Fermeture d’un IFSI en Normandie : la Fnesi dénonce des économies faites au détriment des étudiants

Le 24 octobre dernier, la région Normandie annonçait la suppression de 120 places d’étudiants en soins infirmiers , à partir de la rentrée 2017, entraînant ainsi la fermeture de deux instituts de formation en soins infirmiers (), à Falaise et Vire. Après avoir exercé un recul sur la fermeture de l’ de Falaise, l’avenir de l’ de Vire reste sombre, selon la (Fédération Nationale des ), qui dénonce aujourd'hui  des économies qui auraient été faites au détriment des étudiants. 

Fermeture d'un IFSI en Normandie : la Fnesi dénonce des économies faites au détriment des étudiants infirmiers"Ces annonces ont été plus que surprenantes alors qu’aucune concertation n’a été menée sur cette question auprès des acteurs concernés. La Région avait d’ailleurs reçu la présidente de la Fédération Nationale des Etudiant.e.s en Soins Infirmiers (FNESI) au printemps dernier et n’avait à aucun moment évoqué la question. Les étudiant.e.s et la FNESI dénoncent donc l’absence totale de dialogue social pour une décision dont elles/ils sont pourtant les premier.e.s tributaires" explique la fédération étudiante dans un communiqué. 

La fermeture d’IFSI sur la région Normandie serait liée à une demande de diminution des quotas fixés par le Ministère des Affaires Sociales et de la Santé. "Or l’arrêté relatif à aux quotas d’étudiant.e.s à admettre pour la rentrée n’est pas encore paru. Il s’agit donc bien d’une volonté de l’exécutif régional et non d’une incitation de la part de l’État" estime la Fnesi. 

La Région faisait état de chiffre du chômage des infirmiers en forte hausse expliquant la volonté de réduire le nombre d’entrant.e.s en IFSI pour la rentrée prochaine. "Les chiffres avancés ne sont pas détaillés, ne permettant pas d’apprécier pas la situation particulière de chacun.e et la catégorie dans laquelle seraient inscrit.e.s ces 850 infirmier.e.s au chômage".

De plus, selon la Fédération, la situation serait inquiétante surtout sur le secteur de l’ancienne Haute-Normandie alors que la Région souhaite fermer les IFSI de Basse-Normandie. 

La FNESI met depuis longtemps en garde par rapport à une logique territorialiste de la régulation des effectifs et estime que "ce n’est pas en régulant la formation que l’on agit sur la régulation du marché de l’".

Et de citer différentes études de la DREES ainsi que sa propre enquête sur les «difficultés d’insertion professionnelle et précarisation de l’emploi» (juin 2014) qui  démontre que que les étudiants sont mobiles à l’entrée et à la sortie de leurs études. Pour la Fnesi, qui cite son enquête  "les quotas sont définis dans une logique de politique de territoire plutôt que de qualité de formation". 

 Les étudiants, soutenus par la FNESI et par la Fédération Campus Basse Normandie (FCBN) sont engagés dans une mobilisation sur la commune de Vire pour faire valoir leur droit à être entendus par la Région.

"Force est de constater que la Région persiste dans le refus de l’établissement d’un dialogue avec les étudiant.e.s, ne répondant pas aux demandes de rendez-vous de la FNESI. Pourtant, l’ensemble des acteurs concernés sont prêts à discuter avec le nouveau Président de la Région Normandie, Hervé Morin, pour trouver une issue favorable correspondant aux enjeux d’intégration universitaire de la formation et de professionnalisation des étudiant.e.s " conclut le communiqué.    

Rédaction ActuSoins

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

6 réponses pour “Fermeture d’un IFSI en Normandie : la Fnesi dénonce des économies faites au détriment des étudiants”

  1. Et si on laissait partir plus tôt les soignants usés les jeunes auraient du boulot se même si on augmentait un peu les effectifs des,unités toutes au minimum syndical. C’est pas les IFSI qu’ils faut fermer mais les hôpitaux et cliniques,qu’il faut ouvrir.

  2. Karine Noel dit :

    C’est triste mais il n’y pas d’intérêt à garder des Ifsi pour pointer au chômage derrière.

  3. Mary Bess dit :

    Je trouve aussi qu’il faut prendre des mesures. Difficile de trouver un boulot comme ide en ce moment. Les quotas auraient dû être diminués depuis un moment…

  4. de + en + de soignants connaissent le chômage..je préfère voir 1 ifsi fermer que des infirmières pointer à l’anpe…

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
220 rq / 4,398 sec