Don de sang : la cour de justice européenne contre l’exclusion des homosexuels

| 427 vues | | mots clefs : , , 2 réactions

L'homosexualité ne constitue pas "en soi" un comportement qui justifierait l'exclusion permanente du don de sang, comme c'est encore le cas en France, a estimé le 17 juillet l'avocat général de la Cour de justice européenne.

Don de sang : la cour de justice européenne contre l'exclusion des homosexuels"Une telle exclusion peut être justifiée au regard de l'objectif de protection de la publique, à condition qu'elle n'aille pas au-delà de ce qui est nécessaire ce qui, dans l'exemple français, pourrait ne pas être le cas", a ajouté Paolo Mengozzi.

L'avocat général est suivi par la Cour dans la grande majorité des cas.

Le droit français exclut du don de sang, de manière permanente, les hommes qui ont eu ou ont des rapports homosexuels. Un Français a contesté cette décision devant le tribunal administratif de Strasbourg, qui a demandé à la Cour européenne si une telle exclusion permanente était "compatible" avec le droit de l'UE.

La loi européenne prévoit que "les personnes dont le comportement sexuel les expose au risque de contracter des maladies infectieuses graves transmissibles par le sang sont exclues de manière permanente du don de sang".

Dans ses conclusions, l'avocat général considère que "le seul fait pour un homme d'avoir eu ou d'avoir des rapports sexuels avec un autre homme ne constitue pas un comportement sexuel qui justifierait l'exclusion permanente d'un tel homme du don de sang".

Les États membres "peuvent maintenir ou établir des mesures de protection plus strictes que celles édictées dans la directive", mais leur liberté "s'arrête dès que le respect (...) des droits et libertés fondamentaux est menacé", rappelle M. Mengozzi qui souligne une "discrimination indirecte".

L'avocat général souligne "l'incohérence de la réglementation française", qui ne prévoit "pas de contre-indication spécifique visant une femme dont le partenaire aurait eu ou aurait des rapports sexuels avec d'autres hommes".

Par ailleurs, une personne dont le partenaire est séropositif "ne fait l'objet que d'une contre-indication temporaire de quatre mois, alors que, dans un tel cas, l'exposition au risque est réelle".

Rédaction ActuSoins, avec AFP

 

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

2 réponses pour “Don de sang : la cour de justice européenne contre l’exclusion des homosexuels”

  1. Au 21e siècle il serait peut être temps! !!!!

Réagir à cet article

retour haut de page
823 rq / 3,418 sec