Le nombre de soignants hospitaliers a tendance à baisser

Contrairement aux personnels médicaux mais aussi aux personnels non soignants des hôpitaux du secteur public, les effectifs des soignants ont entamé une courbe descendante depuis 2021.

Le nombre de soignants hospitaliers a tendance à baisserLe nombre d'infirmiers et d'aides-soignants travaillant à l'hôpital a tendance à baisser, indiquent des données publiées mi-avril par la DREES (Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques).

Dans le secteur public, cette baisse est plus marquée entre la fin 2021 et la fin 2022 (date des dernières données prises en compte) puisqu'elle atteint -1,3% (contre -0,3% durant la même période précédente). Le nombre de soignants de ce secteur passe en effet sur cette période de 488 403 à 482 175 et « retrouve son niveau d'avant crise », interprètent les auteurs.

À l'échelle de l'ensemble des effectifs hospitaliers du secteur public, ils mettent en cause le départ des professionnels venus prêter main forte aux équipes depuis le début de la crise du Covid, qui n'ont « pas été compensés des embauches pérennes ». Ils mentionnent aussi le « contexte tendu de recrutement dans les métiers du soin » du fait du manque d'attractivité des postes proposés, des conditions de travail, des difficultés concernant la formation, etc.

Un peu moins de soignants

Le nombre d'infirmiers du public est passé de 262.889 en 2020, effectif le plus élevé sur la période étudiée, depuis 2003, à 258.058 en 2022, soit une baisse de -1,84 % sur deux ans.

Cette tendance à la baisse, entamée en 2021 pour les infirmiers, touche désormais aussi, en 2022, les aides-soignants et les agents des services hospitaliers qualifiés, observent les auteurs. Le nombre d'aides-soignants est passé de 227.661 (effectif le plus élevé) en 2021 à 214.117 en 2022, diminuant en une seule année de -1,56%. Ces diminutions d'effectifs s'observent, peu ou prou dans les même proportions, pour les collègues de ces professionnels qui travaillent dans le secteur privé.

Ces évolutions peuvent paraître faibles mais cette tendance à la baisse intervient alors que les effectifs infirmiers n'ont fait qu'augmenter depuis 2003, comme ceux des aides-soignants (avec un court ralentissement en 2008-2009). Surtout, elles contrastent avec l'évolution des effectifs des autres professionnels du monde hospitalier public.

Un peu plus de professionnels médicaux

En effet, ceux du personnel médical, toutes professions confondues (médecins, pharmaciens, chirurgiens-dentistes, sages-femmes et leurs étudiants), ont continué de progresser : leur nombre a augmenté de 1,8% entre 2021 et 2022, indiquent les auteurs, « tiré par la hausse du personnel médical en formation », c'est-à-dire les docteurs juniors, les internes et faisant fonction d'internes. Mais en dehors de ces futurs professionnels, les effectifs du personnel médical ont augmenté de près de 1% sur la même période.

Ceux des personnels non soignants est également en hausse, même si la progression « se tasse un peu ». C'est le cas pour les agents des filières médico-technique et  administrative (mais pas pour la filière technique et ouvrière). Du fait de la réduction des effectifs de soignants, qui représentent une part élevée des personnels hospitaliers, les effectifs des salariés du secteur hospitalier public (des fonctions publiques hospitalière, territoriale mais aussi d'Etat) ont régressé de 0,2% entre 2021 et 2022, pour atteindre 1,07 million de personnes fin 2022.

Géraldine Langlois

Je m'abonne gratuitement à la newsletter

Abonnez-vous au magazine Actusoins pour 14€90/an

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

1 réponse pour “Le nombre de soignants hospitaliers a tendance à baisser”

  1. Le bris dit :

    Il est difficile de lire que des professionnels medico-tehniques ne sont pas soignants.
    J’imagine que l’auteur de l’article méconnaît ces professionnels qui sont tout autant en tension que le métier infirmier.

Réagir à cet article

retour haut de page
359 rq / 3,094 sec