RTT/35 h à l’hôpital : le constat critique de la FHF et des parlementaires

Dans un interview accordé à France Inter, le 17 décembre, Frédéric Valletoux, président de la Fédération hospitalière de France, remet a nouveau en cause le nombre de RTT des infirmières et soignants. Par ailleurs, un rapport parlementaire souligne les difficultés et les "heurts".

infirmière-12-heures-250x2131"On demande à l'hôpital de participer aux économies générales en réduisant ses dépenses de cinq milliards d'euro. Pour cela on ne peut pas écarter l'un des problèmes majeurs de l'hôpital qui est l'organisation du travail", a affirmé Frédéric Valletoux au micro de France Inter.

"Certains hôpitaux sont à 35 jours de RTT par an. Comment voulez vous organsier un hôpital avec 35 jours de RTT par personne ? Nous, on propose de plafonner à 15 jours par an, c'est à peu près la moyenne des hôpitaux en France", ajoute le président de la FHF.

Un rapport parlementaire critique

Le rapport parlementaire de la commission d'enquête sur l'impact de la réduction du temps de travail témoigne des difficultés rencontrées par la fonction publique hospitalière pour passer aux 35 heures selon hospimedia.fr.

La RTT, indiquent les auteurs, "a constitué un outil pertinent et efficace de lutte contre le chômage" mais le passage aux 35 heures dans la FPH a été "difficile et parfois mal vécu", note le rapport.

Lors de son audition, Marisol Touraine a indiqué que les 35 heures ont permis de créer 37 000 emplois dans le secteur sanitaire et 8 000 dans le médico-social. Leur coût a été estimé à 2,5 milliards d'euros.

Selon la sénatrice écologiste Aline Archimbaud (Seine-Saint-Denis), citée par Hospimedia, ces créations d'emplois sont "surestimées". Seuls 35 000 emplois non médicaux ont été créés tandis que "tous les postes médicaux n'ont pu être pourvus, en raison du manque de candidats et de crédits insuffisants accordés aux établissements".

Un constat partagé par la Cour des comptes qui estime que la création de postes n'a pas permis de compenser intégralement la RTT.

La pénurie de personnels infirmiers et médicaux n'a pas été anticipée dans la fixation du numerus clausus ou dans le volume des promotions en instituts de formation en soins infirmiers (Ifsi), poursuit le rapport. Ainsi le personnel hospitalier regrette "l'insuffisance de ces créations d'emplois" car elle a provoqué une intensification des conditions de travail.

Le rapport constate enfin que le sujet des 35 heures demeure "un facteur de crispation majeur à l'hôpital".

Côté compte épargne temps (CET), est-il indiqué dans le rapport,  le coût est évalué à 1,36 Md€ pour la FPH. La commission d'enquête rapporte sur ce sujet des CET que la FPH compte 3,67 millions de jours en stock fin 2007 et que 14,1% de ses agents en possèdent.

Cyrienne Clerc, avec France Inter et Hospimedia

A relire : Remise à plat des accords 35 heures : la FHF n’en démord pas

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

10 réponses pour “RTT/35 h à l’hôpital : le constat critique de la FHF et des parlementaires”

  1. Evidanse dit :

    Dans ma région, ce n’est pas la pénurie d’Ide qui est préoccupante, c’est le chômage et le manque criant de postes pour ces dernières.
    A titre d’exemple, en 2005, sur le site de pôle emploi, il y avait un minimum de 10 à 12 pages(8 à 10 offres par page) pour notre département et le département limitrophe.
    Au jour d’aujourd’hui,il n’y a même pas une page entière pour TOUTES les offres d’emploi d’Ide! Tous les jours, des Ides diplômées pleurent dans le bureau de la responsable des professions de santé à l’ARS…D’autant que ces jeunes diplômées ne peuvent même pas du libéral car il faut d’abord avoir travaillé 3 ans en centre hospitalier avant. Sauf que chez nous, ça n’embauche pas. Je suppose qu’ils gardent le peu de personnel qu’ils ont, ils attendent qu’elles démissionnent au bord du burn-out, ou bien dedans, et après no souci pour eux, il y a la queue devant la porte d’entrée.
    Diplômée en 1981, si on m’avait prédit cela à l’époque, je me serais payée une bonne tranche de rigolade tellement ça m’aurait semblé surréaliste et pourtant…

  2. Récap' IDE dit :

    Non mais j’hallucine complètement !!! 35 jours de RTT par an, il sort ça d’où !!? Car quand on lit le décret de 2002 sur nos droits aux RTT dans la Fonction Publique : “Pour un travail effectif compris entre 38h20 et 39 heures, le nombre de jours supplémentaires de repos est plafonné à 20 jours ouvrés par an.” Faudrait qu’on m’explique ! Ou plutôt qu’on lui explique !

  3. cachouchou dit :

    ou comment nous augmenter l’âge de départ à la retraite avec des arguments fallacieux mais sans embauche

  4. Kittycat Mel dit :

    quels hôpitaux sont à 35 jours de RTT / an ???? sachant que nous sommes pour tous aux 35h (en tout cas payés comme tel ?) Et s’agissant de la création d’emploi, on a surtout réussi aujourd”hui à créer du chômage et une situation précaire pour les soignants qui n’ont plus la possibilité de négocier leur salaire ou leur évolution de carrière. Quant à :-/ La pénurie de personnels infirmiers et médicaux n’a pas été anticipée dans la fixation du numerus clausus ou dans le volume des promotions en instituts de formation en soins infirmiers (Ifsi), poursuit le rapport. Ainsi le personnel hospitalier regrette “l’insuffisance de ces créations d’emplois” car elle a provoqué une intensification des conditions de travail.:-/ on se fout de nous ? les hôpitaux n’embauchent tout simplement pas parce que cela coute cher pendant que les IFSI acceptent par pur intérêt financier un nombre important d’ESI qui n’auront plus qu’à pointer au chômage ou accepter un contrat de merde type CDD renouvelable ou pas tous les mois ad vitam eternam et dire amen à tout. !

  5. solange granier dit :

    En 2002, au CHU à Strasbourg, quand on nous a annoncé 29 RTT en plus des CA qu’on pouvait déjà pas prendre à cette époque par manque de personnels, on a rigolé (jaune) et on est rapidement passé à 19 RTT/an en échange de 30 minutes de réduction quotidienne de travail (15 mns de transmissions au lieu de 45).
    12 ans après les 19 sont tombés à 15 RTT/an suite à des accords incompréhensibles de tous entre les syndicats 🙁 et la direction.
    Aujourd’hui ces RTT sont automatiquement intégrés à la trame/planning de travail qui s’étend sur 10 semaines entre les matins, les soirs et les nuits, les repos et elles peuvent en capitaliser 5, pas plus.
    Concrètement, elles ont toutes des tonnes de récup non payées en heures supp à prendre sur des compteurs gérés par la DRH et quand une collègue annonce son départ en retraite (par exemple) il est fréquent qu’elle reste au planning pendant plus de 6 à 12 mois afin de la payer à récupérer ses congés divers et variés accumulés pour remettre les compteurs à zéro avant le départ réel en retraite.
    Pendant son absence, ce sont les autres IDE qui remplacent les trous sur son planning et ce cercle vicieux ne pourra prendre fin qu’avec l’embauche de nouvelles IDE, mais là faut plus rêver !
    Donc les 35 heures, elles s’assoient dessus en permanence et sont plus proches des 42 payées 35.
    Merci qui ?

  6. 35 RTT?? Waow! On fini déjà l année avec des reliquats…heureusement qu’ on n a pas autant de RTT…ds mon établissement nous en avons 14/ an

  7. 35 jours de RTT dans un hopital français pour es soignants ! un vrai dèlire : on nous doit 200 heures de travail et on ne peut pas nous les rendre en repos et encore moins les payer !!!

  8. 35 jours de Rtt mais bien sûr, il a fumé quoi l’autre tache

  9. Nath Zep dit :

    A calais 18… Mais plus pour longtemps…

  10. Commence à me casser les … qui ah 35 jours de rtt pis si ça existe c’est que le temps récupèré est fait !

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
318 rq / 3,785 sec