi ne lui laisse t-on pas le droit de postuler sur un emploi public à l’AP-HP ? serait-ce là de la discrimination en fonction de son origine, de sa couleur de peau, de sa race, de son origine sociale, de son passé ou de ses convictions politiques et ou religieuses ? Son diplôme d’infirmier n’aurait-il pas la même valeur que celui obtenu par ses collègues de promotion ?

    • buce dit :

      postuler à l’AP-HP ? Avec son casier ? Et son implication dans la conversion au radicalisme des 2 terroristes qui ont tués 12 personnes ?
      et vous parlez de discrimination ?
      Il a profité de failles dans le système pour accéder à ce type d’études, mais faut pas pousser !!…

    • patrice dit :

      Non seulement on doit le virer de la formation mais on doit aussi le déchoir de la nationalité française pour son passé terroriste.

  16. revoyez en replay l’émission d’Yves Calvi de ce soir; ça fait froid dans le dos

  17. Laptite Bulle dit :

    Peut on mettre en doute les sélections ? Je pense que non mais le casier judiciaire a chaque dossier d’entrée oui

  18. La réinsertion, je suis d’accord avec le principe, ça y a pas de soucis… Mais franchement, faudrait peut être arrêter les conneries 2 minutes! Qu’un délinquant accède à notre formation, à la limite ok il a payé sa dette, pris conscience de son erreur et par essence a commis un acte qualifié pe la justice de DÉLIT. Mais un criminel… Là je suis plus d’accord! Le code pénal français qualifie ainsi de crime, le meurtre, homicide volontaire non prémédité, l’assassinat (homicide volontaire prémédité), mais aussi d’autres infractions pénales telles que le viol. Donc une ATTEINTE aux personnes! Et ces actes, même repentis, ne sont pas compatibles avec les valeurs de certains métiers et plus particulièrement celui d’IDE. L’infirmier prend soin des personnes avec bienveillance sans recherche de bénéfices secondaires personnel et n’use pas de malveillance pour atteindre son prochain à des fins de satisfaction personnelle….

  19. quelle honte !!! #IDE dégoutée et en colère !!!

  20. Tout le monde a le droit à une deuxième chance!!! Aller mettre un pédophile travailler avec des enfants MAIS il aura purgé sa peine et qui aura le droit à une deuxième chance!!!! Soyons sérieux il s’agit de terrorisme et selon moi ce n’est pas compatible avec les métiers de la santé! Qui rappelons le a pour principe d’aider les gens, les soigner sans distinctions!

  21. Cali Caliotte dit :

    Je pense que tout le monde a droit à une ré insertion et une 2eme chance. Il me semble que la tolérance est une qualité propre à notre métier. CEPENDANT, il devrait y avoir une prise en compte des délits (actes de terrorisme, homicide, délit sexuel, trafic de drogue pour moi sont bien plus graves que vols à l’étalage, conduite sans assurance, voire sans permis….) et il faudrait un lasps de temps minimum av de pouvoir passer le concours. Notre métier impose le contact avec des personnes vulnérables. De ce fait il me semble qu’il faudrait un minimum de critères “de bon sens” au recrutement!

  22. On nous prend vraiment pour des billes

  23. Ma Rninifette dit :

    non mais de qui se moque t’on? on aura vraiment tout vu !

  24. Marie Bibal dit :

    Il y a beaucoup de personnes dans la santé qui ont des casiers…

  25. Il me semblais qu’il faut fournir un casier judiciaire vierge à l’inscription en école

  26. y’en a qui ne doivent pas dormir tranquille…..

  27. Michel Renard dit :

    Il faut qu il soit rayé des contrôles

  28. Anne DG dit :

    “Les autorités de santé devront nécessairement résoudre une contradiction flagrante entre une entrée possible dans un IFSI public et l’impossibilité d’exercer ensuite son métier dans la même filière. “Doit-on interdire l’entrée en IFSI dès lors qu’un casier judiciaire n’est pas vierge, même s’il s’agit de faits passés et qui peuvent être mineurs ?”, s’interroge Martin Hirsch en élargissant le débat.”
    Faits passés qui peuvent être mineurs? il a été jugé et condamné en 2008 pour association de malfaiteurs en vue de préparer des actes terroriste… tout est relatif mais là… les bras m’en tombent…

  29. Et ce jeune homme n’en pas parlé !!!!!…..bien au contraire !!!!

  30. So Lène dit :

    Il va avoir bien le temps d’étudier l’organisation et l’architecture des hôpitaux…

  31. la directrice découvre par hasard grâce à envoyé spécial le passé inquiétant de cet étudiant !! magique !!

    • 316114271 dit :

      Alors là c’est la totale!!!Déjà que nous sommes peu reconnus maintenant on forme dans nos écoles des individus ayant un passif de terrorisme!!! Prenons nos responsabilités et sortons cet individu de notre formation …Nous sommes tous blessés par les événements on ne va pas les cautionner!!!!

Réagir à cet article

retour haut de page
429 rq / 1,993 sec