FHP : pour le retour aux 40 heures

Lamine Gharbi, président de la Fédération de l’hospitalisation privée (FHP), a fait un réquisitoire en faveur du rétablissement de la durée légale de travail à 40 heures par semaine, lors d’une audition devant les députés dans le cadre de la Commission d'enquête relative à l'impact sociétal, social, économique et financier de la réduction progressive du , le 27 novembre.

Lamine Gharbi, président de la FHP, lors de l'audition à l'Assemblée Nationale, le 27 novembre.

Capture d'écran
Lamine Gharbi, président de la FHP, lors de l'audition à l'Assemblée Nationale, le 27 novembre.

« Du MEDEF à la FHF (Fédération hospitalière de France, représentant les hôpitaux publics), on demande de reposer la question des 35 heures », a insisté le porte-parole national des cliniques.

Le président de la FHP a expliqué les difficultés auxquelles sont confrontées les cliniques depuis la mise en place des , l'impossibilité de travailler sur un rythme de sept heures pour assurer l'activité "avec des pics et des creux" sur 24 heures, effectuer les transmissions.

Il note une forte "contradiction entre réglementation de la durée du travail et la continuité des soins", a affirmé le président de la FHP qui ne trouve "aucune grâce aux 35 heures".

S'y ajoutent, les difficultés de recrutement, la nécessité de jongler avec des intérimaires, a-t-il affirmé. "C'est un casse-tête chinois", au niveau de l'organisation, a insisté Elisabeth Tomé-Gertheinrichs, déléguée générale de la FHP.

Actuellement, a rappelé Lamine Gharbi, seulement 4 % du personnel des cliniques privées travaillent 35 heures par semaine. 3 % bénéficient de jours de RTT. L’immense majorité des salariés du secteur (93 %) travaille dans un cadre pluri-hebdomadaire, avec des cycles variables d’une semaine à l’autre, ne alternance entre des périodes courtes et longues.

Deux scénarios pour la FHP

Premier scénario proposé par le président de la FHP : "permettre une durée légale du travail effectif entre 35 et 40 heures, pouvant varier entre ces deux durées afin de s'adapter à un volume d'activité fluctuant". Entre 35 et 40 heures, il n'y aurait pas de rémunération des heures supplémentaires, a -t-il évoqué, mais "ces heures ne seraient pas soumises à cotisations sociales salariales", pour compenser.

Deuxième scénario, nettement privilégié par Lamine Gharbi : rétablir la durée légale à 40 heures.

Le retour aux 40 heures présenterait plusieurs avantages pour les cliniques, a assuré Lamine Gharbi. Il permettrait de « dynamiser le dialogue social », de « conforter la qualité des soins », et de « réduire les situations de précarité », en réintégrant dans les équipes les professionnels actuellement sous CDD ou en intérim.

Rappelons que le président de la FHF, auditionné en septembre par cette même commission, avait réclamé des assouplissements, tout en se défendant d’exiger le retour des 39 heures.

Cyrienne Clerc

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

24 réponses pour “FHP : pour le retour aux 40 heures”

  1. infirmier masque dit :

    https://www.facebook.com/lesinfirmieres.encolere

    Lesinfirmières Encolère

    Communiqué de Presse – Lesinfirmières Encolère – Loi Macron

    Monsieur le Premier ministre : oui, les infirmières aussi travaillent un week end sur deux, voire deux week end sur trois !!!

    alors que les politiciens et le patronat se chamaillent depuis des semaines sur l’opportunité de donner, aux français, la permission de travailler 5 à 12 week end par an,
    Lesinfirmières Encolère rappellent aux politiques et au patronat qui l’auraient déjà oublié que les infirmières et les aides soignantes travaillent – au minimum – 1 week end sur 2, la nuit et les jours fériés et que la pénibilité liée à cette obligation de soins n’est pas prise en compte dans les divers calculs menant à la retraite,
    Lesinfirmières Encolère rappellent aux politiques et au patronat que les primes versées aux infirmières et aux aides soignantes pour ce travail du dimanche, de nuit et des jours fériés sont dérisoires et non pas été revalorisées depuis de nombreuses années, au même titre que la rémunération de base bloquée depuis 2010 (pas pour tout le monde !),
    Lesinfirmières Encolère rappellent aux politiques et au patronat qui, eux, n’ont pas de problèmes de fin de mois, que pour aller faire les magasins le week end, il faut avoir de l’argent à dépenser,

    Lesinfirmières Encolère appellent donc les infirmières et les aides soignantes à manifester leurs revendications d’une rémunération – plus juste – liée aux contraintes de l’obligation de soins 24/7 en envoyant un mail à l’Elysée afin de rappeler aux politiques et au premier d’entre eux que les infirmières et les aides soignantes sont aussi des électrices devant les urnes, citoyennes et contribuables oubliées et méprisées par les employeurs du public et et privé !

  2. infirmier masque dit :

    Les employeurs publics et privés sont confrontés à la crise et aux déficits. Ils cherchent toujours plus de profits en économisant sur les frais de personnels. Sauf que les soins sont avant tout humains et pas automatisés.

  3. ide54_78 dit :

    il a des difficultés de recutement ?
    il n’a qu’à payer les professionnels correctement !
    les inf veulent bosser, pas être utiliser comme esclave !

  4. Kittycat Mel dit :

    moi je veux bien parce que réfléchissez deux secondes… chez moi perso, on les fait facilement dans la semaine ! on nous demande de faire en 35h autant voire plus qu’avant. Je rajoute que je suis payées 35h alors que je fais 152h par mois ce qui fait 38h semaine au final (officieusement) pour être payée au lance boulette au final. Donc oui moi je suis pour !

  5. eusebe dit :

    Et ce n’est pas fini : il y a les salaires, les retraites, le code du travail, etc…

  6. moutarde dit :

    Formation initiale de pharmacien saupoudrée de diplômes de commerce/économie/gestion.
    Président d’un groupement d’établissements hospitaliers privés où peut-être que les personnels voient la vie en rose ?

  7. Pascale Gras dit :

    Ah !….ses bureaucrates en cravate….!!!

  8. Sylvie Leroy dit :

    Il nest pas que président duFHP il est aussi directeur de plusieurs clinique et considère: la santé comme une entreprise pouvant faire des benefices….ah il est fort encore sur les salariés et les patients âgés. ?.estcela?

  9. Sylvie Leroy dit :

    Bien sur et lui on va lui demander de diminuer son salaire,,, esclavage ce n’est pas en france…déjà que nous sommes mal payé. Ah il me plait lui

  10. geve156 dit :

    ce bon messieur; roi de son bureau, que connait- il des soins et des soignants: rien
    pour les directeurs d’etablissement, il ont une tellement mauvaise coinnaissance des soins que l’ehesp a mis en place un stage immersion de 15 jours dans un service de soin.
    alors son couplet sur les 35 heures c’est de la fumisterie libérale.Ce sont les meme qui decide de passer de une ide pour 14 lits a 1 pour 16 lits alors que deux etudes montre que cela augment le nombres de deces de 7%.
    mr le directeur vos décisions ont un impact severe su rla qualité des soins. Le bazar n’est pas du aux 35heures, cela se saurait, je sais a quoi il est du mais je vais rester déontologique…….

  11. Vraiment c’est personnes qui soit disant pense pour nous devraient arrêter de penser. Je ne sais pas d’où il sort ces arguments, mais dans notre groupe hospitalier on arrive à travailler et à tourner correctement. Ces métiers liés à la vie hospitalière, nécessite de déjà sacrifier une partie de nos vies de famille, personnelles… Vraiment c’est désolant.

  12. Sylvie Thé dit :

    on travaillais déjà en petite et grande semaine en étant aux 39 h !

  13. eusebe dit :

    “Il permettrait de « dynamiser le dialogue social », de « conforter la qualité des soins »…” : c’est de l’humour ?

  14. encore des bureaucrates qui ont rien compris… on durci un peu plus les conditions de travail … deja 35h en sous effectifs constant et avec de plus en plus de paperasse et de dependance c est deja dure alors 40h je dis c est la porte ouverte au burn out et surtout a des derives maltraitantes!!!!! ce serait bien d avoir quelqu un du terrain qui prenne de tels decisions!!!!

  15. Ils ont cas venir déjà faire les 35 h et après on en reparle!

  16. On peut aussi mettre un boulet au pied une tenue rayée et bosser bénévolement 24/24

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
261 rq / 1,694 sec