Les badges nominatifs sont-ils obligatoires à l’hôpital ?

"Je travaille dans un service d'Urgence réputé "difficile". Après des incidents, toute l'équipe soignante a décidé de changer les badges nominatifs pour des badges en bois affichant seulement le prénom et la fonction. Notre DRH nous ordonne de reporter notre identité complète. Est-ce réellement une obligation ? "

Plus de la moitié de l’année est déjà écoulée, et il vous reste peut-être des crédits pour vos formations DPC ou FIF-PL à utiliser avant qu’ils ne soient définitivement perdus.
Quelles formations IDEL sont pertinentes à suivre en cette rentrée 2021 ? Nous vous proposons d’en découvrir 6.
Prado IC & BPCO
Soins infirmiers et surveillance des patients porteurs de stomies
Prise en charge du patient diabétique
Installer et gérer son cabinet libéral
La maladie rénale chronique et la dialyse péritonéale
Oncologie, Prise en charge infirmière des patients sous traitements anti-cancéreux

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

36 réponses pour “Les badges nominatifs sont-ils obligatoires à l’hôpital ?”

  1. Coralie dit :

    Nous on est obligé dans avoir ce qui me pose pas problème car c est tout a fait normal les patient on le droits savoir a qu’il il on a faire.

  2. Sansebastien dit :

    ET LE NUMERO DE TELEPHONE PENDANT QUE NOUS Y SOMMES!!!

  3. Angela dit :

    Exact Julien, déjà qu’avec les prénoms ça craint… En ce qui me concerne il en est hors de question. Idem pour mes collègues, et la direction l’a bien entendu ! non mais…

  4. Patricia dit :

    NOUS AVONS DES INFORMATIONS SUR LA PERSONNE? SON IDENTITÉ? ENTRE AUTRE . DANS UNE RELATION DE CONFIANCE ,L’altérité est de mise. C’est une des premières règles que j’ai appris à l’IFSI. jE CROIS QU’IL FAUT S’ASSUMER….

  5. IDE_polo06 dit :

    Imposer l’identification des agents en psychiatrie serait carrément une histoire de fou ….. , une mise en insécurité des soignants ou tout autre professionnel d’ailleur. Ceci dit, les malades mentaux ne sont pas qu’en établissement de soins psychiatrique !! Ils peuvent être en service de soins somatiques …

  6. Audréna dit :

    Chez nous c’est nom et prénom sur la blouse…

  7. IDEr dit :

    Je tiens à disposition une argumentation avancée en CHSCT grâce à laquelle nous avons pu obtenir l’anonymisation des tenues professionnelles pour le personnel de psychiatrie.

  8. Sébastien dit :

    le fonctionnaire bénéficie d’un droit de retrait me semble-t-il… Obligation d’afficher son nom à la première altercation droit de retrait… Les noms vont pas rester longtemps

  9. Soso dit :

    Les prénoms sont bien suffisants , pourquoi pas les adresses tant qu on y est ! Les surveillants pénitentiaires n ont pas leur nom sur leur tenue , pourquoi les IDE devraient l avoir ????

  10. Mary dit :

    je suis récemment retraitée de la psy, et nous n’avions que les prénoms sur nos badges!!

  11. Claudy dit :

    Mais voyons, en France l’anonymat est strictement réservé aux délinquants présumés…

  12. Lucie dit :

    si tous les dirigeants de chs pouvaient vous entendre!!!!!

  13. Lucie dit :

    tout à fait d’accord, cela évite quelques visites “surprises” au domicile des soignants, voire harcèlements.

  14. Hélène dit :

    Donc maintenant quand j irai au tresor public a la caf etc et que je m agacerai de l inefficacité de certains je pourrai leur demander leur nom prenom ?????

  15. Christelle dit :

    Je bosse sur un pool technique (urgences adultes, réanimation et salle de réveil). J’ai un badge nominatif complet sauf aux urgences ou j’ai un badge qui ne mentionne que mon prénom, c’est bien suffisant face a l’agressivité et au désir de vengeance de certains énervés.

  16. Jean Marc PANFILI dit :

    Cette obligation envers les soignants fonctionnaires suppose que l’établissement remplisse les siennes.

    1. Police du directeur d’établissement de santé.

    Le Conseil d’Etat assigne au directeur d’établissement de santé un pouvoir général de police en considérant qu’il assure la gestion et la conduite générale de l’hôpital qu’il dirige et y dispose du pouvoir de police. Il doit donc intervenir en cas de troubles constatés au sein de l’hôpital occasionnés par les patients ou les visiteurs, ou plus généralement, pour toutes les infractions constatées quels que soient leurs auteurs. Selon la haute juridiction administrative : « […] dans un établissement public consacré aux aliénés comme dans l’ensemble des établissements publics de santé, le directeur est l’autorité compétente pour assurer la police générale de l’établissement »

    La Cour administrative d’appel de Bordeaux a repris les arguments du Conseil d’Etat en considérant qu’ « il appartient au directeur d’un établissement hospitalier de prendre toutes les mesures nécessaires au bon fonctionnement du service placé sous son autorité et au maintien de l’ordre dans les locaux de l’établissement « et que « le directeur a pu légalement, en se fondant sur la nécessité de garantir la sécurité des patients et le bon fonctionnement des services hospitaliers et eu égard à l’urgence à prévenir les troubles suscités par la présence de M. et, dès lors qu’il n’est pas allégué que le centre hospitalier aurait été en mesure d’y faire face par d’autres moyens, lui interdire à titre conservatoire l’accès de l’établissement. »

    2. La protection fonctionnelle statutaire des personnels.

    Elle est prévue à l’article 11 de la loi n° 83-634 du 13 juillet 1983. La Circulaire DHOS/P 1 n° 2000-609 du 15 décembre 2000 relative à la prévention et à l’accompagnement des situations de violence rappelle que: Les fonctionnaires et les agents publics non titulaires, bénéficient à l’occasion de leurs fonctions, d’une protection organisée par la collectivité publique dont ils dépendent. Cette protection fonctionnelle n’intervient que dans l’exercice ou à l’occasion de l’exercice des fonctions et revêt trois aspects dont: la protection contre les menaces et les violences de toute nature dont les agents peuvent être victimes et la réparation, le cas échéant, des préjudices qui en découlent .

    3. Une correctionnalisation systématique des atteintes au personnel de santé.

    La seule menace envers un agent ou ses proches est désormais un délit. Selon l’article 433-3 du Code pénal : est punie de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 EUR d’amende la menace de commettre un crime ou un délit contre les personnes ou les biens proférée à l’encontre d’un professionnel de santé, dans l’exercice de ses fonctions, lorsque la qualité de la victime est apparente ou connue de l’auteur. Ces dispositions sont également applicables en cas de menace proférée à l’encontre, et du fait de ces mêmes fonctions, du conjoint, des ascendants et des descendants en ligne directe de cette personne ou de toute autre personne vivant habituellement à son domicile. La peine est portée à cinq ans d’emprisonnement et 75 000 EUR d’amende lorsqu’il s’agit d’une menace de mort ou d’une menace d’atteinte aux biens dangereuse pour les personnes. Enfin, selon l’article 222-13 du Code pénal: les violences ayant entraîné une incapacité de travail inférieure ou égale à huit jours ou n’ayant entraîné aucune incapacité de travail sont punies de trois ans d’emprisonnement et de 45 000 € d’amende lorsqu’elles sont commises sur un professionnel de santé, dans l’exercice ou du fait de ses fonctions.
    L’établissement peut exiger l’identification des agents s’il remplit les siennes en matière de protection de ses agents.

    PANFILI Jean-Marc, cadre supérieur de santé en psychiatrie adulte, doctorant et chargé d’enseignement. Faculté de sciences juridiques et politiques, Université Toulouse 1 Capitole et Faculté de Médecine de Toulouse Rangueil.

  17. Li dit :

    Nouvellement embauchée au CHU de Rennes, ma blouse ne porte comme indication que ma profession (et je trouve ça très bien).
    Ca va être le cas pour tous les nouveaux employés du CHU.

  18. miloucperdue dit :

    J’ai travaillé 3 ans dans un service d’urgence, au début nos tenues étaient nominatives, les cadres nous fournissaient le marqueur pour effacer notre nom de famille et nous ont fait des badges avec notre prénom. Un DRH qui impose le port du badge avec le nom de famille, n’a vraiment pas conscience des risques et ce dans tous les services!

  19. Flavie dit :

    je suis aux urgences psychiatrique et aucun de nous avons nos nom ni prénom il ya a juste ecrit “infirmiere”

  20. Philippe dit :

    si le service est réellement “à risque” recourrez à l’utilisation de pseudos identifiés en internes et transparents par rapport à un recherche extérieur

  21. Circé dit :

    Dans mon service, en Psy, nous avons toujours refusé de les afficher!!! Nous ne mettions que le prénom!!! Sécurité oblige!!!

  22. Mathieu dit :

    Là où je travaille (umd) pas de nom de famille sur la tenue et on appelle les soignants uniquement par le prénom, ce qui devrait à mon avis être étendu aux services d’urgences et de psychiatrie…

  23. Lara dit :

    Ide en psy les patients chroniques connaissent nos noms les autres c’est selon la dangerosité….soit je ne mets pas de blouse ….soit j’en prends une anonyme .

  24. Lelouch dit :

    IDE en psy, on sait tous qu’afficher nos noms de famille est suicidaire.

  25. Casimir dit :

    apparemment c est au juge d apprécier et non l établissement si j ai bien compris?

  26. Val's dit :

    IDE aux urgences, nous n’avons que la fonction sur la tenue et c’est suffisant, car force est de constater que nous sommes de plus en plus victimes de l’agressivité des patients ainsi que de leurs familles… Donc si nous pouvons protéger les notres en restant anonymes, ça sera deja pas mal !!! Merci à notre DRH …

  27. Carine dit :

    ds notre CHU, nous avons des tenues nominatives , ils voulaient en plus que l’on ai des badges avec nos noms et prénoms . je n’ai jamais accepté ce qui n’a pas posé de problèmes avec ma cadre ! ok les patients ont le droit de savoir qui on est ms s’il y a souci ou litige ils sauront me trouver de tt façon ! avec toutes ces violences gratuites il est hors de question pour moi d’en afficher plus, mon nom est sur ma tenue certes en petit ms il n’y a pas 10 personnes qui ont le mm prénom ds un service ! il faut tj qu’on en donne plus ms on nous protège jamais de rien ! je préfèrerais mettre mon matricule que mon nom de famille !

  28. Carine dit :

    ds notre CHU, nous avons des tenues nominatives , ils voulaient en plus que l’on ai des badges avec nos noms et prénoms . je n’ai jamais accepté ce qui n’a pas posé de problèmes avec ma cadre ! ok les patients ont le droit de savoir qui on est ms s’il y a souci ou litige ils sauront me trouver de tt façon ! avec toutes ces violences gratuites il est hors de question pour moi d’en afficher plus, mon nom est sur ma tenue certes en petit ms il n’y a pas 10 personnes qui ont le mm prénom ds un service ! il faut tj qu’on en donne plus ms on nous protège jamais de rien ! je préfèrerais mettre mon matricule que mon nom de famille !

  29. Aline dit :

    Pour avoir exercé en milieu psychiatrique et carcéral, je n’ai jamais affiché mon nom de famille !

  30. Aline dit :

    Pour avoir exercé en milieu psychiatrique et carcéral, je n’ai jamais affiché mon nom de famille !

  31. Anonyme dit :

    Certains de ma promo ont été contacté via facebook par des patients suite à leur stage en psychiatrie. On se demandait justement si on pouvait cacher notre nom…

  32. Anonyme dit :

    Certains de ma promo ont été contacté via facebook par des patients suite à leur stage en psychiatrie. On se demandait justement si on pouvait cacher notre nom…

  33. Anonyme dit :

    Reste la différence d’appréciation de “sécurité des personnes” entre l’équipe et sa direction…

  34. Anonyme dit :

    Reste la différence d’appréciation de “sécurité des personnes” entre l’équipe et sa direction…

  35. Alexis dit :

    “L’absence de ces indications ne pourra être justifiée que par des motifs tirés de la « sécurité publique » ou de la « sécurité des personnes ».”

  36. Alexis dit :

    “L’absence de ces indications ne pourra être justifiée que par des motifs tirés de la « sécurité publique » ou de la « sécurité des personnes ».”

Réagir à cet article

retour haut de page
345 rq / 2,973 sec