Des avancées concrètes pour les étudiants infirmiers.

"A quelque chose, malheur est bon", dit un dicton populaire. Il en est ainsi de la crise liée au boycott des stages infirmiers par les cliniques qui s'est terminé le 11 mars. Dès le lendemain les ministres de la santé et de l'enseignement supérieur ont envoyé une lettre à la présidente de la FNESI, promettant des avancées concrètes notamment sur l'encadrement et les terrains de stage.

Des avancées concrètes pour les étudiants infirmiersLe ministère des affaires sociales et de la santé et le ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche vont mettre en place un "groupe de travail" sur les revendications des étudiants infirmiers, ont annoncé Marisol Touraine et Geneviève Fioraso dans une lettre adressée à la présidente de la Fédération nationale des étudiants en soins infirmiers (Fnesi).

"Nous vous confirmons, écrivent les deux ministres, notre volonté d'engager un travail très rapidement qui permettra des avancées concrètessur les points suivants :

- la professionnalisation des tuteurs de stage pour garantir une formation de qualité sur l'ensemble du territoire, grâce au développement de formations qui devront répondre à un cahier des charges national, élaboré avec l'ensemble des parties prenantes;

- la diversification des lieux de stage grâce à leur ouverture au secteur ambulatoire et en particulier aux cabinets d'infirmiers libéraux;

- la prise en compte des missions d'encadrement des étudiants paramédicaux au sein des établissements de santé".

"Les deux premiers points sont quasiment acquis", se félicite Karina Durand.

Améliorer la qualité des stages et de l'encadrement

Concernant les tuteurs, "ils ont actuellement des formations très disparates qui vont d'une demi-journée à cinq jours. Surtout, ils ont une méconnaissance de l'approche par compétence qui fait partie du nouveau référentiel. Il ne s'agit plus pour les étudiants d'apprendre à réaliser des actes mais aussi des savoir-faires dans des situations prévalentes, comme l'AVC, l'accueil des patients. Ils doivent également apprendre à  les transférer dans d'autres situations", explique-t-elle.

D'où la nécessité de recadrer cette formation au niveau national.

Deuxième point : l'ouverture des terrains de stages est évidemment une des conséquences plus ou moins direct du boycott. "Nous réclamions depuis longtemps cette ouverture à l'ambulatoire et des mesures pour faciliter les stages en libéral. Actuellement, les rémunérations et les responsabilités sont floues. Quand l'étudiant effectué un acte, l'infirmier libéral tuteur est censé ne pas se faire payer et il n'est responsable que des actes qu'il effectue lui-même. Cela nécessite un changement et des clarifications", note la présidente de la FNESI.

Le troisième point concerne une "meilleure prise en compte dans la politique des établissements mais également sur le plan financier de l'encadrement des stages. Il s'agit de valoriser cet encadrement", poursuit Karina Durand.

Vers une modernisation de la gouvernance des ?

D'autres revendications seront aussi discutées comme "la modernisation de la gouvernance des Ifsi (...) selon un modèle démocratique universitaire", promettent les deux ministres

"Certains de ces sujets relevant de la responsabilité des universités et des régions, nous allons proposer à l'Association des régions de France (ARF) et à la conférence des présidents d'université (CPU) de s'associer à cette réflexion", précisent Marisol Touraine et Geneviève Fioraso.

Sur cette revendication et celle du transfert des bourses étudiantes au CROUS pour éviter leurs caractères disparates d'une région à l'autre, "les négociations risquent d'être difficiles", estime en revanche Karina Durand.

Cyrienne Clerc

 

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

2 réponses pour “Des avancées concrètes pour les étudiants infirmiers.”

  1. sancho dit :

    Bonjour,
    Le sujet “Des avancées concrètes pour les étudiants infirmiers” n’a aucun lien de près ou de loin avec la condamnation des deux médecins pour leurs propos diffamatoire à l’encontre de leurs confrères, .. , dans leurs ouvrages. (Si bien soit il).

    Pour les avancés couchées par écrit par nos ministres, nous verrons espérons avant l’été les ébauches de réflexion.

    Restons vigilant.

    Cordialement

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
260 rq / 2,421 sec