Refus d’indemnisation dans l’affaire Mediator : trente personnalités s’insurgent contre Servier

Le manifeste des Trente : c’est le nom du site, lancé mercredi 26 août, par le docteur Irène Frachon, pneumologue au CHU de Brest à l’origine de l’affaire Mediator. Trente médecins, philosophes et autorités morales se joignent à elle pour "rappeler au laboratoire Servier et à la profession médicale leurs obligations légales et morales".

 ©iStock/code6d

©iStock/code6d

"J’interviendrai pour protéger les personnes si elles sont affaiblies, vulnérables ou menacées dans leur intégrité ou leur dignité." C'est par cette citation extraite du serment d’Hippocrate que commence le manifeste des 30, relayé par Le Figaro et L'Obs.

Parmi les signataires, André Grimadi, ancien chef du service de diabétologie à la Pitié-Salpêtrière ou le généticien Axel Kahn ; d’autres comme Christian Lehmann, médecin-bloggeur, Michel Serres le philosophe, Roland Gori le psychanalyste, Dominique Dupagne, fondateur du site d’informations de santé indépendant Atoute.org, ou Didier Sicard, spécialiste d’éthique médicale.

Il y a aussi Eric Giacometti, auteur de polars qui fut l’un des rares journalistes français à enquêter dans l’ombre de l’industrie pharmaceutique, notamment sur la maison Servier.

Refus et retards d'indemnisation

"Les malades du Mediator sont depuis cinq ans traités avec une désinvolture sidérante, sur fond de ce que le docteur Frachon appelle "un déni du crime".Ils sont maltraités par le fabricant dans leur démarche indemnitaire tandis que lui, comme avant l’affaire, demeure un sponsor majeur", indique L'Obs.

C’est au début de l’été, faisant suite à une nouvelle dérobade, que le docteur Frachon a eu l’idée de lancer ce manifeste. Servier a en effet refusé d’indemniser une patiente pourtant identifiée par le collège d’experts adossé à l’Oniam, comme ayant subi plusieurs opérations du cœur pour une valvulopatie au Mediator.

L’ONIAM, organisme d’état chargé d’indemniser les victimes, devrait payer puis, c’est  le principe, être remboursé par Servier. Mais "il se heurte à son tour à une machine de guerre", note le magazine.  Les Trente dénoncent une "guérilla juridique qui désespère les malades dont certains sont mourants". 

Contre la "propagande" de Servier

"Si le président de ce laboratoire prétend devant les micros vouloir faire face à ses responsabilités, ses avocats multiplient les procédures pour retarder l'indemnisation des victimes. Dans le même temps, certaines sociétés savantes médicales continuent à accepter le soutien financier du laboratoire Servier", explique Les Trente.

Comme le rappelle Le Figaro, Servier est toujours un « généreux » donateur de la communauté médicale et sponsor de nombreux colloques comme celui de la Société française de cardiologie. De même, le gynécologue et homme politique Michel Hannoun est toujours, en sus de ses fonctions de responsable «monde» des études chez Servier, membre du conseil de surveillance de l'APHP.

De même, "certains médecins poursuivent leurs partenariats institutionnels avec Servier, poursuivent les auteurs du manifeste, malgré les éléments graves qui pèsent sur cette entreprise" qui "avait conscience de laisser en circulation une molécule-soeur de ces amphétamines coupe-faim retirées du marché dans les années 90 pour cause de toxicité cardiaque", souligne L'Obs.

Annette Beaumanoir, l'une des Trente, explique : "Pour avoir dirigé pendant 25 ans un service hospitalier j’ai pu mesurer l’impact de la  'propagande' (c’est le mot qui convient)  exercée sur le personnel  médical par les firmes pharmaceutiques."

Les chiffres du site transparence.sante.gouv.fr montrent qu'entre janvier 2012 et juin 2014, Servier (4 milliards d'euros de chiffre d'affaires) a versé 13,22 millions d'euros de cadeaux et de contrats aux praticiens. Le deuxième chiffre le plus élevé après les 18,29 millions d'euros versés par Novartis (58 Mds de CA). A titre de comparaison, Sanofi, avec un chiffre d’affaires de plus de 33 milliards ne verse "que" 7 millions d’euros, note Le Figaro.

Cyrienne Clerc avec L'Obs, Le Figaro

 

 

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
233 rq / 2,737 sec