Établissements de santé : les responsables fortement incités à imposer le masque

| 3 470 vues | | mots clefs : , , Pas de commentaire

C'est désormais aux établissements de santé et médico-sociaux de décider d'imposer le port du masque. 

© Maridav / ShutterStock

Depuis le 14 mars, l'obligation générale de port du masque est levée, sauf dans les transports collectifs de voyageurs de plus de six ans. 

S'il n'est plus "obligatoire" sur l'ensemble du territoire, le masque peut en revanche être "requis, sur décision de responsables de structures dans les établissements de santé, les établissements et services médico-sociaux accueillant des personnes âgées ou une majorité à risque de forme grave de la Covid-19", précise un DGS Urgent daté du 15 mars.

Il est également requis, toujours sur décision du responsable de la structure,  dans les lieux dans lesquels exercent les professions médicales et les auxiliaires médicaux, notamment les cabinets médicaux et infirmiers; dans les lieux dans lesquels exercent les psychologues, les ostéopathes, les chiropracteurs, les psychothérapeutes, les pharmaciens. Ainsi que dans les laboratoires de biologie médicale. 

Afin de protéger les plus fragiles et alors que le virus continue de circuler, les responsables des structures précitées sont "fortement incités à maintenir l'obligation de port de masque dans leurs locaux", indique le DGS. 

Enfin, les employeurs des professionnels effectuant des interventions à domicile des personnes âgées ou handicapées peuvent imposer l'obligation de port du masque à l'occasion de leurs interventions, précise le DGS. 

Maintien de l'obligation vaccinale pour les professionnels

Si le passe vaccinal est levé en population générale, l'obligation vaccinale des professionnels de santé reste en vigueur, rappelle le DGS. 

Levée de la quarantaine pour les cas contacts

Les personnes "contacts à risque" ne sont plus tenues d'observer une quarantaine, mais doivent réaliser un test de dépistage (autotest, RT-PCR ou antagonique), deux jours après la notification du statut de contact. 

La DGS formule quelques recommandations à leur égard comme l'application des gestes barrière, la limitation des contacts, et le recours privilégié au télétravail. 

Rédaction ActuSoins

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter Actusoins

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réagir à cet article

retour haut de page
344 rq / 5,747 sec