Maison des soignants : un lieu dédié au mieux-être des professionnels de santé

La première Maison des soignants, fondée par l’association Soins aux Professionnels de Santé (SPS) a ouvert ses portes fin août 2021 à Paris. Avec ce lieu, entièrement destiné à tous les professionnels de santé, gratuit et anonyme, l'association veut prolonger son action autour de la prévention des risques psychosociaux des soignants et favoriser les échanges entre pairs.

Pauline Dubar, porte-parole de l'association SPS

Pauline Dubar, porte-parole de l'association SPS. © Alexandra Luthereau.

Un jour de la fin 2019, Paul (1), infirmier en service de réanimation, perd connaissance sur son lieu de travail.

Diagnostic : burnout. « Cela faisait deux ou trois ans que ça couvait », comprend-il aujourd’hui, sans avoir perçu à l’époque les signes avant-coureurs, pourtant nombreux : troubles du sommeil, stress, troubles dépressifs, consommation d’alcool et de produits.

Cet épisode a agi sur lui comme un déclic. « J’ai réalisé qu’il fallait que je prenne soin de ma santé », assure l’infirmier de 35 ans.

Depuis deux ans, il se reprend en main. Il est suivi par un psychologue et a adopté une meilleure hygiène de vie. Le jeune homme s’est également rapproché de l’association Soins aux professionnels de santé (SPS) créée il y a six ans par le Dr Eric Henry pour accompagner les soignants en souffrance et prévenir les risques psycho-sociaux.

Après avoir suivi plusieurs ateliers en visio autour de la santé, proposés par l’association, Paul s’est rendu, en ce mois de septembre 2021, à la Maison des soignants.

Ce lieu, inédit en France, vient tout juste d’ouvrir ses portes fin août 2021 à quelques encablures de l’Arc de Triomphe à Paris. Le président de l’association SPS, qui mûrit ce projet depuis deux ou trois ans, n’aurait pas osé imaginer une adresse plus prestigieuse et symbolique pour un lieu destiné aux professionnels de la santé. « Cela signifie la reconnaissance de la souffrance des soignants », affirme-t-il.

Mieux-être des soignants

Comme toutes les actions de SPS, cette maison est entièrement consacrée au mieux-être des soignants.

Avec cette fois, un accueil physique, des personnes en chair et en os, des murs en dur et une porte que l’on peut pousser à n’importe quel moment.

Une façon de favoriser la dimension humaine des actions de SPS. C’est d’ailleurs tout le sens du terme maison dans le nom de la structure « Nous souhaitons rassembler la communauté des professionnels de santé et les étudiants en métiers de la santé, qu’ils travaillent en libéral, à l’hôpital ou dans le secteur médico-social, toutes disciplines et métiers confondus », détaille Pauline Dubar, responsable des projets santé publique et porte-parole SPS.

Et par là, favoriser les rencontres, les échanges, le sentiment d’appartenance à l’écosystème soignant et redonner du sens à leurs métiers. Comme une grande « famille ».

Gratuit, anonyme, confidentiel et ouvert à tous les soignants

Voilà pour la philosophie du lieu. D’une façon plus pratique. « C’est une nouvelle porte d’entrée, en plus de la plateforme téléphonique(2) de notre association », explique le Dr Henry.

Pauline Dubar, qui a exercé comme infirmière à Lille pendant 12 ans abonde : « Si une personne est mal, il y aura toujours quelqu’un à la Maison des soignants pour l’écouter et l’orienter. On ne la laissera pas repartir dans la nature, on proposera une aide adaptée ».

Le lieu est aussi pensé comme un centre de ressources et de conseils pour outiller les soignants et les aider à améliorer leur qualité de vie au travail. « Nous souhaitons que les professionnels de santé puissent agir sur leur santé mais aussi qu’ils connaissent le monde du travail, sachent analyser un management pour proposer des solutions. Tout cela pour ne plus subir », détaille le Dr Henry. Il ne s’agit pas seulement de parler santé donc mais de tous les sujets liés à l’exercice de sa profession.

« On peut consulter des psychologues, des avocats, on peut parler stress, management, santé. On choisit à la carte les permanences, les ateliers et les formations qui nous intéressent. C’est ça que je trouve super », résume Paul.

On trouve aussi à la maison des soignants des groupes de parole et bientôt un suivi personnalisé sport et santé. Tout est gratuit, confidentiel, anonyme et centralisé en un même lieu, autre que le lieu de travail des soignants. Toutes ces modalités ne visent qu’une ambition : faciliter la participation et la libre parole des soignants.

Brise le déni

Le jour de notre rencontre mi-septembre, Paul vient de participer à un atelier sur l’alimentation. Il s’est également inscrit à un atelier sur la prévention au suicide et à un autre consacré au yoga.

Il est intéressé par les techniques de gestion du stress et compte bientôt être pris en charge dans un suivi sport nutrition personnalisé. « Tout m’intéresse, je suis avide d’adopter des habitudes de vie saines. J’aurais aimé connaître tout cela avant mon burn out, notamment les techniques de gestion du stress, confie-t-il. Cela m’aurait peut-être permis de trouver d’autres échappatoires que l’alcool et les produits ».

Car comme il s’en rend compte aujourd’hui, les ateliers peuvent permettre de prendre conscience d’un mal-être. « Si pendant un atelier, je réalise qu’en fait “je mange mal”, “je dors mal” ou que “je suis super stressé”, c'est que quelque chose ne va pas bien », analyse-t-il.

« Les formations peuvent agir comme un premier pas pour briser le déni », ajoute le Dr Eric Henry.  

Ce projet de la Maison des soignants en est à ses débuts. Au fur et à mesure, l’équipe va analyser les besoins, notamment en termes d’ateliers proposés et de permanences, pour ajuster son offre.

Dans tous les cas « nous aimerions que ce soit un lieu positif, d’informations et de prévention avant tout. Un lieu bienveillant ». A terme, l’association SPS projette la présence d’au moins une Maison des soignants dans chaque région. 

Alexandra Luthereau

Je m'abonne à la newsletter

(1) Le prénom du témoin a été modifié à sa demande

(2) N°vert de l’association SPS 24h/24 7 jours sur 7 pour un accompagnement psychologique anonyme et confidentiel: 0 805 23 23 36

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réagir à cet article

retour haut de page
827 rq / 2,069 sec