Affaire Vincent Lambert : les parents portent plainte pour “tentative d’assassinat”

Alors que le CHU lance une nouvelle procédure collégiale en vue d'un éventuel arrêt des traitements, les parents de Vincent Lambert, patient tétraplégique, en état végétatif, ont annoncé le dépôt d'une plainte contre le CHU de Reims et les médecins.

perf-300x200-250x167Actualisation (17 juillet) : le Dr Daniela Simon devrait annoncer sa décision le 23 juillet. "Dans le cadre de la procédure d’arrêt des traitements, j’ai l’honneur de vous convier à participer à un deuxième conseil de famille le 23 juillet", écrit-elle à la famille de Vincent Lambert.

.Cette plainte vise le CHU en tant que personne morale et les Dr Eric Kariger, Daniela Simon et Ana Oportus pour violence volontaire, tentative d'assassinat, non-assistance à personne en danger et mauvais traitements. Une plainte sera également déposée contre Rachel Lambert, épouse de Vincent Lambert, pour faux témoignage, faux et usage de faux.

Concernant Rachel Lambert, "nous l'accusons de faux témoignage, faux et usage de faux dans la déclaration de son adresse. Elle affirme habiter à Reims alors qu'elle vit à Bruxelles", a commenté Maître Jean Paillot, avocat des parents de Vincent Lambert.

Ces derniers avaient lancé le 16 juillet un ultimatum à l'équipe médicale : elle avait jusqu'à jeudi midi pour « se récuser » et permettre le transfert de Vincent dans un autre établissement, sans quoi ils portaient plainte.

Rédaction ActuSoins, avec AFP et Le Monde

Depuis quelques jours, le réseau social "Les infirmières en colère" milite pour que "la volonté de Vincent (ancien infirmier) de partir sans acharnement thérapeutique soit enfin respectée".

 

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

118 réponses pour “Affaire Vincent Lambert : les parents portent plainte pour “tentative d’assassinat””

  1. mclove dit :

    cette histoire devient grotesque , dommage car dans ce contexte c’est malheureux , pour avoir longtemps travaillé avec des patients dans cet état , jepense vraiment qu’à un moment c’est de l’humanité pour eux que de les laisser partir ;Vielle infirmière je pense que depuis que tout est médiatisé nous soignats avons aussi perdu le sens de la mesure et du dialogue .Il y afort longtremps au siecle dernier il n’y avait ni loi léonetti ni médias , ni recours à la justice : devant des cas de ce genre il y avait rencontre de l’équipe médicale et para médicale avec entourage proche puis décision et souvent ( je ne me souvient d’ailleurs pas de refus) les thérapeutiques étaient arrétées les soins de confort poursuivi , et des doses d’analgésiques prescrites jusqu’à l’endormissment en paix du patient ;hélas aujour d’hui tout est pretxte à faire du scoop

  2. Paulette42 dit :

    Alors quand je vois tous ces commentaires ….. Il est en état végétatif (et l’on sait ce que c’est quand on a travaillé en neurochirurgie…) Il ne demande donc que du nursing!! Ben rendons le aux parents puisqu’il y tiennent tant, Ils l’auront avec eux pour le coup et comprendront peut-être ce que ça veut dire pour leur fils. Et en plus on ferait des économies puisque personne n’en parle mais c’est aussi un des problèmes….. Je vais en mission humanitaire au Burkina Faso et je peux vous dire qu’ils n’ont pas ce genre de problème. C’est un problème de nantis. On devrait se poser la question autrement et plus largement soigner, aider, promouvoir la santé oui mais la vie a tout prix?????? Pourtant en Afrique eux ils ne mettent pas leurs vieux dans des résidences, ils les gardent et s’en occupent…. Quelle est la civilisation la plus avancée et humaine????? Ne marchent-on pas sur la tête? Et non je ne dirai pas qu’il faut arrêter l’alimentation et l’hydratation chez tous ceux qui sont nourris pas SNG (comme la question est posée dans certains commentaires) ils ne sont pas tous en état végétatif. Mais on sait ce que c’est en chirurgie l’acharnement et le non respect des volontés du patient. Difficile d’admettre que l’on ne peut rien que l’on n’est pas tout puissant et d’arrêter comme le veut le patient qui n’a pas la force de s’opposer mais qui a toute sa tête!! Que de débats en perspective!!

  3. solange granier dit :

    Lesinfirmières Encolère appellent à une minute de recueillement le 23 juillet 2015 à 11 heures pour Vincent Lambert qui continue à être l’objet d’un entêtement familial visant à le maintenir en vie au delà de toute démarche raisonnable et humainement supportable. Lesinfirmières Encolère renouvellent leur soutien inconditionnel – déjà exprimé le 15 juillet dernier par une première minute de recueillement pour Vincent – aux équipes soignantes du CHRU de Reims qui doivent continuer à exercer sereinement en dépit des pressions médiatiques et judiciaires.

    https://www.facebook.com/lesinfirmieres.encolere

    • Motarde de DIJON dit :

      Il paraît que la minute de silence organisée par les Infirmières en Colère est reportée à 16H00 le lendemain! C’est un scandale de prévenir les gens à la dernière minute alors que dans notre service on avait déjà préparé le gâteau et mis le champagne au frais pour le 23!

  4. Bam Marie dit :

    Cette situation est loin d’être ridicule!! C’est un grand dilemme éthique!!!’ je pense qu’il faut vivre la situation pour se permettre de la juger!
    Les deux parties ont des positions légitimes ce qui rend le consensus décisionnel difficile!!

  5. mclove dit :

    je propose que Vincent soit rendu à ses parents , qui grâce à leur “réseau d’intégristes” doivent avoir dans leur relation des soignants qui assureront à domilcile les soins de “conservation” ainsi se libérera une place “si précieuse” pour quelqu’un en attente

  6. Faut que les parents arrêtent , sa devient de l’acharnement leur enfant est maintenu par une machine. Toujours très dur comme décision mais faut pensé à la personne pas à soit même .Personnellement si cela devais m’arriver je refuse tout acharnement que l’on me laisse partir.

  7. Moi c’est Vincent que je plains
    Si il est conscient de son état ça doit être horrible pour lui !!!

  8. Même si je me dit que cela doit être dur pour les parents, perso ils me gonflent… Leur fils ne redeviendra pas comme avant… État végétatif, bon sang.. qu’ils cherchent la signification.. Je plains leur belle fille

  9. Ils sont vraiment irrespectueux de la volonté de leur fils… Vive les Cathos…
    Qu’on leur fasse payer les jours d’hospi de leur fils… On verra si ils continueront leur combat inutile!!!!

  10. Rene Malheiro dit :

    C’est pas de l amour de parents çà, c’est un acharnement à vouloir garder son fils près de soi ,de l’exoisme pur!!!

  11. Michel Renard dit :

    la religion est intolérante il ne se réveillera pas je plains le nouveau service et les personnels les parents seront odieux

  12. ça ne finira jamais….je ne comprend pas la réaction de es parents…ça ne le fait pas souffrir de voir leur fil comme ça???

  13. Julie Doyen dit :

    Je plains sincèrement ces parents même si je n’adhère pas à leur choix. C’est une maman qui n’avance pas sur le chemin du deuil. Qui veut garder son fils avec elle, l’enfant qu’elle a porté, mis au monde, élevé, et qui le voit respirer quand le monde entier lui crie qu’il est déjà mort. Quelle souffrance ce doit être.
    Certes à ce stade c’est un deuil pathologique, irraisonné et irraisonnable mais que ferais-je à mon tour si mon fils, ma vie, mon âme se retrouvait à la place de Vincent? Dans tout autre situation c’est la soignante qui parlerait comme je le fais aujourd’hui avec arrêt de l’alimentation et de l’hydratation voire un PSE d’hypnovel et de morphine pour une sédation… mais si c’était mon fils, mon coeur de maman se briserait et ma raison s’envolerait-elle? Même si chacun veut le meilleur pour son enfant, le moment où on doit renoncer est inimaginable.
    Je ne suis pas d’accord avec ces parents et cette maman devant l’acharnement thérapeutique sur leur fils mais leur cri de souffrance est trop fort pour qu’on se permette de l’ignorer.

    • Alors qu’on la soigne, mais qu’on ne la laisse pas piétiner ce que désirait son fils, je comprends le deuil patho mais pas qu’on la laisse faire…

    • Julie Doyen dit :

      C’est malheureusement son droit le plus strict. C’est la démocratie avec ses bons et ses mauvais cotés. J’ai cependant lu qu’il y avait peu de chance que le parquet reçoive ses plaintes.
      Après je ne justifie pas son comportement, je me questionne juste “est-ce si simple d’être à la place de cette maman?”
      J’ai du mal à comprendre les réactions des intervenants qui voudrait au final que cette personne n’ai aucun droit de prendre des recours pour faire valoir son opinion. Oui je suis d’accord c’est une situation terrible et Vincent Lambert ne devrait plus être de ce monde mais si de prime abord il avait redigé des directives anticipées on ne serait pas en train de confronter les paroles des uns et des autres. Ca serait sans doute moins culpabilisant pour l’ensemble de la famille si une décision écrite, personnelle, son propre choix existait. Cela déchargerait cette partie de la famille de donner leur accord sur l’arrêt des soins sans passer le reste de sa vie à se demander s’ils ont bien fait.
      Le débat est simple quand on est juste spectateur, nous ne sommes ni à la place de Vincent Lambert ni à celle de sa famille.

  14. Audrey Manson dit :

    Personnellement, je pense que pour que les parents acceptent de laisser partir leur fils, leur deuil doit être fait. Car ils ont très certainement l’espoir de … Grâce à la technologie des machines, il respire, sa poitrine bouge, son cœur bat … Je suppose ainsi qu’ils se disent, comme souvent entendus par les soignants urgentistes : “Notre fils est vivant !!! Il doit nous entendre … !!” Comme il est si simple de dire que nous respecterions tous les désirs de nos enfants, mais comme il est bien plus difficile de les accepter quand nous y sommes confrontés !!! Personne d’entre nous ne peut être certaine de sa réaction !!! Pour eux, c’est donner la mort à la chaire de leur chaire !! Il doit falloir une force impressionnante pour l’accepter ! Je dis cela, alors que personnellement, je pense que pour lui, il serait mieux qu’il parte. Je ne pense pas qu’il faille accabler, charger, des parents dans le désarroi. Nous avons tous une idée de ce que ferions, mais le ferions nous réellement !? Personne, mais personne ne peut dire oui ! Car il faut être confronté à la situation pour le savoir !! J’espère ne jamais à avoir à prendre cette décision et dire un jour “arrêtez tout, débranchez mon enfant” (arrêtez tout, donnez la mort à mon enfant).

    • Certes, mais alors, pourquoi les laisse-t-on faire tout ça? Pourquoi ne les soigne-t-on pas? A ce stade, si ils sont effectivement dans le déni du deuil, pourquoi ne les rend-on pas irresponsables de leurs actions? Pour moi aussi ils sont en pleine crise, mais je ne comprends pas qu’on les laisse encore agir de la sorte. On en a mis en HDT pour moins que ça histoire de les faire reprendre pied avec la réalité.

      (Je ne dis pas qu’il faille les mettre en HDT hein, mais il fait sérieusement se poser la question de faire quelque chose pour eux, parce qu’accuser les gens de meurtre et s’en prendre comme ils le font à l’épouse, c’est de la violence pure)

    • Audrey Manson dit :

      C’est bien plus compliqué que cela. Un exemple tout con, mais semblable : jeune homme de 30 ans, accidenté de la route, mort cérébrale déclarée. Nous sommes bien d’accord, il est mort. Organes vitaux maintenus par respirateurs …
      Demande à la famille pour le don d’organe. Pour la famille, cœur qui bat, respiration visible par les mouvement de la cage thoracique. Comment dire qu’il est mort alors qu’il respire !?

      La situation, bien que différente, n’est pas si éloignée de celle ci. Et il ne me semble pas que pour Vincent il y ait mort cérébrale. Cela n’est donc pas si facile.

      Si la femme de Vincent et sa fratrie n’avaient pas demandé l’arrêt, tout le monde trouverait qu’il est normal que les parents viennent le pleurer tous les jours au pieds de son lit.

      Je pense que dans leur tête sa femme veut se “débarrasser” ou se “désencombrer.”

      Combien de personnes vivent ce drame sans demander l’arrêt de soins !!? On interne pas ces familles en Hp pour autant ! On ne les insulte pas !!

      On demande à des parents de décider la fin de vie de leur propre enfant !! Il est facile pour nous soignants de dire oui, mais pour eux .. Nous ne sommes pas confrontés à la situation, en je ne pense pas que bi les médiats, ni la population ne peuvent se permettre de juger ces parents.

      Je trouve simplement dommage que la médecine n’écoute pas sa femme qui est son parent le plus proche.

      Je ne pense pas qu’on puisse juger si facilement ces parents d’irresponsables. Nous ne sommes pas à leur place.
      J’espère que la justice tranchera et qu’elle décidera ce qu’il y a de mieux pour Vincent.

  15. Fabie Cool dit :

    Ça devient du grand n’importe quoi!!!

    • en tout cas,c’est tellement médiatisé qu’on ne peut pas s’empêcher depenser que cela devient morbide!je conseille à ces parents de s’occuper de Vincent à leur domicile!accuser des médecins de mentir,du jamais vu dans ma carrière,j’ai mal pour ces médecins cités et pour cette épouse qui le jour de son mariage ne s’attendait pas à un tel enfer.affligeant,on est en 2015,je ne comprends pasz?

    • Fabie Cool dit :

      Moi y a un truc que je ne comprends pas. Quand on est marié, c’est pas le conjoint qui doit prendre les décisions dans les cas grave???

  16. Yeahhhh Alexandrine Frapart, je vous applaudis tout haut et fort…. enfin un commentaire qui dépasse le jugement et vous plus liins ! Avec tout mon respect. ….

  17. Ces gens là vont trop loin c’est vrai. Mais plutôt que de le laisser mourir de soif (parcequ’il mourra de soif avant de mourir de faim) c’est un peu barbare et long en fonction des gens. La question de l’euthanasie doit donc être posée car ce pauvre homme souffre depuis trop longtemps

    • Ces gens là sont ses parents qui sont dans une telle souffrance que je ne la souhaite à personne. … je ne suis pas d accord avec cet acharnement mais n est- il pas là comme symptôme d un mal être plus profond et qui les dépasse !!! Ces gens ont besoin plus d aide que d être jugés comme des emmerdeurs .Mais non, ils ne sont pas prêts pour ça et pour le reste. …je dis ça mais je ne dis rien. …

    • Mais bien sûr qu’ils s’ acharnent parce qu’ils ne sont pas prêt à ce que leur fils meurs, mais quel parent peut être décemment prêt à laisser partir leur enfant, ce n’est pas ce qui doit se passer normalement. Mais peut on penser que ces gens sont en pleine capacité de réflexion? Non, et peut on laisser souffrir cet homme qui souffre déjà depuis trop longtemps? Non. Je veux bien éprouver toute la compassion du monde pour cette mère mais je ne peux cautionner l’action d’acharnement de la femme

    • Mais moi non plus je ne cautionne pas. Mais comme tu dis: ils ne sont pas en mesure d ‘ avoir une réflexion rationnelle car ils sont dans l affect complètement embués dans cet affect. Tu vois ce que je veux dire? ? ca fait longtemps que la raison n est plus de leur prérogative. C est en ce sens que je dis que c est une mère qui est prête à tout et n importe quoi pour ne pas laisser partir son fils voilà ce qu elle est tout simplement . iI n ya pas de bons et méchants dans cette histoire pour ma part….

    • Je suis d’accord la dessus. Personne n’est à jeter à la poubelle. Mais cet homme souffre depuis trop longtemps

  18. Personne ne peut juger ..on ne sait pas comment on réagirait

  19. Ca devient complètement abérant…. Que les parents ne puissent pas concevoir de laisser “partir” leur fils admettons mais il faut pas non plus penser qu’à soit ! Le plus important c’est quand même leur fils et ce qu’il doit subir pour rester en vie. En plus la justice française et européenne a rendu son verdict, il faut l’appliquer c’est tout sinon c’est une histoire sans fin et qui va souffrir dans l’histoire : Vincent !

  20. La question qui pourrait être posée aux parents est est ce qu’ils voudraient vivre dans ces conditions? C’est sure que la logique veut que les parents meurent avant leurs enfants mais bon.

  21. Julien Nibas dit :

    Si les parents ne sont pas d’accord avec la Justice, ils n’ont quà le faire sortir et le prendre chez eux en HAD plutôt que coûter aussi cher à la SECU et de prendre un lit qui pourrait servir à un autre patient !

  22. je crois que à force ‘ils ne vont plus trouver de service hospitalier qui accepte de s’occuper de son fils. c’est une affaire très compliquée pour les familles mais aussi pour les soignants sans aucun doute.

  23. Et si l’hôpital portait plainte contre les parents de Vincent Lambert pour acharnement judiciaire?
    Sans rien dire de plus pour éviter une plainte pour diffamation.

  24. mclove dit :

    Je propose que les médecins rendent Vincent à ses parents ils trouveront bien fu personnel catholiques intégristes pour s’en occuper

  25. C’est une forme de maltraitance de la part des parents de ne pas vouloir respecter les volontés de leur fils. Catho ou pas ils sont VRAIMENT casse couille !

    • Sauf qu’il n’a jamais pu exprimer qu’elle était sa volonté… Ce ne sont que suppositions d’un côté comme de l’autre…. Je pense que le terme “casse couilles” est un peu léger quand on parle de parents qui ont face à eux des gens qui veulent volontairement provoquer la mort de leur fils… Quoi que l’on pense de cette décision. On peut au moins admettre la souffrance des uns et des autres et accepter un débat un peu plus profond que ce genre de réplique non? Je sais pas si tu es soignante, mais si c’est comme ça que tu réagis tous les jours, je me demande sérieusement avec quelle profondeur et sens éthique tu pratiques ton métier…

    • Mathilde Fontugne je te remercie de ton commentaire.
      En effet je suis soignante aux urgences, des cas comme Mr Lambert je peux en voir, les prendre en charge et prendre en charge la douleur psychique de la famille. Es tu soignant ?
      Les parents sont obstinés, irresponsables et a mon sens desireux de gagner le combat juridique entrepris depuis des annnees. Sont ils des victimes ?
      Je ne pense guere, la victime dans ce cas c’est Vincent !!!!
      La souffrance des parents je la considere comme telle mais pour moi soignante ce qui me derange c’est le non respect de la volonté du patient.
      Sur ce merci de ta réponse.

    • Rattrape toi comme tu veux mais Encore une fois, il n’a jamais exprimé sa volonté. La seule chose qui me choquait dans ton commentaire, c’était ta manière de parler d’eux. Et le fait qu’ils soient cathos aussi on voit pas très bien ce que ça vient faire là…. Bref, beaucoup de jugements en l’espace de deux lignes….

    • (Et oui je suis infirmière, je ne me serais pas permis de te dire ça sinon) et j’ai un peu du mal à croire qu’infirmière aux urgences, tu ais beaucoup à traiter ce genre de problématique. En étant honnête, c’est quand même pas dans ces services que se pose le plus la question d’arrêts de traitements (en l’occurrence ici d’alimentation et d’hydratation, si l’on peut appeler ça des traitements…) chez des personnes en état végétatif… Et non, même les infirmières des urgences n’ont pas tout vu et tout vécu, il faudra l’admettre 😉

    • Excuse moi mais leur religion interdit et condamne szlon eux la suicide. Et selon eux, l arret des soins est vu comme un suicide assisté .
      Tu me dis que je rattrape mais de quoi ??? D exprimer mon opinion ?

    • C’est dur pour toi d entendre un point de vue autre que le tien?
      Desolé je pense quelque chose et je l exprime.

    • Le suicide? Je vois pas le rapport. Et tu sais il y a pleeeiiiinnnnnn de gens qui admette le débat sans être catho pour autant…. Même s’il ne fait pas bon penser l’inverse en ce moment parce que à ce moment là, selon tes dires, on est irresponsables, irrespectueux… Et je ne sais plus trop quoi. Mais tu fais bien de t’exprimer, pas de souci. (Je disais que tu te rattrapes dans le sens ou tu te justifiais sans répondre à ce que je te reprochais vraiment: tes jugements un peu hâtifs et le vocabulaire employé).

    • Le suicide impliquerait la volonté de du patient de mettre fin à ses jours, ce qui à ce jour n’est que pure théorie…. C’est les politiciens actuels qui appellent ça suicide assisté et encore en parlant d’euthanasie, ce qui n’est pas censé être le cas ici puisqu’on se situerait plus dans un cas d’acharnement thérapeutique, dans le cadre de la loi leonetti. Les parents n’ont jamais employé ce terme.

    • Mon vocabulaire te pose problème ?
      Je comprends pas ce que tu me repproches ?

    • Non Charlotte rouget je pense juste qu’elle ne supporte pas que des gens ai des avis différents du sien…

    • Charlotte Rouget, laisse tomber va voir sa page tu comprendras mieux…pas de discussion possible (je suis 200% avec toi!!)

    • Non effectivement pas de discussion possible avec ce genre de personne tkt!! Je fait également les frais d’avoir exprimé mes opinions!! Mais c’est pas grave!! En tout cas sa fait peur…

    • Merci les filles !!!! Je vous remercie de vos commentaires.

    • Audrey Manson dit :

      Il me semble que Vincent ait exprimé à sa famille son désir de ne pas rester dans cet état. Préférer qu’on l’aide à partir. Si j’ai bien suivi les débats (autre que celui ci qui me semble dépourvu d’intérêt et d’intelligence), il l’a clairement verbalisé à plusieurs reprise à TOUTE sa famille. Raison pour laquelle, il y a la fratrie d’un côté, et les parents de l’autre. Sans parler de sa femme ! Pour les parents, et les urgentistes sont souvent confrontés au problème, même s’il diffère avec le don d’organe; “temps qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir.” Accepter l’arrêt de l’alimentation, accepte la mort de leur enfant. Je ne pense pas qu’on puisse les accabler. Leur deuil n’est pas terminer. Il me semble qu’il est également difficile pour un parent d’accepter d’arrêter l’alimentation qui “donne la mort”. Cela peut sembler dire “ok, “tuez” mon enfant”. Même si pour moi, la décision de Vincent, devrait être prioritaire, je comprends les parents. Je trouve dommage, qu’une famille qui devrait être soudée dans cette terrible épreuve puisse être désunie. Mesdames, un peu d’humilité serait de rigueur. Les injures, le manque de respect les unes contre les autres me choque !!! Cela dit, je comprends vos “arguments”. Charlotte effectivement, on peut penser à de la maltraitance, tout comme cette famille entière est maltraitée tant par le chagrin qu’elle vit que par cette injustice de se retrouver dans ce conflit. On peut pensez que les parents sont, si je reprends tes termes “casse couilles” mais cela me semble être du jugement de valeur qui n’a pas sa place ici. Mathilde Fontugne, outre casser les dames, tu n’apporte rien.

    • Je viens de lire ton post Audrey Manson et au moins tes arguments sont intelligents et peuvent en effet me remettre en question. Heureusement qu’il y a des gens intéressants

    • Audrey Manson dit :

      Merci Charlotte Rouget. J’ai beaucoup réfléchi sur le sujet, je me suis questionnée sur les raisons du refus de ses parents. J’ai fait des liens avec mes cours de réa, sur ce que les médecins nous disaient … Et la grande question qui demeure, malgré mes connaissances, malgré ce que je pense dans ce cas de figure sur l’euthanasie et l’arrête d’alimentation; Comment MOI je réagirais personnellement !? Et là, je me suis dit, ok Audrey, tu juges, c’est facile, mais tu ne sais pas ce que c’est. J’aime bien faire des cheminements comme ca dans ma petite tête. tout ça pour dire qu’un débat ne doit pas être fait de jugement mais d’ouverture d’esprit. Et partir des autres, et non de nous. Un peu comme les soins avec les malades. Après, c’est ce que je pense.

    • Eh bien moi mon père, découverte d’un cancer qui a flambé en 10 j… Opéré, semi inconscient puis inconscient… Méta au cerveau… Tension qui flambe… Question de l’IDE : “S’il le faut, réa ou pas ??” NON pas de réa ! Ma mère inapte à prendre une décision… Je connaissais mon père, et je me doute qu’il n’aurait pas supporté d’être diminué… OUI je me demande parfois si j’ai fait le bon choix…mais au fond il aurait été malheureux. Et c’est moi et ma conscience… Je suis contre l’acharnement thérapeutique..

    • En effet, n’en déplaise à Mathilde, M.Lambert a exprimé verbalement à plusieurs reprises et à plusieurs personnes au cours de sa vie son désir de ne pas être légume, et être contre l’acharnement thérapeutique.
      Or, pour moi, ses parents s’acharnent à le laisser en vie malgré ce que LUI désirait.
      Alors oui, en tant que mère, je comprends la douleur des parents, mais en tant que mère, je ne pense pas que j’irais contre la décision de mon enfant, même si je dois en souffrir, parce que c’est l’enfant qui compte en premier (ici dans ce cas Vincent) et non ses parents.

  26. Elodie Deray dit :

    Qu’ils le laissent “partir” tranquillement. Je trouve ça de plus en plus choquant de la part des parents. C’est certain qu’on ne veut pas voir ses enfants mourir avant nous, mais quelle vie a-t-il?

    • Mais ils ne peuvent pas c est impossible pour eux. C est du domaine de l irrationnel, de l indicible à leur niveau. Nous, on voit ça avec le recul car non confronté à la situation : cela ne nous touche pas directement . …cela relève du pathos malgré eux. On ne fait pas toujours ce que l’ on veut avec ses états émotionnels mais surtout ce que l on peut avec les ressources que l’ on a ou pas. …à méditer. …

    • Elodie Deray dit :

      Désolée, mais je ne suis pas d’accord. Plus maintenant en tout cas. Ça ferait un an que ce pauvre homme est dans cet état, peut-être, mais là c’est de l’acharnement car le fait de l’accompagner ne fait pas partie de leurs convictions. Et à mes yeux, c’est dur ce que je vais dire, mais ils n’aiment pas leur fils.

    • Je suis d’accord avec Elodie, soit ils ne sont pas “pathos”, et pour le coup ils en deviennent pathétiques, soit ils sont “pathos”, et dans ce cas on ne les laissent pas faire autant de “bouse” médiatique et judiciaire, et on les soigne, de gré ou de force.

      Désolée d’être violente dans mes propos, mais je trouve toute cette histoire particulièrement affreuse et ça n’a que trop duré. M.Lambert a exprimé son désir de ne pas être légume à plusieurs reprises et à plusieurs personnes au cours de sa vie, qu’on ne respecte pas ce choix, parce qu’il n’est pas écrit et parce que ce sont ses parents me donnent la nausée.

  27. Un coup d hypno morphine et il part en douceur

  28. En même temps l arrêt des soins dans ce contexte qui est défini par les journalistes comme l arrêt de l alimentation enterale et de l hydratation (il ne reçoit manifestement pas d autres traitements) être considéré comme une maltraitance. Mourir de cette façon ce n’est pas à mon sens une façon digne de mourir. Je trouve que c’est différent de l arrêt de thérapeutiques actives genre stopper les catecholamines ou alors ne pas traiter une infection.

Réagir à cet article

retour haut de page
379 rq / 3,221 sec