Grippe : les établissements mobilisés

Alors que le plan Orsan (Organisation de la réponse du système de santé en situations sanitaires exceptionnelles) a été déclenché le 19 février dernier en raison de l'épidémie de grippe qui touche la France, les établissements hospitaliers sont "mobilisés" selon une déclaration de Marisol Touraine, ministre de la santé. 

Grippe : les établissements mobilisés"Nous sommes face à une épidémie ample, la plus importante des cinq dernières années" a expliqué la ministre à la suite d'une réunion avec les responsables des directions de son ministère ainsi que l'Institut de veille sanitaire. Avec 2,5 millions de personnes touchées, le pic de l'épidémie serait atteint. Selon les prévisions, 4,5 à 5 millions de personnes pourraient être touchées cette année.

La ministre a mis sur le compte d'une brusque "flambée" de l'épidémie, l'engorgement des services d'urgences.  Elle a indiqué que l'épidémie a " sans doute une sévérité plus grande" ce qui justifierait les hospitalisations nombreuses suite aux passages des patients aux urgences.

Si le plan Orsan a été déclenché le 19 février, la ministre a précisé que ses services avaient commencé à prendre des mesures depuis le 23 janvier.

Le plan Orsan permet aux établissements qui ne l'auraient pas déjà fait d'ouvrir des lits d'hospitalisation et de déprogrammer des interventions afin de libérer de la place.

Une situation maîtrisée

Selon la ministre, et alors que la semaine dernière, les urgentistes  dénonçaient encore une «situation sanitaire critique» dans les hôpitaux surchargés en raison de l'épidémie, un "reflux" de l'épidémie dans la région PACA ainsi qu'une tendance similaire en Ile de France aurait été observé. Elle s'est pour cela appuyée sur des chiffres donnés par ses services.


La pression épidémique dans d'autres régions reste importante.

Rédaction ActuSoins (avec APM)

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

25 réponses pour “Grippe : les établissements mobilisés”

  1. Kittycat Mel dit :

    100 morts… rien en fait…. combien meurent des suites d’une chute de leur hauteur ? de la cigarette ? de la iatrogénie ? de la violence à l’égard des enfants, des femmes ? des accidents de voiture ? des saloperies qu’on nous fait manger, injecte…

  2. Combien de personnes votre service accueille-t-il ? « En 2014, il y a eu 56.500 passages aux urgences. Soit à peu près 10 % de la population costarmoricaine. En moyenne, cela fait 150 personnes par jour, avec des pics à 200. Il y a presque en permanence une cinquantaine de patients dans le service. Ça fait beaucoup. D’autant qu’il n’y a que 3.000 personnes recalées chaque année à l’accueil. Principalement parce que la population, ici, a été éduquée et sait très bien que ce n’est pas la peine d’aller aux urgences pour un problème bénin ». Combien d’entre eux sont ensuite hospitalisés ? « Environ 32 %, soit 18.300 l’an passé. L’objectif, c’est de réserver les lits d’hospitalisation aux cas les plus graves. Mais nous réalisons par ailleurs tous les examens nécessaires (prise de sang, scanner, échographie…) à ceux qui ne restent pas à l’hôpital et qui sont redirigés vers leur médecin généraliste ou une maison médicale. Il faut rappeler que la base de notre métier, c’est la prise en charge des urgences et particulièrement les urgences vitales. Et seuls 10 % de nos patients ont vraiment besoin d’une prise en charge urgente et immédiate ». Comment la situation a-t-elle évolué depuis votre arrivée aux urgences en 1986 ? « À l’époque, il y avait 21.000 passages par an ici (trois fois moins que l’an passé) et 12.000 hospitalisations. Depuis, nos effectifs se sont nettement étoffés. Nous devons par ailleurs soigner une population vieillissante aujourd’hui. Enfin, je soulignerais que la médecine a fait des progrès extraordinaires. Les gens sont de mieux en mieux soignés. Il y a plus d’examens, plus de traitements adéquats et un très haut niveau d’expertise sur les plateaux techniques ».

    © Le Télégramme – Plus d’information sur http://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/saint-brieuc/hopital-un-apres-midi-aux-urgences-24-02-2015-10536424.php

  3. rien a voir grippe ou pas les urgence sont toujours surchargé!!!

  4. Alors si M S T le dit ………………………………

  5. En même temps, à part pour vous mettre en arrêt et donner du doliprane pas vraiment besoin de médecin pour la grippe, Y’a pas grand chose à faire à part squatter son lit ….

  6. Piso Lalaina dit :

    Il vaut mieux en rire 😉

  7. Lilie Knit' dit :

    Il devient difficile d’avoir un rdv rapide chez les médecins traitants, du coup les gens se rabattent vers les urgences, pas d’avance de frais, prise en charge dans la journée….

  8. Je l ai eu deux fois merci du cadeau pas pu aller bosser !!!!

  9. Elle a bon dos, la grippe……….

  10. Céline Cha dit :

    Alors là c’est la meilleure de l’année celle là ! Quoi que avec elle plus rien ne m’étonne

  11. Pour la grippe c’est le médecin généraliste et rien d’autre !!!

  12. Nadia Lemaire dit :

    L’affluence, c’est toute l’année

  13. Agnes Garces dit :

    Disons que ça tombe bien. Quand ils finiront de faire la politique de l autruche ?

  14. Tite Ginie dit :

    La grippe une bonne excuse…l affluence c tt l année avec de plus en plus de passage chaque jour …et des équipes de plus en plus épuisés. ..

  15. Bla-bla-bla de politicarde politicienne… Genre les hôpitaux ont attendu que Mme daigne bien ouvrir les yeux pour prendre des mesures! Elle a bon dos la grippe quand même…. Sauf que c’est toute l’année qu’on manque de lit de médecine, de gériatrie, de ssr et d’ehpad. Et ça c’est pas la grippe mais une épidémie bien pire dont le foyer originel a été repéré en plein Paris et impacte la France entière : la connerie politicienne! Le virus a muté plusieurs fois et a donc adopté plusieurs noms, les souches les plus virulentes connues étant les souches « bachelo » et sa mutation « touren »….

  16. Après la grippe ,la gastro puis les vacances les touristes les gens qui picoent jusqu’à l’inconscience …….non l’affluence c’est toute l’année avec des équipes a flux tendu a croire que Mme la ministre et consors non jamais mis les pieds dans un service d’urgence

  17. Eh l engorgement toute l année c est du à quoi??

  18. Ba faudrait pas dire que c’est dû à la politique budgétaire de ces grands pontes qui provoque une fermeture des lits

Réagir à cet article

retour haut de page
856 rq / 2,613 sec