Attentats : Une prise en charge psychologique pour les soignants

Dans un communiqué diffusé hier soir, l’AP-HP a expliqué avoir mis en place une offre de prise en charge psychologique pour tous ses personnels.

Attentats : Une prise en charge psychologique pour les soignants"Une équipe de psychologues cliniciens et de psychiatres, formée à ce type de prise en charge, assure depuis hier des débriefings d’équipe (prise en charge collective) dans les services directement impactés" explique l'AP-HP.

Les prises en charge individuelles sont assurées de manière complémentaire par les services de la médecine du travail et par les équipes dédiées des cellules d’urgence médico-psychologique, celle de l’Hôtel-Dieu pouvant intervenir pour tous les sites.

Ces prises en charge pour les soignants interviennent alors que le professionnalisme des soignants a été salué hier par un ensemble d'acteurs, dont la ministre de la santé, la FHF (Fédération Hospitalière de France), et l'Ordre National des Infirmiers.

A court de matériel? L'AP-HP dément le Figaro

Dans un autre communiqué, l'AP-HP a tenu à démentir un article du Figaro qui affirmait dans son titre et dans son texte, que l'AP-HP avait été "à court de matériel" pour gérer les victimes.

"La solidarité entre les hôpitaux d’une part, la présence des pharmaciens responsables de la stérilisation pendant la nuit et de l’ensemble des professionnels revenus dans le cadre du plan blanc ou spontanément ont permis de faire face à cette situation exceptionnelle, y compris sur le plan du matériel . Les hôpitaux n’ont donc pas été à court de matériel. C’est la force d’un très grand groupe hospitalier de pouvoir faire face, y compris sous la pression extrême des événements dramatiques, à un afflux aussi considérable de blessés graves" affirme l'AP-HP.

Rédaction ActuSoins

 

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

20 réponses pour “Attentats : Une prise en charge psychologique pour les soignants”

  1. Lyly Kissou dit :

    Un autre post disait que les soignants n’étaient pas à bout de souffle.
    Pffff.
    Bien sûr que oui et encore plus dans des situations pareilles.
    Courage force à tous nos collègues qui ont du affronter ce cauchemar ! !

  2. Un immense RESPECT à ces blouses blanches qui font un travail extraordinaire et qui n est pas assez reconnu!

  3. Je vous souhaite un super gros courage !!!

  4. Gilles Lassus dit :

    Et en bonus,les sénateurs votent pour 3 jours de carence dans la FPH……Quelle bande de charlatans…..

  5. De toutes les façons,peu de gens se préoccupent de nous.le boulot est fait,toujours fait.je suis défaitiste,mais 36 ans d hosto ça use et tout le monde s en fout.

  6. Sophie Millet dit :

    De tout coeur avec vous bravo

  7. Marie Laure dit :

    excellente chose pour les soignants qui eux aussi ont besoin de s’épancher, de dire leur ressenti, de pouvoir vider leur sac .

  8. Un grand merci à vous pour votre action au quotidien et plus particulièrement dans ce contexte difficile, un gros kiss à tous les personnels de santé de France. Vous êtes Formidable.

  9. Indispensable .. Nous ne sommes pas formés pour de telles scènes d’horreur , donc oui …! Le débriefing s’impose ..

  10. Notre métier , nous l’avons choisi mais il nous épuise ou ‘a déjà fait… Protégez vous, cherchez de l’aide, vos n’êtes pas des sur-humains

  11. Soignants nous sommes ou avons été et serons et nos forces sont souvent mises à rude épreuve et il nous faut toujours puiser en nous pour ne rien montrer mais au contraire être toujours en front…

  12. Merci pour nous les soignants ActuSoins, car nous aussi, nous aidons dans l’ombre, en silence. Parfois trop peu relayé par les médias.

  13. Vanessa Che dit :

    Pour les services en première ligne, c’est une évidence… et pour nous qui prenons le « relais » ensuite ? Quand je me propose de faire des heures supplémentaires pour ne pas laisser mes collègues en sous effectif ? Une journée de 13h quasi non stop à m’occuper principalement d’une des victimes ? Une aide psychologique serai fortement la bienvenue, ne serait ce que pour savoir quoi leur dire, comment les écouter, les rassurer… l’expérience du métier fait qu’il me semble avoir fait de mon mieux en matière de relation d’aide, mais c’est une situation exceptionnelle. Et pour les jeunes diplômés ?

  14. Nous sommes des humains comme les autres avec nos failles et nos soucis,nos cauchemars ,nos faiblesses .Sur le coup nous faisons face,mais ensuite,comme les autres ,nous avons besoin d’aide .

Réagir à cet article

retour haut de page
374 rq / 4,282 sec