IBODE : statu quo sur les salaires et promesse sur la formation

Les représentants des IBODE et des étudiants (UNAIBODE, ALEIBO, SNIBO, AEEIBO) ont été reçus mardi au ministère de la santé pour trouver des solutions à la crise qui frappe les blocs opératoires. Des engagements ont été pris mais toutes les revendications n'ont pas été entendues, rapporte l'UNAIBODE dans un communiqué. 

IBODE : statu quo sur les salaires et promesse sur la formation

photo d'illustration (manifestation des infirmiers et infirmiers spécialisés, Nov 2016/Marseille). © M.S / ActuSoins.

Depuis le 23 septembre, les IBODE qui ont répondu à l'appel du SNIBO (Syndicat national des infirmiers de bloc opératoires) sont en grève "illimitée" dans les blocs opératoires, rappelle-t-on. 

Reçue mardi au ministère de la santé, une délégation des représentants des différentes organisations représentatives rapporte un avis mitigé.

Statu quo sur les salaires

"Le sujet des salaires - principale revendication des IBODE, ndlr - a été écouté sans pour autant de prises de décisions dans les faits. Le ministère considère ne pouvoir décider et agir seul sur cette revendication et précise en outre des problématiques budgétaires !", indique l'UNAIBODE. 

L'organisation rapporte que les représentants du ministère, "conscients de la plus value des IBODE et rappelant ainsi leur attachement à la spécialité" ont reconnu "ne pas connaître spécifiquement la grille salariale des IBODE et ignorer la problématique de la NBI", dont les IBODE sont les seuls à ne pas bénéficier.

"Les actes exclusifs qui libèrent du temps chirurgical doivent être valorisés par une prime spécifique et par la revalorisation des grilles salariales", estiment les organisations. 

Promesse sur la formation

Autre problématique soulevée par les quatre représentants de la spécialité : la réingénierie de la formation menant au DE IBO. 

"Trop souvent ignorée (volontairement ou involontairement) par le ministère, la réingénierie de la formation IBODE est une nécessité", estiment les organisations.

Le ministère s'est engagé à mettre en place, "dans les plus brefs délais", des groupes de travail portant sur la refonte de la formation par compétences, rapportent-elles. 

La promesse : un calendrier visant une rentrée 2020 avec les nouveaux programmes. 

Formation IBODE après le DEI

Les organisations souhaitent aussi une suppression de la durée minimale d'exercice de deux ans nécessaire à l'intégration de la formation menant au DE IBO. "Cette suppression des 2 années est une proposition également préconisée par le ministère", pointent-elles. 

Rédaction ActuSoins

Je m'abonne à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
227 rq / 1,689 sec