Ehpad : Une mission parlementaire préconise de doubler le nombre de soignants

Ehpad : Une mission parlementaire préconise de doubler le nombre de soignantsDans un rapport remis mercredi à la commission des affaires sociales de l'Assemblée Nationale, la mission parlementaire d'information sur les Ehpad préconise d'établir une norme minimale de personnels "au chevet" des résidents : 60 soignants en ETP (équivalents temps plein) pour 100 personnes âgées. 

Le rapport est tombé hier, alors qu'un  mouvement social des personnels des Ehpad, lancé par une intersyndicale de 10 organisations (et soutenue par l'Association des directeurs au services des personnes âgées, AD-PA) qui réclament de meilleures conditions de travail et davantage de professionnels, a débuté aujourd'hui. 

Ehpad : Doubler le ratio soignants/résidents

Concernant le ratio personnels/résidents à augmenter, les conclusions de la mission d'information menée par les députées Monique Iborra (LREM) et Caroline Fiat (FI), rejoignent  les revendications du mouvement de mobilisation. 

"Nos propositions sont issues de situations vues sur le terrain", a expliqué Monique Iborra lors de la remise du rapport à la Commission des Affaires sociales. Les députées se concentrent ainsi sur le personnel "au chevet" des personnes âgées, dont le ratio est aujourd'hui de 24,5 aides-soignants, aide médico-psychologique ou assistant de soins en gérontologie pour 100 résidents. Il est de 6 pour 100 personnes âgées, pour les infirmiers. Les députées préconisent de doubler le nombre de personnels soignants pour arriver à un ratio de 60 soignants pour 100 résidents. Cette norme d'encadrement devrait être mise en place, pour les députées, dans un délai de quatre ans maximum. Cela impliquerait le recrutement de 210 000 professionnels, et un effort financier de 8 à 10 milliards d'euros. 

"Une charge de travail de plus en plus lourde, des effectifs qui ne correspondent plus aux besoins - si toutefois ils ont déjà correspondu - et des difficultés, en plus, de recrutement et de personnels formés", voilà ce à quoi sont confrontés les Ehpad, a affirmé Monique Iborra. 

Lors des assises des Ehpad qui ont eu lieu en début de semaine, Agnès Buzyn avait écarté la proposition d'attribuer un taux d'encadrement d'un professionnel pour un résident, réclamé par les syndicats (une revendication qui rejoint les préconisations du rapport parlementaire puisque les syndicats incluent les agents non soignants dans leur demande). "Ce ratio n'a aucun fondement théorique ou scientifique et il ne peut être considéré comme une norme", a déclaré la ministre. 

Ehpad : Revaloriser le statut des aides-soignants

Le rapport insiste également  sur la nécessité d'actualiser les compétences des aides-soignants et de revaloriser leur statut, sans donner de chiffres précis. 

Autre piste : orienter en priorité les nouveaux contrats aidés et les jeunes en service civique vers les Ehpad. Ils pourraient occuper les postes d'animation pour "libérer du temps pour le personnel soignant".

Ehpad : Un médecin coordonateur qui puisse prescrire

Le rapport préconise également de renforcer le rôle du médecin coordonateur en Ehpad, en lui attribuant la possibilité de prescrire et "tout en augmentant son temps de présence en Ehpad". Cela éviterait de nombreux passages aux urgences des résidents, qui, faute de médecins généralistes disponibles, n'ont pas d'autres solutions. "Environ 60 % des passages aux urgences pourraient être évités si les maladies chroniques étaient correctement prises en charge en Ehpad », estime Monique Iborra. En outre, la mesure permettrait  de "renforcer la qualité et la réactivité de la prise en charge médicale ainsi que l'attractivité de la fonction".
Aujourd'hui, 30% des Ehpad n'ont pas de médecins coordonateurs. 

Ehpad : Changement de modèle et concertation nationale

Pour les députées, il faudrait aussi changer le modèle des Ehpad : différencier les unités qui accueillent des résidents atteints de la maladie d'Alzheimer des autres, revoir la gouvernance et le financement des structures, exporter les prestations à domicile, recevoir du public extérieur dans le cadre de consultations. 

Il faudrait parallèlement instaurer une consultation de prévention à domicile à 65 et  70 ans, comme au Danemark. Cette consultation serait destinée à "évaluer l'état de santé et la dépendance et à informer le bénéficiaire des aides disponibles" dans la perspective d'une entrée en Ehpad. 

D'une manière générale, il faudrait développer la télémédecine, ce qui confirme, pour les députées, la nécessité d'augmenter les effectifs. "Les soignants de l'Ehpad doivent préparer ce qui servira à la consultation, préparer le patient, l'accompagner à la consultation et l'assister à la consultation", expliquent-elles. 

Ce changement de modèle impliquerait de suspendre la réforme de la tarification des établissements et une dépense totale estimée à 20 milliards d'euros, doit 1 point de PIB. 

Les députées jugent nécessaire d'ouvrir un débat national à ce sujet."En tout état de cause, ce sera aux Français qu’il reviendra de trancher cette question fondamentale pour financer une dimension nouvelle de notre système de protection sociale", a déclaré Monique Iborra. 

M.S

Pour visionner l'audition et les conclusions de la mission d'information sur les Ehpad, c'est ICI . 

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

38 réponses pour “Ehpad : Une mission parlementaire préconise de doubler le nombre de soignants”

  1. Anonyme dit :

    C’est une blague ? Il aura fallu payer grassement une commission parlementaire pour apprendre celà ?
    On aurait fait des économies en écoutant Mme Michu aide soignante et Mme Machin infirmière… au moins cela ne nous aurait pas coûté un rond et on aurait 20 ans d’avance sur le diagnostic !
    Rassurez vous pour la retraite et les émoluments de vos parlementaires, c’est comme leurs conditions de travail, tout va bien pour eux c’est pas trop pénible.

  2. Anonyme dit :

    C’est le rapport de la mission parlementaire…combien de rapports terminent au fond d’un tiroir ? Il me semble que la ministre de la santé a dit qu’on peut faire mieux avec le personnel actuel alors ne nous faisons pas trop d’illusions…

  3. Anonyme dit :

    Nous sommes 4 IDE pour 130 résidents…… Chaud bouillant, heureusement qu’on aime notre boulot !!!!

  4. Anonyme dit :

    Ca fait 20 ans et plus que l’on denonce les EHPAD , ce sont des pompes à frics pour des grands groupes…et le gouvernement et dans les conseils d’administration. …!!!
    Chercher l.erreur

  5. Anonyme dit :

    Ben voyons. Et 4 infirmiers pour 86
    Et les infirmiers on ne les revalorise pas aussi…??!!! Pourquoi faire…

  6. Anonyme dit :

    Faut le faire et ne pas endormir le personnel soignant!

  7. Anonyme dit :

    Mais oui comment endormi la population bientôt on va nous dire tout va bien …. On traite mieux nos animaux en fin de vie que nos anciens …. Heureusement que certains professionnels de battent .

  8. Anonyme dit :

    Ce rapport a reçu une fin de non recevoir au ministère by Buzyn herself!

  9. Anonyme dit :

    PAROLES PAROLES CELA N’EST QUE LA POUDRE AU YEUX, IL FAUT ATTENDRE. JE PENSE QUE A LA VEILLE DES MANIFESTATIONS VOILA UNE ANNONCE MENSONGERE

  10. Anonyme dit :

    Si on arrive a obtenir même 45..se serai pas mal..

  11. Anonyme dit :

    Faudra voir sur le terrain à l avenir

  12. Anonyme dit :

    Plutôt pas mal “sur le papier” maintenant faut concrétiser !!!!!

  13. Anonyme dit :

    Finalement cette génération est constamment sollicitée mais n a pas le droit de finir leur vie dignement car les soins d hygiène et autres doivent etre effectués à la va-vite pour un prix exorbitant. Honte à nos gouvernements….

  14. Anonyme dit :

    Au moins tt ce qui ne va pas est pointé

  15. Anonyme dit :

    Le problème c est que l ARS compte 1 soignant pour 4 malades sauf qu il compte l ensemble des salariés!

  16. Anonyme dit :

    Je propose une mission citoyenne pour basculer la moitié des indemnités parlementaires et autres émoluments vers le financement du personnel supplémentaire en ehpad. Bizarrement je pense que nos élus ne seront pas d’ accord.

  17. Anonyme dit :

    On y croit.. et la.marmotte elle emballe le chocolat

  18. Anonyme dit :

    Encore et toujours des mensonges des politiques

  19. Anonyme dit :

    ah ben ça ça ne va pas plaire aux investisseurs privés qui se sucrent sur le dos de nos ainés

  20. Anonyme dit :

    Au moins ! Et là les soins seront un peu plus de qualité

  21. Anonyme dit :

    Fanny MaesJoséphine DuranelCharlotte Mary ce qui n’arrivera jamais

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
256 rq / 8,642 sec