Des services de chirurgie menacés de fermeture

Le ministère de la santé a annoncé dimanche 4 juillet sa volonté de fermer les services de chirurgie effectuant moins de 1500 actes par an.

Les décrets en ce sens devraient sortir d'ici la fin de l'été, et accorderaient, selon l'AFP, un sursis de 3 ans aux effectuant entre 1050 et 1500 actes chaque année.

Pour le ministère, ces décrets sont destinés à "garantir la sécurité des soins", plusieurs rapports et études ayant "fait un lien entre volume d'activité et sécurité des gestes pratiqués".

"Lorsque les médecins opèrent peu, le geste est moins sûr (...). Or dans certains cas, les blocs opératoires concernés fonctionnent à un rythme très ralenti avec moins d'un séjour dans le service par jour", a expliqué dans une interview au Journal du Dimanche , président de la fédération hospitalière de France, également vice président du groupe UMP à l'.

L'hebdomadaire a publié la liste des 54 établissements de soins concernés, liste non confirmée par le gouvernement. On retrouve notamment des hôpitaux clairement en danger avec moins de 600 interventions/an comme Nemours ou Ruffec, et d'autres juste sous la limite basse, comme St Jean de Maurienne ou Riom, qui devraient pouvoir s'associer avec d'autres centres.

Rédaction ActuSoins

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
246 rq / 1,890 sec