Rentrée 2014 : des changements pour les étudiants infirmiers.

| 9 896 vues | | mots clefs : , 23 réactions

Cette année, les étudiants en infirmiers auront quelques changements dans leur formation et dans leurs stages. Nouveau port-folio, modification des modes de validation des compétences, mise en place d’un « supplément de diplôme » : l’idée est d’harmoniser, mais aussi de simplifier l’évaluation des étudiants.

Rentrée 2014 : des changements pour les étudiants infirmiers

« Rares sont les infirmiers qui connaissent la façon de remplir nos port-folios. Ils leur paraissent complexes et longs et nous-mêmes sommes souvent dépassés ». Ce discours, Adèle, étudiante en troisième année, n’est pas la seule à le tenir.

Nombreux sont les professionnels et les étudiants qui se plaignent, de la subjectivité des modes d’évaluation lors des stages.

Aussi, le Haut Conseil des Professions Paramédicales – sous l’impulsion de la Fédération des Etudiants en Infirmiers et suite à une concertation entre le ministère de la santé, les ARS et les différents représentants syndicaux - a entériné en juillet dernier, des changements pour la rentrée.

L’ancien port-folio jugé trop complexe

Dans le port-folio*, une page de « bilan à mi-stage » sera ajoutée afin de permettre à l’étudiant de faire un point objectif sur son parcours. Le plus gros changement porte sur la validation des actes et des techniques de soins. Jusqu’à présent obligatoire pour valider le D.E, cette partie existera toujours, mais à titre informatif.

« Les étudiants devaient valider ces actes et techniques de entièrement avant la fin de leur troisième année, sous peine de ne pas obtenir leur D.E. Plusieurs étudiants se sont retrouvés dans la situation de ne pas avoir le diplôme car il leur manquait une ou deux compétences. Ce qui est ridicule. Il n’y avait aucune égalité entre les différents étudiants, aucune uniformité » explique Irving Montorier, vice-président de la FNESI, en charge de l’enseignement supérieur et de la recherche.

D’une manière générale, dans le port-folio, il y aura des reformulations d’intitulés, jusqu’à présent pas très compréhensibles pour les tuteurs de stage. « L’idée est vraiment de simplifier la compréhension et d’uniformiser » insiste Irving Montorier.

Autre changement majeur : un « supplément au diplôme » permettant de personnaliser ce dernier pourra être accordé par l’adossement d’expériences ou d’acquisition de compétences transversales.

Vers une réforme de l’enseignement

Si l’année 2013/2014 a été consacrée à la révision du fonctionnement des stages, l’année 2014/2015 le sera à la refonte de l’enseignement. Des groupes de travail se penchent déjà sur les améliorations à apporter à la formation théorique.

L’idée serait d’harmoniser le TFE qui n’a aucun cadre réglementaire, et surtout de se caler sur le modèle universitaire partout en France (amélioration des enseignements d’anglais qui permettent aux étudiants d’avoir une mobilité professionnelle au sein de l’Union Européenne, uniformisation des enseignements universitaires).

Et Irving Montorier d’ajouter : « nous débattrons aussi sur notre souhait d’une réforme de la gouvernance des instituts paramédicaux ».

* le nouveau port-folio sera mis en place en février 2015. La suppression de la validation obligatoire des actes et techniques de soins est d’ores est déjà effective.

  Malika Surbled

A relire :

Des avancées concrètes pour les étudiants

Stages : des propositions de la FNESI retenues

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

23 réponses pour “Rentrée 2014 : des changements pour les étudiants infirmiers.”

  1. lecygne dit :

    Une excellente idée de rédiger différemment ces phrases incompréhensibles. Il faudrait maintenant penser aussi aux lieux de stage et il faudrait un vrai contrôle de l’affectation des lieux de stage des IFSI par ce Haut Comité. Car les hétérogénéités sont flagrantes et sources de handicap en troisième année tout comme lors de la prise de premier poste. Pourquoi certains étudiants font jusqu’à 15 semaines en Ehpad à faire des toilettes bon marché (main d’oeuvre gratuite) pendant que d’autres auront 5 semaines en Ehpad et 10 semaines aux urgences. Pensez vous qu’un étudiant qui n’a jamais été ni aux urgences, ni en réanimation, ni en chirurgie orthopédique aura la meme compétence que celui qui a été pendant ce temps en Ehpad, en crèche, en psychiatrie de nuit dans un service non aigu ? Comment imaginez vous qu’est accueilli un étudiant qui débute sa troisième année sans jamais avoir réalisé ni perfusion, ni gaz du sang, ne sachant ni poser une sonde gastrique ni urinaire, on ne cherche pas à le comprendre, ni à tenir compte de son parcours de stage, on pense tout de suite qu’il n’est pas compétent !
    Pourquoi les formateurs sont ils pour beaucoup si éloignés du terrain ? Certains n’ont pas pratiqué sur le terrain depuis plus de 10 ans ! Les formateurs devraient obligatoirement être toujours en poste sur le terrain. Pourquoi les cours dits “coeurs de métier” enseignés par ces memes formateurs déconnectés de la réalité sont ils obligatoires (sous peine de ne pas pouvoir avoir le DE) alors que les cours dispensés à la faculté sont impossibles d’accès car pendant les horaires de stage ?
    Pourquoi notre mémoire n’est il pas corrigé au minimum par un universitaire ? Pourquoi nous dissuader d’élaborer notre recherche sous le prétexte que notre mémoire risque d’être lu par des personnes en incapacité de comprendre ce que nous écrivons ?
    Il est temps de monter le niveau de cette formation et de veiller à ce que les terrains de stage soient équitables afin que chacun ait les memes armes pour trouver un poste.

  2. recurve dit :

    On tombe sur la tête. Pensez d’abord à réorganiser la planification des stages. 15 semaines en accueil de jour Alzheimer…. efficace pour apprendre des gestes techniques…. Non mais sérieusement le raccourcissement des stages et favoriser l’apprentissage technique dans des services plus techniques me semble plus judicieux . Quant au bilan de milieu de stage, on ne vous a pas attendu pour le réaliser…..

  3. Il est vrai que tout les nouveaux diplômés ne sont pas à mettre dans le même sac mais le fait que les msp ne soient plus d’actualité est bien dommage, car combien j’ai pu voir en service qui ne s’intéressait absolument pas à la formation (car maintenant il faut chercher par soit même). Tu ne peux pas avoir pratiqué tout les actes en stage mais avec des stages moins long et plus diversifié comme avant cela permettait de voir plus de choses. Il n’y a pas que des mauvaises choses dans les réformes mais la ils ont fait un peu trop au détriment des patients.

  4. Les stages courts apportaient une vraie connaissance devra diversité, de toucher à tout et vraiment des la 2ème année 1gazo, 1 SAD, 1 kt périph, 1 pst même complexe étaient de la routine, on nous faisaient confiance et les MSP étaient là pour maintenir le niveau pratique et même si elles étaient stressantes c’était nécessaire car après dans la pratique on a cette pression tout le temps il faut s’y préparer. Qd je vois des nouvelles DE s’.effondrer devant 1 mort car elles en ont jamais vu j’hallucine. Et comment tenir et apprendre dans une unité où on est pas bien pdt 10 semaines ? Invivable ou préparation au futur burn-out. Bref ça fait pas rêver, ils ont dû mérite de s’accrocher mais dans le lot c’est sùr il y en a qui ne sont pas fait pour soigner et qui auront leur diplôme. Nous perso en réa polyvalente de lits on continue à valider les soins avec la liste de ce qu’on pratique chez nous : on explique, on montre, on fait avec, on fait seul mais supervisé et si c’est acquis on pourra faire seul sachant qu’on surveille tout le temps qu’en mème. On essaye de mettre 2 tuteurs et on fait le point chaque semaine et à la demande de l’étudiant, ils sont en général super contents, voient et font pleins de soins, gèrent toutes sortes de situations.Mais tout le monde ne vient pas dans des services aussi diversifiés techniques et humain à la fois et où les IDE font le nursing en binôme avec 1 AS.

  5. Faa Lblch dit :

    Enfait, ceux diplômés avant 1992 pensent que les diplômés de 1992-2009 ont été moins bien formés qu’eux, et ceux diplômés entre 92-09 pensent que les jeunes diplômés ont été moins bien formés qu’eux. Dès qu’il y a du changement sa fais peur. Je suis diplômée depuis 2 mois et je n’aime pas lire que j’ai eu mon diplôme dans “une pochette surprise” ou que je n’ai pas de “savoir être, savoir faire” ou que j’ai “Réponse à tout et aucune remise en question” … C’est sympa de dénigrer ses collègues et de mettre tout le monde dans le même sac! La validation des actes ? sérieusement ont s’en fou, dans les anciennes formation aussi il y avait des jeunes diplômés qui n’avaient pas pratiqué certains soins, on peut toujours les apprendre au cours de sa carrière. Par contre sur la durée et la diversité des stages je suis d’accord: c’est trop long et on ne découvre pas assez de lieux de stage. On ne travail pas assez notre capacité d’adaptation et d’organisation.

  6. Julie Tanneau dit :

    Déjà que c’est une catastrophe, on brade notre diplôme c’est une honte. La plupart des jeunes DE ne tiennent pas le choc face à la réalité de la profession. Réponse à tout et aucune remise en question, un vrai danger pour les patients. Arrêtez de donner ce diplôme à n’importe qui, ça évitera peut etre aussi l’émergence du chômage dans notre profession….

  7. C est pour pouvoir mettre la formation comme le voulais l Allemagne c est à dire directement après la seconde

  8. Je vous souhaite d etre soigné par ces personnes . Diplome dans une pochette surprise….

  9. et puis faut arrêter de vous envoyer plusieurs fois en long séjour, EHPAD, crêche……………………………………. les services de soins classiques doivent être la priorité….

  10. c’est pour ça que je suis de plus en plus sévère dans mon encadrement d’ESI sur le terrain afin de ne pas valider n’importe quoi à n’importe qui.

  11. Micka Rambar dit :

    Le point essentiel a revoir et qui n’a pas visiblement pas été revu: les stages!
    Des stages de 10 ou 15 semaines ca sert a RIEN! Des stages moins longs et plus diversifiés; comme avant, c’est ca qui faut! Qu’on tourne dans les hôpitaux, les services,qu’on puisse voir un max de choses différentes!
    Vas te tapper 15 semaines quand t’es dans un stage qui ne t’intéresse pas.
    Ils s’étalent et glorifient les cours d’anglais: mais on s’en fou! C’est pas avec la poignée d’heures qu”on a recu que ca nous a aidé. Les nuls sont restés nuls, les bons sont restés bons, pourquoi ne pas en faire une option? Pourquoi ne pas proposer de l’allemand? De l’espagnol?
    Quand on bilan de mi stage, la plupart des ifsi le pratiquaient déjà, c’est important.
    Bref, pas terrible tout ca…

  12. Je pense surtout qu il faudrait faire des listes des actes que l ont peu validee sur le stage. Je suis jeune de…au moins ça nous donnais une.idee.des.actes de bases.que.l ont pouvais pratiquer en.tant qu ide…apres adapter les.soins la chaque stage avec des cases vides ou le tuteur marque les soins pratiquées, semblent plus juste…par exemple ayant fait um.stage en.bloc…peu d actes que j ai pu faire etait inscrit sur la feuille, du coup assez.dur d evaluer les actes pratiquees

  13. Le bilan de mi stage est une bonne chose mais les actes et activités a titre informatifs j’en suis moins sur déjà que cette réforme a des failles et est très mal vu par les anciens alors la ça va encore plus faire sombrer nos étudiants qui seront certes très bon en théorie mais pour qui la pratique restera a titre informatifs.

  14. Mathieu Guyon dit :

    Un élève brillant pour eux est quelqu’un qui maîtrise uniquement des savoirs, par contre aucune technique de soins, ni savoir faire et encore moins de savoir être… Quelle tristesse.

  15. ah cool donc on ne leur demande plus d’être compétents… vous nous expliquerez Irving quelle est votre conception de l’élève brillant… déjà que pour beaucoup l’essentiel théorique n’est pas acquis, il est vrai que le technique ça s’apprend pas mal sur le tas mais tout de même…

  16. On a qu a donner les diplômes sur simple.demande… Honteux

  17. issu de cette réforme…. la validation n’a posé aucun problème pour mes collègues et moi. les soins techniques les moins courants (aspiration par exemple) on été réalisé, avec des IDE de réa sur un manequin, dans leur service. certes moins réel, j’ai pu néanmoins réaliser une aspiration au bout de deux semaine de DE, seul, sans aucun soucis. par contre, il y a des soins tels que les gazo, que je n’ai pas reellement vu en formation, ni en stage…. un an après, (bon je suis en ehpad…) je n’ai encore pas réalisé une seule gazo…. une véritable incohérence……

  18. Mathieu Guyon dit :

    suppression de la validation des actes et techniques de soins??? Incroyable mais vrai!

Réagir à cet article

retour haut de page
813 rq / 3,238 sec