Présidentielle : Zoom sur les propositions des “petits candidats”

Dans le cadre de notre dossier sur l', paru dans le n°24 d'ActuSoins Magazine (relayé tout au long de la semaine sur ActuSoins.com),  l'équipe a interrogé les conseillers santé des candidats principaux. Seuls cinq candidats avaient été retenus initialement, car, à l'heure où les entretiens ont été menés (février et début mars 2017), il était impossible de savoir qui, parmi les "Petits" passerait la barre des 500 signatures. Aujourd'hui, à partir des sites internet des candidats, ainsi que de dépêches de l'APMnews, nous établissons un résumé des mesures santé proposées par les "6 autres" . 

Jean Lassalle

© DR

Jean Lassalle promet de recruter en CDI 200 000 personnes pour "remettre à niveau les services publics", dont ceux de la santé, avec 80 000 postes d'Aides-soignants et d'Infirmiers. Ces postes coûteraient 3,2 milliards d'euros. 

Pour l'hôpital, il annonce l'arrêt de "la logique de regroupement des établissements de santé, qui laisse sans maternité des pans entiers de notre territoire."

Il compte affecter des généralistes aux services d'urgences des hôpitaux, et "alléger les tâches administratives de suivi que remplissent les soignants, en leur demandant de les auditer", cette dernière mesure permettant un gain évalué à 500 millions d'euros. 

Concernant les soins de ville, il veut supprimer le numerus clausus à l'entrée des études médicales, mais instaurer pour les médecins à l'installation en sortie d'étides "un numerus clausus localisé."

© DR / Page Facebook Nathalie Arthaud

Nathalie Arthaud

La candidate LO promet une "médecine gratuite pour tous". Elle déplore que l'accès aux soins soit "de plus en plus difficile pour une grande partie de la population", tandis que "les grands groupes industriels, en particulier pharmaceutiques et de la finance, regorgent d'argent."

"La santé est un droit pour tous. L'accès aux soins ne doit pas être soumis aux lois du marché ni conditionné par les revenus. La collectivité devrait assurer la gratuité de tous les soins" écrit-elle sur son site. 

Elle estime par ailleurs qu'il faut créer des emplois "qui manquent à tous les niveaux en particulier dans les hôpitaux, aux urgences."

Propositions santé de Nathalie Arthaud

François Asselineau

Le candidat souverainiste de l'Union populaire républicaine (UPR) a mis en ligne sur son site internet, une version de son programme présidentiel et législatif, qui contient plusieurs mesures sur la santé, pour la plupart dirigés contre l'industrie pharmaceutique. 

Le programme législatif du candidat contient 15 mesures sur la santé, 9 mesures sur le handicap, 9 mesures sur la recherche et plusieurs mesures éparpillées qui peuvent concerner le secteur de la santé. 

Il estime que l'Union Européenne détruit la sécurité sociale. "Nous devons confirmer solennellement le rôle central de la sécurité sociale, préserver son  avenir et mettre un terme aux campagnes constantes de dénigrement dont elle est l'objet" écrit-il, estimant qu'il faut ré-examiner tous les projets de fermeture des hôpitaux et de maternité sur le territoire national. 

Il propose aussi d'inscrire la sécurité sociale dans la Constitution et de réévaluer les salaires du personnel des "hôpitaux de l'Assistance publique". 

© DR, page Facebook de Nicolas Dupont-Aignan

Nicolas Dupont-Aignan

Le programme présidentiel de Nicolas Dupont-Aignan intègre une cinquantaine de mesures dans le domaine de la santé et de la protection sociale, une dizaine relatives à la problématique du vieillissement et une vingtaine d’autres concernant la prise en charge du handicap.

En matière de formation, il propose d’augmenter d’un tiers le Numérus Clausus afin d’aboutir à 10 000 étudiant en médecine par an (contre 8124 actuellement), et d’amplifier « la création de nouveaux métiers de la santé, reconnus par des diplômes, qui soulage la surcharge de travail des médecins ».

S’agissant des soins de ville, il propose de porter à 35 euros le tarif de la consultation des médecins généralistes en contrepartie d’une implication accrue dans la prévention, le dépistage et les soins primaires, revoir à la hausse les tarifs et les « actes les plus lourds », et veut mettre fin à la généralisation du tiers-payant.

Il plaide pour une amélioration de la couverture sociale des professionnelles de santé en congé maternité et couvrir les accidents de travail des praticiens libéraux.

Pour l’hôpital, il annonce une révision de son organisation, le rétablissement d’une gouvernance paritaire entre les directions et les équipes soignantes, avec une déconcentration de la gestion permettant l’encouragement collectif et individuel à l’effort, le renforcement de la sécurité et une meilleure prise en compte de la pénibilité par la création de primes spécifiques pour le personnel hospitalier.

© DR, Page Facebook de Philippe Poutou

Philippe Poutou

Pour le candidat du NPA, la santé fait partie des « biens communs » fondamentaux qui ne « doivent être livrés ni aux lois du marché, ni aux intérêts privés ». Il veut instaurer le remboursement à 100% par l’assurance maladie de l’ensemble des soins et des médicaments.

Pour le candidat, les soins doivent être accessibles à tous, partout, en ville comme à l’hôpital. « Nos propositions visent à créer un nouveau système de santé garantissant à tous, quel que soit son lieu d’habitation, sa situation social, son âge ou son état de santé, l’accès égal au meilleur soins ».

Cet objectif serait rempli grâce à l’installation de centres de santé publics, en ville et à la campagne, « ouverts 24h sur 24 ». Ils permettraient également de désengorger les urgences.

Le candidat prône « la disparition des complémentaires santé ». Les mutuelles « devraient être intégrées à la Sécu avec leurs biens et le personnel, comme cela a été partiellement le cas en 1945 », précise-t-il.

« La première urgence consiste à abroger les contre-réformes qui détruisent l’hôpital et le transforment sur le modèle de l’entreprise capitaliste » assure-t-il dans son programme en ligne.

Il place dans son viseur la tarification à l’activité (T2A) , la « loi Bachelot » de 2009 et la loi « Touraine » de 2016.

Il entend créer 120 000 emplois pour maintenir les établissements de proximité, comprenant au moins un service d’urgence, une maternité et un service de chirurgie, et créer des centres de santé publics ouverts 24/24 pour la médecine de proximité.

Jacques Cheminade

L’objectif de Jacques Cheminade est de « sauver » la sécurité sociale. « Une logique comptable étrangle l’hôpital public, alors que les mutuelles et les assureurs privés gèrent la moitié des dépenses en médecine de ville. Le déremboursement public se poursuit depuis quarante ans, avec la complicité active ou passive des gouvernements successifs. C’est pourquoi il faut revenir à un vrai système public de droit à la santé et aux soins pour tous » ecrit-il sur son site.

Pour « sauver la sécu », Jacques Cheminade instaurerait une autre « politique du médicament ». Il souhaite ainsi stopper les autorisations de mise sur le marché de fausses nouveautés visant à contourner les génériques. Il propose de contrôle « plus sévèrement » les prix des molécules innovantes, d’exiger l’indépendance « absolue » des experts lors de la mise sur le marché de nouveaux produits et changer le mode de rémunération des pharmaciens (liste non exhaustive).

Dans ce contexte, « il sera possible de créer une assurance maladie universelle couvrant l’ensemble des dépenses de santé », en incluant dans la sécurité sociale la couverture complémentaire aujourd’hui essentiellement assurée par les mutuelles et les assurances.

Pour « Sauver l’hôpital public », il préconise d’abandonner la T2A au profit d’une rémunération à la pathologie et à la performance.

Il propose aussi de former des médecins et des infirmiers en nombre suffisant, et que ceux-ci soient « dignement rémunérés ». Une hausse progressive de 20% du salaire des infirmiers « est indispensable à court-terme.» 

M.S

 

Pour aller plus loin : 

Présidentielle : Prendront-ils soin des soignants? 

Zoom sur les propositions d'Emmanuel Macron

Zoom sur les propositions de Benoît Hamon

Zoom sur les propositions de Marine Le Pen 

Zoom sur les propositions de Jean-Luc Mélenchon

Zoom sur les propositions de François Fillon

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

3 réponses pour “Présidentielle : Zoom sur les propositions des “petits candidats””

  1. Je suis: Médecin – ASH – Psychologue – Aide Soignant/e – Manipulateur/trice Radio – Ergothérapeute – Kinésithérapeute – Orthoptiste – Auxiliaire de Puériculture – Orthophoniste – Chirurgien Dentiste – Cadre de santé – Sage femme – Professeur – Technicien/ne de Laboratoire – Secrétaire Médicale – Interne – Prothésiste Dentaire – Chirurgien – Préparateur en Pharmacie – Ostéopathe – Psychomotricien – Ambulancier – Audioprothésiste – Pharmacien – Etudiant – Diététicienne – Assistant/e Dentaire – Infirmier/ère…

    Je travaille à votre domicile – en gériatrie – en crèches – en centre de rééducation – à l’étranger – dans une ONG – en cabinet – à l’Hôpital – dans une ambulance – en clinique – en dispensaire – dans les DOM-TOM – dans une association…

    Je prends soin de vos parents, de vos enfants, de vos grand-parents, voir de vos arrières grand-parents et de vous : noirs, blancs, beiges, jaunes, roses, gris et même bleus si vous avez peine à respirer, hétérosexuels, gays, transsexuels, musulmans, juifs, catholiques, protestants, Bouddhistes, Athé, français, étrangers, racistes, délinquants, pédophiles… que vous soyez atteints du sida, du cancer, de dépression, d’un infarctus ou que vous ayez été victime d’un accident, d’une agression sexuelle ou d’un incendie…..

    Je travaille dans la santé.

    Je m’intéresse à l’acte électoral mais je tiens à faire savoir que je me désintéresse de la vie politique. Elle ne correspond plus à mes valeurs et va même à l’encontre de ce en quoi je crois. Les programmes des candidats qui se sont présentés ne correspondent pas à ce que j’en attends pour la santé.
    Je demande que les bulletins blancs soient intégrés dans la catégorie des suffrages exprimés.

    JE TRAVAILLE EN BLANC ET VOTERAI DE LA MÊME COULEUR?

    J’imagine un candidat pour qui les priorités serait la santé, l’écologie, l’agriculture et tout autre domaine qui pourrait faire en sorte que l’on vive mieux. Ce candidat n’existe pas. Et le bulletin qui le représenterait le mieux est le BLANC. Cette couleur est la mienne et représente mes valeurs.

    (Je ne suis pas là pour me plaindre de mes conditions de travail mais pour faire savoir que le système de santé Français va mal. La baisse des effectifs, la baisse de l’aide de la sécurité sociale, la tarification à l’acte qui ramène le patient même plus à l’état de client mais d’objet, de pathologie, rentable ou non. Je me sens impuissant et incompris. Je ne suis ni de droite ni de gauche, ces notions n’ont plus de sens pour moi. Je souhaiterais juste pouvoir soigner et être soigné correctement. Mais je ne sais plus comment le faire savoir aux politiques ou à la population.)

  2. Master Thief dit :

    Certes petits, mais sûrement pas les moins intéressants car eux n’ont pas à rechercher un consensus mou….

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
206 rq / 1,704 sec