La grande erreur stratégique de l’Ordre Infirmier

Qu'on s'en réjouisse ou qu'on le regrette, si la proposition de loi du député UMP Yves Bur, soutenue par Roselyne Bachelot est adoptée en l'état, l' sera vidé de sa substance.

La grande erreur stratégique de l'Ordre InfirmierLe soutien de Roselyne Bachelot à cette proposition de loi n'est pas une manifestation de mauvaise humeur, mais une posture politique parfaitement calculée en fonction du rapport de force des infirmiers vis à vis de leur instance ordinale. Car un fait demeure, cruellement factuel: plus de 85 % des infirmiers ne se sont pas inscrits à l'ordre et n'ont pas cotisés. L'argument des fichiers ADELI obsolètes n'explique rien: Depuis plusieurs mois, tout qui souhaite adhérer peut le faire facilement en téléchargeant le dossier d'inscription.

Parmi ces 85% combien sont profondément hostiles à l'existence d'un ordre, pour des raisons philosophiques ou sociales? Une minorité. Organisée, communicante, certes, mais une minorité tout de même.  Combien refusent de payer 75 euros? La grande majorité.

Dès le début, l'Ordre a souhaité "se donner les moyens de son indépendance et de ses actions", en choisissant de fonctionner avec un budget de 37 millions d'euros. L'argument d'une cotisation unique était dicté par une "impossibilité de moduler la cotisation". Un amendement à la loi HPST a intégré cette possibilité. Arguant au début que cette disposition n'était pas rétroactive, l'ONI a peu de temps après considéré le contraire et diminué la cotisation de moitié pour les nouveaux diplômés. Trop tard, trop peu: Cette disposition n'a eu aucun effet.

En matière de cotisation, infirmiers salariés et libéraux sont inégaux devant l'impôt. Les peuvent déduire cette cotisation en frais réels alors que l'immense majorité des salariés se contentent de l'abattement de 10%. L'ordre des masseurs kinésithérapeutes l'a compris et module sa cotisation en fonction de l'exercice. L'ordre infirmier a toujours refusé de le faire.

Une telle mesure, en entraînant une diminution substantielle du montant de la cotisation demandée aux salariés aurait considérablement compliqué la tâche des syndicats et des associations. L'ordre se serait progressivement installé dans le paysage et serait devenu en quelques années incontournable et totalement inamovible. Cette erreur stratégique, associé à une communication parfois malhabile et cassante se paie aujourd'hui au prix fort.

Thomas Duvernoy - Rédacteur en chef ActuSoins

Abonnez-vous à la newsletter des soignants :

Faire un don

Vous avez aimé cet article ? Faites un don pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité !

faire un don

Réactions

16 réponses pour “La grande erreur stratégique de l’Ordre Infirmier”

  1. Armanoide dit :

    ce n’est pas une question de prix. cet ordre n’a aucun intéret , un point c’est tout. de toute façon c’est terminé et nous en sommes très content !

    • syl dit :

      et moi j’en suis triste … je viens de finir mon mémoire IADE sur l’angleterre, les professionnels de santé y sont autonome ( ex:formation) …. ils ont une autorité représentative le HPC ( ordre)!

      Je regrette le prix…mais je regrette encore plus la disparition de l’ordre …les pays qui ont su créer un ordre ont véritablement développé leur profession (ex master et doctorat)
      ex canada usa Angleterre …

  2. Georges dit :

    La cotisation à l’ordre est de 30 € au Portugal, donc ce n’est pas la moins chère d’Europe.

  3. Gaston dit :

    J’aurai aimé que dans cette analyse vous indiquiez que la cotisation à l’Ordre était la moins chère d’Europe. Et que 75 euros pour enfin “exister” dans le paysage de la santé, ce n’est au bout du compte pas cher payer. Mais une minorité, comme vous le relevez fort bien, agissante et probablement pas infirmière a fait le nécessaire pour brouiller tout l’intérêt que représente cet Ordre.

    • nurse dit :

      Mais c’est dingue de nier l’évidence avec autant d aplomb, Vous écrivez ” Mais une minorité” le codi était minoritaire dans son organisation mais le rejet de l ordre était majoritaire puisque 9% des infirmiers on cotisé

      Peut être n’est vous plus dans les services mais dans ceux là le rejet est unanime

    • didier dit :

      il faut aussi dire cher monsieur ,que la france en matière de pouvoir d’achat des infirmiers ( je parle ide ou inf psy da la fonction publique hospitaliere )est un des pays ou il est le plus bas et que toutes les primes qui font que notre salaire nous permette (encore )de manger ne sont pas prisent en compte dans la retraire (actualite impose) 1400 euros en debut de carrière avec les insalubrités PAS LOURD PAYE et qu’a tout moment tant la charge de travail est de plus en plus importante nous risquons d’etre traine comme des gangsters eu tribunal
      NON TROP C’EST TROP
      LE BEURK EN HAUT D’UNE FOURCHE …..comme au bon vieux temps ou les seigneurs s’occtoyaient tout les droits

  4. IADE 78 dit :

    ONi récolte logiquement ce qui a été semé.
    pour ma part je ne me suis toujours pas inscrit, car je ne vois pas en quoi cela va être une avancée pour notre profession, au vue de ce qui m’a été présenté et expliqué. si il s’agit juste de créer une instance aux mains d’une poignée d’aparatchik, profitant d’un trésor de guerre d’environ 35 à 36 millions d’euros, je considère cela comme du racket.
    par contre si l’objectf est de constituer, une structure représentant les intêrets des tous les infirmiers (spécialisés ou non), en insufflant des réformes importantes de notre formation, tant sur le contenu, que l’évolution des pratiques, ou encore l’intégration “intelligent et exigeante” dans la filière universitaire, là je suis d’accord.
    je pense que les quelques personnes qui se sont accaparés les instances jusque ici, doivent d’urgence redescendre sur terre, et reprendre contact avec la réalité : 75 euros de cotisation, en sachant que ce n’est qu’un début…. sont ils au courant des difficultés au quotidien de nombreux collégues pour se loger, payer la crèche, ou autre. un couple d’IDE ?? 150 euros….il faut certainement leur envoyer les grilles de salaires. ou alors pour cette somme, ils sont sans aucun doute en train de nous concocter un programme extraordinaire…mais j’ai comme un doute

    • BABETH dit :

      CHERS CONFRÈRES ET CONSŒURS NE COMPRENEZ VOUS PAS LA POSITION DE NOTRE MINISTRE DE TUTELLE ELLE NE VEUT PAS UN ORDRE MAIS NOUS METTRE A SES ORDRES . NE PENSEZ VOUS PAS QU IL EST GRAND TEMPS DE PENSER PAR NOUS MEME VOULEZ VOUS QUE CERTAINS MÉTIERS MOINS QUALIFIES ET MOINS PAYER PUISSENT REMPLACER NOTRE PROFESSSIONALISME ET NOTRE ÉTHIQUE JE SUIS INFIRMIÈRE DE BASE COMME ON DIT JE N AI PAS HONTE DE DIRE QUE JE SUIS A L ORDRE ET QU IL FAUDRAIT VOUS RÉVEILLER
      NOTRE PROFESSION EST EN DANGER JE SUIS EN DÉSOBÉISSANCE ÉTHIQUE JE VEUX DIRE QUE JE NE ME CONFORME PAS AUX DICTATS DES MINISTRES DE LA SANTE EN CCD
      SAVEZ VOUS QUE LE DÉCRET DE COMPÉTENCE A ÉTÉ SAUVE PAR LE CONSEIL DE L ORDRE A CE JOUR DU PERSONNEL PEU QUALIFIE POURRAIT FAIRE LES MÊMES ACTES QUE NOUS LES IDE LOI DE COOPÉRATION ENTRE PROFESSIONNEL 31DEC 2009
      ET OUI NOTRE PROFESSION MANQUE D INFORMATION JE MET TOUTE MA FORCE POUR FAIRE ÉVOLUER LA PROFESSION ET CONTRAIREMENT A CE QUI PEUT ÊTRE DIT ÇA ET LA JE NE SUIS PAS PAYER JE VAIS AUX RÉUNIONS SUR MES REPOS ET RTT AUCUNE INDEMNITÉ ET JE ME PAIE MON SANDWICH
      ARRÊTER LES FANTASMES PRÔNÉES PAR DES SYNDICATS QUI FERAIENT MIEUX DE DÉFENDRE LES SALARIES NOTRE RÔLE AU CONSEIL DE L ORDRE EST DE DÉFENDRE LA PROFESSION DEUX CHOSES DIFFÉRENTES NOUS ESSAYONS DE FAIRE ÉVOLUER LA PROFESSION IDE EN PSYCHIATRIE EN GÉRIATRIE… NE VOUS LAISSER PAS INFLUENCER PAR DES IDÉES PRÉCONÇUES REFLECHICHEZ VOULEZ VOUS LA MORT DE NOTRE MÉTIER DÉFENDEZ VOUS NOUS SOMMES LA POUR VOUS AIDER JE VOUS CONSEILLE D ALLER SUR LE SITE OFFICIEL DE L ORDRE NATIONAL INFIRMIER ET VOUS VERREZ LE TRAVAIL DÉJÀ FAIT QUANT A LA COTISATION ELLE REPRÉSENTE 20CENTIMES PAR JOUR ET VOUS POUVEZ PAYER EN 3 FOIS EST VRAIMENT SI DUR POUR SAUVER NOTRE PROFESSION
      REVENONS A LA RAISON JE COMPREND QU IL SOIT DIFFICILE DE COTISER MAIS NOUS SOMMES UN DEMI MILLION D INFIRMIERES ET NOUS N ARRIVONS PAS A NOUS FAIRE ENTENDRE DEPUIS DES DECENNIES ET POURTANT NOUS SOMMES LE SOCLE DU SYSTEME DE SANTE EN FRANCE QUAND LES IDE PRENDRONT CONSCIENCES QU ELLES NE SONT PLUS SOUS LA TUTELLE DES MEDECINS ?
      NE VOYEZ VOUS PAS DANS L INTERVENTION DE LA MINISTRE DE LA SANTE EN CDD PAR AILLEURS QUE LA FORMATION D UN GROUPE D UN DEMI MILLION D INFIRMIERE FAIT PEUR COMMENT UNE INFIRMIERE POURRAIT REFLECHIR, N AVEZ VOUS PAS MARRE D ETRE LES PETITES MAINS DES MEDECINS QUANT A LA PRESTATION DE LA MINISTRE AU PARLEMENT JE NE SUIS PAS SURPRISE ON POURRAIT LUI CHANTER LA CHANSON L OPPORTUNISTE QUI TOURNE SA VESTE AU DEBUT TOUT A FAIRE D ACCORD AVEC L ORDRE INFIRMIER QUI PERMETTRA D UNIR LA PROFESSION ET LORSQUE UN DÉPUTE MEDECINNNNNNNNNNNNN DEMANDE D ABROGER LA LOI RIEN NE VOUS CHOQUE ET BIEN NOUS FAISONS PEUR AU CORPS MÉDICAL JE VOUS EN PRIE LAISSER LE TEMPS AU CONSEIL DE L ORDRE DE VOUS DÉFENDRE UNE DERNIÈRE PRÉCISION LORSQUE UNE IDE EST SANCTIONNÉE ET A UNE INTERDICTION D EXERCER QUI A LA PRÉROGATIVE DE VOUS INTERDIRE D EXERCER ET BIEN OUI C UN MÉDECIN QUI NE CONNAIT RIEN AUX ÉNORMES RESPONSABILITÉS QUE NOUS DÉPLOYONS MAINTENANT LE CONSEIL DE L ORDRE EST DOTE D UNE COMMISSION DE CONCILIATION QUI EST DIRIGE PAR DES IDE COMME MOI DE BASE QUI EN BAVENT QUI TRAVAILLENT DU MATIN DU SOIR ETC
      J ESPÈRE QUE VOUS COMPRENDREZ QUE JE N AI AUCUN INTÉRÊT PÉCUNIAIRE A DÉFENDREl ordre MAIS SIMPLEMENT DES INFIRMIERS ET INFIRMIERES COMME VOUS ET MOI
      ELISABETH

      • lincorrigible dit :

        o k coeur pur on peut te croire mais demande au boeuf ses intentions, Nous n’avons rien contre les medecins.
        Je propose que l’on fasse un vote pour savoir si cet ordre est voulu par la profession et qu’il y est libre adhésion pour tous car si li y a obligation tout est fictif.
        Pour ma part ,je suis pour la liberté d’association.
        Je pronerai pour la désobeissance citroyenne en cas d’obligation quelle qu’en soit le but. il est interdit d’interdire mais il est aussi interdit d’obliger.
        Si l’oni avait quelque chose entre les cuisses, il oserait se confronter a la démocratie.

      • ben .. euh .. à quoi servent ils et elles ??? s !!! dit :

        pourquoi cries tu ???? si ton truc est sincère .. laisses donc tes collègues libres d’y adhérer !!! ou “au revoir ! “

      • lincorrigible dit :

        je ne vois pas en quoi un order facultatif est genant, si cet ordre avait demandé et convaincu nos collegues nous n en serions pas la vous ne pouvez pas aliener des milliers de gens sans leur consentement donc discuter et convaincre mais jamais contraindre

  5. scalpel dit :

    La FNI marche de concert avec l’Ordre… au contraire de la CNI et du SNPI. Ces derniers avaient compris depuis longtemps la nécessité de réduire la cotisation. Non pas par démagogie politicienne mais par simple stratégie de recensement. Pour preuve les communiqués et interviews de leurs responsables après le vote. D’ailleurs, comment inciter une population à cotiser pour des services qu’elle ne voit pas ? Car le COI n’a rien ou peu montré pendant ces 2 ans… alors que l’actualité infirmière s’y prettait substantiellement. Mais non, la Présidente a sûrement voulu ne pas faire de vague… pourtant maintenant elle dit “ne pas avoir à obéir” au ministère… trop tard chère madame. La prochaine fois, écoutez et apprenez. Pour l’instant: je vous souhaite bien du courage pour votre retour dans une équipe IDE…
    Quand à cet article: c’est très bien résumé.

  6. Julien dit :

    Bien entendu, la FNI (Syndicat professionnel des infirmiers et infirmières d’exercice libéral en France) n’apprécie pas cette prise de position et nous rappelle qu’en mai 2008 déjà l’hebdomadaire Marianne rapportait que l’entourage du ministre soupirait : « Franchement on s’en serait bien passé de cet ordre infirmier ». Si l’Ordre est si peu apprécié de Roselyne Bachelot, c’est parce qu’il serait un frein à des desseins peu avouables : la refonte du décret de compétence des infirmières. « L’indépendance d’un ordre professionnel (…) peut à juste titre être perçue comme une contrainte et un empêcheur de pensée unique au moment (…) où on aurait tendance à vouloir faire faire n’importe quoi à n’importe qui ».
    Pour la FNI, « les infirmières libérales s’estiment victimes d’une discrimination intolérable de la part de la ministre ». Mais comme vous le dites à juste titre, « infirmiers salariés et libéraux sont inégaux devant l’impôt. Les infirmiers libéraux peuvent déduire cette cotisation en frais réels alors que l’immense majorité des salariés se contentent de l’abattement de 10% ». Je ne suis pas certain que la FNI voyait là une discrimination des Infirmiers salariés…
    En écrivant cela, je m’aperçois que notre ministère se débrouille très bien en appliquant la politique du diviser pour mieux régner. Et pendant ce temps là des professionnels moins qualifiés vont se voir transférer des actes de soins (cf. arrêté relatif aux coopérations interprofessionnelles pris en catimini le 31 décembre 2009) et nous allons perdre notre décret de compétence.
    Une chose est certaine, notre profession dérange le ministère…

    • puer33 dit :

      Attendez les messieurs dames du FNI, On vous a pas entendu dire que bachelot vous en voulez quand elle a fait voter la loi sur les demandes d autorisation d installation pour les nouveaux IDE
      Vous n’êtes pas venu défendre vos futurs collègues non
      Vous êtes des horribles manipulateurs les libéraux

Il faut être connecté pour écrire un commentaire Se connecter

retour haut de page
337 rq / 1,807 sec