Des réseaux sociaux spécialisés pour les infirmiers et professionnels de santé

Des spécialisés s’adressent aujourd’hui aux professionnels de santé. Leurs arguments-phares pour s’imposer dans les habitudes de ces professions : la protection du et le besoin de collaboration. Ils veulent afficher une fiabilité plus grande que sur les généralistes.

réseaux sociaux spécialisés pour les infirmiers et professionnels de santé

©Communiti

Ils sont une bonne poignée à faire émerger depuis environ 6 ans le marché des réseaux sociaux des professionnels de santé.

Une étude de 2012 (commanditée, justement, par un éditeur de réseaux spécialisé Crezeo/SanteConnect) est formelle : un professionnel de santé sur deux se connecte aux réseaux dans le cadre de son travail.

Les récalcitrants, non connectés, évoquent en premier lieu la question de la confidentialité pas toujours respectée sur les réseaux dits « généralistes » (Facebook, Twitter, Vidéo ou LinkedIn).

Il n’en fallait pas plus pour confirmer un besoin et des opportunités. Univadis, TalentPharmacie, Docatus, et autre ReseauInfirmier offrent ainsi l’entre-soi, garant du secret professionnel. Certains sont réservés à une seule profession, d’autres à plusieurs.

Comuniti, réseau petit frère d’Univadis, lancé en 2014 par le laboratoire MSD-Merck, a pris le parti de faire se rencontrer tous les métiers de la santé. Ne s’y inscrit pas qui veut : seuls ceux qui présentent un numéro RPPS, une attestation de stage ou d’emploi dans un hôpital (pour les étudiants et les internes), un numéro de carte professionnelle (pour les infirmières libérales) sont admis.

Pour Thibaud Guymard, responsable des services digitaux au sein de MSD-Merck, l’époque est à la multidisciplinarité, ce à quoi peuvent contribuer les réseaux spécialisés. « De manière générale, dans ces professions, nous constatons que les différents métiers de la santé sont de plus en plus amenés à s’organiser entre eux, notamment autour du parcours de santé », assure-t-il.

Mélange des genres et protection des données

Reste encore à convaincre les internautes, surtout les plus méfiants d’entre eux, de la fiabilité du réseau. L’équipe de Comuniti comprend ainsi un community manager, chargé à temps plein de faire vivre la communauté d’utilisateurs et de veiller au respect de la charte.

Outre la diffamation et l’injure qui sont interdits, comme dans toute publication, les publicités « sauvages » sont surveillées. Ainsi, il y est également interdit d’évoquer, dans des échanges publics, des noms de médicaments.

Autre point d’achoppement : l’utilisation des données. Car derrières ces réseaux s’affichent, plus ou moins ouvertement, des « partenaires », des entreprises privées du secteur (laboratoires, magazines spécialisés, organismes professionnels, cabinets de recrutement, etc). Ainsi, la "charte partenaires" de Docatus limite les contacts de ces derniers avec les utilisateurs : les partenaires ont interdiction d'accéder aux discussions entre les internautes, aux informations nominatives des usagers ou de communiquer directement avec eux.

Pour Comuniti, propriété du laboratoire MSD-Merck, le mélange des genres pourrait être douteux. « Nous ne faisons aucun usage commercial de nos données », jure pourtant Thibaud Guymard. De même, les commerciaux de Comuniti envoyés auprès des professionnels de santé pour en faire la promotion ne seraient pas des visiteurs médicaux. Et d’ajouter : « les seules données que nous collectons sont des données d’usage du réseau pour comprendre l’utilisation qui en est faite et pour améliorer notre service. Ce ne sont que des données agrégées [à mettre en opposition aux données individuelles, NDLR] »

L’ultime fuite de données reste le piratage, difficile à contrecarrer, ici comme ailleurs. La charte de confidentialité de Réseau-Infirmier stipule ainsi qu’ « il n’y a aucune garantie que les informations ne seront pas accessibles, divulguées, modifiées ou détruites du fait d’une faille de nos sauvegardes de gestion technique ou physique ». La prudence dans l’échange de données confidentielles, comme partout ailleurs sur le web, reste donc de mise.

Ariane Puccini
Publié dans ActuSoins n°16

Des réseaux entre professionnels : https://www.comuniti.fr/, www.docatus.com/, http://reseau-infirmier.com/

A lire ou relire : Incontrôlables… mais incontournables réseaux sociaux : y compris pour les infirmières !

caducees_gratuit_infirmiere

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
232 rq / 1,576 sec