Dernière ligne droite pour la mobilisation des étudiants infirmiers

Jeudi prochain, les étudiants infirmiers de toute la France défileront à Paris contre la mise en place « chaotique » de la réforme de la formation. En attendant, dans toute les coordinations locales de la qui appelle à cette journée, la pression monte et les nuits blanches s'accumulent pour finir les derniers préparatifs. Tour d'horizon.

Dernière ligne droite pour la mobilisation des étudiants infirmiers

Les étudiants de Reims préparent les banderoles pour la du 12 mai - © DR

01 jour: 02heures: 37min: 28 secondes. C'est ce qu'indiquait ce matin le compte à rebours du site consacré à la manifestation des étudiants infirmiers qui aura lieu ce jeudi.

Dernière ligne droite donc pour la mobilisation nationale appelée par la Fédération Nationale des en Soins Infirmiers (FNESI), contre la mise en place la réforme de la formation, appliquée depuis septembre 2009. Une réforme qu'ils jugent « bâclée et sans aucun suivi efficace».

Entre 5 et 15 000 étudiants, selon la dernière estimation de la Fédération nationale des étudiants en soins infirmiers, devraient donc se retrouver sur le parvis de la gare Montparnasse, vers 11 heures du matin. Direction: le Ministère de la Santé où ils espèrent être reçus.

En attendant le jour J, dans toute la France les étudiants accumulent les nuits blanches pour être que tout soit prêt à temps. Du côté des Pays-de-la Loire, la pression monte: «je croise les doigts pour que tout se passe bien et que la mobilisation porte ses fruits », confie Morgan Huguet, coordinateur de la FNESI et étudiant en deuxième année à l'IFSI de Nantes.

Il faut dire que les étudiants se préparent depuis plusieurs semaines aux quatre coins du pays. En Bourgogne, les étudiants se mobilisent déjà depuis deux mois et ne reculent devant rien pour faire de cette journée un succès. C'est ainsi que les coordinateurs ont organisé une quête dans les rues de Dijon pour financer le bus qui conduira les 150 étudiants au rendez-vous parisien.

« Nous avons distribué des tracts et fait appel à la générosité des citoyens, raconte Marine Joseph, coordinatrice locale. Nous avons aussi demandé une subvention à l'association des étudiants de Chalons-sur-Saône». Même stratégie pour les infirmiers apprentis de la région Centre qui ont récolté « 250 euros » en organisant une quête sur la Place du marché.

Les 13 IFSI du Centre, eux, sont à l'avant-garde de la mobilisation: selon leur coordinateur, Jonathan Nagode, ils seront entre « 300 et 400 » à faire le déplacement jeudi. Le secret de leur réussite? Un travail acharné certes, mais aussi et surtout: « Facebook ».

Facebook, le meilleur ami de la mobilisation

Car s'il y a un point commun entre tous les organisateurs de la manifestation qui ont regorgé d'inventivité pour réunir les fonds, obtenir des dispenses de cours et de stage, contacter leurs homologues isolés, c'est bien l'utilisation du réseau social.

Jonathan Catinot, coordinateur pour l'Auvergne, a crée un « événement » Facebook pour mobiliser ses troupes. « Nous partageons les articles de presse, les informations pratiques, les contacts, pour tenir au courant tous les étudiants», précise-t-il. Même technique de communication pour les régions Centre, PACA, Est, Bretagne, Pays-de-la-Loire, Lyon et Bourgogne.

A Rennes où les étudiants travaillent d'arrache-pied depuis deux mois, en plus des classiques « évènements, pages et groupe Facebook », les organisateurs ont passé des centaines de « coup de téléphones, envoyé des courriers » et réussi le tour de force d'obtenir de la direction de l'IFSI du CHU rennais «la banalisation de la journée du 12 mai », afin de permettre à tous de rejoindre, formateurs comme étudiants, le cortège parisien.

Concernant le matériel de la manifestation, beaucoup de coordinations locales sont en retard en « raison des problèmes d'emploi du temps dû à cette période de stages et de partiels ». Pas les étudiants bourguignons qui, eux, ont déjà tout prévu: « Nous allons chercher des draps réformés à la lingerie de l'hôpital pour faire des banderoles et ont prévu un concours de slogans dans le bus», explique la coordinatrice.

Reste pour les régions Est et Pays de la Loire un petit détail à régler... Un détail qui pourrait mettre en péril les arrivées des délégations. «Nous avons demandé à la SNCF de nous faire une réduction sur les billets de trains, explique Bérangère Millet, étudiante en 2e année au CHU de Mulhouse. Ils nous ont répondu 'niet' en nous disant que ce serait 140 euros ou rien du tout. Ce n'est pas avec ce qu'on touche en stage qu'on va pouvoir payer cette somme».

Les manifestants de l'Est vont donc prendre le train, sans payer, « en comptant sur la force du nombre et la compréhension des contrôleurs ». « C'est malheureux d'en arriver là, mais on a guère le choix commente la coordinatrice de Mulhouse.

Mais qu'elle se rassure, les étudiants de l'Est ne devraient pas être les seuls à faire jouer le capitale sympathie des « contrôleurs et des voyageurs à l'égard des blouses blanches ». Les apprentis des Pays-de-Loire, eux aussi, prendront d'assaut les TGV.

Leila Minano/Youpress

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

14 réponses pour “Dernière ligne droite pour la mobilisation des étudiants infirmiers”

  1. tout passe en force sans demander l’avis précieux des soignants d’expérience sur le terrain ……..

  2. J’ai lu. C’est bizarre quand même que les deux manifestations se soutiennent mutuellement, les ESI pour avoir accés aux installations sportives des campus et les formateurs pour un master 2 et contre le rapport IGAS.
    D’autant que j’avais compris, moi, que le dîts rapport préconisait justement le M 2 pour les cadres formateurs.

  3. Benoit dit :

    Moi personnellement je m’en sors très bien avec cette nouvelle reforme et en service il trouve qu’avec de référentiel j’ai plus de connaissances. Biensur ce n’est pas le cas de tout le monde comme quoi l’important est l’etudiant et non le référentiel alors arrêtez avec les “diplôme bradé” et les “professionnel au rabais” au encadrant en stage de faire leur travail aussi. A chacun sa part de boulot et de responsabilité.

  4. il est vrai que l’on est a l’heure de l’europe….mais brader un diplome…..pas sure que le resultat soit genial , ce type de formation nécessite des bases theoriques qui ne sont pas forcement simples a acquerir en service ou par soit meme selon la maturité de chacun….on sort des lyceens cadrés dans leur etudes pour les balancer dans une formation ” autonome” !! pas sure….

    • hugues dechilly dit :

      en tous cas pour leur manif il seront encadrés +++

      la cni, d’un côté, le snpi de l’autre, les sages femmes devant et les cadres formateurs derrière …

      et tout ce beau monde entrain de faire la queue devant le ministère en attendant d’être reçu …

  5. « Direction: le Ministère de l’Éducation Nationale » , je ne sais pas ce qu’il vont pouvoir nous dire là bas. Non c’est « Direction: le Ministère de la Santé » !

  6. Romain Perot dit :

    “Direction: le Ministère de l’Éducation Nationale” , je ne sais pas ce qu’il vont pouvoir nous dire là bas. Non c’est “Direction: le Ministère de la Santé” !

  7. Natacha Denchasaz Ep Cecon dit :

    personnellement, je ne sais que penser ce cette nouvelle réforme….si ce n’est que je retrouve dans les services des jeunes absolument pas formés!!!!

  8. Philippe Buvat dit :

    L’appel à la grève concerne aussi les cadres formateurs, inquiets pour leur avenir suite au rapport YAHIEL MOUNIER voir

  9. Un article sur la mobilisation, bien.

    Pas un mot sur les revendications ?

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
275 rq / 2,104 sec