« Les infirmiers en pratique avancée devraient avoir des grilles indiciaires supérieures »

Pour Julie Devictor, présidente du conseil national professionnel des IPA (CNP IPA), la grille salariale proposée par le ministère aux IPA n'est pas à la hauteur de leurs compétences et de leurs responsabilités. Soins  primaires, premier recours, IPA urgence et revalorisation salariale... elle revient sur les grands sujets d'actualité concernant les infirmiers en pratique avancée.

Les IPA infirmiers en pratique avancée devraient avoir des grilles indiciaires supérieuresOù en est la revalorisation des salaires concernant les IPA ?

Olivier Véran, que nous avons rencontré le 19 avril, nous a confirmé que nous sommes concernés par les revalorisations. Il est prévu que les IPA soient revalorisés à la hauteur de la grille des infirmiers spécialisés. Cela ne nous satisfait pas car cela correspond à une augmentation infime.

Les grilles des infirmiers en soins généraux de deuxième grade sont strictement identiques aux grilles des IPA de classe normale alors qu'on est formés deux années de plus et qu’on est entièrement responsables des suivis qu’on assure. Or comme il faut huit ans aux IPA pour atteindre la classe supérieure, cela signifie que les infirmiers expérimentés et déjà en classe supérieure qui vont devenir IPA n'auront aucune revalorisation de leur grille indiciaire pendant huit ans...

Olivier Véran nous a dit que nous aurions une prime qui ne nous décevrait pas et une NBI, que nous n'avons pas pour l'instant.

Cela reste insuffisant car ce n'est pas pérenne. A diplôme académique supérieur et responsabilités supérieures, les IPA devraient avoir des grilles indiciaires supérieures.

Selon les pays, la différence de salaires entre infirmiers en soins généraux et IPA est de 40 à 100%. Pour nous ce serait moins de 10%...

Quel état des lieux de la pratique avancée avez-vous évoqué avec le ministre ?

Nous avons beaucoup parlé de la pratique avancée en soins primaires. Il ne peut pas y en avoir car les IPA ne peuvent pas vivre de leur activité dans ce cadre.

C'est un métier prescripteur mais cela fait deux ans que le système d'information de la CNAM n'a toujours pas prévu de numéro de prescripteur pour les IPA.

Ce qui fait que nos prescriptions sont refusées par les pharmaciens ou les radiologues, par exemple, ou que les patients ne sont pas remboursés. Olivier Véran a immédiatement appelé le directeur général de la CNAM, Thomas Fatome, qui lui a dit que ses services étaient sur le pont. Certains d'entre nous sont diplômés depuis quasiment deux ans et il est vraiment temps qu'on ait les moyens d'exercer !

C'est clairement préjudiciable au développement de la pratique avancée.

Quelle place se profile par ailleurs pour les IPA dans le premier recours ?

Le renforcement du rôle de premier recours des IPA est acté dans la mesure 6 du Ségur mais il n'a pas du tout été évoqué dans loi Rist (visant à améliorer le système de santé par la confiance et la simplification, NDLR).

Nous nous en sommes émus auprès d'Olivier Véran car cela pose problème sur le terrain. Le système actuel, avec un adressage exclusif par les médecins avec qui on a signé protocole d'organisation, et le fait que nous n'ayons pas le droit d'initier de prescription, ne nous permet pas d'exercer de manière efficace, notamment dans le champ de la prévention.

Il faut que nous puissions accéder à certaines prescriptions médicales comme les soins infirmiers, de rééducation ou les bons de transport. Le problème se posera aussi pour les futures IPA « urgence » qui pourront prendre en charge des patients seules, pour une plaie par exemple, mais pas prescrire  l'ablation des fils...

C'est normal que chacun ait ses missions mais il est temps d'adapter le cadre législatif et réglementaire aux besoins de santé et au champ d'exercice et de compétence des professionnels non médicaux. Il faut changer la loi qui prévoit que les auxiliaires médicaux en pratique avancée ne peuvent qu'adapter ou renouveler les prescriptions médicales.

Il y a une crainte de surprescription mais il est prouvé que les IPA ne prescrivent pas plus que médecins.

Où en sont par ailleurs les travaux sur les IPA « urgence » ?

Le référentiel est quasiment bouclé avec la DGOS. La formation devrait commencer en septembre. Nous soutenons ce projet de cinquième mention.

Dans un premier temps, ils n'exerceront que dans le cadre de la médecine d'urgence en milieu hospitalier mais nous espérons qu'ils pourront ensuite exercer en ville, dans des MSP par exemple.

Deux parcours sont prévus, un parcours 100% paramédical, dans lequel l'IPA prend en charge le patient de A à Z, et un parcours médico-paramédical dans lequel le diagnostic et la stratégie thérapeutique seront posés par le médecin. L'IPA pourra prendre le relai ou travaillera de concert avec lui jusqu'à la sortie ou l'hospitalisation du patient.

Comprenez-vous que la création de ces IPA « urgence » inquiète les Iade ?

Quand les infirmiers anesthésistes découvriront le référentiel d'activité des IPA urgences, ils se rendront compte qu'on n'est pas dans le même champ d'intervention : les IPA dans les parcours paramédicaux ne seront pas dans la prise en charge critique et ne remplaceront pas les Iade.

Il n'y a aucune raison de se sentir en concurrence. Les IPA font un peu peur à tout le monde, les médecins, les cadres... Avec un peu de communication et de pédagogie, tout le monde comprendra qu'on a des métiers complémentaires.

Propos recueillis par Géraldine Langlois

Je m'abonne à la newsletter

L'Agence nationale du DPC vient d'annoncer début mai 2021 que plus des 2/3 du budget annuel dédié à la formation des infirmiers libéraux étaient déjà consommés. D'ici quelques semaines, il ne sera plus possible de se former.
Avez-vous bien utilisé votre forfait annuel de 14h de formation prises en charge par le DPC ?
En partenariat avec Actusoins, vous vous proposons 8 formations DPC en Elearning avec une session débutant le 15 juin (mardi prochain) :
Prado IC & BPCO
Plaies, pansements et cicatrisation
Prise en charge du patient diabétique
BSI & DSI
Hypnose conversationnelle et hypnoanalgésie
PICC-line, CCI, stomies et autres soins techniques
Prise en charge du patient atteint d'Alzheimer
Oncologie, Prise en charge de la douleur à domicile

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

4 réponses pour “« Les infirmiers en pratique avancée devraient avoir des grilles indiciaires supérieures »”

  1. Pseudo dit :

    les propos de HUET donnent envie de pleurer on se demande si ces gens là aiment encore leur métier ils ne savent parler que de fric à celui qui aura le + de responsabilités!!!!!!!!!!!!!!!! ils semblent avoir oublier qu’ils sont avant tout des soignants

    Répondre moderated
  2. Huet dit :

    Que c’est maladroit de comparer son salaire avec les spécialités en subodorant qu’il mérite mieux alors que le parcours de l’IADE est en moyenne de 9 ans ( 3 ans de DE, une moyenne de 4 ans d’exercice souvent en réanimation ou urgences avant le concours et enfin 2 ans pour le diplôme d’IADE )
    Je ne dis pas que les IADE méritent mieux car nous avons une activité différente mais je pourrais comparer là responsabilité de renouveler un traitement avec le fait de mettre un patient dans un coma réversible avec toute la responsabilité de respecter ce qui nous est enseigné. Le diplôme d’IADE est reconnu niveau Master avec un PUPH d’anesthésie directeur de la formation en étroite collaboration avec les universités.
    Alors NON Madame ce n’est pas que vous n’êtes pas assez payé par rapport à d’autre seulement sous estimé comme beaucoup sur le plan de la reconnaissance salariale.
    De plus concernant les IPA MU et contrairement aux engagements pris par la DGOS, ils vont sur le champs du pré hospitalier donc de celui des IADE alors que l’article 4311-12 spécifie que l’IADE doit être privilégié dans ce poste d’exercice avec même une exclusivité dans le cadre de certains TIIH.

    Répondre moderated
  3. Lad dit :

    Enfait aucune grilles n’est à la hauteur de nos job !!!!! Arrêtons le corporatisme un peu !!!

    Répondre moderated
    • leilou dit :

      En effet, il serait déjà temps de reconnaître notre travail en dehors de la notion même d’IPA… combien d’erreurs médicales évitons nous aux patients, combien d’initiatives quasi médicales mettons nous en place avant l’arrivée du médecin… qu’on fasse faire un réel bilan de compétence à chaque IDE pour voir ce que c’est qu’un infirmier aujourd’hui. En effet, entre la fiche de poste et ce que nous exécutions réellement dans notre quotidien, il y a un large fossé.

      Répondre moderated

Réagir à cet article

retour haut de page
295 rq / 1,580 sec