Parcoursup infirmier : après une campagne 2023 singulière, un tournant d’attractivité en 2024

La filière infirmière a encore attiré de nombreuses candidatures pendant la campagne de recrutement des Ifsi via Parcoursup en 2023, mais une part plus importante de candidats apparait moins motivée que les années précédentes.  Pour attirer plus d'étudiants vraiment intéressés, la plateforme évoluera en 2024.

Parcoursup : après une campagne 2023 singulière, un tournant d'attractivité en 2024

© New Africa / Shutterstock

La campagne 2023 de recrutement des étudiants en IFSI via Parcoursup à peine terminée, la préparation de la campagne 2024 a commencé.

Il s'agit de tirer des enseignements pour améliorer l'attractivité de la formation infirmière et les rouages d'acceptation des vœux par les instituts et les candidats.

L'année 2023 a été un cru particulier pour le recrutement dans les IFSI, souligne Isabelle Bayle, vice-présidente du Comité d'entente des formations infirmières et cadres (Cefiec). « Les réponses des candidats ont été plus tardives que les années précédentes », précise-t-elle. Une part de candidats plus importante qu'auparavant a attendu d'avoir été refusée sur ses autres vœux avant de valider son acceptation en IFSI, ce qui peut laisser penser que la filière n'attire plus autant qu'auparavant.

Parcoursup infirmier 2024 : Plus de candidats en attente

Le sujet dépasse largement les problématiques liées à la plateforme Parcoursup mais pour la vice-présidente du Cefiec, « c'est la première année qu'on sent aussi fort » la baisse d'attractivité de la formation infirmière, qui touche déjà d'autres pays européens.

Les lauréats d'un bac général, notamment, ont été plus nombreux que d'habitude à mettre leur vœux « en attente », ajoute Isabelle Bayle, « ce qui a bloqué des places pour d'autres. À 15 jours voire une semaine de la rentrée, des instituts attendaient toujours que certains envoient leur dossier et il y a eu énormément de mouvements deux à trois semaines après la rentrée ».

En revanche, les lauréats d'un bac professionnel comme le bac « accompagnement, soins et services à la personne » (ASSP) ou d'un bac technique comme le bac « sciences et technologies de la santé et du social » (ST2S) ont eu tendance à valider plus rapidement l'acceptation de leur vœu d'Ifsi.

Le groupe de travail qui planche au niveau gouvernemental sur le recrutement des ESI via la plateforme nationale a déjà envisagé plusieurs évolutions concernant le recrutement des ESI, dont plusieurs sont déjà en chantier.

Sur le plan technique, pour éviter les « embouteillages » de dernière minute à l'entrée des instituts, les IFSI pourront recourir dès l'ouverture de la plateforme et non plus en cours de campagne, à deux procédures d'appel des candidats : le surbooking et l'appel en bloc.

Elles permettent, selon des modalités différentes, d'« appeler » un plus grand nombre de candidats que le nombre de places disponibles (en partant du principe qu'une partie s'orientera vers un autre établissement ou une autre filière) et ainsi de « capter » un plus grand nombre de candidats vraiment intéressés, puisque les premiers qui répondent sont les plus motivés.

Parcoursup infirmier 2024 : Cap sur la motivation

D'autres évolutions de Parcourssup en 2024 visent à attirer davantage de jeunes motivés. « Pour aider les candidats à découvrir s'ils ont une véritable appétence pour exercer ce métier, un auto-questionnaire leur sera proposé » tôt dans le processus, indique Isabelle Bayle. Il aura vocation à clarifier le métier et à renvoyer vers des ressources informatives, mais il ne sera pas pris en compte dans l'évaluation des candidatures.

Certains éléments du processus de recrutement en IFSI sur Parcrousup seront déplacés pour être plus visibles et accessibles aux candidats, comme les dates des portes ouvertes des IFSI ou les moyens de contacter les ESI « ambassadeurs ».

Les critères sur lesquels se base l'évaluation des dossiers des candidats seront aussi plus visibles pour qu'ils prennent conscience qu'il faut renseigner la lettre motivée mais aussi les activités et les centres d'intérêts.

Des webinaires seront également proposés au niveau national aux jeunes intéressés par la filière infirmière : un moment d'échange pour poser des questions sur le métier mais aussi sur le dossier pour Parcoursup. Dans ce dossier, d'ailleurs, la taille de la lettre motivée, qui a déjà été modifiée, sera fixée en 2024 à 4500 caractères maximum, indique la vice-présidente du Cefiec.

De l'autre « côté » de la plateforme, les référents de groupements (des directrices et directeurs d'Ifsi) qui organisent les étapes du recrutement par bassin universitaire, pour plusieurs IFSI, seront accompagnés afin de faire face aux potentielles difficultés et leur fonction sera valorisée. Un accompagnement sera aussi mis en place pour les formateurs qui participent à l'évaluation des candidatures afin d'harmoniser le mode de traitement des dossiers.

Géraldine Langlois

Je m'abonne gratuitement à la newsletter

Abonnez-vous au magazine Actusoins pour 14€90/an

Entrée en IFSI via ParcourSup : un think tank souhaite « rétablir la vérité »

Les études infirmières à l’heure de Parcoursup

Les études infirmières à l’heure de Parcoursup

Parcoursup pour l’entrée en IFSI : les débuts de la plateforme

Parcoursup : les études en soins infirmiers en tête des choix des futurs bacheliers

Parcoursup : première rentrée pour les ESI (Etudiants en Soins Infirmiers)

Modalités d’inscription des étudiants en soins infirmiers après Parcoursup : ça se précise

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

1 réponse pour “Parcoursup infirmier : après une campagne 2023 singulière, un tournant d’attractivité en 2024”

  1. Luci2 dit :

    Je m’interroge sur le choix de l’appellation étudiants ou études « en soins infirmiers » (ESI).
    A titre d’exemple, on ne parle pas d’etudes en soins de kinésithérapie et encore moins d’études en soins médicaux… Je pense que cette mention a surtout pour effet de déprécier la profession infirmière, les « soins infirmiers » regroupant tout le champ de l’aide aux malades par des professionnels moins voire pas qualifiés.
    On peut remarquer que deux groupes ont été créés, l’un autour des médecins, l’autre autour des infirmières. De ce fait la profession infirmière reste apparentée aux plus humbles et sans grade. Son expertise, ses capacités d’encadrement sont ignorées puisqu’elle fait simplement partie des exécutants…
    Sans revendications d’une place honorable dans la hiérarchie, en correspondance avec son rôle et ses responsabilités, la profession creusera encore l’écart avec les autres qui s’est déjà bien constitué.
    Je me désole de voir régresser la profession à laquelle j’ai été fière d’appartenir alors que le monde de la santé réclame leurs compétences.
    Merci de votre attention,
    Bien cordialement.

Réagir à cet article

retour haut de page
389 rq / 3,667 sec