[SALON INFIRMIER] Plaie Mobile : Quand l’infirmière sort de l’hôpital pour prendre en charge ses patients

Afin d’assurer un meilleur suivi des plaies complexes à domicile, le Centre Hospitalier de Paimpol (22) a créé un concept unique en France : les infirmières du service des plaies chroniques se déplacent à la demande et à tour de rôle chez leurs patients sortants, pour apporter leur expertise aux médecins de ville et aux infirmières libérales qui prendront le relais.

SALON INFIRMIER Plaie Mobile : Quand l’infirmière sort de l’hôpital pour prendre en charge ses patientsLe bilan encourageant d’une prise en charge mixte

Il n’est pas toujours évident pour les soignants de prendre en charge les plaies complexes. À Paimpol, alors que 5 des 7 infirmières du groupe « Plaies » sont titulaires du Diplôme Universitaire « Plaies et cicatrisation », une attention bien particulière est accordée  à la continuité des soins.

« Nous avons externalisé notre consultation à travers la création d’une visite d’expertes pour soutenir les patients qui sortaient. Nos infirmières rencontrent alors leurs collègues libérales pour leur apporter un avis technique, un conseil ou une préconisation de soins », explique J.L Garandel, cadre infirmier du service.

Le concept, imaginé par l’équipe en 2009 semble d’ores et déjà faire ses preuves. « Nous avons moins de retours en catastrophe, d’échecs ou d’entrées aux urgences. Maintenant, lorsqu’une infirmière libérale ou un médecin traitant est dans le doute par rapport à une conduite à tenir, il demande notre passage ».

Pour le patient, c’est l’occasion de retrouver l’équipe qui l’a suivi pendant son séjour à l’hôpital. « Lorsque l’infirmière hospitalière entre en contact avec sa collègue de ville, le patient se sent sécurisé et plus rapidement confiant ». ajoute J.L Garandel.

Une occasion aussi, pour l’infirmière hospitalière de sortir des murs de son établissement pour se confronter à la médecine de ville. « C’est un partage entre deux familles de soignants, mais aussi une découverte du contexte de vie des patients. Nous  tirons de cette pratique des bénéfices certains ».

Malika Surbled

Participer à la conférence : 

jeudi 25 octobre 10h15-11h15 Salle PHENIX

 

Pour aller plus loin :

Les infirmières libérales au coeur d’un “Prado” plaies chroniques

Infirmière : s’installer en libéral : consulter les cartes et les collègues

 

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

27 réponses pour “[SALON INFIRMIER] Plaie Mobile : Quand l’infirmière sort de l’hôpital pour prendre en charge ses patients”

  1. chocolat dit :

    très bien cette initiative .je pense que tout le monde ne peut qu’ approuver cette coordination .avoir des personnes qualifiées dans les soins de plaies chroniques ne peut etre que benéfique pour le patient et les idels .et avoir des interlocuteurs qui comprennent de quoi ,on parle ,c’est enthousiasement !!
    car la coordination hopital-ville est vraiment très très mauvaises !!

  2. Christian dit :

    oupss justement j’ai besoin de soins

  3. Rami dit :

    a tunis l infirmier dans la merde ni profil de poste ni ….

  4. Elisabeth dit :

    Reste t’il encore beaucoup d’ infirmièr(e)s ayant envie de pousser son métier jusque ds ses plus lointaines possibilités ?

  5. Anne-sophie dit :

    stéphanie, c’ est tout à ton honneur d’avoir fait le nécessaire pour te former 😉

  6. Stéphanie dit :

    Anne-sophie D: tu as de la chance d’avoir tout ça dans ton hôpital car moi au CHU, rien de rien!!! D’ailleurs,c’est pour ça qu’en libéral je profite de toutes ces formations avant qu’elles disparaissent vue la conjoncture actuelle.

  7. Stéphanie dit :

    Anne-Sophie G: moi aussi quand je ne sais pas je demande de l’aide, il y va de ma conscience professionnel et de mon malade.

  8. Anne-sophie dit :

    Stéphanie je n ai jamais dis que l hopital faisait des miracles mais les formations et groupes de travail existent ou peuvent etre mis en place à l hopital, en plus les labos viennent très facilement…

  9. Anne-Sophie dit :

    Stéphanie : Je suis libérale, et je n’ai besoin de personne pour gérer une chambre implantable ou n’importe quel autre accès vasculaire, passer une chimio, brancher une dialyse péritonéale, tout simplement parce que j’en ai l’EXPERTISE. Pour autant, mon expérience des plaies chroniques ou complexes ne me permet pas d’avoir autant de connaissance qu’une fille qui a passé un DU de 2 ans dessus et qui en gère tous les jours ! Donc OUI, il m’arrive de demander un avis d’une personne MIEUX formée que moi sur ce sujet précis…

  10. Lipocamp dit :

    Pour apporter un peu plus d’eau au moulin…il existe aussi en médecine de ville des professionnels formés et compétents, ressources en cas de difficultés, alors lorsque l’hôpital sort de sa structure c’est soi “qu’il” ne connaît pas le réseau de soins existant à dom (à nous braves IDEL de nous faire connaître et reconnaître !) ou alors qu’effectivement il y a un manque criant de professionnels formés à domicile.
    Je suis d’autant plus surpris de voir des hospitaliers se déplacer à l’extérieur, quand les consult sont hyper bookées et les délais d’obtention de RDV très longs…

  11. Stéphanie dit :

    Anne-Sophie Derwel, il faut savoir qu’en libéral on est parfois mieux former qu’à l’hôpital. En service, je n’ai jamais eu accès à des formation. Hors en libéral, pour ma part, je me suis formée via les formations CPAM, j’ai rencontré différents représentants de marque de pansement comme Mepilex, Hartman… A près il faut savoir qu’il s’agit des la conscience professionnel de chacun. L’hôpital ne fait pas toujours des merveilles crois moi et dés fois tu serais surprise de voir qu’à domicile on arrive à soigner des plaies parfois complexes grâce aux connaissances que nous avons en libéral

  12. Magalie dit :

    Moi même libérale, il peut en effet arriver qu’une plaie stagne, ou se dégrade… Dans ce cas nous réadaptons et si rien ne se passe nous passons le relais au centre de cicatrisation… Il ne s’agit pas d’ego, mais de conscience professionnelle!! Il s’agit de l’état de santé du patient en priorité!!!… Je suis pour une collaboration!!!….

  13. Lipocamp dit :

    Beaucoup d’IDEL se remettent en question grâce à la facilité d’accès à la formation continue, CPAM, FIFPL, bien plus d’IDEL ont un DU plaies & Cicat que de d’IDE hospit.
    J’ai bien lu qu’il ne s’agissait pas d’un service d’HAD, mais pour l’avoir vécu, cela commence comme ainsi…la toute puissance hospitalière même à domicile existe passant outre toutes les règles de bonne pratique et de déontologie, passant outre Doc, pharma et IDEL du patient, etc…
    Enfin le droit à prescription à permis une avancée dans la prise en charge des plaies, entre autres, en permettant le réajustement en collaboration avec le médecin préfère passer la main à des IDEL formées et rompues à la pratique de pansement.
    J’en conviens mon cas n’est pas une généralité, mais relève de l’expérience et en milieu hospit et en milieu “de ville”.

  14. Anne-sophie dit :

    Il faut savoir passer la main et le droit de prescription ne fait pas des libéraux des médecins ! et on peut très bien travailler en collaboration avec des idel s ils veulent bien se remettre en question bien sur !

  15. Anne-Sophie dit :

    Ce n’est pas un service d’HAD ! Relisez-bien, elles se déplacent à la demande des IDEL ou des médecins, pour les conseiller ! Tout le monde (moi la première) n’a pas l’expertise des plaies complexes, je serais très contente d’avoir l’avis d’une collègue qui a suivi le patient si j’en ai besoin… Parfois, face au patient, il vaut mieux mettre de côté son ego et être capable de savoir quand on ne sait pas. Après tout, c’est exactement ce que fait un généraliste qui demande l’avis de son confrère cardio.

  16. Anne-sophie dit :

    Non mais il faut pas dire ça ce sont des pro du pansement et franchement les ide libéraux ne peuvent pas rivaliser ! nous acceuillons à l hopital des patients du domicile, soignés par des libérbaux avec des plaies dans un état catastrophique !

  17. Laurent dit :

    où comment implanter un service d’HAD en lieu et place et pour un coût supérieur des IDEL !..de plus à domicile, les IDEL sont parfois mieux formées que les IDE hospit et ont accès en connaissant leur existence à l’ensemble des gammes de pansements, et grâce à leur droit à prescription réadaptent bien plus justement les prescriptions hospitalières…

  18. Catherine dit :

    pas mal plaie mobile …

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
259 rq / 1,907 sec