Grippe : plus forte épidémie depuis quinze ans

| 3 417 vues | | mots clefs : , , , , , , 12 réactions

L'épidémie de grippe est la plus forte depuis quinze ans. Les spécialistes estiment que la grippe pourrait tuer 1.500 personnes de plus cette année en France en raison d'un virus d'un virus particulièrement résistant.

Grippe : plus forte épidémie depuis quinze ans

Source Sentinelles

Selon le réseau Sentinelle, la semaine dernière, le taux d’incidence des cas de syndromes grippaux vus en consultation de médecine générale a été estimé à 905 cas pour 100 000 habitants, soit 584 000 nouveaux cas. C'est largement au-dessus du seuil épidémique fixé à 168 cas pour 100 000 habitants.

Au niveau régional, les taux d’incidence les plus élevés ont été observés en Limousin et Midi-Pyrénées, mais l’ensemble des régions présentent un taux d’incidence supérieur au seuil épidémique national.

Néanmoins, "après quatre semaines d'épidémie, et avec un démarrage fort au regard des épidémies passées, le pic épidémique pourrait être atteint, ce qui reste à confirmer dans les semaines à venir", selon le réseau de surveillance Sentinelles.

En 4 semaines d’épidémie, 1 490 000 personnes auraient consulté un médecin avec plus de 5.400 passages aux urgences (483 cas graves et 42 décès).


1500 décès de plus par rapport à l'an dernier

Et d'après les spécialistes, une surmortalité est à craindre cette année en raison d’un virus particulièrement résistant. "On s'attend à ce qu’il y ait 10, 15 voire 20% de surmortalité par rapport à l’année dernière", prévoit le professeur Bruno Lina, responsable du centre de référence sur la grippe.

"Ça ferait environ 1.500 décès supplémentaires. La dernière fois qu’on a connu des épidémies d’une telle ampleur, c’était il y a plus de 15 ans", ajoute-t-il.

Tout d'abord, le vaccin a été beaucoup moins efficace car le virus a muté. Selon le dernier bulletin du réseau de surveillance épidémiologique Sentinelles de l’Inserm, en France A(H3N2) représente 63% des souches circulant. Or c'est cette souche qui a muté entre le moment où le vaccin a été fabriqué et l'épidémie de grippe, diminuant ainsi l'efficacité du vaccin. Au Royaume-Uni, au Canada et aux Etats-Unis cette souche est bien plus présente et... le vaccin encore plus inefficace.

Rédaction ActuSoins avec Pourquoidocteur.frEgora.fr et Europe 1

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

12 réponses pour “Grippe : plus forte épidémie depuis quinze ans”

  1. cath dit :

    Le Pr Bruno Lina vit de la grippe et survit au scandale H1N1 sans prendre une ride..
    Depuis la fameuse pandémie, on compte les décès attribués à la grippe : ils se situent entre deux cents et trois cents par an pour la France, alors que le Pr laisse entendre qu’ils se compteraient par milliers ou dizaines de milliers (!!!).
    Il serait peut-être temps d’arrêter d’engraisser cette institution qu’est devenue la vaccination anti-grippale, dont l’efficacité n’a jamais été prouvée, et qui concerne un problème de santé publique mineur.

    • Alsete dit :

      @Cath :
      « Il serait peut-être temps d’arrêter d’engraisser cette institution qu’est devenue la vaccination anti-grippale, dont l’efficacité n’a jamais été prouvée, et qui concerne un problème de santé publique mineur. »

      Je doute que l’efficacité des vaccins anti-grippaux n’ait jamais été prouvée !

      D’abord c’est un vaccin antiviral, et non anti-bactérien, ce qui laisse supposer un taux d’efficacité maximal. Il s’agit en fait d’un poly-vaccin constitué de façon probabiliste à partir de souches susceptibles de muter le temps de la réalisation du vaccin.

      Il faut savoir que le processus de fabrication du vaccin est très lent, qu’il nécessite la mise en culture de souches virales sur des cellules animales, et que certaines années, comme ça semble être le cas, les virus actifs collectés il y a peu de mois dans l’hémisphère sud (épidémies de l’hiver austral) ont subi des mutations pendant cette phase de culture virale.

      La composition du vaccin antigrippal n’est pas déterminée par l’industrie pharmaceutique, mais imposée par l’OMS : tous les vaccins anti-grippaux de cet hiver boréal ont tous la même composition, quelque soit le pays (d’autant plus qu’il n’y a pas d’adjuvants dans ces vaccins).

      Quant à votre qualification de problème de santé mineure concernant la grippe, je vous laisse en compagnie des insuffisants respiratoires, cardiaques, handicapés, malade ne pouvant risquer un pic fébrile du fait d’une (poly)pathologie ou d’un état général altéré, voire des personnes socialement exclues, j’imagine que tous ces cas ne doivent pas manquer parmi les personnes que vous soignez et que cette liste de cas de personnes à vacciner vous parle.

      Préconiser – comme vous le faîtes – de ne pas se vacciner au prétexte que la grippe serait un problème de santé mineur (sic) est tout simplement irresponsable de votre part.

      • cath dit :

        La pandémie de 2001 a entraîné une revue de la totalité de la littérature consacrée à la grippe et aux politiques publiques de vaccination par la Cochrane Collaboration (Thomas Jefferson), qui n’a jusqu’à présent pas été mise en doute, ni contredite y compris par les ténors de la vaccination anti-grippale.
        Les deux derniers syndromes grippaux que j’ai vus étaient tous deux vaccinés, et si vous vous donnez la peine de lire la meta-analyse de Cochrane concernant les personnes âgées en institution, vous verrez que le VAG ne semble pas avoir d’impact sur leur état de santé; il est admis que le système immunitaire des personnes âgées répond mal à la sollicitation du vaccin et produit peu d’anticorps.

        http://www.minerva-ebm.be/fr/review.asp?id=120
        (..)
        Une mise à jour récente d’une synthèse Cochrane (3), principalement basée sur des RCTs chez des adultes sains, mentionne la survenue de symptômes de grippe chez 4% des non vaccinés et chez 1% des vaccinés en cas de bonne concordance entre les souches vaccinales et le type de virus circulant. Cet effet correspond à une Réduction Absolue de Risque (RAR) de 3% (IC à 95% de 2% à 5%). En cas de concordance insuffisante vaccin/type viral circulant, la RAR descend à 1% et n’est plus significative. La vaccination a un effet limité sur les jours d’incapacité de travail et aucun effet sur les hospitalisations et complications telles que la pneumonie. Pas de preuve non plus d’une prévention de la transmission de l’influenza. Les chercheurs de la Cochrane Collaboration mentionnent aussi que les études sponsorisées par les firmes sont plus souvent citées et publiées dans des revues à impact important et avec des résultats plus favorables que les études financées par des fonds publics. ]
        (..)
        Ces recommandations datent de 2006 et nécessitent donc une mise à jour mais il faut souligner le manque de données robustes quant à l’efficacité de la vaccination anti-influenza chez les personnes de 50 à 65 ans en bonne santé (6), chez celles qui sont âgées de plus de 65 ans (7), chez les travailleurs des soins de santé (8) et chez les femmes enceintes (9).

        A noter qu’on trouve 483 cas admis en réanimation et 42 décès à ce jour pour cet hiver 2014/15. C’est toujours trop, mais on est très loin des milliers de morts brandis par le Pr Lina, dont voici la déclaration de conflits d’intérêts, très liée (c’ets le moins qu’on puisse dire..) aux industriels du vaccin anti-grippal :
        file:///C:/Users/cath/Desktop/BRUNO_LINA_6+f%C3%A9vrier+2013.pdf

  2. Moi, vaccinée tout les ans depuis 10 ans, pas de grippe.. Et je continuerais

  3. Annie Brenda dit :

    Jamais vaccinée moi et par j en fait des injections ça n arrête pas ils sont tous malades

  4. Ce vaccin n’arrange rien.je dirais même qu’il fait pire que bien!

  5. moutarde dit :

    Au moins Roselyne les avaient balancés ou repourvues les vaccins invendus….

  6. So Lène dit :

    A force de vacciner ça mutera de plus en plus fréquemment et de plus en plus résistant… Il ne faut pas s’étonner qu’on arrive plus à soigner les gens correctement, à part se faire du fric les gens se foutent de tout

  7. Pour le vaccin, on pouvait pas savoir que le virus allait muter!

  8. Avec cette année un vaccin qui sert à rien, ça aide…!!!

Réagir à cet article

retour haut de page
874 rq / 2,499 sec