Gestion des plaies exsudatives infectées avec les pansements absorbants bactériostatiques

L’infection d’une plaie se caractérise par un phénomène de prolifération bactérienne. Du fait du développement des germes au sein des exsudats, il est nécessaire de gérer leur absorption en utilisant des pansements à forte capacité d’absorption et à faible indice de relargage.

Plaies exsudatives infectées et pansements absorbants bactériostatiquesLa peau est l’interface qui sépare le milieu intérieur de l’environnement qui nous entoure. Son rôle est fondamental car il permet d’éviter le contact du milieu intérieur (stérile) avec l’environnement qui nous entoure (non stérile).

Parfois, des germes se développent au sein des plaies. Une interaction entre l’hôte, le germe et l’environnement va alors se créer, susceptible de modifier l’évolution de la cicatrisation.

Contamination, prolifération et infection

Toutes les plaies peuvent être contaminées par des micro-organismes mais le germe ne se multipliera pas, ni ne persistera, si les conditions nutritives et environnementales ne lui sont pas favorables ou s’il ne parvient pas à échapper aux défenses de l’hôte. A ce stade - défini comme celui de la contamination de la plaie -, sa présence n’est donc que temporaire et elle ne perturbera pas la cicatrisation de la plaie.

Celui de la prolifération bactérienne est atteint lorsque les germes prolifèrent et se divisent, mais ne provoquent pas de lésions tissulaires et n’altèrent pas le fonctionnement cellulaire physiologique de l’hôte.

Celui de l’infection est caractérisé lorsque la prolifération des germes dans les tissus de l’hôte provoque des lésions cellulaires et des réactions immunitaires symptomatiques de l’hôte, ce qui entraîne une interruption de la cicatrisation de la plaie.

Le processus de la prolifération bactérienne et l’infection

bacterieLa multiplication des germes sur une plaie se manifeste par l’augmentation de son nombre, c’est-à-dire par la multiplication suite à des divisions binaires (figure 1). Lorsqu’une cellule bactérienne est placée dans un milieu de culture favorable, elle va assurer ses biosynthèses, augmenter de taille puis se diviser, par fission binaire, en deux cellules « fille ».

Théoriquement, une bactérie, placée dans un milieu convenable, peut se multiplier indéfiniment, par fission binaire. La croissance se fait selon une progression géométrique : 1, 2, 4, 8, etc. ou 20, 21, 22, 23,… 2n (où n = nombre de générations). Il s’agit d’une croissance exponentielle.

Ce phénomène relève de la notion de cinétique de prolifération et le développement exponentiel des germes, mis dans un milieu favorable, se fait rapidement au détriment de l’hôte. Par conséquence, si ce développement est plus rapide que la réaction immunitaire, une colonisation de la plaie au profit de l’infection se produit.

Il s’en suit des réactions inflammatoires au sein de la plaie. Ces dernières se traduisent, entre autres, par la production massive d’exsudat.

Il existe donc un lien entre l’infection et l’exsudat. En effet pour se développer, les germes ont besoin d’évoluer dans un environnement chaud et humide.

Plaie infectée exsudative

Plaie infectée exsudative

Plaie infectée exsudative

Plaie infectée exsudative

 Reconnaître une plaie infectée

• érythème
• chaleur
• odeur nauséabonde
• augmentation de la température locale
• dégradation de la plaie
• retard de cicatrisation/élargissement du lit de plaie
• augmentation du volume de production d’exsudat.

 

 
La gestion des plaies infectées et les pansements absorbants

Pansement absorbant indice de relargage

Fonctionnement d’un pansement absorbant en fonction du Ka et du Kr Figure 2

Cette gestion est efficace si elle est portée par un travail d’équipe, par une collaboration étroite entre les équipes soignantes, les dispositifs médicaux et le patient.

 Étant donné l’importance de la cicatrisation en milieu humide (cf. ActuSoins n° 18, p. 12), l’une des clés de la cicatrisation est un subtil équilibre entre la plaie sèche et la plaie exsudative. Or une plaie infectée altère cet équilibre car la plaie évolue inexorablement vers des exsudats plus ou moins importants. Il est donc nécessaire de gérer efficacement l’absorption des exsudats, d’autant que les germes se situent au sein même de ces exsudats.
 

L’utilisation de pansements à forte capacité d’absorption - Ka élevé - (cf. ActuSoins n° 19, p. 16) permet ainsi une meilleure efficacité. Cependant une autre variable va optimiser considérablement cette recherche d’efficacité : l’indice de relargage (Kr).

Plaie infectée après utilisation d’un pansement absorbant avec un Ka élevé et un faible Kr après 24h de pause

Plaie infectée après utilisation d’un pansement absorbant avec un Ka élevé et un faible Kr après 24h de pause.

Un pansement bactériostatique a la capacité au travers de son faible indice de relargage - Kr faible - de garder les germes au sein de sa matrice (figure 2).

Ainsi, en utilisant des pansement à Ka élevé (forte absorption) et à faible Kr (faible indice de relargage), les germes seront maintenus au sein de la matrice du pansement et ne seront donc plus sur le lit de la plaie ni sur les berges.

Autre phénomène à prendre en compte : les germes ont une cinétique de multiplication temporelle, c’est-à-dire que la charge bactérienne augmente au fil du temps si les germes restent présents sur l’hôte.

Par conséquent, outre l’utilisation de pansement bactériostatique, une augmentation de la fréquence de changement du pansement par 24 h permet de casser cette cinétique multiplicative des bactéries, provoquant une diminution par unité de temps de la charge bactérienne.

Changer le pansement deux ou trois fois par jour, dans le cadre d’une plaie infectée, permet ainsi de casser la cinétique bactérienne et d’optimiser la cicatrisation.

Tableau sur la classification des pansements

Classement des pansements en fonction de la TENE


Philippe Viseux de Potter
,
PDG D’I-CICA Institut de la Cicatrisation,
Directeur d’Atousoins formation continue.

Cet article est initialement paru dans le n°26 (octobre 2017) d' ActuSoins Magazine. Actusoins magazine pour infirmier infirmière hospitalière et libérale

Pour recevoir ActuSoins chez vous, c'est ICI

Références

1. Kupper TS, Fuhlbrigge RC. Immune surveillance in the skin : mechanisms and clinical consequences. Nat Rev Immunol 2004 ; 4 : 211-22.
2. Ayton M. Wound care : wounds that won’t heal. Nurs Times 1985 ; 81(46) : suppl 6- 19.
3. Heinzelmann M, Scott M, Lam T. Factors predisposing to bacterial invasion and infection. Am J Surg 2002 ; 183(2) : 179-90.
4. Davis E. Education, microbiology and chronic wounds. J Wound Care 1998 ; 7(6) : 272-74.
5. Pozzilli P, Leslie RD. Infections and diabetes : mechanisms and prospects for prevention. Diabet Med 1994 ; 11(10): 935-41.
6. Kingsley A. A proactive approach to wound infection. Nurs Stand 2001 ; 15(30) : 50- 58.
7. Hunt TK. Surgical wound infections : an overview. Am J Med 1981 ; 70(3) : 712-18.
8. Fumal I, Braham C, Paquet P, et al. The beneficial toxicity of antimicrobials in leg ulcer healing impaired by a polymicrobial flora : a proof-of-concept study. Dermatology 2002 ; 204 (suppl 1) : 70-74.
9. Greif R, Akca O, Horn EP, Kurz A, Sessler DI. Supplemental perioperative oxygen to reduce the incidence of surgical wound infection. Outcomes Research Group. N Eng J Med 2000 ; 342(3): 161-67.
10. Jørgensen B, Price P, Andersen KE, et al. The silver-releasing foam dressing, Contreet Foam, promotes faster healing of critically colonised venous leg ulcers : a randomised, controlled trial. Int J Wounds 2005 ; 2(1) : 64-73.
11. Melling AC, Ali B, Scott EM, Leaper DJ. Effects of preoperative warming on the incidence of wound surgery after clean surgery : a randomised controlled trial. Lancet 2001 ; 358(9285): 876-80.
12. Casadevall A, Pirofski LA. Host-pathogen interactions : redefining the basic concepts of virulence and pathogenicity. Infect Immun 1999 ; 67(8) : 3703-13. Casadevall A, Pirofski LA. Host-pathogen interactions : basic concepts of microbial commensalism, colonization, infection, and disease. Infect Immun 2000 ; 68(12) : 6511-18
13. Wilson JW, Schurr MJ, LeBlanc CL, et al. Mechanisms of bacterial pathogenicity. Concepts of virulence and pathogenicity. Infect Immun 1999 ; 67(8): 3703-13. Postgrad Med J 2002 ; 78 : 216-24.
14. Van Delden C, Iglewski BH. Cell-to-cell signalling and Pseudomonas aeruginosa infections. Emerg Infect Dis 1998 ; 4(4) : 551-60.
15. Norme EN13726 chapitre 3.
16. Articles pour pansements (Titre Ier, chapitre 3, section 1 de la liste des Produits et prestations mentionnés à l’article L. 165-1 du code de la sécurité sociale).
17. Décret n° 2004-1419 du 23 décembre 2004 relatif à la prise en charge des produits et prestations mentionnés à l’article L. 165-1 du code de la sécurité sociale.
18. Arrêté du 12 juillet 2005 (au journal officiel du 28 juillet 2005).
19. Auto-saisine de la CEPP en date du 7 février 2007 concernant notamment les descriptions génériques articles pour pansements.
20. La Commission d’Evaluation des Produits et Prestations recommande de modifier les conditions d’inscription des articles pour pansements, conformément au projet de nomenclature.
21. Commission nationale d’évaluation des dispositifs médicaux et technologies de santé (CNEDiMTS) de la Haute Autorité de Santé (HAS). A la suite de ce rapport, la nomenclature des pansements remboursables a été modifiée (arrêté du 16 juillet 2010, paru au J.O. du 7 août 2010).

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

18 réponses pour “Gestion des plaies exsudatives infectées avec les pansements absorbants bactériostatiques”

  1. anonyme dit :

    Bonjour,

    Je me permets d’intervenir suite aux informations rapportées dans ce forum sur les alginates, notamment au fait que selon « l’Arrêté du 16 juillet 2010,…., les alginates ne sont reconnus que pour leur propriété hémostatique et rien d’autre ».
    Il est précisé au Paragraphe 3 (Pansements alginates) de la LPP prévue à l’article L165-1 du code de la Sécurité Sociale, en lien avec l’Arrêté du 16 juillet 2010, et distingué que :
    1. « les pansements alginates sont des pansements composés de plus de 50 % d’alginates, associés ou non à de la carboxyméthylcellulose (CMC). La prise en charge est assurée en traitement séquentiel, pour les plaies chroniques en phase de détersion et les plaies très exsudatives. »

    2. « ALGOSTERIL, pansement d’alginate de calcium pur, BROTHIER. La prise en charge est assurée, en traitement séquentiel, pour les plaies chroniques en phase de détersion et pour les plaies très exsudatives.
    Elle est également assurée pour le traitement des plaies hémorragiques. ».

    Algostéril a par ailleurs démontré son efficacité dans les plaies exsudatives, infectées ou non, via de nombreuses études cliniques multicentriques. En témoigne notamment une étude prospective à laquelle j’ai participée, menée par 53 investigateurs indépendants chez 381 patients porteurs de plaies cavitaires traitées avec Algostéril.
    Infirmière référente Plaies & cicatrisation au sein de l’AP-HP et présidente de l’AFET, j’utilise depuis de nombreuses années les alginates en particulier Algostéril, du fait de ses indications tant dans les plaies profondes/chirurgicales que dans les plaies infectées, et je peux témoigner de son efficacité dans ce domaine.

    Cordialement,
    Danièle CHAUMIER

    • i-cica dit :

      Bonjour,

      Tout d’abord merci pour vos observations.

      Je vous rejoins en partie sur ce que vous dites. Effectivement les alginates ont leurs utilités, d’ailleurs tous les pansements ont leurs utilités. Je suis profondément convaincu qu’il n’existe pas de mauvais pansement mais qu’il existe des mésusages.

      Pour aller dans la complémentarité de vos observations, j’ai très longuement étudié les pansements (étude portant sur 20 301 plaies exsudatives et sur 7 ans).Ceci m’a permis de découvrir que les pansements ont un coefficient d’absorption initialement développé par la norme EN13726.

      Je suis allé plus loin dans l’analyse et je me suis intéressé aux exsudats et plus précisément à la quantité d’exsudat absorbé par les pansements absorbant. Les résultats m’ont conduit aux résultats suivant :
      – Les pansements ne se comportent pas tous de façon identique face aux exsudats et particulièrement les Alginates
      – J’ai défini le coefficient de relargage ( quantité d’exsudat qui ressort du pansement soumis à un pression par Kg de poids /cm2 de pansement / 24h de temps pose) et là les résultats ouvrent de nouvelles voies quant à l’optimisation des pansements particulièrement les alginates qui ont un indice de relargage de 95% (ils relarguent énormément les exsudats lorsqu’ils sont soumis à une pression). Ce qui est normal car ce sont des pansements drainant et non absorbant. (le drainage fonctionnant par capillarité)
      – Puis mes études m’ont conduit à la cinétique d’absorption des pansements ainsi qu’à la cinétique exsudative de la plaie. Les résultats sont tout aussi spectaculaires.

      La finalité de mes études me permet de définir une nouvelle approche dans l’utilisation des pansements et me permet de démontrer que tous les pansements (toutes marques confondues) sont COMPLEMENTAIRES.

      Pour conclure si nous voulons optimiser la cicatrisation physiologique en lien avec l’utilisation des pansement absorbant ou drainant, il convient plus de raisonner sur la quantité d’exsudat produit par la plaie que de raisonner sur le type de plaie (dans le prolongement des travaux de Dr Winter).

      Tous les mois nous publions sur notre site le descriptif d’un pansement suivant nos études vous pouvez y accéder en vous abonnant à notre new letter sur http://www.i-cica.net

      Encore merci pour cet échange

      Excellente journée

      Philippe Viseux de Potter

  2. Anonyme dit :

    Marie Bazin Marine Gerbeaux si vous voulez jeter un coup d’oeil 😉

  3. Anonyme dit :

    Marion Rusel Amély Lépine Emeline Lcr Cassandre Biass’ Biassadila Geoffrey Guérin plutôt intéressant pour nos pansements

  4. Anonyme dit :

    Effectivement tous les alginates ne sont pas hémostatiques…

  5. Anonyme dit :

    Bonsoir,
    Il me semble que toutes les alginates ne sont pas hemostatiques. Sur l’embage de l’urgosorb la notice precise qu’elle ne peut être utilisé comme meche hemostatique. J’avais comme notion que seul l’algosteril l’est… Demain je me repenche sur la question.
    Bonne nuit

  6. Anonyme dit :

    La nouvelle recommandation c’est aquacel extra. Algosteril n’est en realite normalement utilisé comme hemostatique. Aquacel est bacteriostatique antirelargage du fait de sa transformation en gel

    • Anonyme dit :

      c’est compliqué quand tu parles kom mm hein

    • ActuSoins dit :

      Bonjour Votre remarque est très pertinente.

      Le tableau classe les pansements absorbants. Les alginates sont des pansements non pas absorbants mais drainants avec comme propriété essentiellement hémostatique. Effectivement ils possède un coefficient d’absorption Ka élevé ( 40g/100cm2/30mn ) mais ils possèdent un indice de relargage Kr très élevé 0,95 ( pour 100 gramme d’exsudat absorbé il en relargue 95g par kg de poids et par cm2 )

      Par conséquent les pansements alginates sont les plus relarguant et n’ont aucune propriété bactériostatique.

      De plus d’apres Arrêté du 16 juillet 2010 relatif à la modification de la procédure d’inscription et des conditions de prise en charge des articles pour pansements inscrits à la section 1, chapitre 3, titre Ier, de la liste prévue à l’article L. 165-1 (LPP) du code de la sécurité sociale les alginates ne sont reconnus que pour leur propriété hémostatique et rien d’autre.

      Excellente journée

      Ph Viseux de Potter d’i-Cica institut de la cicatrisation

      • anonyme dit :

        Bonjour,

        Je me permets d’intervenir suite aux informations rapportées dans ce forum sur les alginates, notamment au fait que selon « l’Arrêté du 16 juillet 2010,…., les alginates ne sont reconnus que pour leur propriété hémostatique et rien d’autre ».
        Il est précisé au Paragraphe 3 (Pansements alginates) de la LPP prévue à l’article L165-1 du code de la Sécurité Sociale, en lien avec l’Arrêté du 16 juillet 2010, et distingué que :
        1. « les pansements alginates sont des pansements composés de plus de 50 % d’alginates, associés ou non à de la carboxyméthylcellulose (CMC). La prise en charge est assurée en traitement séquentiel, pour les plaies chroniques en phase de détersion et les plaies très exsudatives. »

        2. « ALGOSTERIL, pansement d’alginate de calcium pur, BROTHIER. La prise en charge est assurée, en traitement séquentiel, pour les plaies chroniques en phase de détersion et pour les plaies très exsudatives.
        Elle est également assurée pour le traitement des plaies hémorragiques. ».

        Algostéril a par ailleurs démontré son efficacité dans les plaies exsudatives, infectées ou non, via de nombreuses études cliniques multicentriques. En témoigne notamment une étude prospective à laquelle j’ai participée, menée par 53 investigateurs indépendants chez 381 patients porteurs de plaies cavitaires traitées avec Algostéril.
        Infirmière référente Plaies & cicatrisation au sein de l’AP-HP et présidente de l’AFET, j’utilise depuis de nombreuses années les alginates en particulier Algostéril, du fait de ses indications tant dans les plaies profondes/chirurgicales que dans les plaies infectées, et je peux témoigner de son efficacité dans ce domaine.

        Cordialement,
        Danièle CHAUMIER

    • Anonyme dit :

      C’est ce qui s’appelle de l’expertise ! Félicitations

  7. Anonyme dit :

    Dans le tableau présenté où sont classé les Alginates qui ont un haut pouvoir absorbant bactéricide et bactériostatique en plus d’être hémostatiques?

    • i-cica dit :

      Bonjour Votre remarque est très pertinente.

      Le tableau classe les pansements absorbants. Les alginates sont des pansements non pas absorbants mais drainants avec comme propriété essentiellement hémostatique. Effectivement ils possède un coefficient d’absorption Ka élevé ( 40g/100cm2/30mn ) mais ils possèdent un indice de relargage Kr très élevé 0,95 ( pour 100 gramme d’exsudat absorbé il en relargue 95g par kg de poids et par cm2 )

      Par conséquent les pansements alginates sont les plus relarguant et n’ont aucune propriété bactériostatique.

      De plus d’apres Arrêté du 16 juillet 2010 relatif à la modification de la procédure d’inscription et des conditions de prise en charge des articles pour pansements inscrits à la section 1, chapitre 3, titre Ier, de la liste prévue à l’article L. 165-1 (LPP) du code de la sécurité sociale les alginates ne sont reconnus que pour leur propriété hémostatique et rien d’autre.

      Excellente journée

      Ph Viseux de Potter d’i-Cica institut de la cicatrisation

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
252 rq / 2,051 sec