Médecins libéraux : où en est la grogne ?

 Après quatre semaines de mobilisation, Marisol Touraine n'a toujours pas réussi à calmer les médecins qui restent viscéralement opposés à sa loi Santé. Selon Le Figaro, l'Élysée va reprendre le dossier en main cette semaine.

Médecins libéraux : où en est la grogne ?

©Fotolia/herreneck

Le Figaro cite « un proche du président », qui déclare : « Même si la mobilisation est souffreteuse, cela ne doit pas cacher qu'il existe un profond malaise sur le terrain, dans un contexte de changement et d'économies dans la santé ».

Le quotidien estime que « les derniers chiffres de la mobilisation ne sont pas aussi ridicules que veut bien le dire l'exécutif. Notamment en matière de grève de la carte Vitale »

Alors que le bilan de grève des télétransmissions par l'assurance maladie, donne lieu à des interprétations contrastées (11,8 % en moyenne la première semaine, 17 % le 5 janvier mais 30 % le 6 janvier, jour de grève des généralistes, autour de 8 % la deuxième semaine), la grogne des médecins est loin de se tarir, .


Dans une lettre ouverte datée du vendredi 16 janvier, le président de l'Ordre des médecins, Patrick Bouet demande à la ministre de la santé plus de concertation avec l'ensemble des acteurs de santé et l'ouverture d'un Grenelle de la santé.

"Il est temps de rassembler toutes les structures représentatives professionnelles, l’Ordre des médecins, l’ensemble des acteurs, dans un scénario de sortie de crise que nous vous proposons depuis septembre 2014", écrit-t-il.

Nouvelle grève le 5 février

Choqué par l'inflexibilité du gouvernement face aux revendications des médecins généraliste, le comité directeur de MG France vient de décider d'un nouveau jour de grève, le 5 février prochain. Alors que quelques MG commencent à C à 25 euros et V à 58.

Ayant réussi à faire l'unité des syndicats médicaux contre elle, Marisol Touraine va donc devoir composer avec l'Élysée, affirme Le Figaro.

L'exécutif fait face à deux motifs de mécontentement: le projet de loi Santé et le profond malaise des généralistes libéraux.

La principale revendication de MG France consiste à lancer un "plan Marshall de la médecine générale"avec une revalorisation de deux euros de la consultation pour l'aligner sur celle des autres spécialistes, à 25 euros.


Mais le syndicat refuse aussi l'obligation du tiers-payant, qui ne sera possible qu'à condition d'être "simple et garanti : une facture unique, un règlement unique, une garantie de paiement."

Les médecins libéraux rappellent que la ministre de la Santé a lâché, fin 2014, 90 millions d'euros de mesures catégorielles en faveur des urgentistes des hôpitaux après seulement… un jour de grève.

Internes et SOS Médecins restent mobilisés

L'intersyndicat national des internes (Isni), depuis son changement de président le 10 janvier dernier (lire ci-contre), semble prêt à en découdre avec les pouvoirs publics au sujet du projet de loi de Santé.

"Partout en France, les internes se tiennent prêts à se mobiliser pour faire enfin entendre leur voix", menace-t-il dans un communiqué de presse. L'Isni souhaite réécrire le projet de loi et, pour ce faire, a demandé à rencontrer Marisol Touraine.

SOS médecins, dans un communiqué, annonce rester mobilisé. Il devrait initier de nouvelles actions dans les jours qui viennent.

 

Cyrienne Clerc avec Hospimedia, Lefigaro.fr et Egora

 

 
 

 

 

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réagir à cet article

retour haut de page
265 rq / 2,193 sec