Affaire Benyettou, des questions (et quelques réponses) sur la profession d’infirmier.

La formation en soins infirmiers, dans un IFSI de l’AP/HP, de Farid Benyettou, ancien mentor des frères Kouachi, condamné en 2008 à six ans de prison pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste, émeut la profession et pose de nombreuses questions. 

Affaire Benyettou, des questions (et quelques réponses) sur la profession d'infirmierPeut on être entrer en Ifsi avec un ?

Nous avons contacté deux directrices d'IFSI (institut de formation en Soins Infirmier) dans le sud ouest. Leur réponse est très nette : non le casier ne fait pas partie du "référentiel de formation" à fournir lors de l'entrée d'un étudiant. Du moment qu'il a son concours, personne ne peut donc s'opposer à l'entrée d'un élève en IFSI.

Cependant une des deux directrices continue à le demander "par habitude et puis parce que certains lieux de stage comme les hôpitaux militaires ou certaines entreprises (ndlr la Société Nationale des Poudre et Explosif par exemple) le demande pour accueillir des étudiants en stage, donc nous le demandons à tout le monde en début de scolarité". La seconde, n'ayant pas de lieu de stage qui l'exigent, ne le demande pas "nous ne sommes pas force de police, ce n'est pas à nous de décider qui peut ou non entrer à l'école sinon on pourrait nous accuser d'appliquer des lois à géométrie variable!". Cependant elles reconnaissent aujourd’hui toutes les deux "qu'il y a une faille dans le système" et que certaines questions sont à se poser.

Peut-on travailler comme infirmier avec un casier judiciaire ?

Plusieurs articles du code de procédure pénale (776) et du code de la santé publique ( L 792) stipulent que l’établissement publics et les ordres professionnels peuvent demander l'accès au bulletin n°2 du casier judiciaire d'une personne.

Cependant, un employeur privé ne peut pas exiger le casier judiciaire d'un candidat, même si de certains établissements privés et les sociétés d’intérim paramédical demandent le bulletin n°3. Le seul référentiel pour un employeur privé quant à la "moralité" de son futur employé infirmier est donc son inscription à l'ordre. Contactés par nos soins, deux représentants régionaux de l'ordre mentionnent que "c'est l'occasion de rappeler que l'inscription à l'ordre est obligatoire, notamment pour régler ce genre de questions. Sans inscription à l'ordre l'employeur n'a aucune garantie sur le passé et sur la moralité de l'infirmier qu'il vient d'embaucher". Ils précisent aussi que "nous vérifions vraiment les casiers et certains infirmiers on déjà été entendus suite à des condamnations pour délit routier plus ou moins grave ».

La profession infirmière est elle un métier comme un autre?

Martin Hirsch, président de l'AP/HP (Assistance Publique/ Hôpitaux de Paris) et Véronique Marin la Meslée, directrice de l'Institut de formation en soins infirmiers qui forme Farid , dans l'interview qu'ils ont accordé à ActuSoins, assument pleinement leur choix de former quelqu'un condamné par le passé: " les lois de la République prévoient que des personnes qui ont été jugées, ont effectué leurs peines, puissent se réinsérer, se réhabiliter".

Cependant ils s'empressent de préciser aussi qu'ils distinguent "les modalités d'entrée en IFSI et celles nécessaires pour être recruté dans la fonction publique hospitalière. Il savait très certainement en entrant qu'il ne pourrait ensuite prétendre à travailler dans un hôpital".

La direction de l'AP HP précise enfin qu’"une condamnation portée sur le casier judiciaire interdit d'être recruté sur un emploi public, mais sans interdire de passer le diplôme, qui peut être valorisé dans d'autres lieux d'exercice que les établissements publics". Martin Hirsch enfin élargi le débat "Doit-on interdire l'entrée en IFSI dès lors qu'un casier judiciaire n'est pas vierge, même s'il s'agit de faits passés et qui peuvent être mineurs ?".

C’est ce positionnement qui étonne la profession toute entière : comment prôner l'intégration des personnes avec un casier, tout en refusant ensuite de lui proposer un poste dans son propre établissement. La réinsertion serait donc la tâche des entreprises privées ?

Et les autres lieux d’exercice vers lesquels M. Hirsch renvoie donc les infirmiers avec casier sont nombreux : cliniques Ehpad... Les infirmiers scolaires sont dans les écoles ou dans les centres de loisirs, les infirmiers de santé au travail sont dans toutes les entreprises y compris dans les aéroports, dans les banques, dans les centre commerciaux etc... Et les infirmiers libéraux sont seuls, quotidiennement au chevet de patients fragiles. Par définition un infirmier est au contact de personnes affaiblies et il sait manipuler des produits plus ou moins dangereux. Quelqu'un condamné par le passé pour des faits graves a-t-il alors tout à fait sa place dans cette profession?

Au delà de ce cas particulier, ce sont donc plusieurs questions qui se posent : même si la directrice n'avait pas de raison officielle pour refuser cet élève, pourquoi former quelqu'un quand on sait qu'il ne pourra probablement pas exercer son métier en France ? Le droit à la réinsertion doit-il donner l'accès à tous les métiers quels qu’ils soient ? Enfin, plus précisément, infirmier est-il tout à fait un métier comme un autre, propre à accueillir quelqu'un quel que soit son passé ?

Olivier Blanchard

Le casier judiciaire est un relevé des condamnations pénales regroupées au Casier judiciaire national du ministère de la Justice à Nantes. Ces informations sont communiquées, sur demande, sous forme d'extraits appelés bulletins :

- le bulletin 1 contient l’ensemble des condamnations (remis seulement à l’autorité judiciaire)

- le bulletin 2, la plupart des condamnations (remis à certaines autorités administratives dont la fonction publique hospitalière

- le bulletin 3, les condamnations pour crimes et délits, remis à l’intéressé lui-même

 

L'ordre réagit.

Deux communiqués viennent de nous parvenir. Un de l'Ordre national qui estime que la profession infirmière « n'est pas un métier comme un autre » et un autre de l'Ordre de Paris qui explique qu’il n'était pas informé de la formation de cet élève.

Il se dit "choqué par la légèreté et l’irresponsabilité de ceux qui ont fermé les yeux depuis 2012, laissant cet étudiant effectuer ses stages dans les établissements hospitaliers, en mettant ainsi un ancien prédicateur djihadiste en contact avec des personnes en état de faiblesse physique et morale" et " scandalisé des propos de l’AP-HP qui précise qu’une fois diplômé, il n’aurait pas été embauché dans le public, mais qu’il pouvait aller dans le privé. Le patient doit rester au cœur de nos préoccupations, qu’il soit soigné dans le public, le privé ou le libéral".

Le CDOI parisien « demande que l’on rétablisse la demande de casier judiciaire pour l’admission au concours d’entrée en Ifsi. Cette simplification administrative est une bombe à retardement et permettrait à ces étudiants de ne pas être confrontés à des difficultés de recrutement une fois diplômés."

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

15 réponses pour “Affaire Benyettou, des questions (et quelques réponses) sur la profession d’infirmier.”

  1. Motarde de DIJON dit :

    Je suis consterné par les réactions hostiles à l’égard de cet étudiant infirmier. La plupart de ceux qui s’expriment ici manquent d’empathie à l’égard d’un étudiant au passé sulfureux mais qui apparemment pris ses distances avec sa vie d’avant. Certains mêmes prétendent qu’il pourrait en tant qu’infirmier, venir à l’hôpital pour y commettre un attentat. Ce ne sont là que des suppositions, des supputations, stupides ! Car si un désaxé voulait commettre un attentat dans un l’hôpital le diplôme d’Etat d’infirmier ne lui serait pas indispensable.

    Un patient, un visiteur, un ambulancier ou je ne sais qui pourrait commettre un acte malveillant dans un hôpital. Faudra t-il demander un extrait de casier judiciaire au moindre quidam pénétrant dans un hosto ???

    • Sarah Connor dit :

      Pris ses distances ??? HAha il ya quelques jours un de ses collègues de promo a été interviewé et a révélé qu’une fois le diplome en poche il allait en Syrie MDR !!!!
      Un mec qui connait au mieux les modes transmission de maladies très graves, a accès aux dossiers patients de personnes sûrement haut-placé, sait comment s’organise un plan de secours avec un passé de djihadiste, franchement, avez-vous bien réfléchi ???
      Vous savez ce qu’on dit, pour mieux exploser un système, il faut le faire de l’intérieur …
      Le temps me donnera raison vous verrez ce que je dis !!!

      • cath dit :

        Votre jugement est si catégorique et votre certitude si bien établie que que le doute n’a plus de place.. Heureuse collègue, parfaitement sûre que cet élève est à condamner car elle a entendu une interview défavorable et qu’elle a tout compris..
        Pour ce qui est du mode de transmission des maladies infectieuses, pas besoin d’être infirmier pour les connaître, il faut surtout pouvoir acheter les souches pathogènes.

  2. Y a un autre cas à l’IFSI de Cayenne, le mec est connu pour des faits de violence et aujourd’hui on découvre qu’il encense les islamistes……ça promet !!!

  3. Nadia Caron dit :

    je suis entierement d’accord que ce personnage ne doit pas excercer notre beau métier, mais ceci dit il n’y a pas besoin d’etre un terroriste pour etre une IDE dangeureuse pour les patients!!!

  4. cath dit :

    Un lien sur ce personnage complexe :
    http://tempsreel.nouvelobs.com/charlie-hebdo/20150113.OBS9861/farid-benyettou-l-ancien-mentor-de-cherif-kouachi-condamne-l-attentat.html

    Il lui sera peut-être possible d’exercer en France s’il est diplômé car les employeurs (public ou privé) ne demandent pas majoritairement d’extrait de casier judiciaire. Idem pour les pays d’Europe, c’est selon (pour la Suisse c’est niet)

  5. Little_asa dit :

    Au delà de ce cas particulier, ce sont donc plusieurs questions qui se posent : même si la directrice n’avait pas de raison officielle pour refuser cet élève, pourquoi former quelqu’un quand on sait qu’il ne pourra probablement pas exercer son métier en France ?

    ===================

    Pour me faire l’avocat du diable: parce que maintenant le DE Infirmier est européen, qu’il peut donc aller exercer dans un pays de l’UE de son choix?

  6. 316114271 dit :

    Arrêtons de se voiler la face et de minimiser un fait grave!!!!
    Comment un homme condamné en 2008 à 6 ans de prison ferme pour terrorisme peut finir des études début 2015????
    C’est anormal et n’ayons pas peur de refuser des individus dangereux pour notre état et notre profession.
    Nous n’allons pas croire aux miracles du changement de comportement!!!!
    Les utopies sont terminées et le monde des bisounours n’existe pas!!!!
    C’est individu n’est pas et ne sera jamais un collègue et nous sommes très nombreux à refuser qu’il soit diplômé d’état!!!!

    • cath dit :

      Benyettou a été condamné pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste et a condamné les précédents attentats. Il ne se cachait pas d’être islamiste et était apprécié de ses collègues. Je n’en sais pas plus et ne me sens pas autorisée à le juger; je crois bien sûr que le comportement d’un jeune homme n’est pas définitivement fixé pour toute sa vie. Je vous laisse à vos bisounours et autres utopies, essayons d’être dans le réel et non dans l’émotionnel..

  7. cath dit :

    Certains établissements publics ou privés demandent un extrait de casier judiciaire, d’autres non, du moins si j’en crois mon expérience. J’ai beaucoup apprécié l’article de la FNESI sur ce sujet et ne me sens aucun droit de juger Benyettou, alors que l’ESI de Guyane récemment interpellé qui a fait l’apologie du terrorisme me paraît d’emblée condamnable.
    Ca ne vous choque pas que le chir (Dr Rossignol) qui dégommait les vessies saines en publiant ses excellents résultats de suite d’exérèse de cancers de la vessie exerce toujours ? Attendons avant de juger nos collègues, surtout après des évènements aussi lourds émotionnellement.

    • Little_asa dit :

      C’est vrai que, sans mettre les 2 cas sur une même échelle, l’histoire de cet ESI m’interpelle. Il est connu pour “son passé de violence”, et on le laisse prodiguer des soins à des personnes vulnérables? Y a pas une incohérence quelque part?…

      • cath dit :

        Je ne sais pas si on lui reproche des faits de violence, il me semble sans bien connaître le cas qu’il avait surtout de très mauvaises relations à qui il prêchait ce qui ressemble plus à de l’islamisme qu’à l’islam. Après condamnation, il a manifestement choisi d’être infirmier et était globalement apprécié, ce qui signifie qu’il s’investissait vraiment dans la profession.
        Voilà c’est tout, ce n’est pas suffisant pour lapider, chers collègues..

  8. Je leur souhaite d être soigné un jour par ce fou moi j ai pas envie de mettre ma vie dans les mains d un mec comme ça

  9. Lucia Dupuis dit :

    comme souvent ce n’est la faute de personne. Je continue de penser qu’il est aberrant d’autoriser un individu condamné a de la prison a intégrer ce type de formation. Il faut des limites, il y a d’autres emplois, moins exposé, pour se réintégrer dans la société. Il en va aussi de la responsabilité des formateurs pour faire une sélection et assurer la sécurité des patients par la suite. J’espère que ça fera bouger les choses

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
227 rq / 1,765 sec