Zoom sur les candidats et leurs propositions : Benoît Hamon

Le jour J du premier tour approche. ActuSoins a interrogé les conseillers santé des cinq principaux candidats. Que proposent-ils aux soignants ? Comment comptent-ils réorganiser l’hôpital et les soins en ville, faire évoluer la profession d’infirmier ?

Zoom sur les candidats et leurs propositions pour les infirmières : Benoît HamonBenoît Hamon : Donner de la place aux infirmiers

Benoît Hamon compte développer les HAD, les programmes Prado, mais aussi les centres de santé. « Si l’offre de soins en ville n’est toujours pas optimale, il est difficile de désengorger les services », explique Catherine Lemorton, présidente de la Commission des affaires sociales de l’Assemblée Nationale, et membre de l’équipe Santé de Benoît Hamon.

Le candidat souhaite également créer de l’embauche de façon « intelligente ». Des embauches « ciblées, dans les services de pool par exemple », pour palier le recours aux intérimaires, qui « coûtent 500 millions d’euros à l’hôpital » et pour alléger le travail des soignants. « Il y a des millions d’heures stockées qui ne sont jamais prises et qui s’accumulent. Les soignants sont fatigués. On ne peut pas attendre qu’il y ait d’autres suicides ».

S’appuyer sur « la force professionnelle des soignants »

Catherine Lemorton annonce un « Plan Hôpital Digital 2022 ». Il s’agira – entre autres – d’alléger les tâches administratives en les dématérialisant « au maximum ». Benoît Hamon se prononce par ailleurs pour le transfert de compétences, via la . « Il faut accélérer le processus. Nous avons la chance dans ce pays d’avoir des infirmiers extrêmement compétents, il faut leur donner de la place ». Côté ambulatoire, la conseillère du candidat préfère parler de « soins de ville » plutôt que de « médecine de ville ». « Les ont le mérite de ne pas faire que de la permanence de soins. Ils assurent la continuité des soins. Il faut qu’ils aient leur place dans les programmes Prado, la vaccination, la prévention, l’accompagnement ».

Se préoccuper de la formation

Pour la conseillère du candidat, il faut harmoniser les formations initiales, car « il y a des disparités selon les IFSI » et relancer les groupes de travail sur la réingénierie des spécialités. « Il s’agit non seulement de répondre aux demandes des professionnels, mais aussi de ne pas perdre en crédibilité au niveau des instances internationales des mêmes métiers », explique-t-elle. Sans s’engager formellement sur l’ordonnance très contestée du 20 janvier 2017 relative à l’exercice partiel de la profession – parce que le dossier « n’a pas encore été étudié par Benoît Hamon (1) » -, Catherine Lemorton précise que le candidat s'oppose à « une santé à bas coût » et qu’il faut « se pencher sérieusement sur le sujet, notamment pour assurer la sécurité des patients ».

Malika Surbled

(1) L'interview de Catherine Lemorton a été réalisée au début du mois de mars 2017. 

Cet article est paru dans le cadre du dossier sur l', paru dans le n°24 d'ActuSoins (mars / avril /mai 2017). 

Pour s'abonner à ActuSoins magazine, c'est ICI

Pour aller plus loin : 

Présidentielle : Prendront-ils soin des soignants? 

Zoom sur les propositions d'Emmanuel Macron

Zoom sur les propositions de Benoît Hamon

Zoom sur les propositions de Marine Le Pen 

Zoom sur les propositions de Jean-Luc Mélenchon

Zoom sur les propositions de François Fillon

Zoom sur les propositions des "petits candidats"

Tableau récapitulatif (sélection non exhaustive), des mesures santé proposées par les candidats. © ActuSoins. 

tableau_candidats_election_presidentielle

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

13 réponses pour “Zoom sur les candidats et leurs propositions : Benoît Hamon”

  1. Je suis: Médecin – ASH – Psychologue – Aide Soignant/e – Manipulateur/trice Radio – Ergothérapeute – Kinésithérapeute – Orthoptiste – Auxiliaire de Puériculture – Orthophoniste – Chirurgien Dentiste – Cadre de santé – Sage femme – Professeur – Technicien/ne de Laboratoire – Secrétaire Médicale – Interne – Prothésiste Dentaire – Chirurgien – Préparateur en Pharmacie – Ostéopathe – Psychomotricien – Ambulancier – Audioprothésiste – Pharmacien – Etudiant – Diététicienne – Assistant/e Dentaire – Infirmier/ère…

    Je travaille à votre domicile – en gériatrie – en crèches – en centre de rééducation – à l’étranger – dans une ONG – en cabinet – à l’Hôpital – dans une ambulance – en clinique – en dispensaire – dans les DOM-TOM – dans une association…

    Je prends soin de vos parents, de vos enfants, de vos grand-parents, voir de vos arrières grand-parents et de vous : noirs, blancs, beiges, jaunes, roses, gris et même bleus si vous avez peine à respirer, hétérosexuels, gays, transsexuels, musulmans, juifs, catholiques, protestants, Bouddhistes, Athé, français, étrangers, racistes, délinquants, pédophiles… que vous soyez atteints du sida, du cancer, de dépression, d’un infarctus ou que vous ayez été victime d’un accident, d’une agression sexuelle ou d’un incendie…..

    Je travaille dans la santé.

    Je m’intéresse à l’acte électoral mais je tiens à faire savoir que je me désintéresse de la vie politique. Elle ne correspond plus à mes valeurs et va même à l’encontre de ce en quoi je crois. Les programmes des candidats qui se sont présentés ne correspondent pas à ce que j’en attends pour la santé.
    Je demande que les bulletins blancs soient intégrés dans la catégorie des suffrages exprimés.

    JE TRAVAILLE EN BLANC ET VOTERAI DE LA MÊME COULEUR?

    J’imagine un candidat pour qui les priorités serait la santé, l’écologie, l’agriculture et tout autre domaine qui pourrait faire en sorte que l’on vive mieux. Ce candidat n’existe pas. Et le bulletin qui le représenterait le mieux est le BLANC. Cette couleur est la mienne et représente mes valeurs.

    (Je ne suis pas là pour me plaindre de mes conditions de travail mais pour faire savoir que le système de santé Français va mal. La baisse des effectifs, la baisse de l’aide de la sécurité sociale, la tarification à l’acte qui ramène le patient même plus à l’état de client mais d’objet, de pathologie, rentable ou non. Je me sens impuissant et incompris. Je ne suis ni de droite ni de gauche, ces notions n’ont plus de sens pour moi. Je souhaiterais juste pouvoir soigner et être soigné correctement. Mais je ne sais plus comment le faire savoir aux politiques ou à la population.)

  2. Chris Sirhc dit :

    Pardon mais tout ce qu’il avance existe déjà ! Les pools en hospitaliers et Ç bien cela le probleme des Ide qui ne connaissent pas les services Êt se retrouve pour 1 jour dans un service inconnu ! Mais cela n’existerai pas si lon pouvait reconnaître que le système de cota est inadapté dans beaucoup de service Êt de structures. Ce qui est bon avant ne l’est pas forcément pour maintenant !

  3. ma sage femme m’a parlé de ça justement , il a qq jours . apparemment , elle en est contente.

  4. ma sage femme m’a parlé de ça justement , il a qq jours . apparemment , elle en est contente.

  5. Pour les endroits où le prado existe déjà, c’est une cata pour les PDE de PMI. Elles échappent à plein de situation de prévention qu’elles pourraient prendre dés les suivi post-nat. Et aucun lien existe entre le prado et la pmi…

  6. Pour les endroits où le prado existe déjà, c’est une cata pour les PDE de PMI. Elles échappent à plein de situation de prévention qu’elles pourraient prendre dés les suivi post-nat. Et aucun lien existe entre le prado et la pmi…

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
270 rq / 2,155 sec