Douleur induite : un arsenal d’outils à la disposition des infirmières (Salon Infirmier 2015)

ActuSoins (stand C 23) a choisi quelques conférences au salon infirmier que nous vous présentons en détail. Christine Berlemont, infirmière ressource « douleur » et responsable de la commission infirmière de la Société française d'étude et de traitement de la douleur (SFETD), et Pascale Thibaut, cadre de santé et membre de la Société Française d'Etude et de Traitement de la Douleur (SFETD), présenteront une communication sur le rôle des infirmières dans la prévention de la douleur induite par les soins.


salon_infirmier_douleur_soins_infirmiers

Douleurs liées aux soins : le rôle infirmier dans la prévention Vendredi 16 octobre 2015 de 15 h 15 à 16 h 15 (n° de conférence C59)

La communication de Christine Berlemont et Pascale Thibaut a rencontré un tel succès lors de l'édition 2014 du Salon infirmier - il avait fallu refuser des participants - qu'elles la présentent à nouveau cette année. Dans certaines conditions, effectuer un pansement, réaliser une prise de sang, certains actes exploratoires, certains examens ou des actes de kinésithérapie peut générer de la douleur chez le patient. Or tous ces actes sont prescrits, souligne Christine Berlemont, il est donc possible de prendre des mesures en amont pour prévenir au maximum la douleur qu'ils peuvent générer.

Prévoir des protocoles

D'une part en prévoyant des solutions thérapeutiques afin d'offrir plus de confort lors du soin : crèmes anesthésiantes, médicaments d'action rapide, gaz Meopa (mélange équimolaire oxygène-protoxyde d'azote. Ces produits devant être prescrits, l'infirmière suggère de mettre en place des protocoles avec les médecins.

« En dehors des médicaments, le rôle propre de l'infirmière offre aussi des possibilités », ajoute-t-elle. Elle peut déjà expliquer le soin - au « bon moment » - afin de le rendre moins anxiogène. Elle peut aussi essayer de regrouper plusieurs soins afin de ne pas multiplier les sollicitations possiblement douloureuses, quitte à reporter le moment de les réaliser, si c'est possible. « Il vaut mieux reporter un soin pour ne pas avoir à le faire trop vite », insiste l'infirmière.

Rôle propre

Les infirmiers ont aussi la main sur le choix de certains matériels (taille de l'aiguille, type de pinces, de compresses) et veiller à la façon dont le patient sera installé pendant le soin afin que sa position soit confortable. Cela ne s'improvise pas... On peut aussi anticiper la nécessité de devoir distraire un patient ou s'exercer à l'aider à verbaliser ses sensations, ses craintes ou ses émotions. « Il existe des techniques psycho-corporelles comme la relaxation ou l'hypno-analgésie qui se développent et sont extrêmement pratiques et complémentaires de la pharmacologie », souligne Christine Berlemont. Elles peuvent nécessiter le renfort d'un collègue, l'un des deux soignants se concentrant sur le soin et l'autre sur le patient. Toutes ces précautions seront perçues par le patient comme le signe qu'on essaie de réduire sa douleur.

Psycho-corporel

La prise en compte de son expérience antérieure y contribue également, estime l'infirmière. Il peut être utile de s'enquérir, s'il a déjà subi ce soin, de la façon dont il l'a vécu, de la façon dont il ressent généralement la douleur ou encore de la façon dont il a réagi aux mesures anti-douleur déjà prises... « Il faut retranscrire ces renseignements dans son dossier et ensuite le vécu du soin », poursuit-elle. Christine Berlemont évoquera aussi l'anxiété que peuvent ressentir les soignants face à un soin potentiellement douloureux... et qui sera d'autant moins forte qu'ils disposeront des moyens de diminuer la douleur induite.

Olivia Dujardin
Article publié dans Actusoins magazine

Douleurs liées aux soins : le rôle infirmier dans la prévention

Vendredi 16 octobre 2015 de 15 h 15 à 16 h 15 (n° de conférence C59)

Retrouvez ActuSoins, stand C23

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
583 rq / 3,479 sec