A bord du Lifeline Express

Depuis vingt-cinq ans, un train, le Lifeline Express sillonne l’Inde profonde afin d’offrir aux plus démunis l’accès aux services de santé. Pour des millions d’Indiens malades, en attente de chirurgie, de traitements et de diagnostics, ce train-hôpital est perçu comme l’unique espoir de guérison.

L’ambulance du Lifeline Express, en gare de Gondia.

L’ambulance du Lifeline Express, en gare de Gondia.

Pendant quatre semaines, le Lifeline Express s’arrête en gare de Gondia, ville de 176 000 habitants, située au Nord-Est de l’État du Maharashtra. L’Inde, pourtant grand producteur de médicaments, en particulier des génériques, compte moins de 10 médecins pour 10.000 habitants et les patients doivent parfois parcourir plusieurs centaines de kilomètres pour atteindre l’hôpital le plus proche. Les hôpitaux qui existent dans les petites villes comme Gondia manquent de spécialistes et sont souvent incapables de fournir autre chose que des soins de base.

A l’origine de ce train, un petit bout de femme, qui vit à Bandra dans le quartier huppé de Bombay, Zelma Lazarus. Un jour, Zelma décide de rendre visite au ministre des Transports pour lui demander de l’aider à concrétiser son projet : un train qui apporterait des soins de santé dans les villages les plus reculés et aux personnes dans le besoin.

Les destinations du train sont choisies un an à l’avance en fonction des besoins, selon les régions et les demandes des hôpitaux locaux ainsi que des sponsors. Les habitants sont informés de la venue de ce train-hôpital par des affiches publicitaires placardées dans toute la ville, des mois à l’avance. Des bénévoles font également le tour des campagnes mitoyennes pour informer les plus démunis qui ont rarement l’occasion de se rendre à Gondia. Les patients qui, pour la plupart se rendent directement à l’hôpital, sont préalablement examinés et sélectionnés, en fonction par exemple de leur aptitude à subir une opération chirurgicale.

Chaque semaine est consacrée à une spécialité. Des médecins et des chirurgiens venus de toute l’Inde, souvent des grands spécialistes, se relaient bénévolement à bord du train pour traiter différentes pathologies, comme la cataracte, les problèmes de surdité, les becs de lièvres ou encore les conséquences de la polio.

Le programme a aidé plus d’un million de patients dans toute l’Inde et a été utilisé comme un modèle pour des projets similaires en Chine, en Afrique ainsi que pour des bateaux-hôpitaux au Bangladesh et au Cambodge. Sa fondatrice, Zelma Lazarus, milite toujours pour la mise en place de trains hôpitaux gouvernementaux dans les différents États indiens.

Texte et photos : Jeanne Frank/Item

Actusoins magazine pour infirmière infirmier libéralCet article est paru dans le numéro 29 d'ActuSoins Magazine (juin 2018)

Il est à présent en accès libre. ActuSoins vit grâce à ses abonnés et garantit une information indépendante et objective. Pour contribuer à soutenir ActuSoins, tout en recevant un magazine complet (plus de 70 pages d'informations professionnelles, de reportages et d'enquêtes exclusives) tous les trimestres, nous vous invitons donc à vous abonner. 

Pour s' abonner au magazine (14,90 €/ an pour les professionnels, 9,90 € pour les étudiants), c'est ICI

Abonnez-vous au magazine Actusoins

 

 

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

2 réponses pour “A bord du Lifeline Express”

  1. wiwi dit :

    Je suis effaré de voir que je suis, à ce jour, le seul à avoir écrit sur cet article. Cher(e) confrères, bougez-vous !!!!!

  2. wiwi dit :

    Bravo de mettre en avant ces initiatives où des professionnels de la santé donnent de leur temps pour soigner les plus démunis. Ces situations prouvent qu’il faut encore croire en l’Homme et en sa capacité à aider son prochain au delà de toutes conditions sociales, culturelles ou religieuses.

    Un grand RESPECT

    William (IDE libéral dans le 06)

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
285 rq / 3,660 sec