La vaccination par les pharmaciens : un sujet brûlant de discorde

Une pleine page dans le quotidien Le Monde, signée de l'ONI, pour défendre les compétences infirmières en matière de vaccination. Trois syndicats, la FNI, CI et l’ONSIL, qui claquent la porte du CNPS (Centre National des Professions de Santé) pour dénoncer les clivages professionnels et l'absence de dynamique interprofessionnelle et même d'échange "entre professions doctorantes et auxiliaires médicaux". Pour la profession infirmière, l'initiative parlementaire dans le cadre du vote du PLFSS destinée à autoriser les pharmaciens à vacciner, est la goutte d'eau de trop.

La vaccination par les pharmaciens : un sujet brûlant de discorde pour les infirmiers libéraux

Le Monde daté du 27 octobre 2016

"Depuis plusieurs années, régulièrement, l’Ordre écrit à la Ministre, à ses services, à la Caisse nationale d’assurance maladie pour demander qu’on reconnaisse le rôle majeur des infirmiers, qu’on élargisse le champ de la vaccination infirmière, qu’on rémunère correctement nos actes. En vain. Et la seule réponse apportée est que l’on veut permettre aux pharmaciens de vacciner… Nos compétences, notre rôle sont méconnus", s'offusque le conseil national de l'Ordre des infirmiers, qui vient de publier une lettre ouverte à Marisol Touraine dans Le Monde (voir le texte ci-dessous)

"L’Ordre a décidé que la voix des infirmières et des infirmiers devait se faire entendre, donc être portée directement via le quotidien le plus lu dans les cercles du pouvoir", explique Karim Mameri, secrétaire général de l'ONI.

Alors que la "vaccination est un acte infirmier par excellence", "depuis 2008, le Gouvernement cantonne le rôle des infirmiers à la seule vaccination antigrippale et seulement pour les personnes âgées de plus de 65 ans ou atteintes de certaines pathologies chroniques", rappelle l'ONI, dans cette lettre ouverte ouverte.

"Pourquoi se priver du rôle majeur que peut jouer dans l’amélioration de la couverture vaccinale la profession de santé la plus nombreuse (600000 professionnels dont 100 000 infirmiers libéraux se rendant quotidiennement au domicile des patients...)", questionne-t-il, estimant qu"on oublie ou on méconnait nos compétences et notre rôle".

Trois syndicats infirmiers quittent le CNPS

Pour les trois syndicats représentant les infirmiers libéraux au CNPS, "la rupture est consommée". Ils dénoncent "les clivages professionnels qui y règnent et qui compromettent toute véritable dynamique interprofessionnelle et intersyndicale".

Deux évènement ont mis le feu au poudre : tout d'abord,"la constitution récente et surprenante du « collectif santé 2017 » (...) Composée des ténors du CNPS (CSMF, SML, FSPF, LEM) cette plateforme s’est donnée pour objectif de porter les sujets santé « d’une seule voix » sur le terrain de la campagne présidentielle en écartant, sans concertation préalable, les infirmières libérales au profit de la FNEHAD, ramenant de fait ces dernières au rang de prestataires au service de l’HAD", écrivent les trois syndicats.

Le manque de concertation sur la vaccination est venue se surajouter : "comment comprendre, que le fait d’étendre les prérogatives des pharmaciens à la vaccination ne soit pas abordé et débattu au CNPS lorsqu'en revanche, la simple évocation des pratiques avancées infirmières dans la loi Touraine, suscite un tollé des médecins évoquant le retour des officiers de santé", demandent la FNI, CI et l'ONSIL.

"Plus grave, les infirmières libérales se trouvent associées à des positions qui vont à l’encontre de leurs intérêts. Comme dans le cas de l’HAD, mais pas seulement", expliquent-ils.

"Au moment où la loi Touraine,  (...) induit des clivages évidents entre les professions médicales, les pharmaciens et les auxiliaires médicaux, on attendait du CNPS qu’il favorise le dialogue et la collaboration interprofessionnelle pour exercer un contre pouvoir face aux velléités d'étatisation de la médecine de ville sur fond d'hospitalo centrisme. Force est de constater aujourd'hui que le CNPS s'est gravement écarté de ses fondamentaux", estiment-ils, en expliquant leur geste de rupture.

La FNI, CI et l’ONSIL sont convaincus "que les professions non médicales ont tout intérêt à se regrouper dans un collectif interprofessionnel autour de valeurs communes". L'objectif est donc de fonder une nouvelle organisation dont la première action serait de "demander une modification du livre 3 du code de la santé publique afin de remplacer les mots « auxiliaires médicaux » par « praticiens de santé »".

Une action, certes symbolique, mais qui montre à quel point la profession qui a décidé de s'unir pour manifester le 8 novembre réclame une reconnaissance de son rôle et de ses compétences. 

Cyrienne Clerc

 

Lettre ouverte parue dans Le Monde daté du 27 octobre

Madame la Ministre des affaires sociales et de la santé,

La couverture vaccinale marque dangereusement le pas dans notre pays. Tout le monde en convient. Ainsi, lors de la campagne 2015-2016 contre la grippe, seulement 48% des assurés à risque se sont fait vacciner alors que l’OMS préconise une couverture de 75%.

Les pouvoirs publics et les professionnels de santé que nous sommes s’en émeuvent à juste titre et recherchent des solutions. Comment atteindre et convaincre ces millions de citoyens qui se détournent de la vaccination par ignorance voire par défiance ?

Nous vous demandons d’écouter ce que les infirmières et infirmiers de notre pays ont à vous dire.

Appuyez-vous sur nous. Nos compétences et notre expertise en matière de vaccination ne sont pas à démontrer. Ne cherchons pas des solutions de circonstances mais construisons une grande stratégie vaccinale en prenant appui sur les personnes compétentes !

Notre sentiment est qu’avec l’habitude de la présence rassurante et professionnelle des infirmières et infirmiers dans nos hôpitaux, nos cliniques, nos écoles, nos entreprises, au domicile, on oublie ou on méconnait nos compétences et notre rôle.

Oui, la vaccination est un acte infirmier par excellence ! Notre formation et notre cadre légal d’exercice nous placent en première ligne dans ce domaine aux côtés des médecins et des sages-femmes. Toute infirmière ou infirmier y est parfaitement formé tant en théorie qu’en pratique.

A cet égard, le législateur en 2008, n’avait-il pas décidé de nous ouvrir le droit de pratiquer la vaccination hors prescription médicale ?

Pourtant depuis 2008, le Gouvernement cantonne le rôle des infirmiers à la seule vaccination antigrippale et seulement pour les personnes âgées de plus de 65 ans ou atteintes de certaines pathologies chroniques. Ainsi, par exemple, nous ne pouvons vacciner l’entourage de la personne âgée alors que la santé publique l’exigerait. Et pourquoi ne pas élargir notre rôle à d’autres vaccins à l’instar des sages-femmes ?

Malgré les demandes répétées de l’Ordre national des infirmiers, cet appel à l’élargissement de la couverture vaccinale dans notre pays n’a pas été entendu jusqu’alors. Un simple décret suffirait pourtant.

Pourquoi se priver du rôle majeur que peut jouer dans l’amélioration de la couverture vaccinale la profession de santé la plus nombreuse (600000 professionnels dont 100 000 infirmiers libéraux se rendant quotidiennement au domicile des patients dans l’ensemble des territoires) ?

Nous, infirmières et infirmiers, attendons de vous, Madame la Ministre, la reconnaissance de nos compétences et leur utilisation afin de servir au mieux la santé de nos concitoyens.

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

111 réponses pour “La vaccination par les pharmaciens : un sujet brûlant de discorde”

  1. Ôu sont les economies qd une injection infirmiere est à 3,15 ? Les pharmaciens seront donc payés encore moins ? MON OEIL !!!!
    Pour les had, faites comme nous, refusez les soins !!

  2. Sansebastien dit :

    Bonjour,
    Je pense que dans ces conditions rien ne nous empêche de fournir au patients dont nous avons la charge, l’ensemble des fournitures nécessaires à nos soins, sur la base de ce qu’il nous est autorisé de prescrire au décours d’une prescription médicale.
    Quant à l’argument qui consiste à croire que la couverture vaccinale va augmenter car la population ne se vaccinerait plus fait des difficultés d’accès chez le médecin, cela témoigne de la rupture qu’il existe entre nos élites dirigeantes (de ”droite” comme de ”gauche”) et la population générale.

  3. emma32 dit :

    He ! Ho ! Madame MST ? On oublie pas un petit détail là ? Les infirmières libérales prennent en charge des patients, qui, bien que dépendants, bien que malades, sont tout de même capables de se rendre ou de se faire amener à la pharmacie. Or, ces patients bénéficient de “séances de soins infirmiers”, facturés en AIS. 3 AIS équivalent à 1/2 heure de soins infirmiers où tout es compris dans le forfait : soins d’hygiène, injections, surveillance des constantes, pansements simples, distribution et préparation des médicaments etc… etc… Et bien sûr le vaccin contre la grippe ! Or, que je sache, dans la nomenclature il est bien stipulé que le cumul entre AiS et AMI (les actes techniques) et formellement interdit. En d’autres termes, on ne peut pas facturer un vaccin anti-grippe à un patient qui bénéficie d’une prise en charge en AIS. Donc, si mon brave patient, trainant sa prothèse de hanche, se rend à la pharmacie pour récupérer son vaccin et que son non moins brave pharmacien lui propose de le vacciner en moins de deux, tandis que l’infirmière vient de passer une demi-heure à le laver, le surveiller, panser ses plaies et vérifier son traitement, qu’en sera-t’il de l’interdiction de ce fameux cumul ? Pfffftttt… Parti en fumée ? A moins que la CPAM refuse de payer l’un des deux (l’infirmier ou le pharmacien) sous prétexte de cumul non autorisé ? Hein, MST ? Lequel des deux ? Ce serait un comble que cela soit l’infirmier… Mais il ne faut plus s’étonner de rien….

  4. Moi j vais deja remettre une lumiere dans la descente de la clinique qui est cassee depuis 6 ans… ca evitera qu on se casse la gueule toutes les 5 minutes..

  5. Et oui une fois de plus les infirmières se font berner après les soins de nursing par les auxiliaires de vie voir des soins plus technique Voila les vaccins par les pharmaciens bientôt on fera le ménage chez nos patients et ds les pharmacies lol !!!on ne sait pas se défendre on laisse notre métier mourir

  6. Sans commentaire gouvernement de tarés ils font n’importe quoi …!!!

  7. Et si nous infirmière on vendaient des médicaments ….

  8. Et les infirmières vont elles vendre des médicaments ????

  9. Damien Caré dit :

    Pourquoi pas les vétérinaires??? Eux n’auront même pas besoin de formation supplémentaire…

  10. Je ne comprends pas pourquoi il n’ont pas confié ça aux postiers, comme le permis de conduire.

    Sur ce, je file chez le buraliste acheter ma viande, faire le plein de la voiture à la boulangerie et poster mon courrier chez l’épicier.

  11. De plus,les pharmaciens ne disposent pas de salle de soins ,imposée aux idel

  12. Ian Solofo dit :

    “respect des règles d’hygiène et d’asesptie qu’on nous apprend à l’ifsi ?”

  13. Dav LF dit :

    Ah enfin! Il était temps de se révolter.

    Bon malheureusement pour nous, on a pas choisi la bonne date de la manifestation. Le 8 novembre c’est le jour des élections des États Unis.

    Je pense que les médias parlerons plus de Trump que de notre manifestation.

    Alors pourquoi ne pas faire comme les policiers?

    Si tous les soirs on était dans la rue, cela permettrait de se faire entendre.

  14. Que va t-on pouvoir faire nous infirmières libérales peut être que certains pourront faire les prises de sang aussi….

  15. Je crois savoir que beaucoup de pharmaciens s’opposent à cette aberration. Allons nous vendre des médicaments dans le futur? Non . Chacun son métier . Nous avons reçu une formation pour les soins et ceci assure une bonne qualité des soins et un bon suivi.

  16. Les pharmaciens sont-ils formés à l’injection avec aseptie ? ont ils un local dédié ?…. Bah m’en moque !!!! Suis dégoutée de ces politiques de merde !

  17. Je crois savoir que les pharmaciens n’ont aucune formation pour faire les piqûres… Souvenirs douloureux des vaccins faits par papa !!!

  18. Un acte médical et infirmier. … rien à voir ac les pharmaciens!

  19. Je suis sidérée que le conseil de l’ordre/infirmiers (ères) n’ait pas mieux défendu cette cause. C’est vraiment mais vraiment nul.

  20. Mais c’est pour faire des ECONOMIES ils ont dit !
    Bin oui, dans leur logique, grâce à cette loi, + de personnes se feront vacciner (mouais..)
    En revanche, payer les pharmaciens (qui ne se déplacent pas) 10€ pour faire un SOIN quand les IDEL sont payés entre 3 et 6€, j’appelle pas ça faire des économies !
    (À mon avis, un proche de celui qui a pondu cette lois vient juste d’être diplômé de la fac de pharma et avait besoin d’argent de poche avant Noël !)
    #etsionsinventaitdutravail ?!

  21. Comment acheter les pharmaciens …l’an dernier les pharmaciens étaient descendu ds la rue… Mis à part leur faire miroiter et vendre du rêve avec là possibilité de vacciner les gens …….

    Ces politiciens sont de vrai crevard…
    Foutons un bordel monstre le 8 et peut être que la on arrêtera de ns prendre pour des bons à rien..

    Les pharmaciens ont rien demandé ne l’oublions pas et ne pas
    Leur en tenir rigueur … C’est notre MST la fautive ne nous trompons Pas d’adversaire …

    Y’aurait’il un terrain d’entente avec les pharmacie ( collab, astreinte) je ne sais PS mais c’est le 8 qui faudra râler pas sur la page d’actusoin de Professionel de santé en colère ou ds son petit coin…. Ça sera je pense bien plus productif …

  22. Jean Secchi dit :

    Si notre reconnaissance est dans le vaccin grippe…cest vraiment niveler par le bas

  23. Les pharmaciens ne sont pas des infirmiers . Ils ne sont pas formés pour faire des injections . Quelle débilité !

  24. A quand les soins d’hygiène aux patients???? Voir les actes techniques infirmiers puisque nous sommes dans le «glissement»….

  25. À quoi servent les infirmier(e)s alors ???

    • A faire des soins d hygiene, mettre des perfs, faire des anti-coagulznts , des intra musculaires, des pansements, des soins post op, des sondages urinaires, des poses sondes gastriques, des accompagnements en fin de vie, de la relation d aide, des aérosols, des prises de constantes, de l éducation thérapeutique, de la surveillance médicamenteuse, élaboration des piluliers , de la surveillance des risques thrombo emboliques, des prises de sang, prévention escarre , accompagner les familles…et j en passe.

    • Pascalita Vaissierès je sais à quoi servent les infirmières puisque je le suis. C’est juste pour dire à quoi on sert si on laisse faire nos actes par d’autres .

  26. Encore un combat mené avec brio par l’ordre infirmier

  27. Personnellement, il est hors de question de me faire vacciner par quelqu’un d’autre qu’une infirmière.
    Chacun sa formation, ses compétences, donc son boulot.
    Chaque patient est devant ses responsabilités et devra se poser la question de savoir s’il a envie qu’un jour quelqu’un fasse, à sa place, son travail.
    Cette histoire est une porte ouverte à n’importe quoi.
    Les pharmaciens devraient également refuser de pratiquer un acte médical qui n’est pas de leur compétence. Sinon, demain, il ne faudra pas qu’ils viennent se plaindre que les médicaments soient en vente dans les supermarchés…

  28. non mais bientôt tu seras opéré par le menuisier du coin si c’est ortho et par le charcutier du coin si c’est viscéral !!!! ON REVE, bonjour la reconnaissance des compétences dans chaque corps de métier et surtout de celui de soignant.

  29. Maria Munoz dit :

    Pas sur que la majorité des pharmaciens vaccine…..à suivre….savent ils piquer ?

  30. Ils font déjà dans la cosmétique, parfumerie, ils vont faire quoi après,??? Vétérinaires ??? Dentistes ???

  31. Et bien demandons au gouvernement l’autorisation de vendre en notre nom les médicaments en libre service dans les pharmacies!!!!ils prennent notre boulot, prenons le leur !!!!

  32. Ingrid PB dit :

    Tous a Paris le 8 novembre!!! Ce n’est plus possible!!!!

  33. Et savez vous combien ils seront rémunérés . C est plus un ami dans ce cas ???

  34. Surtout qu’il y aura forcément des glissements de tâches et LÈS préparateurs se retrouveront à vacciner… Apres pourquoi s’arrêter là… les hbpm… LÈS injections d’insuline.. bizarrement l’ONi si prompt à nous réclamer nos cotisations ne bronche pas…

  35. Ce sont juste les labos qui veulent vendre plus de vaccins !
    Les députés ont cédé à la pression des lobbys… rien n’est issu d’une étude précise, juste une façon de faire de l’argent !!!
    Ce n’est aucunement une demande des pharmaciens !
    Juste des hommes d’affaires et des politiques qui mettent leur nez dans la santé une fois de plus !
    Une fois de trop !!!!
    Ne tombons pas dans leur piège, les pharmaciens sont aussi contraints et victimes que nous … diviser pour mieux régner…
    Nous devons nous unir en tant qu’acteur de santé publique, tous ensemble contre leur connerie de rentabiliser la santé !!!
    L’humain n’est pas une matière première, nous devons le faire comprendre aux associations de malfaiteurs: labo pharmaceutique / politique qui pensent millions et milliards d’euros quand nous pensons 2 AMI 1 !

  36. Du grand n’importe importe quoi !!! J suis dégoûtée

  37. Encore une loi qui a été faite par des technocrates qui ne connaissent rien….

  38. Mais de quoi je me mêle ils vont Dônc rién d’autres à foutre ces politiciens !!!!!!

  39. Emilie Guis
    Emmanuelle Fabre
    Aline Lambert
    Celine Schultz
    Odile Berger
    Severine Besson
    Vanessa Bartoli
    Isabelle Jatareu-conte
    Isabelle Ruffato
    Mony Benefice
    Pierrette Kaiser
    Fabienne Lama-meyer

  40. Les pharmaciens ne souhaitent absolument pas cette loi !! Encore une débilité inventée par des politiques qui n’y comprennent rien. Signé : un pharmacien

  41. Mais qu’est ce qu’il se passe bon dieu c’est quoi cette haine envers les infs????!!!!!

  42. Les pharmaciens suivraient une formation. Certains sont pour d’autres non

  43. Prochaine étape: les vaccins par les facteurs …

  44. Pendant que les pharmaciens vaccinent les infirmiers vendront des médicaments à la sauvette ou ça se passe comment?

  45. c’est le monde a l’envers les pharmacien le disent eux meme ya les infirmiere pour ce job!

  46. Lo Ly dit :

    ils ont qu’à faire tout notre boulot aussi tant qu’on y est !

  47. Oui mais c’est des “docteurs”. Retour en 1850

  48. ils ne sont pas soignants mais commerçants avec un devoir de conseil que la moitie ne savent pas faire

    • Commerçant?!
      Tu crois vraiment qu’ils ont les mêmes études qu’un mec qui vend des Nike chez intersport?

    • pas les memes etudes certes mais commerçants tout de meme…et j’ai eu affaire a des pharmaciens qui te donnent de medocs sans rien dire et sans voir que la posologie n’est pas bonne… et quand tu y retournes et qu’ils te disent “oh oui c’est trop dosé pour qielqu’un de votre age..” je precise qu’il s’agit de medicaments pour la tension donc pas anodins… et d’une pharmacie a l’autre les prix des medocs du simple au double parce qu’ils viennent d’etre derembourses… un peu d’abus non… en tout cas ce ne sont pas des soignants et les infirmiere ont fait 3 ans d’etudes et en poste a l’hopital elles font parfois le boot des docs… et je sais de quoi je parle. alors laissons le travail aux personnes qui savent et tout ira bie..

  49. aujourd hui les médecins prescrivent et les infirmières éxècutent dans les millieuxs hospitaliers

    • emma32 dit :

      He ! Ho ! Madame MST ? On oublie pas un petit détail là ? Les infirmières libérales prennent en charge des patients, qui, bien que dépendants, bien que malades, sont tout de même capables de se rendre ou de se faire amener à la pharmacie. Or, ces patients bénéficient de “séances de soins infirmiers”, facturés en AIS. 3 AIS équivalent à 1/2 heure de soins infirmiers où tout es compris dans le forfait : soins d’hygiène, injections, surveillance des constantes, pansements simples, distribution et préparation des médicaments etc… etc… Et bien sûr le vaccin contre la grippe ! Or, que je sache, dans la nomenclature il est bien stipulé que le cumul entre AiS et AMI (les actes techniques) et formellement interdit. En d’autres termes, on ne peut pas facturer un vaccin anti-grippe à un patient qui bénéficie d’une prise en charge en AIS. Donc, si mon brave patient, trainant sa prothèse de hanche, se rend à la pharmacie pour récupérer son vaccin et son non moins brave patient lui propose de le vacciner en moins de deux, tandis que l’infirmière vient de passer une demi-heure à le laver, le surveiller, panser ses plaies et vérifier son traitement, qu’en sera-t’il de l’interdiction de ce fameux cumul ? Pfffftttt… Parti en fumée ? A moins que la CPAM refuse de payer l’un des deux (l’infirmier ou le pharmacien) sous prétexte de cumul non autorisé ? Hein, MST ? Lequel des deux ? Ce serait un comble que cela soit l’infirmier… Mais il ne faut plus s’étonner de rien….

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
326 rq / 2,685 sec